SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO

ALERTE SPECIALE

No. 323

RÉGION: CORNE DE L'AFRIQUE

DATE: 6 janvier 2006

-------

DE GRAVES PÉNURIES ALIMENTAIRES APPARAISSENT EN CERTAINS ENDROITS DE LA CORNE DE L'AFRIQUE

En dépit de l'amélioration des récoltes céréalières globales en 2005 dans certains pays de la Corne de l'Afrique, les graves sécheresses enregistrées récemment ainsi que les effets des conflits passés et en cours ont amené des millions de personnes au bord de la famine. Les pénuries alimentaires sont particulièrement graves en Somalie, où environ 2 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire. La situation des disponibilités vivrières est aussi très grave dans les zones pastorales du nord et de l'est du Kenya, dans le sud-est de l'Éthiopie et à Djibouti. Dans les quatre pays de la Corne de l'Afrique - Somalie, Kenya, Djibouti et Éthiopie - plus de 11 millions de personnes nécessiteraient une aide, selon les estimations.

En Somalie, la plupart des personnes touchées se trouvent dans le sud, où les communautés pastorales et agro-pastorales connaissent de grandes difficultés liées à l'alimentation et aux moyens de subsistance du fait de la grave sécheresse. Les pluies de la campagne secondaire Deyr (d'octobre à décembre) ne se sont pas matérialisées dans la plupart des huit régions agricoles du sud, d'où des pertes de récolte généralisées. Selon les estimations de l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire pour la Somalie (FSAU), la prochaine récolte Deyr, qui est sur le point d'être rentrée, pourrait être la plus faible de la décennie. Il s'agit de la deuxième mauvaise campagne consécutive dans le sud de la Somalie après la récolte nettement inférieure à la moyenne de la campagne principale Gu, qui a été rentrée en août/septembre dernier. Selon le PAM, une aide représentant environ 64 000 tonnes de produits alimentaires est nécessaire jusqu'en juin 2006 afin de nourrir la population touchée par la sécheresse. Toutefois, 16 700 tonnes seulement sont disponibles, ce qui laisse un déficit d'environ 47 000 tonnes. Il est nécessaire de répondre immédiatement à l'appel du PAM pour éviter d'éventuelles morts par famine dans le sud de la Somalie.

Au Kenya, la saison des pluies actuelle est mauvaise dans le nord et l'est et les perspectives déjà précaires concernant la sécurité alimentaire se sont dégradées. Les pertes de récolte et la réduction des troupeaux du fait de la sécheresse prolongée ont provoqué la famine, et quelques morts sont signalés dans les zones arides. Les districts touchés comprennent Marsbait, Mandera et ceux situés à l'extrême-sud tels que Kajiado, Laikipia et certains endroits de la Province de l'Est. Le Gouvernement kényan vient de qualifier de catastrophe nationale la famine qui ravage certains endroits du pays et a fait appel aux donateurs nationaux et internationaux pour mobiliser environ 11 milliards de shillings (environ 150 millions de dollars EU) en vue de nourrir environ 2,5 millions de personnes - soit près de 10 pour cent de la population - au cours des six prochains mois. Une aide supplémentaire est également nécessaire pour fournir de l'eau tant aux personnes qu'aux animaux, reconstituer les troupeaux et fournir des semences aux agriculteurs aux fins de préparer la prochaine campagne agricole.

À Djibouti, la grave sécheresse a entraîné une dégradation de la sécurité alimentaire d'un grand nombre de pasteurs. Les pluies de la campagne principale en cours Heys/Dada (d'octobre à février) ne se sont pas matérialisées, ce qui entraîné l'épuisement des pâturages. Précédemment, les pluies de la campagne Karan/Karma (qui se déroule normalement de juillet à septembre) ont cessé un mois plus tôt que prévu, et les précipitations ont été inférieures à la normale. Aucune amélioration n'est prévue avant le retour des pluies en mars, et les pâturages continueront donc de se dégrader. Actuellement, le PAM apporte une aide alimentaire à environ 40 000 pasteurs touchés par la sécheresse dans cinq zones de subsistance du pays où les mécanismes de survie traditionnels sont épuisés. Cette opération d'urgence, qui a été approuvée en avril dernier, devrait prendre fin en mars 2006, après avoir été prolongée de trois mois. Selon les estimations, globalement, près de 150 000 personnes - soit pratiquement un cinquième de la population totale - connaissent des pénuries alimentaires.

En Éthiopie, en dépit des perspectives favorables concernant la récolte de la campagne principale meher, qui est rentrée en ce moment, de graves pénuries alimentaires sont signalées dans les zones pastorales de l'est et du sud de l'Éthiopie. Des conditions de pré-famine sont signalées toujours plus fréquemment, notamment des migrations généralisées de population et de bétail dues à une situation désespérée, la dégradation de l'état physiologique du bétail et la mort de têtes de bétail. Selon les résultats préliminaires de l'évaluation des besoins menée dans la région par le DPPA, l'Organisme chargé de la prévention et de la préparation aux situations de catastrophe, la mauvaise saison des pluies de la campagne Deyr de 2005 (d'octobre à décembre) a entraîné une grave crise de la sécurité alimentaire parmi les pasteurs de la région Somali au sud du pays. La situation est pire dans les districts où les pluies ont été insuffisantes lors de la précédente campagne Gu (d'avril à mai), y compris Afder, Liban et certains endroits de Gode. D'autres zones situées à l'est de la région sont aussi exposées à une dégradation de la sécurité alimentaire. Les premières estimations indiquent que plus d'un million de personnes dans la région Somali connaissent de graves pénuries alimentaires et plus de 40 millions de dollars EU sont nécessaires de toute urgence pour écarter la famine. L'arrivée de la saison sèche (de janvier à mars) devrait aggraver la situation. Globalement, plus de 8 millions de personnes en Éthiopie sont tributaires de l'aide alimentaire sous forme de programmes tant de secours que de protection sociale.

Compte tenu des bons résultats de la production céréalière intérieure de l'Éthiopie, il est fortement recommandé que le Gouvernement aussi bien que les donateurs achètent sur place les vivres nécessaires, de manière à soutenir les marchés locaux.

Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser, pour tout complément d'information au Bureau du Chef, SMIAR, FAO; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: giews1@fao.org

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case "objet" en indiquant le message ci-après:

subscribe GIEWSAlertsWorld-L
Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe GIEWSAlertsWorld-L

 


back to the table of contents Retour au menu