Previous Page Table of Contents Next Page


Aquaculture Development and Research in
KENYA (continued)


Scientific research can be an economic force that together with land/water, labour, capital and managerial capacity can significantly contribute to the social and economic development of Kenya. It is precisely because scientific research is given high priority in developed countries that they have been able to lead in industry and social welfare. The widening gap and socio-economic disparity between countries of the North and South is now acknowledged to be due to lack of a culture of science, inspired creativity and technological innovation in the South.

There is an urgent need for research in aquaculture. The present state of aquaculture production in Kenya is such that, if left alone, aquaculture will continue to remain at its low level of production and not reach its potential to more effectively exploit resources and contribute to economic development.

2.1 Description of the Sector

The responsibility for fisheries and aquaculture research lies with the Kenya Marine and Fisheries Research Institute (KMFRI), which was established by an Act of Parliament in 1979 - the Science and Technology (Amendment) Act. KMFRI is charged with the responsibility of carrying out scientific research in the fields of marine and freshwater fisheries, aquatic biology (including environmental and ecological studies) and ocean waters (including chemical and physical oceanography). The research programmes of the Institute are divided into two major groups, namely the marine sector and the freshwater sector.

2.1.1 Main participants

Freshwater aquaculture research started in Kenya during the colonial period, with the introduction of trout (O. mykiss and S. trutta) from 1910 to 1921. Experimental work with an indigenous species (O. spilurus niger syn. Tilapia nigra) was initiated later, in 1924.

  1. The public sector

    At present, aquaculture research, both in the freshwater and marine sectors, comes directly under the responsibility of KMFRI, even though some applied research activities are in progress at the freshwater Sagana Fish Culture Station and at LBDA Fry Production Centres.

    Some investigations are conducted also at the Kenyatta University, Nairobi. At the University of Nairobi, the Department of Zoology and the Gecaga Institute of Fish Endocrinology have research programmes in aquatic biology, fisheries and aquaculture. There are also ongoing programmes on improvement of tilapia strains for aquaculture and trials on rice-cum-fish culture. The University of Nairobi uses the facilities at the Sagana Fish Culture Station for the implementation of its field experiments. Major activities in freshwater fisheries research are taking place at KMFRI sub-stations in Kisumu on Lake Victoria and at Kalolol on Lake Turkana. The Kisumu station is mainly involved in limnological studies and in biological studies of the fishes of Lake Victoria, especially the Nile perch. A project on the improved utilization of Nile perch and its by-products was completed in 1988.

    Environmental studies on the rivers which enter the lake and are subject to a strong pollution are being carried out. No aquaculture research is carried out at the Kisumu station as of now. KMFRI has field stations at Lake Baringo, Lake Naivasha, Gogo Falls, on Migori River, Kagati and Sangoro (Figure 1). The Sangoro station, on the river Sondu/Miriu, has been in existence for almost 10 years and was opened with the aim of developing breeding techniques for induced spawning of the important Lake Victoria cyprinids - Labeo victorianus and Barbus altianalis - as well as the catfish Clarias mossambicus.

    The station was also intended to carry out research on feed formulation using Nile perch processing wastes and the water-fern Azolla spp. In fact, Sangoro is the station which was started with the aim of carrying out research on freshwater aquaculture. Unfortunately, this noble idea never came to fruition because Sangoro was opened as a sub-station of Kisumu without proper financial allocation from the Treasury. Sangoro has more or less been abandoned, although a few research officers are still stationed there.

    The UNDP/FAO project KEN/77/014 ‘Development of coastal aquaculture’ has set up in 1978 the first experimental coastal shrimp farm at Ngomeni, near Mombasa. Culture trials and experimental hatchery operations were carried out during the period 1978–1985 on Penaeus indicus and P. monodon.

    Globally, the results of aquaculture research in Kenya are meagre. Both the University of Nairobi and KMFRI have little field facilities for aquaculture research. Collaborative arrangements between the University of Nairobi, the Department of Fisheries and KMFRI exist, but it has proven difficult to coordinate a single programme involving all these institutions, notably because facilities are widely distributed. No coordinating mechanism appears to exist at present to ensure the smooth running of combined collaborative programmes within the country. The sixth National Development Plan (1989–1993) indicates some broad policy objectives, but there is no national plan for aquaculture development.

    The need for a national plan for aquaculture development, identifying research needs, both in the freshwater and marine sectors, is urgent. The lead in these matters should be taken by the Department of Fisheries, who has the primary responsibility for fisheries and aquaculture management and development in the country.

    Considering research needs, a comprehensive aquaculture research programme should be prepared under the leadership of KMFRI, but in very close collaboration with the Department of Fisheries, the University of Nairobi and the LBDA, making use of all aquaculture research facilities available in Kenya.

  2. Private Sector - The Baobab Farm Ltd.

    Baobab Farm Ltd. in Mombasa (a subsidiary of the Bamburi Portland Cement Company) has included a fish-culture project in its programme since 1971. It has tested ponds, cages, tanks and raceways for tilapia, carp, Clarias and Macrobrachium culture. The farm operates a 500 000 fry/year hatchery of design developed on site - the breeding arena. The Baobab system has been duplicated with some modification at the LBDA FPC in Kibos near Kisumu, where a breeding arena has been built.

2.1.2 Objectives of Research

After the collapse of the East African Community in 1977, the GOK enacted the Science and Technology Act of 1979 and KMFRI was born. Its research objectives were derived from the documents of the old East African Freshwater Fisheries Research Organisation (headquarters in Jinja, Uganda) and the East African Marine Fisheries Research Organisation (Zanzibar, Tanzania). DoF and other GOK scientists provided some inputs. The stated objectives were: to carry out scientific research in the fields of marine and freshwater fisheries and of aquatic biology, including chemical and physical oceanography.

2.1.3 General orientation

There have been no aquaculture research programmes with impact on the fish farming activities covering biotechnical, economical or social aspects.

2.1.4. Available resources
  1. Sagana fish culture station (DoF)

    The Sagana fish culture station was started in 1948. The station is 100 km North of Nairobi and 2 km from Sagana town. It uses water diverted from the Sagana River. Situated on 50 ha of land, about 15 ha of ponds have been built, numbering 52 and averaging 0.25 ha - 1.5 ha each. The station has several small buildings, office, laboratory, stores and living quarters. Current activities include diet trials for tilapia and carp farming.

  2. Kiganjo trout hatchery (DoF)

    Established in 1948 with the objective of providing recreational game fish for river stocking. The station has facilities to produce annually over 3 million trout fingerlings. Facilities comprise 12 earthen ponds, 10 concrete raceways (1.5 × 10m) and a hatchery.

