Previous Page Table of Contents


APPENDIXES/ANNEXES


1. List of participants/Liste des participants

BENIN/BÉNIN

SENOUVO Prosper
Chercheur/Chargé de Programme
INRAB, 01 BP 884 Cotonou
Tél: (229) 300264
senouvoprosper@yahoo.fr

SANNI Djawadou
Personne ressource
01 BP 2466 Porto-Novo
Tél:(229) 223811
sanni_djawadou@yahoo.fr

NJOCK Jean-Calvin
Responsable gestion des ressources aquatiques
RSU/PMEDP
Programme pour des moyens d’existance durables dans la pêche
01 BP 1369 Cotonou
Tél:(229) 330925
jeanCalvin.Njock@sflp-pmedp.firstnet.bj

BURKINA FASO

KABRE T.André
Directeur, Institut de développement Rural
Université polytechnique de Bobo-Dioulasso
01 BP 1091 Bobo 01, Bobo-Dioulasso
Tél:-(226) 97 33 72/23 17 34
Fax:(226) 970557/982577
ankab226@yahoo.fr

ZERBO Henri
Coordinateur du Projet de co-gestion des pêcheries de Bagré et Kompienga
BP 7010, Direction générale des ressources halieutiques
Ouagadougou
Tél: (226) 616304/710295
henri.zerbo@liptinfor.bf

ZONGO Alfred
DRAHRH-HB
BP 577 Bobo Dioulasso
Tel: (226) 970256

CHAD/TCHAD

MADINGAR Nenodji
Directrice adjointe des forêts
BP 447 N’Djamena
Tél: (235) 52.31.28/29.39.24
Nenondji2001@yahoo.fr

TCHOUADANG Kadjonga
Directeur général du génie rural et de l'hydraulique agricole
B.P 47 N’Djamena
Tél: B (235) 52 24 48;
D (235) 53 45 29;
Cell (235) 28 44 08
Fax: (235) 52 09 78
dgrha@intnet.td
kadjonga@yahoo.fr

CÔTE D’IVOIRE

AMATCHA Yobouet Charlotte
Sous-Directeur de l’aquaculture
BP V 19 Abidjan
Tel:(225) 21253453
Fax:(225) 20214796
steinmetz@aviso.ci
fao-civ@field.fao.org

GNEPO Aka Benjamin
Chargé de Programme
PAM-Yamoussoukro
01 BP 1747 Abidjan 01
Tél: (225) 31658230
benjamin.gnepo@wfp.org

COULIBALY Dramane
Coordinateur-Formateur
APDRA-CI
BP 1104 Daloa
Tel: (225) 07432221/32780138
apdraci2@aviso.ci

YTE Wongbé
Chef de programme
Coordonnateur de L'UNC-CI/CBF
Centre national de recherche agronomique (CNRA)
BP 602 Gagnoa
Tél. (225) 32 77 24 94
cbfcnra@aviso.ci
ytealexis@yahoo.fr

GHANA

ZIDDAH Peter
Directorate of Fisheries,Mofa
P.O.Box 630 Accra

OWUSU Billy Samuel
Deputy Chief Executive (e)
Irrigation Development Authority
P.O.Box M 154, Accra

AKATSE James
Dep. Director, Operations Department
IPM MASTER TRAINER
Ghana Irrigation Development Autority (GIDA)
P.O. Box M 154, Accra
Tel: 021-66 8661
027-74 78191
jamesakatse@yahoo.com

ABBAN Eddie Kofi
Head of Fishery and Aquaculture
Water Research Institute
P.O.Box M.32, Accra
eddie_abban@hotmail.com
csir_wri@yahoo.com

GUINEA/GUINÉE

BENTZ Barbara
Agro-économiste
Projet Pisciculture Guinée Forestière
BP 570 AFVP Conakry

MALAYSIA/MALAISIE

PREIN Mark
Senior Scientist, Program Leader,
Freshwater Resources Research Program
WorldFish Center, GPO Box 500
10670 Penang
Tel: (60) 4 6261606
Fax: (60) 5 6265530
m.prein@cgiar.org
www.worldfishcenter.org

MALI

KIENTA Moussa
Conseiller technique
BP 3299 Bamako
Tél:(223) 221.87.25
Fax:(223) 2218737
abouare@arc.net.ml

BAMBA Aliou
Directeur du Projet de développement rural intégré à l’aval du barrage de Manantali (PDIAM)
DNAER - PEDIAM Mali
PDIAM BP 275 Bamako
Tél/fax: (223) 228 15 62
bambaaliou@yahoo.fr

CISSE Ibrahim
Formateur en GIPD
Direction régionale appui au monde rural
Mopti
Fao-mli@field.fao.org

CAMARA Odile
Direction nationale de l’aménagement et de l’équipement rural
Chargé de la pisciculture (DNAER)
BP 275 Bamako
Tél:(223) 222.59.73/222.58.50
Fax:(223) 222.11.33
camaraodile@yahoo.com

TOURE Mahamadou
Directeur adjoint
Bureau Séné yiriwaso
BP 32 Bougouni/IVC
Tél: B:(223) 265.11.57/D: (223) 265.13.26
Cel: (223) 637.90.12
Bamako:(223) 674.67.22

HAIDARA Hinna
Directeur général adjoint ODRS
47, Rue Mohamed 5
BP 3 Bamako
Tél: (223) 222.54.03
Fax:(223) 222.83.08
odrs@afribone.net

