SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DES DISPONIBILITÉS

ALIMENTAIRES AU LESOTHO

20 juin 2005

-------

Faits saillants

  • •Au Lesotho, la production intérieure de céréales de 2004/05 est estimée à 119 000 tonnes, dont 92 129 tonnes de maïs, 16 442 tonnes de sorgho et 10 339 tonnes de blé. Ce volume représente environ 15 pour cent de plus que la production de l'an dernier et 84 pour cent de la moyenne sur cinq ans.
  • •Il semble que la production céréalière du Lesotho tende à la baisse, notamment dans les principaux districts producteurs de Berea, Butha-Buthe, Leribe et Maseru. Cette situation est préoccupante et devrait faire l'objet d'un examen approfondi. L'érosion endémique des sols, les catastrophes météorologiques et l'impact de la pandémie de VIH/SIDA en sont probablement les principales causes sous-jacentes.
  • •Les besoins d’importations céréalières pour la campagne commerciale 2005/06 (avril/mars) sont estimés à environ 293 000 tonnes, dont 213 000 tonnes devraient être importées par des voies commerciales. Étant donné qu'au 1er avril 2005, l'aide alimentaire en réserve et dans la filière s’élevait à 61 000 tonnes, il reste un déficit de 19 000 tonnes (soit 6 000 tonnes de maïs et 13 000 tonnes de sorgho) qui devra être comblé grâce à une aide supplémentaire des donateurs.
  • •Selon les estimations du Comité d’évaluation de la vulnérabilité du Lesotho, 548 800 personnes connaîtront de graves pénuries alimentaires entre juin 2005 et mars 2006 et auront besoin d'une aide alimentaire ou en espèces de l'ordre de 20 200 tonnes en équivalent maïs.

1. VUE D’ENSEMBLE

En mars 2005, une évaluation des récoltes a été entreprise en milieu de campagne par un agronome, à la demande des bureaux de pays de la FAO et du PAM. Il ne s'agissait pas d'une mission habituelle FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires, laquelle, en sus des estimations des récoltes, identifie les perspectives générales concernant l'offre et la demande de céréales et les besoins alimentaires des catégories de population vulnérables. Il a donc été proposé par la suite qu'une mission conjointe FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires soit dépêchée sur le terrain un peu avant la récolte pour une courte durée, afin d'actualiser les estimations et de recueillir des données socio-économiques en vue d'une évaluation globale de la sécurité alimentaire. Cette tâche a été confiée à la Mission qui s'est rendue dans le pays du 12 au 19 mai 2005.

Après deux jours de consultations à Maseru, la capitale, la Mission a entrepris une visite de terrain de deux jours dans les principales régions céréalières du pays, à savoir, le centre (districts de Butha-Buthe, Berea, Leribe, Maseru) et le sud (Mafeteng, Mohale's Hoek, Qacha's Nek et Quthing). La région des montagnes (Mokhotlong, Thaba-Tseka) n'a pas été visitée, car de l'avis général, la situation n'avait guère changé depuis l'évaluation en milieu de campagne, du fait notamment que les gelées précoces redoutées initialement ne s'étaient pas matérialisées.

Ont participé à cette Mission des fonctionnaires du Ministère de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, du Ministère de la planification économique, du Service de gestion des catastrophes/Unité d'alerte rapide (DMA/NEWU), du Bureau de statistiques, ainsi que du personnel des bureaux de pays de la FAO, du PAM et de FEWS-Net et un observateur du Bureau de l'USAID à Pretoria (Afrique du Sud). Une centaine d'agriculteurs ainsi que du personnel de vulgarisation au niveau des districts ont été interrogés, et les cultures sur pied ont été inspectées.

La superficie consacrée aux céréales en 2004/05 est estimée à 208 200 ha, soit légèrement plus que le chiffre officiel après-récolte de 2003/04 (196 800 ha) qui avait été annoncé par le gouvernement après la parution du rapport de la Mission de l'an dernier. L'estimation concernant la superficie représente aussi une légère augmentation, d'environ 6 pour cent, par rapport à la moyenne sur cinq ans. Bien que cette campagne ait été meilleure que l'an dernier, les rendements ont chuté sous l'effet conjugué de plusieurs facteurs, parmi lesquels l'arrivée tardive des pluies et une moindre utilisation des semences améliorées et des engrais chimiques suite au retrait des subventions accordées aux intrants agricoles.