  3. Yatta fish hatchery (TARDA)

    Built in 1982 and stocked in 1983, the hatchery is located on an irrigation channel from Masinga Dam, on the Thika River near Thika town. Seven ponds and six fry ponds have been established together with some buildings. Initially, the objective was to stock Lake Masinga with carp and tilapia and later, through research, to expand to commercial production and provide a nucleus for further development.

  4. Fish fry production centres (LBDA)

    In the LBDA area, the project ‘Development of small-scale fish farming’ has been financed by the UNDP and Belgian Survival Fund (BSF) since 1984. The project is being executed by FAO and implemented by LBDA (see section 1.6.4).

    Under this project, seven FPC have been built. LBDA has recently built another FPC from its own resources at Kokwanyo so that now they are eight in the LBDA area. These FPC are to be used as:

    These centres were built with good facilities. In order to minimize transport cost during the fingerling distribution to farmers, these centres are scattered all over the region and there is one in each of the following districts: Bungoma (FPC Chwele), Busia (FPC Alupe), Kakamega (FPC Lugari), Siaya (FPC Yala), Kisumu (FPC Kibos), Homa Bay (FPC Kokwanyo), Nyamira (FPC Borabu) and Migori (FPC Rongo).

    The centres vary in sizes. The largest one is Kibos near Kisumu: it has 27 fish ponds from 300 m2 to 1 000 m2 on 4 ha of land. Two others - Chwele and Kokwanyo - are about the same size as Kibos. The smallest one is Rongo (Migori), which is built on 2 ha of land.

  5. Dissemination of information

    The Mombasa office of the KMFRI is the host institution of RECOSCIX-WIO, an information project supported by Belgium and the IOC for ‘Regional co-operation in scientific information exchange in the Indian Ocean region’; it is essentially devoted to the dissemination of abstracts extracted from the ASFA (CD ROM version).

  6. Equipment - KMFRI

    KMFRI has also six computers at its Mombasa headquarters and one computer in the Kisumu laboratory. Other facilities include usual laboratory equipment such as spectrophotometer, microscopes, etc. There are also vehicles and two research vessels, one in Mombasa and one at Kisumu.

2.1.5 Main research programmes

There are no main aquaculture research programmes being developed in Kenya at the present time, which can be considered to be of significance at the national level.

2.2 Institutional Framework of the Sector

2.2.1 Administrative context

The final responsibility for aquaculture research rests with the Minister (for the time being) responsible for Science and Technology. The Minister appoints a Board of Directors which is expected to meet at least three times a year to consider and decide on the research agenda. There is a director appointed by the Board of Directors to take care of the day-to-day administration of the KMFRI. The Board has the responsibility to appoint research officers but in practice this is normally done by the Director who can later on get the Board to endorse or approve actions already taken. Any aquaculture research to be undertaken is a matter to be determined by the Directors. Due to financial and other constraints, the Board does not meet as frequently as required.

2.2.2 Tasks delegated to research

Aquaculture research has not been included in the national development plan.

2.2.3 Major constraints

The major constraints for aquaculture research are:

2.3 Contribution of Aquaculture Research to Development

No impact and no measurable effects. Most of the aquaculture research reported to date consists of isolated projects largely disconnected form fish farming major needs.


3.1 Priorities for Development

There have not been any recently organized meetings to define new priorities for aquaculture development in Kenya. The following priority lines for future development are recommended:

3.1.1 Areas of development concern (policy issues)

These development objectives are based on the concept of rural transformation and should contribute to food security, rural household income and national economic growth.

These objectives imply:

3.1.2 Proposed aquaculture development strategies (Action by DoF)
  1. General

  2. Upgrading of public sector facilities

    The Sagana fish farm has facilities for technical trials, fry production and table-fish production which are under-utilised. This farm is located in Central Kenya, where small-scale tilapia and carp farming are widespread. Demand for fingerlings is strong, and technical improvement in fish farming packages for farmers are needed.

    Recommended actions by DoF

    The Kiganjo fish farm started as a trout research station but recently has been more involved with fry and table fish production. The trout industry is characterised by large vertically integrated companies and a few small growers. Trout farming techniques are well established and the main problem encountered is lack of eggs for hatching. Eggs are imported periodically at an estimated annual foreign exchange cost of USD 50 000.

    Recommended actions by DoF

    Although LBDA has recently constructed a number of district-level fry production centres, the low lying areas of the Lake Basin region are not served by large enough fish farms capable of carrying out technical trials. In the early eighties, DoF proposed such a centre for construction at Kabonyo in West Kano, near Kisumu. The land (85 ha) has been obtained and tested, and designs prepared, but financing by the World Bank collapsed before construction could commence.

    Recommended actions by LBDA

    As the regional authority most closely involved with fish farming, LBDA should undertake construction and operation of this Kabonyo farm on behalf of DoF, once suitable financing has been obtained; if necessary for financial reasons, it should build the farm in phases.

    The primary mission of such a farm should be trials of improved small-scale fish farming techniques, based on information gathered from small farmers.

    LBDA should also operate some large-scale production ponds to produce revenues to offset farm costs and to prove/demonstrate the feasibility of operating large commercial fish farms in the region.

3.2 Priorities for Research

No priority lines for aquaculture research have been defined in the short and medium terms. The following priorities are defined and elaborated on the basis of the analysis of the past and present situation as described in the previous sections.

Recommendations made by various technical assistance missions and published in a series of conference reports have identified the following areas as priorities for freshwater aquaculture research:

It is not possible here to describe and elaborate adequately on the nature of the complex range of issues involved in getting local competent top-level researchers to work on the above-mentioned research priorities. Therefore, only the most urgent priorities are elaborated in the following sections. The other research priorities listed above are all urgent and should also be tackled as soon as manpower and the necessary funds become available.

3.2.1 Aquaculture information data base

Aquaculture practices are diverse and widespread in Kenya. Information on the extent, production, number of small-scale farmers, number of ponds, pond size is not readily available on a national basis and there is no system to collect this information on a national basis regularly.

Information on small reservoir fisheries is also incomplete. Such data is needed to plan development, measure progress and evaluate performance.

A systematic survey of fish farming practices, including farm budget is also urgently needed in Kenya.

Recommended actions by KMFRI

Such information would require updating every two years with a budget of around USD 10 000 per nation-wide survey.