DIARRA Siaka
Chef Section gestion halieutique
Direction régionale aménagement et
équipement rural
Sikasso - BP 424
Tél: (223) 262.01.16
abdoulaye.hamadoun@ier.ml

NETHERLANDS/PAYS-BAS

VAN DAM Anne
Senior Lecturer UNESCO-IHE
P.O.BOX 3015, 2601 DA DELFT
Tel: +(31) 152151712
Fax: +(31) 152122921
a.vandam@unesco-ihe.org

BOSMA Roelof Herman
Project Manager INREF-POND
Chairgroup Fishculture and fisheries
Animal
Wageningen University
roel.bosma@wur.nl

NIGER

NA-ANDI Mamane Tahir
Chef Division statistique et vulgarisation
BP 721 Niamey
Tél:(227). 73.82.04/929540/734069
ucnpmedp@intnet.ne
faune@intnet.ne

OUSSEINI Bachir
Conseiller technique du Ministre
Ministère du développement agricole
Niamey
Tél:(227) 73.20.58
bachousseini@yahoo.fr

NIGERIA/NIGERIA

OKOYE Fabian
Chief Research Officer
NIFFR. P.M.B. 6006 New Bussa
ikachiv@yahoo.com

MILLER Jim
Technical Advisor FAO Nigeria
FAO, No.3 Oguda Close, off Lake Chad
Crescent, Maitama, Abuja,
P.M.B 396 Garki-Abudja
Tel: (234) 9.413.7546/0803.592.8586
jimfish@bledsoe.net

OYEBANJI, Oyesola Olumide
Deputy Director/Senior Facilitator NSPFS FAO, No.3 Oguda close off Lake Chad Crescent Maitama
P.M.B 396 Garki-Abuja
SHIMANG Gogwim
Director of Fisheries
P.M.B 135, Area 11, Garki Abuja
Tél: 234- 9-5230289/08033150342
gogwimshimang@linkserve.com

SENEGAL/SÉNÉGAL

HAMA Garba Mohamed
Chargé de Programme
ENDA Tiers Monde
BP 3370 Dakar
hamag67@hotmail.com

SARR Babacar
Agro-pisciculteur
BP 34
Tél: 966.61.03
mndiade@sentoo.sn

BOUSSO Tidiane
Directeur de la pêche continentale et de l’aquaculture
Km 10,50 Bd du Centenaire de la Commune de Dakar
BP 11979 Dakar
Tél: (221) 854 07 96
Fax: (221) 854 07 96
tbousso@sentoo.sn

UGANDA/OUGANDA

GREGORY Rick
Technical Advisor
Small-scale Aquaculture project
Department for International Development (DFID)
Rwenzori CTS, Kampala
Tel: (256) 41 222568
Fax: (256) 41 222568
gregory@spacenetuganda.com

UNITED KINGDOM/ROYAUME-UNI

GOWING John
School of Agriculture, Food and
Rural Development
University of Newcastle,
Newcastle upon Tyne, NE1 7RU
j.w.gowing@ncl.ac.uk

FAO - GHANA
REGIONAL OFFICE FOR AFRICA/
BUREAU RÉGIONAL POUR L’AFRIQUE

KALENDE Mulonda Boniface
RAFI-Aquaculture Specialist/
Spécialiste de l’aquaculture
FAO-RAF P.O.Box 1628 Accra
mulonda.kalende@fao.org
kalendeboni@yahoo.fr

MOEHL John
Regional Aquaculture Officer/
Fonctionnaire régional chargé de l’aquaculture P.O.Box 1628 Accra
john.moehl@fao.org

FAO - HEADQUARTERS/SIÈGE (ITALY/ITALIE)

HALWART Matthias
Fishery Resources Officer (Aquaculture)
FAO-Inland Water Resources and Aquaculture Service/
Spécialiste des ressources halieutiques Service des ressources des eaux intérieures et de l’aquaculture
Viale delle Terme di Caracalla
00100 Rome
Tel.: (39) 06 570 55080
Fax: (39) 06 570 53020
matthias.halwart@fao.org

BEERNAERTS Inès
Water Resources Officer
FAO-Water Resources, Development and Management Service/
Fonctionnaire technique
Service des eaux - ressources, mise en valeur et aménagement
Viale delle Terme di Caracalla
00100 Rome
Tel: (39) 06 570 54366
ines.beernaerts@fao.org

BRUGERE Cécile
Fishery Planning Analyst (Aquaculture Economics)
FAO - Fisheries Development and Planning Service/
Analyste de la planification des pêches Service de planification du développement des pêches,
Viale delle Terme di Caracalla
00100 Rome
Tel: (39) 06 570 54410
Fax: (39) 06 570 56500
cecile.brugere@fao.org

INSTITUTIONS/INSTITUTIONS

WARDA/ADRAO
MALI

KIEPE Paul
Inland Valley Consortium IVC Scientific Coordinator
WARDA, BP 320 Bamako
Tel: (223) 2223375
Fax:(223) 2228683
p.kiepe@cgiar.org

SUMBERG James
Program Leader
WARDA, BP 320 Bamako
Tel: (223) 2223375
Fax:(223) 2228683
j.sumberg@cgiar.org