Au total, la production céréalière de 2004/05 est estimée à 119 000 tonnes, ce qui représente 15 pour cent de plus que l'an dernier et 84 pour cent de la moyenne sur cinq ans. La production de sorgho a considérablement augmenté, notamment au pied des régions montagneuses des districts de Maseru et Mafeteng. Les pluies tardives tombées en mars et en avril ont stimulé les semis de blé d’hiver, de pois, de pommes de terre et de divers autres légumes qui contribueront au régime alimentaire familial et seront une source de revenus en espèces.

Si l'on regarde la production de céréales du Lesotho de ces six dernières années, on constate qu'elle n'a pas cessé de diminuer. Le recul est particulièrement marqué dans la région centrale qui assure l'essentiel de la production céréalière du pays. Cette situation ne devrait pas manquer de susciter de graves préoccupations et il convient de l'examiner en détail. Parmi les facteurs sous-jacents, il convient de citer notamment l'érosion endémique des sols, les catastrophes météorologiques (sécheresses, gelées, tempêtes de grêle), ainsi que les conséquences de la pandémie de VIH/SIDA qui commencent à se faire sentir.

Les besoins d'importations céréalières pour la campagne commerciale 2005/06 (avril/mars) sont estimés à 292 800 tonnes, dont 213 200 tonnes devraient être importées par des circuits commerciaux. Étant donné qu'en début de campagne, 60 600 tonnes étaient disponibles ou dans la filière, il reste un déficit non couvert de 19 000 tonnes, dont 5 800 tonnes de maïs et 13 200 tonnes de sorgho, qui devra être comblé grâce à une aide supplémentaire des donateurs.

Selon les prévisions du Comité d'évaluation de la vulnérabilité du Lesotho, 548 800 personnes en tout connaîtront de graves pénuries alimentaires en 2005 et auront besoin d'une aide alimentaire ou en espèces au cours de la campagne commerciale 2005/06. Il faudra fournir environ 20 200 tonnes en équivalent maïs pour combler le déficit des groupes les plus vulnérables. Le nombre de personnes tributaires de l'aide devrait augmenter à partir de juillet et tout au long de la période de soudure. Selon les indications, la production de sorgho aurait considérablement augmenté dans certains districts et les secours alimentaires pourraient donc être en partie achetés sur place.

L'insécurité alimentaire chronique est un problème majeur parmi les ménages pauvres au Lesotho. L'insécurité alimentaire des ménages s'explique par plusieurs facteurs, notamment la pauvreté, la dégradation constante des terres, la diminution des fonds envoyés de l'étranger par des membres de la famille suite aux compressions de personnel dans les mines d'Afrique du Sud, la fermeture récente des filatures et les effets du VIH/SIDA. Les enquêtes bi-annuelles du PAM indiquent que les ménages vivant dans les plaines méridionales du Lesotho souffrent de maladies chroniques qui les empêchent de se consacrer activement à la production agricole. Parmi les ménages interrogés, 23 pour cent ont perdu trois mois de travail ou plus par an en raison de maladies chroniques. En outre, les ménages dont certains membres souffrent de maladies chroniques ont un régime alimentaire insuffisant par rapport à ceux qui ne sont pas touchés.

Le présent rapport a été établi par Mwita Rukandema, Abdirazak Awale et Elliot Vhurumuku, sous la responsabilité des Secrétariats de la FAO et du PAM à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'informations, le cas échéant.

Henri Josserand
Chef, SMIAR, FAO, Rome
Télécopie: 0039-06-5705-4495
Mél:giews1@fao.org
Mike Sackett
Directeur régional, ODJ, PAM
Télécopie: 0027-11-5171642
Mél: Mike.Sackett@wfp.org

Veuillez noter qu'il est possible d'obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews/

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez aussi noter qu’il est possible de s’inscrire à des listes régionales pour recevoir des rapports spéciaux par région : Afrique, Asie, Europe, Amérique latine (GIEWSAlertsAfrica-L, GIEWSAlertsAsia-L, GIEWSAlertsEurope-L et GIEWSAlertsLA-L). Vous pouvez vous inscrire à ces listes de la même façon que pour la liste mondiale.


Retour au menuRetour au menu