3.2.2 Commercial production of all-male tilapias in earthen ponds

Hormonal sex-reversal of tilapias to produce all-male populations has been an active area of research for the past 20 years. In Kenya, this is a very urgent and important research priority because most farmers now prefer male fish to stock their ponds, as these grow much faster than the females and the problem of unwanted reproduction which causes stunting is thereby eliminated. The demand for males exceeds supply by far. It is possible to get 90-percent-male populations by hand-sexing but this is labour intensive. The production of all-male hybrids is also technically feasible, but essential isolation facilities and practices to maintain the purity of both parental lines are costly and difficult; seed output is also often reduced due to partial reproductive incompatibility between two different species.

Since 1984, investigators and fish farmers in several countries have demonstrated that tilapia can be effectively sex-reversed on a commercial scale in hapas (fine mesh net enclosures) held in ponds. The fish grow faster, the incidence of disease is reduced, the basal diet does not have to be nutritionally complete, and the infrastructure requirements are reduced. The procedure and technique are relatively simple and can be practised by well-trained fish farmers.

KMFRI should take the lead and produce a simple tested technique to be introduced firstly to all the fish fry production centres throughout the country, and later to progressive farmers.

3.2.3 Polyculture

Previous FAO missions have considered the introduction of polyculture as one of the aquaculture research priorities. For Kenya, this is now most urgent because fish farms can no longer increase production, except through expansion of the pond area. What is urgently needed is to increase the quality and quantity of production per unit area. One of the ways to do this is through polyculture, by stocking two or several species together, provided that the species stocked occupy different ecological niches in the pond. Choice of species and stocking densities should be determined accordingly. It has been shown in Israel and other countries that the concurrent culture in a pond of common carp and tilapia increases total fish yield by a better utilization of the natural food. The common carp belongs to the family Cyprinidae, and Kenya has several other choice species in Lake Victoria very closely related to it, notably Barbus altianalis and Labeo victorianus, which breed in the rivers during the rainy seasons. In the development of polyculture, local species should be preferred. The African consumers are conservative in their food habits and so the final product must be in a form they are accustomed to, unless a very expensive and prolonged marketing programme is to be undertaken.

The recommended candidate for Kenya would be Barbus altianalis, which is distributed in Lake Victoria and in the rivers flowing into it. B. altianalis is very tasty, easy to eat and the most popular fish in the Lake Basin region. The fish is normally big, and individuals of around 5 kg are fairly common.

Polyculture of B. altianalis and O. niloticus is recommended. Their feeding habits are different. O. niloticus is a phytoplankton feeder and will take supplementary feeds. B. altianalis eats surface insects, smaller gastropod molluscs, crustaceans, and some plants. It is not yet known if it will take supplementary feeds.

The common carp (Cyprinus carpio) and the grass carp (Ctenopharyngodon idella) have been introduced in Kenya, common carp in the Central Province and the grass carp in both the Central Province and the Lake Basin region. As a second choice, either or both these carps could be used in polyculture with O. niloticus. To bring the common carp in the lake region, permission would have to be obtained from DoF.

KMFRI should take the lead to:

3.2.4 Research planning

It should always be remembered that the real problem is how to increase food production for an alarming population growth. This is the African food crisis which all our scientists must face broad side-on. The importance of food is always taken for granted. But it is helpful to give an objective thought to this matter. Food plays a vital part in determining how the human being behaves. In particular, lack of food brutalises the human being who adopts an antisocial behaviour pattern and begins to obey the basic instincts of mere survival. The importance of food availability in ensuring that the human being remains social must be recognised and kept in mind at all times. At the national level, availability of food is essential if the country is to maintain its national dignity and internal stability.

Fish farming has a role to play in providing necessary protein food requirements in rural areas if it is given sufficient scientific attention. Research priorities must always be considered in the context of fisheries policy. The policy defines incentives, public investment, and the overall resource setting in which research should take place. But policy also requires an input from research so that the most appropriate strategies are followed, technological advances are adequately allowed for, and social aspects accommodated.

The Kenya research on increased food production in which aquaculture plays a significant role calls for a definite objective and large commitment. It is necessary to improve the direction and organization of research efforts if material progress is to be made. What needs to be done is a careful preparation of broad policy objectives embodying a ten-year aquaculture development plan to run concurrently with a ten-year aquaculture research programme. These plans should be prepared under the leadership of KMFRI in very close collaboration with the Fisheries Department, the University of Nairobi and the regional Authorities, making use of all aquaculture research facilities available in Kenya. Research objectives should be clearly defined and should identify research needs, both in the freshwater and marine sectors.

Adequate financial provision should be included in the annual estimates as well as in the forward budget for the ten-year period, with sufficient information and break-down on the appropriate Vote-Heads. The research programme and the development plan should have Ministerial and Cabinet approvals.


Balarin, J.D., 1985. National reviews for aquaculture development in Africa. 7. Kenya. FAO Fish. Circ., (770.7):96 p.

Coche, A.G and J.D. Balarin, 1982. Kenya: Report of the preparatory assistance mission. A report prepared for the Fisheries Development Programme in the Lake Basin Region Project. FAO Rome. FI:DP/KEN/80/006, Field Doc. 1, 127 p.

Couteaux, B., 1981. Fish pond rehabilitation in the Lake Victoria Basin, Kenya. Lake Basin Development Authority/Coopération et Aménagement/France Aquaculture, Paris, 62 p.

FAO, 1993. Aquaculture production, 1985–1991. FAO Fish.Circ., (815, Rev.5):213 p.

Kagai, J.K, 1975. National plan for development of aquaculture in Kenya. In: FAO, Aquaculture Planning in Africa, ADCP/REP/75/1:61–5

SPI, 1986. Sessional Paper of 1986 (Economic management for renewed growth), GOK Government Printer, Nairobi.

World Bank, 1980a. Kenya Fisheries Project, Staff Appraisal Report. World Bank Document Report No. 2864-KE, 57 p.

World Bank, 1980b. Kenya Fisheries Project. Vol.II. Annexes. World Bank Document No. 2864-KE, 74 p.

Zonneveld, N., 1983. A study on the preconditions of commercial fish farming in the Lake Victoria Basin. Kisumu, LBDA Report, 130 p.