GAYE Moustapha
Research Assistant
WARDA, BP 320 Bamako
Tel: (223) 2223375
Fax:(223) 2228683
m.gaye@cgiar.org

PSSA

SIDI Maïga
Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire
Bamako
Tel:(223) 233447
sidimaïga@yahoo.fr

TRAORE Abdoulaye
Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire,
Bamako
Tel:(223) 233447

UCN/PMEDP

CISSOKO Moussa
Unité de Coordination Nationale/
Projet pour des moyens d’existence durables dans la pêche-Sélingué
BP 275 Bamako
Tel:(223) 222559

2. Opening statement by the FAO Representative in Mali, Madame Nour/Discours de la Représentante de la FAO au Mali, Madame Nour, à l’ouverture de l’atelier

C’est à la fois un honneur et un agréable devoir pour moi de prendre la parole, au nom de la FAO, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier organisé conjointement par l’ADRAO et la FAO sur l’Intégration de l’Irrigation et de l’Aquaculture. Le choix de Bamako pour abriter l’atelier est très pertinent si l’on sait que, d’une part l’immense potentiel en irrigation dont dispose le Mali constitue aujourd’hui un enjeu majeur de la politique agricole du Mali et d’autre part que la tenue en Janvier 2003 d’une journée de réflexion sur la pêche au Mali vient de relancer le débat sur le développement de cette filière comme un des leviers principaux dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre la pauvreté.

Mesdames et Messieurs,

Le thème de l’Intégration Irrigation- Aquaculture est donc d’une grande importance pour le Mali. Il en est de même pour d’autres pays de la sous- région de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel en général. Cette importance est démontrée par la question très critique de la maîtrise de l’eau dans ces pays pour satisfaire les besoins primordiaux de leurs populations.

Durant la dernière décennie, la population totale de la Région Subsaharienne de l’Afrique s’est accrue de plus de 3%. Selon les prévisions, la population Ouest- Africaine va croître des 260 millions d’âmes qu’elle est aujourd’hui à environ 490 millions d’âmes en 2025. Près de 40% de cette population vivront dans des villes. En conséquence les besoins alimentaires vont s’accroître durant les 25 prochaines années dans la sous- région.

Ces besoins alimentaires de la population de la sous- région pourraient facilement être supportés par la production locale de l’agriculture. Mais, cette agriculture (production agricole et de la pêche) est aujourd’hui fortement tributaire des aléas climatiques. Dans ces conditions, les espoirs pour un accroissement de la production dans ces pays comparable à celle de la population passent obligatoirement par l’irrigation.

Les pêches de capture maritime et continentale, qui sont en stagnation ou en baisse, restent un sujet de préoccupation pour la sous- région. Le développement de l’aquaculture apparaît désormais comme la solution possible pour un accroissement des protéines animales.

Mesdames et Messieurs,

Au cours des dernières décennies, des efforts considérables ont été déployés sans succès pour le développement de l’aquaculture dans la sous- région. Les contraintes physiques, ainsi que la négligence voire l’ignorance des aspects socio- économiques, sont des causes essentielles qui sont à la base de ces échecs.

La consultation d’experts organisée par la FAO en 1992 avait identifié des programmes de recherche sur le développement de l’Aquaculture en Afrique Subsaharienne. Parmi ces programmes, l’intégration de l’aquaculture sur le périmètre irrigué a été jugée comme un des moyens rapides d’augmenter la production halieutique dans les pays sahéliens.

Cette proposition cadre bien avec les conclusions de la Conférence de Dublin de Janvier 1992 qui avait formulé des recommandations visant à de nouvelles formes de gestion de l’eau, inspirées des principes de mise en valeur intégrée des ressources en eaux.

Ces recommandations avaient été adoptées par la Conférence des nations unies sur l’environnement et le développement (CNUCED) de Juin 1992 à Rio de Janeiro.

Depuis lors, la FAO a initié des actions visant à la mise en pratique de ces recommandations et le présent atelier en constitue une.

Mesdames et Messieurs,

L’atelier a pour objectifs de réexaminer les résultats et les limites actuels des activités relatives à l'intégration irrigation- aquaculture en Afrique de l'Ouest, de réfléchir sur le développement d’une approche et de méthodologies communes pour cette intégration dans une perspective d'élaboration de stratégies nationales pour sa promotion.

Mesdames et Messieurs les Participants,

Cet atelier sera une occasion pour vous, les représentants des différents pays de la sous- région, les techniciens de la FAO et de l’ADRAO ainsi que pour les autres experts d’organismes invités à cette rencontre, de débattre sur ce sujet pour que l’introduction de la technologie de l’intégration Irrigation- Aquaculture (IIA) en Afrique de l’Ouest soit une réalité et puisse contribuer à un accroissement important de la production agricole et halieutique et au renforcement de la sécurité alimentaire.

Je souhaite plein succès aux travaux de l’Atelier et vous remercie de votre attention.

3. Opening statement by the Representative of the Ministry of Agriculture, Livestock and Fisheries in Mali, Mr Maïga/Discours du Représentant du Ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche au Mali, M. Maïga

Avant tout, permettez moi, au nom de M. Le Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, de souhaitez la bienvenue et une agréable séjour au Mali à tous les participants ici présents. L’honneur ainsi fait au Mali pour abriter les travaux de cet important atelier constitue pour nous un réel motif de fierté et nous remercions les organisateurs pour le choix porté sur Bamako.