Zonneveld, N., 1985. Feasibility study on commercial fish farming in the Lake Basin area. LBDA Reports, Vol. I–V

Développement et recherches aquacoles à

Directeur du Projet FED
Antananarivo, Madagascar

Figure 1

Figure 1. Stations piscicoles à Madagascar


BITBureau International du Travail
CENRADERUCentre National des Recherches Appliquées au Développement Rural (ou FOFIFA)
CNRECentre National de Recherche pour l'Environnement
CNROCentre National de Recherches Océanographiques
CTFTCentre Technique Forestier Tropical
DPADirection de la Pêche et de l'Aquaculture
DRADépartement des Recherches Agronomiques
DRDDépartement Recherche-Développement
DRFPDépartement des Recherches Forestières et Piscicoles
DRHDirection des Ressources Halieutiques
EASTAEcole d'Application des Sciences et Techniques Agricoles
EESSAEtablissement d'Enseignement Supérieur des Science Agronomiques
FAOOrganisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture
FISFondation Internationale pour la Science
FNDEFonds National pour le Développement et l'Equipement
ISNARInstitute Service for National Agricultural Research
MDRMinistère du Développement Rural
MERHMinistère de l'Elevage et des Ressources Halieutiques
MGFFranc malgache (en 1992, 1 FRF = 300 MGF)
MPAEFMinistère de la Production Animale et des Eaux et Forêts
MPARAMinistère de la Production Agricole et de la Réforme Agraire
MRSTDMinistère de la Recherche Scientifique et Technologique pour le Développement
ONGOrganisation non gouvernementale
ORSTOMOffice de Recherches Scientifiques et Techniques d'Outre-Mer
PDRAPlan Directeur de la Recherche Agricole
UFSHUnité de Formation Supérieure Halieutique
USDdollar des Etats-Unis d'Amérique (en 1992, 1USD = 1 800 MGF)


1.1 Historique du développement

1.1.1 Phase de développement

La pisciculture existe à Madagascar depuis 1914. Elle était cependant très limitée jusqu'en 1950, année à partir de laquelle elle a pris de l'extension avec l'introduction de nouvelles espèces dont le tilapia et grâce à l'encadrement au sein des groupements de collectivités par le Service des Eaux et Forêts, en collaboration avec la Section des Recherches piscicoles.

En 1962, on recensait à Madagascar 85 000 étangs de pisciculture familiale. Ce chiffre a considérablement diminué à partir de 1964 pour trois raisons principales:

Face à ce déclin, le Centre Technique Forestier Tropical (CTFT) a axé ses recherches sur la maîtrise de la technologie de production d'alevins de carpe commune, variété royale. Introduite en 1959, cette espèce sélectionnée à croissance rapide et très prolifique, était appréciée par les consommateurs et parfaitement adaptée au biotope rizière. Par ailleurs, les autorités malgaches ont sollicité l'assistance technique et financière de bailleurs de fonds étrangers. Aussi, de 1974 à ce jour, six projets de développement de l'aquaculture se sont succédés avec l'appui de différents organismes spécialisés: Bröt für die Welt, PNUD/FAO et FED. Ces projets ont eu pour activités:

En 1979, le projet MDR/PNUD/FAO-MAG/76/002: “Développement de la pêche continentale et de l'aquaculture” a élaboré un document technique intitulé: “Plan de développement et d'encadrement des pêches continentales et de l'aquaculture (1980–2000)”. Il esquissait entre autre un programme de promotion de la pisciculture et de développement de l'aquaculture en eau saumâtre. Bien que le planning de programme envisagé ne fût pas totalement respecté (budget, construction d'écloseries, stocks de géniteurs, etc.), il n'en demeure pas moins que ses résultats ont eu le mérite de relancer l'aquaculture et de la diversifier. Parallèlement, on a assisté à d'importantes activités de recherche présentées dans le chapitre 2.

1.1.2 Infrastructures

Les infrastructures piscicoles étatiques destinées à soutenir le développement sont présentées au Tableau 1. Il y a six stations piscicoles continentales totalisant 184 étangs (9,69 ha sous eau) et une station aquacole côtière (9 étangs pour 8 ha sous eau). De ces stations, cinq sont utilisées pour la production à 100 pour cent.

1.1.3 Personnel

En 1992, le personnel administratif et de station comprend 18 cadres supérieurs, 16 cadres moyens, 32 employés - de courte durée - et 12 ouvriers. A cela s'ajoute le personnel de vulgarisation (voir Section 1.1.4 (b)).

Tableau 1

Infrastructure piscicole étatique

Stations opérationnellesEtangs
NombreSuperficie sous eau
Superficie en production (%)
Stations piscicoles   
• Ambatofotsy/Ambatolampy413,26100
• Ampamaherana240,93100
• Sisaony352,05100
• Ambohidray310,83100
• Analabe441,9250
• Ambatolaona90,7060
Station aquacole côtière   
Nosy Be98,00100
Total général19317,6993
1.1.4 Activités de support
  1. Législation

    Il existe près d'une dizaine de textes en vigueur qui réglementent les activités d'aquaculture. La majorité de ces textes datent de 1960. Il y a impérativement nécessité de les mettre à jour afin de créer l'environnement juridique favorable pour stimuler et rationaliser le développement de l'aquaculture. C'est ainsi que la DRH a élaboré, avec l'assistance technique du projet MPAEF/PNUD/FAO-MAG/85/014: “Assistance à l'administration des pêches et de l'aquaculture” et du Bureau juridique de la FAO, un projet de loi qui définit les principes de base devant présider à la gestion rationnelle des pêches et de l'aquaculture à Madagascar. Ce projet accompagné des décrets et arrêtés d'application est actuellement finalisé.

  2. Vulgarisation

    En 1953, le Centre Technique Forestier Tropical (CTFT) a établi un programme de mise en valeur des eaux continentales. Il prévoyait essentiellement la création d'une pisciculture en étang et le développement/perfectionnement d'une pisciculture en rizière, déjà existante sur les Plateaux. La réalisation de ce programme demandait entre autre la mise en oeuvre d'une politique de propagande et de vulgarisation des techniques d'élevage. La vulgarisation a été conçue de façons diverses suivant les régions: étangs de démonstration, pisciculteur témoin, distribution de primes, brochure de vulgarisation en malgache. Le développement piscicole a été important jusqu'en 1962, surtout dans les faritany d'Antananarivo et de Fianarantsoa grâce au dynamisme des agents du Service forestier et à la collaboration des autorités administratives. On recensait alors 85 000 étangs de pisciculture familiale.

    De 1964 à 1984, on a assisté à une diminution des étangs piscicoles dont le nombre a chuté jusqu'à 6 000. En fait, cette situation était prévisible dès 1956 car les actions de vulgarisation n'ont pas été conduites dans des conditions favorables. Le personnel du Service forestier chargé de l'encadrement et les moniteurs n'ont pas été convenablement formés. Beaucoup d'étangs ont été construits dans des conditions médiocres. On a cherché à construire le plus grand nombre d'étangs au détriment de leur qualité.

    Le CTFT s'est alors attelé à mettre au point des techniques de reproduction et d'élevage d'espèces économiquement intéressantes. Le projet PNUD/FAO-MAG/76/002 “Développement de la pêche continentale et de l'aquaculture” s'est efforcé d'aménager trois stations piscicoles principales productrices d'alevins et de former le personnel piscicole d'encadrement.

    C'est le Projet PNUD/FAO-MAG/82/014 “Vulgarisation de la pisciculture et développement de la pêche continentale” qui a eu le mérite de former et mettre en place dès 1983 le tout premier noyau de 30 vulgarisateurs piscicoles. Il a lancé l'idée de la création de producteurs privés d'alevins/vulgarisateurs, qui a été poursuivie et consolidée par le Projet PNUD/FAO-MAG/88/005 “Promotion de l'aquaculture et privatisation de la production d'alevins”. Cette nouvelle approche peut être maintenant considérée comme acquise pour devenir le thème central de la politique de développement de la pisciculture à Madagascar.

    Grâce notamment au bon fonctionnement du système de vulgarisation mis en place (43 vulgarisateurs piscicoles actifs en 1992), on assiste actuellement à:

    Les résultats obtenus en 1991 (Tableau 2) se sont encore améliorés en 1992. Il est fort probable que dans deux ans, les producteurs privés de la zone d'action du Projet MAG/88/005 seront en mesure de fournir entièrement les besoins d'alevins des paysans éleveurs. Déjà en 1992, ils assuraient 72,50 pour cent de la production totale d'alevins de la zone considérée (Tableau 3). Dès maintenant, il est envisagé de modifier la raison d'être des stations piscicoles étatiques. Elles devraient devenir des centres de formation et de démonstration, de production de géniteurs de qualité et d'hypophyses, de recherches d'appui.

  3. Crédit piscicole

    C'est tout récemment que le Projet MERH/PNUD/FAO-MAG/88/005 “Promotion de l'aquaculture et privatisation de la production d'alevins” a initié l'allocation de prêts de l'ordre de 200 000 MGF aux pisciculteurs artisanaux. Le remboursement a été excellent.

  4. Recherche

  5. Autres formes de soutien

    Des élevages expérimentaux sont entrepris uniquement sur financements locaux:

Tableau 2

Développement piscicole en 1991 dans la zone contrôlée par le projet

Nombre de pratiquants7 862 13 702   1 564
Nombre d'exploitations 9 454 21 60831 062
Superficie (ha)    156   1 310  1 466
Rendement moyen:     
• Rizière (kg/ha/cycle)      198 
• Etang (kg/ha/an)    825   
Production (tonne/an)    136    254     390

Note: Les chiffres de l'année 1992 ne sont pas encore disponibles

Tableau 3

Production d'alevins de carpe commune en 1992

Unité de productionNombreProduction d'alevins
(carpe commune)
Production des fermes privées (%)
Stations piscicoles gouvernementales  61 715 800 
Fermes privées productrices d'alevins581 244 54672,53

Notes: • Tous les producteurs privés sont du sexe masculin. La production d'alevins de carpe commune étant une nouveauté pour le paysan malgache, la femme et en particulier la femme du producteur ne joue pas encore un grand rôle dans l'exploitation.

• Les propriétés utilisées pour les étangs de production appartiennent toujours soit au producteur privé lui-même, soit à la famille au sens large. La plupart des producteurs exploitent des terrains qui appartiennent à leurs parents, et qui sont mis à leur disposition pour une durée indéterminée.

1.2 Cadre institutionnel du secteur

L'administration et la gestion des plans d'eau intérieurs et de la pisciculture étaient jusqu'en 1982 de la compétence de la Direction des Eaux et Forêts. Pour le secteur des pêches maritimes, elles incombaient à la Division des Pêches maritimes du Service de l'élevage qui était rattachée au Ministère de la Production agricole et de la réforme agraire (MPARA). En 1983, le Service de la pêche maritime rattaché au Ministère de la production animale et des eaux et forêts (MPAEF) a été créé alors que le Service de la Pêche continentale et de l'aquaculture demeurait sous la tutelle de la Direction des Eaux et forêts. Depuis 1985 le développement aquacole a été successivement du ressort de la Direction de la Pêche et de l'aquaculture (DPA) et de la Direction des Ressources halieutiques (DRH), du Ministère de l'Elevage et des Ressources halieutiques (MERH). Cette Direction résulte de la fusion du Service de la Pêche maritime et du service pêche continentale/aquaculture. Elle regroupe en son sein, au niveau d'un même service, les activités d'aquaculture continentale et côtière.

Les principaux objectifs de la DRH sont de concevoir, de proposer et de mettre en oeuvre la politique de développement des productions halieutiques dans le cadre des orientations données par le Gouvernement malgache. Une stratégie générale en aquaculture a été adoptée, les objectifs à atteindre fixés et les actions à entreprendre définies.

En 1992, les budget alloués au sein du gouvernement à MERH et DRH sont précisés au Tableau 4. Au total, seulement 0,72 pour cent du budget total a été alloué à MERH. La pisciculture a reçu 9,7 pour cent de ce faible budget MERH.

1.3 Education et formation

Il existe à Madagascar quatre institutions de formation concernées par l'aquaculture: l'Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques (ESSA), la filière Océanologie de l'Université de Toliara, l'Unité de Formation Supérieure Halieutique (UFSH) et l'Ecole d'Application des Sciences et Techniques Agricoles (EASTA). Cependant, aucune d'elles n'est spécialisée en aquaculture. En plus, les formations qui y sont dispensées sont dominées par l'enseignement théorique et académique, si bien qu'à la fin de leurs études, les étudiants sortants de ces institutions sont inefficaces et ne satisfont ni l'administration, ni les entreprises qui les recrutent.

Une étude récente (non encore publiée) réalisée par le Projet PNUD/FAO-MAG/85/014 “Assistance à l'administration des pêches” formule les nouvelles orientations de la formation halieutique par rapport aux besoins et aux possibilités du pays. D'après cette étude, ce sont les besoins en techniciens qui ne sont que partiellement satisfaits. Elle précise en outre qu'il conviendrait de réorienter la formation vers un degré plus élevé de professionnalisation et vers une restructuration des institutions existantes et de leurs programmes de formation.