Mesdames et Messieurs,

Dans la sous- région de l’Afrique de l’Ouest, le Mali est l’un des pays où il existe une potentialité de développement substantielle non encore exploitée relativement aux disponibilités en ressources en terres et en eau pour l’accroissement de la production agricole.

Au Mali nous sommes convaincus qu’une augmentation de la productivité de l'eau est fondamentale pour la production alimentaire et la lutte contre la pauvreté. En effet, les agriculteurs et les pêcheurs obtiendraient des rendements plus élevés et plus sûrs, s’ils exploitaient de la façon la plus profitable possible leurs ressources hydriques.

Mesdames et Messieurs les Participants,

La politique actuelle du Gouvernement en matière de Pêche vise à prendre les mesures utiles à l’accroissement de la contribution de ce domaine d’activité à l’économie nationale. Pour ce faire, il s’agira de mettre fin à l’ancienne dynamique de préhension sans reconstitution de la ressource. La pisciculture et les autres formes d'aquaculture sont une composante de la gestion intégrée de l'eau qui peut répondre à cette préoccupation, particulièrement dans les environnements biologiques crées par les projets d'irrigation.

C’est dans cette dimension que nous situons le grand intérêt que le Mali accorde au développement d’une approche et de méthodologies pour une véritable intégration de l’irrigation et de l’aquaculture.

Aussi, je reste convaincu que de vos travaux sortiront des recommandations pertinentes allant dans ce sens.

En tout cas, c’est donc cela que, comme les autres pays de la Sous- Région Ouest Africaine, mon pays sera vivement intéressé par les résultats du présent atelier.

Sur ce, je déclare ouvert les travaux de l’atelier sous régional organisé conjointement par l’ADRAO et la FAO sur l’Intégration de l’Irrigation et de l’Aquaculture en Afrique de l’Ouest.

Je vous remercie.

4. Agenda

DAY 1

Activities

Person(s)

Start at


Registration


8.30


Welcome

WARDA

9.00


Welcome

FAO

9.10


Opening statement

Ministry of Agriculture

9.20


Coffee


9.30


Introduction to workshop. Objectives. Justification for IIA

M. Halwart, J. Moehl, I. Beernaerts, P. Kiepe, C. Brugere

10.00


Characterisation of 3 key environments: Irrigated systems, floodplains, inland valleys

P. Kiepe

10.20


Conceptual aspects of IIA systems

I. Beernaerts, M. Halwart

10.40


Economic aspects of IIA development in West Africa

C. Brugere

11.00


Social and institutional aspects of IIA development

I. Beernaerts, J. Moehl

11.20


Recent studies on IIA in West Africa

J. Moehl with D. Sanni, J. Miller, K. Mulonda

11.40


Plenary discussion


12.00


Lunch (includes group formation)


13.00


Key environment 1: Irrigated systems (Asian experience)

J. Gowing

14.00


Key environment 2: Floodplains (Asian experience)

M. Prein

14.30


Plenary discussion


15.00


Working groups:(i) constraints to IIA development, by environment

Moderators

15.30


Plenary: Presentation of constraints

Moderators

16.30


Adjourn


17.00


Cocktail reception (Plaza Hotel)


19.00

DAY 2

Activities

Person(s)

Start at


IVC/WARDA

P. Kiepe

8.00


UNESCO-IHE Institute for Water Education (Netherlands)

A. Van Dam

8.15


ICLARM

M. Prein

8.30


APDRA

B. Bentz

8.45


SPFS

T. Fayinke, A. Bamba, M.Kienta

9.00


SFLP

J. C.Njock

9.15


Elements of sectoral country strategies for irrigation and aquaculture development

I. Beernaerts, J. Moehl

9.30


Coffee (15 min)


9.45


Working groups:(ii) recommendations to address constraints to IIA development, by environment

Moderators

10.00


Presentation of working group results(ii)

Moderators

11.30


Special session: Rice-fish systems




Traditional use of aquatic biodiversity in rice-based systems in Asia

M. Halwart

12.00


Economics of rice-fish production - a case study from Madagascar

C. Brugere

12.15


The SPFS and rice-fish farming in Nigeria

J. Miller

12.30


The International Year of Rice 2004

M. Halwart

12.45


Lunch


13.00


Plenary discussion


14.00


Conclusions & Recommendations


15.00


Micro-group discussion (by country): national IIA plans, by key environments

Moderators

15.30


Adjourn


17.00

DAY 3

Activities

Person(s)



Field visit 1: Selingué irrigation system. Example of attempts of rice-fish integration in a large-scale full control irrigation system), 160km SE of Bamako


7.00


Lunch in Selingué


12.00


Field visit 2: Baguineda irrigation scheme (large-scale, full control). Similar to Selingué, more successful attempts. 15km from Bamako




Reception dinner at Plaza hotel


20.00

DAY 4

Activities

Person(s)



Micro-group discussion (by country) - continued

Moderators

7.00


Presentation of concepts of IIA national plans among micro-groups


8.30


Review of recommendations in 3 combined working groups by key environment


9.30


Presentation and plenary session


10.30


Lunch


12.30


Plenary session: Distribution and adoption of workshop conclusions and recommendations


15.00


Closing ceremonies

FAO-WARDA

15.30


Adjourn


16.00

Moderators: M. Halwart, I. Beernaerts, J. Moehl, P. Morant/P.Kiepe, C. Brugere + 1 member of each key environment group to draft recommendations.