1.3.1 Ecole Supérieure des Sciences Agronomiques

Cette école prépare au diplôme d'ingénieur agronome mais ne forme pas de spécialistes en matière de pêche et d'aquaculture. Elle dispense des modules relatifs à l'halieutique au niveau de quatre départements: agronomie, polytechnique, élevage, eaux et forêts. Le volume consacré à la formation halieutique et aquacole est relativement faible par rapport à la totalité des heùres d'enseignement. Les élèves sortants de l'ESSA constituent le gros des cadre supérieurs de l'administration de la pêche et de l'aquaculture. A l'exclusion des ingénieurs halieutes qui ont été recrutés parmi les ingénieurs diplômés de l'ESSA, peu d'ingénieurs agronomes servent dans l'aquaculture.

1.3.2 Filière Océanologie de l'Université de Toliara

Elle forme des enseignants/chercheurs (diplôme d'études approfondies). Les enseignements théoriques et pratiques comprennent un module aquaculture. Sur les 24 diplômés de cette filière, un seulement a été recruté par le Département des recherches forestières et piscicoles, section pisciculture.

1.3.3 Unité de Formation Supérieure Halieutique

Cette unité fournit des ingénieurs halieutes et le programme de formation comprend des modules traitant de l'aquaculture. Sur les 50 ingénieurs halieutes formés par cette unité, 28 travaillent dans l'administration des pêches dont quatre dans la pisciculture, un dans la mariculture, un dans la recherche, un dans l'enseignement (EASTA). L'UFSH envisage la formation de techniciens supérieurs.

Tableau 4

Financement gouvernemental du développement de la pisciculture en 1992

Nature des financementsBudget Gouvernement
('000 MGF)
Budget MERHBudget DRHBudget pisciculture
'000 MGF%
Budget général de fonctionnement219 900 0002 181 4540,99   381 38517,48  10 000  0,45  3
Fonds national de développement et de l'équipement (investissements)261 700 0001 294 0000,49   669 00051,70326 00025,0048
Total481 600 0003 475 4540,721 050 38530,22336 000  9,7032
1.3.4 Ecole d'Application des Sciences et Techniques Agricoles

Cette école forme des adjoints techniques mais en raison de l'insuffisance de moyens matériels, financiers et humains (enseignants) pour son fonctionnement, l'enseignement à l'EASTA est surtout théorique. La conséquence est que les diplômés de cette école rencontrent de réels problèmes d'embauche. Aussi, sur les 38 sortants de cette école depuis sa création, moins d'une dizaine seulement ont trouvé des emplois dont deux dans la pisciculture (contractuel).

1.4. Plans de développement

Conscient du fait que l'aquaculture peut apporter des compléments de protéine et de revenu non négligeable à la population rurale malgache, le MDR a préparé en 1979 un Plan général de développement des pêches continentales et de l'aquaculture qui couvre la période 1980–2000. Ce programme répond aux possibilités raisonnables de production pour laquelle il fixe les objectifs majeurs à atteindre par période de cinq ans, afin d'asseoir sur des bases solides une politique progressive de développement, aussi bien dans la continuité et la consolidation des opérations en cours que dans la promotion d'opérations nouvelles à envisager.

Ce programme, qui reprenait les programmes des différents plans quinquennaux antérieurs, couvrait les domaines de:

Le programme citait également d'autres possibilités de développement sectoriel qui présentent certains aspects économiques non négligeables; salmoniculture, anguilliculture, crevetticulture (eaux douce et marine), ostréiculture, élevages de tortues et de grenouilles.

L'incidence de ce développement piscicole a été évaluée pour autant que:

Depuis la publication de ces orientations, on a assisté à la mise en oeuvre d'actions qui ont relancé l'intérêt des privés et des services publics pour le développement de l'aquaculture à Madagascar, avec ou sans l'assistance de financements extérieurs.

En 1985, le document “Politique en matière de production halieutique” a inclus le développement de l'aquaculture, tout en définissant les objectifs et les stratégies à adopter pour sa réalisation.

En 1992, le plan directeur des pêches et de l'aquaculture a traité des possibilités de développement de la pisciculture, des actions proposées ainsi que de la promotion de l'élevage des crevettes marines.

1.5 Evaluations

1.5.1 Potentiel de développement

En 1989, le Service des Statistiques Agricoles faisait état de l'existence de 930 000 ha de rizières. Selon différents auteurs, la superficie des rizières empoissonnables après aménagement préalable sont évaluées à 150 000 ha avec une production potentielle de 30 000 tonnes. Les superficies réellement connues sont celles où ont été réalisées des études de faisabilité de développement de la rizipisciculture: Vakinankaratra, Fianarantsoa, Bezaha, Andapa qui totalisent 61 500 ha.

En pisciculture, la situation est difficile à cerner. Les superficies et les productions ont été basées sur des estimations sauf dans les zones où le projet MERH/PNUD/FAO de développement de la pisciculture est actuellement exécuté.

La pisciculture de la truite est vouée à rester cantonnée dans les régions d'altitude. La station piscicole de Manjakatompo a une capacité de production de 10–15 tonnes de truites portions.

En général, les zones à vocation piscicole sont situées:

Pour l'aquaculture de crevettes, les sites potentiels de la côte ouest représentent une surface totale utile de 52 800 ha, pour une production estimée à 58 000 t. Ces sites sont des tannes localisées en limite supérieure de la zone intertidale.

1.5.2 Contraintes de développement de l'aquaculture

A Madagascar, malgré l'engouement de la population rurale pour la pisciculture, les obstacles majeurs à son développement restent toujours la pénurie d'alevins d'espèces économiquement intéressantes et la non-maîtrise des techniques d'élevage. L'augmentation des surfaces rizipiscicoles a toujours été en étroite relation avec les quantités d'alevins disponibles, produits et distribués par les services étatiques. Cette contrainte est cependant sur le point d'être résolue par la mise en place et l'organisation d'un secteur privé, producteur d'alevins et réparti en milieu rural. Il faudra ajouter à cette organisation la privatisation de la fabrication et de la vente d'intrants ainsi que la constitution de ces entités en groupements professionnels.

Le développement de la pisciculture est lié à d'autres contraintes: insuffisance et mauvais état des routes, dégénérescence des souches de géniteurs, faible niveau de technicité des pisciculteurs, manque de chercheurs qualifiés, de personnel d'encadrement et de vulgarisation.

L'élevage de crevettes est récent. Bien que sa faisabilité technique au niveau de la ferme pilote ait été démontrée, des contraintes pouvant freiner son développement existent:

1.5.3 Commercialisation des produits aquacoles par les marchés intérieur et extérieur

Il y a un besoin croissant de protéines animales en raison de l'accroissement démographique et de la compétitivité avec le prix de la viande, souvent plus cher que le poisson, surtout en milieu rural. Par ailleurs, le prochain plan quinquennal voudrait développer et diversifier les produits marins d'exportation.

Si l'aquaculture en eau douce est une alternative pour ravitailler les consommateurs locaux, notamment dans les zones à forte densité démographique ou les zones rurales isolées, difficiles d'accès, là où la pêche est faible ou inexistante, l'aquaculture marine vise par contre le marché extérieur.

Le programme cadre de développement de la pêche et de l'aquaculture élaboré en 1992 cherche à:

1.5.4 Rentabilité des productions aquacoles

Kiriloff (1989) a fourni les premières informations sur la rentabilité de l'exploitation de la station piscicole d'Ambatolampy qui bénéficiait d'une gestion autonome et d'une assistance technique. L'exploitation, qui se spécialisait dans la production d'alevins, avait été déficitaire pendant deux campagnes. En 1987/1988, la perte atteignait 19,4 millions MGF pour un chiffre d'affaires de 20 millions. En 1988/1989, la perte avait diminué à 14,1 millions MGF pour un chiffre d'affaires de 32,1 millions. Le prix de revient de l'alevin vendu aux paysans avait baissé de 59,8 MGF à 37,2 MGF par unité. Cette baisse était due à l'augmentation de la production d'alevins et surtout à la diminution des coûts de transport qui constituent le poste le plus important des charges d'exploitation de la station piscicole. A noter toutefois que l'étude de rentabilité incluait le coût de transport de l'assistance technique.

De 1989 à 1991, le projet MERH/PNUD/FAO “Promotion de l'aquaculture et privatisation de la production d'alevins” poursuivait l'étude de rentabilité chez des producteurs d'alevins privés qui étaient également producteurs de poissons marchands. L'évaluation financière de la spéculation a montré que tous ceux qui ont produit des alevins ont eu une marge bénéficiaire positive et ont récupéré dès la première année le montant des investissements, dont plus de 70 pour cent représentent le coût fictif d'un salaire pour le propre travail des producteurs privés. Durant la campagne 1991–1992, pour des charges d'exploitation moyennes de 196 587 MGF, y compris l'amortissement de l'infrastructure et du petit matériel chez six producteurs privés artisanaux de la région de Fianarantsoa, le revenu de la vente d'alevins et de poissons marchands s'est élevé à 653 993 MGF, soit une marge bénéficiaire brute de 457 405 MGF par exploitant.

Par ailleurs, toujours dans le cadre du même projet et durant la même campagne, des enquêtes de vérification des productions en rizière ont identifié une marge bénéficiaire brute de 33 590 MGF par 10 ares et par cycle. Elles ont aussi montré que la valeur de la production en poisson est presque identique à celle du paddy. En pisciculture d'étang, le bilan a démontré une marge bénéficiaire de 8 630 MGF par are et par cycle.

Dans le domaine de l'aquaculture marine, une étude d'investissements et de rentabilité d'une ferme industrielle de crevettes pénéides a été également réalisée. En fait, il ne s'agit que d'une analyse sommaire des comptes d'exploitation, réalisée sur un site théorique, dans le but de donner à d'éventuels promoteurs une idée de la rentabilité d'un tel projet. Les résultats ont fourni un taux satisfaisant de rentabilité simple de 40 pour cent, avec récupération des investissements au cours de la cinquième année et un rapport chiffre d'affaires/investissement égal à 1,1.

1.5.5 Caractéristiques des groupes cibles

Le secteur pisciculture cible tous les milieux, plus particulièrement le milieu rural qui ne bénéficie pas des facilités offertes par l'organisation de ravitaillement de masse des produits de la pêche aux populations urbaines.

Pour assurer l'empoissonnement annuel des étangs et des rizières, l'expérience a montré qu'il convient de mettre en place un réseau artisanal de producteurs privés d'alevins qui se substitue aux stations piscicoles étatiques. Cette nouvelle spéculation nécessite une compétence technique de niveau supérieur devant maîtriser les technologies de production d'alevins et de poissons de consommation. On pourra ainsi assister à l'émergence d'une catégorie de population qui fera de la pisciculture une activité de rente, au lieu d'être une activité marginale comme ce fut toujours le cas.

La pisciculture industrielle n'existe pas encore à Madagascar, mais elle est destinée à être installée autour des agglomérations et sera le fait des opérateurs.

En mariculture, l'aquaculture de crevettes est le plus intéressant parmi les élevages qui ont été testés, mais elle nécessite des investissements lourds qui ne peuvent être consentis que par des entreprises privées nationales ou étrangères. Actuellement, ce sont surtout les sociétés de pêche industrielle de crevette maîtrisant déjà le conditionnement et le marché qui envisagent l'aquaculture industrielle de cette espèce. une telle société a joué parfaitement son rôle de promoteur et d'investisseur lors de l'établissement de la ferme pilote de Nosy-Be, dans le cadre du projet MERH/PNUD/FAO-MAG/88/006 “Ferme pilote d'aquaculture de crevette”.

1.5.6 Besoin en crédit/capital pour les différents types d'aquaculture

La section 1.5.4 ci-dessus a traité globalement de la faisabilité technico-financière de certaines exploitations aquacoles.

Le projet MERH/PNUD/FAO-MAG/88/005 a démontré le succès que peut enregistrer le crédit piscicole en milieu rural. Il faut cependant noter que le montant des prêts a été peu élevé, de l'ordre de 200 000 MGF et leur remboursement en a été facilité. Avec la généralisation du système et pour des exploitations de plus grande envergure, on devrait envisager l'octroi de taux d'intérêt préférentiels ou d'aménagement des conditions de crédit (taux de remboursement différé, etc.).

Le projet MERH/PNUD/FAO-MAG/88/006 a, quant à lui, montré la nécessité de recourir à des emprunts élevés, si l'on tient compte de l'importance des investissements nécessaires pour la construction de fermes aquacoles de crevettes. Pour une ferme de 300 ha dont l'objectif est la production de crevettes de gros calibre (792 t/an), on aura, par exemple, besoin d'un investissement total équivalent à 7,5 milliards MGF (ferme + écloserie).

1.6 Statistiques de production

Tableau 5

Production de poisson de consommation (en tonnes)

Sources de production1960'70'71'80'84'85'86'87'89'90'91'92
Pisciculture en étangs865508331250-----  70  88335
Rizipisciculture  15  72  82100190284181194215161254720
Mariculture (crevettes)--------    6  12    8 3,3

Jusqu'en 1988, il n'existait pas de statistiques de production aquacole fiables d'autant plus qu'il ne s'agissait pas d'activité véritablement spéculative. La production aquacole de poisson de consommation figurant au Tableau 5 est basée sur les informations suivantes:

1.7 Projets de développement aquacole

La liste des projets de développement aquacole qui ont été réalisés depuis les années 70 est donnée en Annexe. Ils sont brièvement résumés ci-dessous.