4. Ordre du jour

JOUR 1

Activités

Personne(s)

Commence à


Enregistrement


8.30


Message de bienvenue

FAO

9.00


Notes d'ouverture

WARDA

9.15


Pause - café


9.30


Introduction aux objectifs du séminaire. Justification de l' IIA

M. Halwart, J. Moehl, I. Beernaerts, P. Kiepe

10.00


Caractérisation de trois environnements clefs: Systèmes irrigués, plaines d' inondation, fonds de vallée interne

P. Kiepe

10.20


Aspects conceptuels des systèmes IIA

I. Beernaerts, M. Halwart

10.50


Etudes récentes sur l' IIA en Afrique de l'Ouest

J. Moehl with D. Sanni, D. Coulibaly, A. Kabre, A. Bamba

11.10


Aspects économiques du développement du IIA

C. Brugere

12.00


Aspects sociaux et institutionnels du développement du IIA

TBA

12.20


Déjeuner (y compris la formation des groupes)


12.40


Environnement clef 1: systèmes irrigués (expérience asiatique)

J. Gowing

14.15


Environnement clef 2: plaines d'inondation (expérience asiatique)

M. Prein

14.45


Environnement clef 3: fonds de vallée interne (expérience asiatique)

R. Gregory

15.15


Résumé, divergences inter-régionales

M. Halwart

15.45


Groups de travail:(i) contraintes au développement du IIA par l'environnement

Modérateurs

16.00


Séance plénière: présentation des contraintes

Modérateurs

17.00


Ajournement


17.30


Cocktail (Plaza Hotel)


19.00

JOUR 2

Activités

Personne(s)

Commence à


IVC/WARDA

P. Kiepe, P. Morant

8.30


UNESCO-IHE Institute for Water Education (Pays Bas)

A. Van Dam

8.45


ICLARM

M. Prein, R. Brummett

9.00


IWMI

TBA

9.15


IPTRID

TBA

9.30


Système IIA

J. Moehl

9.45


SPFS

Tibou Fayinke, Aliou Bamba, Moussa Kienta

10.00


Café (30 min)


10.15


Groupes de travail:(ii) recommandations pour aborder les contraintes au développement du IIA, par l' environnement

Modérateurs

10.45


Présentation des résultats des groupes de travail (i+ii)

Modérateurs

11.45


Déjeuner


12.45


Exemples de stratégies sectorielles nationale pour le développement de l'irrigation et de l'aquaculture

I. Beernaerts, J. Moehl

14.15


Discussion en petits groupes (par pays): plans nationaux de IIA, par environnement clef

Modérateurs

14.30


Session spéciale: systèmes de rizipisciculture




Utilisation traditionnelle de la biodiversité aquatique dans les systèmes basés sur le riz en Asie

M. Halwart

16.00


Economie de la production riz-poisson - étude de cas au Madagascar

C. Brugere

16.15


Culture PSSA et rizipisciculture au Nigeria

J. Miller

16.30


Année Internationale du Riz 2004

M. Halwart

16.45


Discussion plénière


17.00


Ajournement


17.30

JOUR 3

Activités

Personne(s)

Commence à


Visite sur le terrain 1: système d'irrigation à Selingue. Exemple d'essai d'intégration riz-poisson dans un système d'irrigation à grande échelle totalement contrôlé), 160km SE de Bamako


7.30 (arr. 9.30)


Déjeuner à Selingue


12.30


Visite sur le terrain 2: plan d'irrigation de Baguineda (à grande échelle, contrôle total). Semblable à Selingue, un nombre majeur d'expériences réussies. 15km de Bamako


13.30


Dîner au Plaza hotel


20.00

JOUR 4

Activités

Personne(s)

Commence à


Discussion de micro groupes (par pays) - continuation

Modérateurs

8.30


Café


10.00


Présentation de plans nationaux de IIA


10.30


Déjeuner


12.00


Session plénière: discussion sur la réalisation de projets IIA


13.30


Cérémonie de clôture

FAO-WARDA

15.30


Ajournement


16.00

Modérateurs: M. Halwart, I. Beernaerts, J. Moehl, P. Morant/P.Kiepe, C. Brugere + 1 membre de chaque groupe d'environnement clef.

5. Prospectus/Prospectus

VENUE:

WARDA, Bamako, Mali

DATE:

4-7 November 2003 (including one field day)

PARTICIPATION:

Benin, Burkina Faso, Chad, Côte d’Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Nigeria, Senegal

No. of participants:

about 45

Language:

English/French

BACKGROUND

West Africa's population is expected to grow from its present level of 260 million to approximately 490 million by 2025. Today, the urban population corresponds to 40 percent of the total and urbanisation is expected to continue to increase. With these changing demographics, demand for food will rise in the sub-region during the next 25 years and irrigation will need to expand to meet the urban requirement for fruits, vegetable, rice and fish through aquaculture.

Coastal and inland fisheries are stagnating or declining in the sub-region, which is a real concern in terms of food security. The development of aquaculture appears as a possible solution in the future.

The present population of the region could barely be supported by domestic agricultural production without relying increasingly on the use of irrigation. In the Sahel region, irrigation reduces risks associated with the extreme rainfall variability.