1.7.1 Projets financés par le PNUD et exécutés par FAO/Madagascar
  1. Projet MAG/76/002: “Développement de la pêche continentale et de l'aquaculture” (1977–1983)

    Ce projet multidisciplinaire a permis de relancer l'aquaculture pour faire face au déclin de ce secteur dû à la méconnaissance des techniques d'élevage, l'inexistence d'encadrement technique des pisciculteurs, l'insuffisance d'appui financier et le manque d'alevins d'espèces économiquement intéressantes. Ce projet ambitieux par la diversité de ses objectifs, a réalisé dans le cadre spécifique de l'aquaculture:

    Ce projet a inauguré la diversification du secteur de l'aquaculture et a démontré la capacité des services gouvernementaux à appuyer le développement de la pêche continentale et de l'aquaculture.

  2. Projet MAG/82/014: “Vulgarisation de la pisciculture et développement de la pêche continentale” (1985/1988)

    L'activité essentielle du projet a été la vulgarisation de la pisciculture en milieu rural dans six fivondronampokontany (ex-districts) de la région du Vakinankaratra. Le projet a contribué à l'augmentation de la livraison d'alevins et du nombre de paysans pratiquant la pisciculture: 420 486 alevins distribués en 1986/1987 et 730 000 en 1988/1989.

    Face aux problèmes rencontrés durant son exécution, le projet a conclu entre autre à la nécessité de:

  3. Projet MAG/88/005: “Promotion de l'aquaculture et privatisation de la production d'alevins” (1989/1993)

    Il a pris la relève du projet précédent pour consolider les acquis et surtout pour tester une nouvelle approche de développement du secteur aquacole basée sur la production d'alevins et la vulgarisation des techniques d'élevage piscicole par des producteurs privés. Ce système d'approche semble avoir donné les résultats attendus et au cours de la campagne 1992/1993, 58 producteurs privés d'alevins ont produit environ 1 244 000 alevins, dont un peu plus d'un million ont été vendus aux pisciculteurs voisins (Tableau 3).

    Par ailleurs, la mise à la disposition du projet des stations piscicoles d'Ambatolampy et d'Ampamaherana a doté ces dernières d'une réelle autonomie financière et a permis l'amélioration des techniques de reproduction et d'alevinage. La production d'alevins est passée de 1 313 600 en 1989/1990 à 2 405 000 en 1990/1991.

    La mission d'évaluation du projet qui a eu lieu en décembre 1992 a recommandé principalement:

  4. Projet MAG/86/005: “Développement agricole intégré de la région du lac Itasy”

    Il a les mêmes objectifs que le projet précédent tout en s'adressant au secteur agricole dans son ensemble. Au cours de la campagne 1991/1992, neuf pisciculteurs privés ont été encadrés. Il ont vendu localement 117 000 alevins sur une production totale de 204 000 unités.

    Il a également réalisé une étude technico-économique de l'élevage en cage flottante au lac Itasy. Ce système d'élevage, une fois mis au point, pourrait rehausser la production du lac qui a accusé une baisse depuis quelques années. Les premiers résultats ont montré que sa rentabilité dépend de facteurs tels que la maîtrise des techniques piscicoles et la production d'aliments artificiels, qui restent encore à mettre au point.

  5. Projet MAG/88/006: “Ferme pilote d'aquaculture de crevettes” (1989/1992)

    Une ferme pilote expérimentale pour la production de crevettes, équipée d'une écloserie moderne, a été construite à Nosy-Be. Les opérations d'élevage ont commencé en 1989. Les résultats obtenus sont positifs et proches des prévisions. Il s'est avéré que le développement crevetticole devra s'appuyer sur une stratégie d'élevage de type semi-intensif, le plus adéquat pour Madagascar, avec l'espèce Penaeus monodon. La ferme peut produire chaque année plus de six millions de post-larves. Néanmoins des contraintes subsistent:

    Le gouvernement est déjà sollicité par des opérateurs nationaux et étrangers désirant implanter des élevages de crevettes marines à différents endroits de la côte ouest. L'un d'entre eux construit actuellement une ferme de 800 ha dans la baie de Mahajamba (Mahajanga); il élève aux fins de grossissement jusqu' à la taille marchande dans des étangs de 10 ha des post-larves en provenance de la ferme pilote de Nosy-Be.

1 acadja: zone-refuge constituée par une plantation de branchages en pleine eau, fonctionnant comme site d'élevage et pêcherie-pilote

1.7.2 Projet FED

Projet FED/MAG/6023: “Promotion et vulgarisation de la rizipisciculture” (1992/1997)

Les objectifs de ce projet sont identiques à ceux du projet MERH/PNUD/FAO-MAG/88/005 qui constitue un pilote: augmentation de 270 t/an de la production de poisson par le développement de la pisciculture dans les étangs et dans 8 000 ha de rizières des petits périmètres irrigués d'Andapa et de Bezaha.

1.7.3 Autres projets de développement sur financement local
  1. Ostréiculture

    Des élevages d'huîtres ont été expérimentés depuis 1986 dans la baie de Sarodrano (Toliara) avec l'espèce Crassostrea cucullata. Ils sont réalisés en casiers à partir soit de jeunes huîtres détroquées de différentes provenances locales, soit de larves récoltées sur des tuiles chaulées. L'étude se propose aussi de faire le bilan économique de l'exploitation.

  2. Salmoniculture

    Disposant d'installations d'une capacité de production annuelle de 10–15 t de truites portions, la station truiticole de Manjakatompo où sont élevées les espèces Salmo fario et S. irideus n'a jamais été exploitée rationnellement.

    Une étude de faisabilité de l'exploitation à l'échelle commerciale a été réalisée mais seule une étude de marché pourrait justifier la privatisation de la station.

  3. Elevage de Chanos chanos

    Depuis 1992, des élevages expérimentaux du poisson euryhalin Chanos chanos en monoculture ou en polyculture avec les crevettes pénéides sont en cours à Mahajanga, en étangs côtiers établis dans l'arrière-mangrove. Ils sont réalisés sur les bases des résultats d'essais menés à Antsiranana (saline) et par la ferme pilote de Nosy-Be.

Previous Page Top of Page Next Page