Biological environments created by irrigation schemes are favourable to aquaculture in general and fish culture in particular. In the case of rice-fish farming, the integration of irrigation and aquaculture is the association of two farming systems, either on the same plot, or on adjacent plots where by-products of one system are utilized as inputs by the other. The aim is to increase the productivity of water, land and associated resources while contributing to increased fish production. The system of integration can be more or less complete depending on the general layout of the irrigated rice plots and the fishpond. The fishpond can be located either above the irrigated plots (in this case, the plot is fertilised with water from the fish pond), or on the same plot (where the symbioses is complete), or below the irrigated plot (where fish farming is conducted in the drainage water coming from the irrigated plot, after some preliminary environmental precautions).

However, the integration of irrigation and aquaculture is not limited to rice-fish farming. Small storage reservoirs in irrigation schemes and irrigation canals can be suitable for fish farming operations using cages or pens.

Several regional and international meetings have established an adequate framework for a programme of integrated inland water resources management.

The Expert Consultation organised jointly in May 1999 in Accra by FAO and the International Programme for Technology and Research in Irrigation and Drainage (IPTRID) on the Water Vision for Food and Rural Development in West Africa, recognised the need to improve water productivity and water efficiency. Increasing water productivity is central to producing food, to fighting poverty and reducing competition for this essential resource.

Integrated Water Resources Management (IWRM) is an important concept that translated the Vision into action, promoting the coordinated development and management of water, land and related resources in order to optimise economic and social welfare without compromising the sustainability of ecosystems.

The Ministerial Declaration of the Third World Water Forum (Japan, 16?23 March 2003), recognising the increasing pressure on limited freshwater resources and on the environment, emphasised the need for good governance in water management, with stronger focus on household and community-based approaches by addressing equity in sharing benefits, with due regard to pro-poor and gender perspectives in water policies. At the Ministerial Conference governments committed themselves to the preparation of IWRM plans by 2005 in accordance with the Plan of Implementation of the World Summit on Sustainable Development (WSSD, Johannesburg, 26 August?4 September 2002).

Fish farming and other forms of aquaculture are one component of integrated water management that produces food of high nutritional quality. The 21st FAO Regional Conference for Africa (Yaoundé, February 2000) acknowledged the importance of aquaculture and recommended that FAO "assist governments in elaborating effective aquaculture policies and streamlining public sector support to foster increased aquaculture production". The Conference endorsed the policy objective of increased food production and food security through expansion of efforts in areas of sustainable land and water use development.

The Bangkok Declaration, elaborated during the global Conference on Aquaculture in the Third Millennium (Bangkok, February 2000), echoed these sentiments, stating that "the potential of aquaculture to contribute to food production has not been realised across all continents" while "aquaculture complements other food production systems and integrated aquaculture can add value to current use of on-farm water resources".

Recognizing the need to expand on this kind of activities in its member countries, the Committee for Inland Fisheries of Africa (CIFA) at its session in October 2000 in Nigeria unanimously endorsed the concept of a regional programme on Integrated Inland Water Resources Management in Drought prone West African countries and urged to find funds for its implementation.

In this framework, integrated irrigation and aquaculture (IIA) is a strategy to achieve agricultural productivity from every drop of water while improving the financial sustainability of investments in irrigation. Adopting integrated irrigation and aquaculture through a programme of Integrated Inland Water Resources Management will contribute to improved food security in drought-prone West African countries.

OBJECTIVES

The objectives of this workshop are (i) to review the current achievements and constraints of integrated irrigation aquaculture activities in the West African sub-region, (ii) develop common approach and shared methodologies for IIA, (iii) elaborate national strategies for the promotion of IIA.

OUTPUTS

1. Synopsis of current status of IIA and identification of lessons learned on IIA (objective i)

2. Outline of key elements for approaches and methodologies, essential for successful adoption of IIA (objective ii)

3. Conceptualization of national IIA development plans (objective iii)

The findings and recommendations will be summarized in a report. The report will highlight a set of appropriate approaches to IIA development in the West African sub-region. Papers presented at the workshop will be edited and published as a supplement to the report.

LIEU:

WARDA, Bamako, Mali

DATE:

4-7 novembre 2003 (un jour sur le terrain compris)

PARTICIPATION:

Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Mali, Niger, Sénégal,Bénin, Tchad, Nigeria.

No des participants:

environ 45

Langues:

anglais/français

ANTÉCÉDENTS

On calcule que le nombre d’habitants de l’Afrique de l’Ouest passera de son niveau actuel de 260 millions à environ 490 millions d’ici à l’an 2025. Actuellement, 40 pour cent de la population vit en ville et on pense que l’urbanisation est destinée à augmenter continuellement. Ce changement démographique va provoquer dans la sous-région une forte demande de nourriture au cours des 25 prochaines années et donc la nécessité de pouvoir augmenter la capacité d’irrigation pour permettre à l'agriculture de faire face à la demande urbaine de fruits, légumes, riz et poisson.

Les pêches côtières et continentales stagnent ou déclinent dans la sous-région, suscitant une réelle inquiétude sur le plan de la sécurité alimentaire. Le développement de l'aquaculture pourrait donc être une solution possible pour le futur.

La production agricole domestique ne pourrait qu'à grand peine subvenir aux besoins de la population actuelle de la région si l'on ne faisait de plus en plus recours à l'irrigation. Dans la région du Sahel, l'irrigation réduit les risques associés à l'extrême variabilité des précipitations.

Les environnements biologiques crées par les projets d'irrigation favorisent l'aquaculture en général et la pisciculture en particulier. Dans le cas de la rizipisciculture, l'intégration de l'irrigation et de l'aquaculture implique l'association de deux systèmes agricoles, soit sur le même terrain, soit sur des terrains adjacents où les dérivés d'un système sont utilisés comme intrants par l'autre. Le but est d'augmenter la productivité de l'eau, de la terre et des ressources associées tout en contribuant à une plus grande production de poisson. Le système d'intégration peut être plus ou moins complet selon le plan général des rizières irriguées et de l'étang piscicole. L'étang peut être localisé soit en amont des terrains irrigués (dans ce cas, le terrain est fertilisé avec l'eau de l'étang), soit sur le même terrain (la symbiose est alors complète), ou encore en aval du terrain irrigué (la pisciculture a alors lieu dans l'eau de drainage provenant du terrain irrigué, après quelques précautions écologiques préliminaires).

L'intégration de l'irrigation et de l'aquaculture n'est cependant pas limitée à la rizipisciculture. Des petits réservoirs de stockage dans les plans et les canaux d'irrigation peuvent être utilisés pour les opérations de pisciculture en utilisant des cages ou des enclos.

Au cours d'une série de réunions régionales et internationales a été établie une structure adéquate pour un programme de gestion intégrée des ressources d'eau continentale.

La Consultation d'experts organisée en mai 1999 à Accra conjointement par la FAO et le Programme international pour la technologie et la recherche en irrigation et drainage (PITRID) sur la vision de l'eau pour l'alimentation et le développement rural en Afrique de l'Ouest, a reconnu la nécessité d'améliorer la productivité et la capacité de l'eau. Une augmentation de la productivité de l'eau est fondamentale pour la production alimentaire, la lutte contre la pauvreté et une moindre compétition pour cette ressource essentielle.

La gestion intégrée des ressources d'eau (IWRM) est un concept important qui a traduit la Vision en action, promouvant le développement et la gestion coordonnés de l'eau, de la terre et des ressources connexes afin d'optimiser l'économie et l'assistance publique sans compromettre la durabilité des écosystèmes.

La déclaration ministérielle du Troisième Forum mondial de l’eau (Japon, 16-23 mars 2003), reconnaissant la pression croissante sur les ressources limitées d'eau douce et sur l'environnement, a souligné la nécessité d'une bonne gestion de l'eau, avec une attention particulière aux ménages et aux communautés, recommandant l'équité dans le partage des profits, avec l'égard dû aux projets favorisant les pauvres et les femmes dans les politiques de gestion de l'eau. Au cours de la Conférence Ministérielle les gouvernements se sont engagés à préparer les plans de IWRM avant l'année 2005, conformément au projet de réalisation du Sommet Mondial sur le Développement durable (SMDD, Johannesburg, 26 Août-4 Septembre 2002).

La pisciculture et les autres formes d'aquaculture sont une composante de la gestion intégrée de l'eau produisant des aliments de haute qualité nutritionnelle. La 21ème conférence régionale de la FAO pour l'Afrique (Yaoundé, février 2000) a reconnu l'importance de l'aquaculture et a recommandé que la FAO "assiste les gouvernements dans l'élaboration de politiques d'aquaculture efficaces et dans l'optimisation du soutien du secteur public en vue d'encourager une plus grande production aquacole". La Conférence a approuvé l'objectif d'une plus grande production alimentaire et de la sécurité alimentaire en augmentant les efforts dans les domaines du développement durable de la terre et de l'utilisation de l'eau.

La Déclaration de Bangkok, élaborée pendant la Conférence mondiale sur l'aquaculture dans le troisième millénaire (Bangkok, février 2000) a réitéré ces sentiments, déclarant que "le potentiel de contribution de l'aquaculture à la production alimentaire n'a pas été compris dans tous les continents" alors que "l'aquaculture complète les autres systèmes de production alimentaire et que l'aquaculture intégrée peut valoriser l'utilisation actuelle de ressources d'eau dans les exploitations agricoles".

Lors de sa séance en octobre 2000 au Nigeria, le Comité pour la pêche continentale d'Afrique (CPCA), reconnaissant la nécessité de développer ce genre d'activité dans ses pays membres, a adopté à l'unanimité l'idée d'un programme régional pour la gestion intégrée des ressources d' eau continentale dans les pays de l'Afrique de l'Ouest sujets à la sécheresse et a en outre sollicité les fonds nécessaires à sa réalisation.

Dans ce cadre, l'intégration irrigation-aquaculture (IIA) représente une stratégie pour obtenir de chaque goutte d'eau une productivité agricole tout en améliorant la viabilité financière des investissements dans l'irrigation. L'adoption de l'intégration irrigation-aquaculture à travers un programme de gestion intégrée des ressources d'eau contribuera à une plus grande sécurité alimentaire dans les pays de l'Afrique de l'Ouest sujets à la sécheresse.

OBJECTIFS

Les objectifs de ce séminaire sont (i) de réexaminer les résultats et les limites actuels des activités de l'intégration irrigation-aquaculture dans la sous-région de l'Afrique de l'Ouest, (ii) de développer une approche et des méthodologies communes pour IIA, (iii) d'élaborer des stratégies nationales pour la promotion de IIA.

PUBLICATIONS

1. Résumé de la situation actuelle du IIA et identification des leçons apprises sur le IIA (objectif i)

2. Profil des éléments clefs pour le développement du IIA (objectif iii)

3. Conceptualisation des plans nationaux pour le développement du IIA (objectif iii)

Les conclusions et les recommandations seront résumées dans un Rapport. Le rapport soulignera une série d'approches utiles au développement du IIA dans la sous-région de l'Afrique de l'Ouest.

Les documents présentés au séminaire seront édités et publiés comme supplément au rapport.

6. Responses to questionnaire

A. IIA activities and systems, by country

Country

IIA Activities

Cages in Reservoirs

Fish in Canals

Cages in Canals

Fish in Ponds

Rice-Fish

Benin

Yes

X

X


X

X

Burkina Faso

Yes

X

X


X

X

Côte d’Ivoire

Yes





X

Chad

No






Ghana

No






Mali

Yes





X

Niger

No






Nigeria

Yes




X

X

Senegal

Yes

X


X

X

X

B. IIA systems in West Africa, by environment.


Cages in reservoirs

Fish in canals

Cages in canals

Fish in ponds

Rice-fish

L-S equipped inland valley bottoms

3

0

0

2

1

S-S equipped inland valley bottoms

2

1

0

5

4


5

1

0

7

5

L-S equipped floodplains

0

1

0

1

3

S-S equipped floodplains

2

2

0

5

7


2

3

0

6

10

L-S full-control irrigation system

0

2

1

5

4

S-S full-control irrigation system

5

1

0

8

6


5

3

1

13

10

Total

12

7

1

26

25

L-S: large-scale; S-S: small-scale.
For the purpose of this document, disaggregation by key environment (equipped inland valley bottom, equipped floodplain and full-control irrigation system followed the classification provided in FAOSTAT).

7. Constraints and recommendations by key environment

A. IRRIGATED SYSTEMS

Environmental

Constraints

Recommendations

Pollution linked to use of agro-chemicals

1. Promotion of integrated pest management (Farmer Field Schools) 2. Monitoring of water quality (technical and community-based)

Predation

Promotion of community-based pest control (Farmer Field Schools)

Technical

Constraints

Recommendations

1. Insufficient training of all stakeholders
2. Inappropriate technical identification of sites
3. Inadequate fish raising and crop raising cycles

Capacity building

Lack of access to inputs

1. Promotion of input production
2. Adapt fish raising techniques to means of aquaculturists

Absent or inadequate awareness of integrated irrigation and aquaculture

Sensitise populations

Institutional

Constraints

Recommendations

Lack of support to services

Provide financial support to services

1. Lack of appropriate communication systems with farmers 2. Lack of collaboration between irrigation and aquaculture services 3. No collaboration among stakeholders

Create cooperation frameworks

1. Aquaculture not taken into account in conception phase of irrigated systems. 2. Poor targeting of beneficiaries (according to production systems) 3. Lack of political coordination on actual choice of sites

Promote participatory approaches from conception to monitoring and evaluation of irrigation systems

No representation of fish farmers in irrigation management committees

Strengthening of organisational capacities

Economic

Constraints

Recommendations

1. Investment and input costs 2. Aquaculture production costs in systems irrigated by pumping water

Adapt fish raising techniques to means of target groups

No or low access to credit facilities

Promotion of decentralised credit systems

Social

Constraints

Recommendations

1. No secure access to water and land 2. Problems linked to land tenure (no tenure rights, small size of land plots)

Update regulatory texts

Thefts and vandalism

Promote community-based surveillance

1. Low organisation of farmers 2. Socio-cultural barriers 3. Low adoption rates (following past failures)

Promote participatory approaches

B. FLOODPLAINS

Environmental

Constraints

Recommendations

Water control issues:
1. Inundation period
2. Variation in water level
3. Size of water body

Dike construction

Appropriate choice of rice and fish

Appropriate choice of rice and fish

Size of water body


Pollution

1. Avoid high risk areas
2. Control domestic and industrial effluents
3. Mechanisms for compensation of accidental pollution
4. Promotion of environmentally-friendly agricultural practices

Invasive weeds


Siltation

1. Desiltation 2. Watershed management

Technical

Constraints

Recommendations

1. Difficulty to intensify production systems
2. Difficulty to stock fish

Dike construction

Lack of knowledge on water management, rice and fish cultivation

Capacity building at all levels, for all stakeholders

Institutional

Constraints

Recommendations

Lack of collaboration amongst institutions

Creation of a consultative framework to enhance collaboration and institutional harmony

Economic

Constraints

Recommendations

Limited access to credit

Access to credit facilitated through:
1. micro-financing structures
2. development banks instead of commercial banks
3. preferential interest rates for farmers
4. reimbursement periods

Limited rural infrastructures

Government recognition of flood plain potential to support infrastructure development

Limited access to markets

Market study to identify markets for commodities

Social

Constraints

Recommendations

1. Water rights
2. Land tenure
3. Cultural sensitivity

Study and identify systems that promote equity

C. INLAND VALLEY BOTTOMS

Technical

Constraints

Recommendations

1. Lack of training
2. Lack of information
3. Soil quality
4. Water quality
5. Species fit for integration
6. Rice/fish competition
7. Species adapted to water scarcity
8. Topography
9. Water scarcity
10. Availability of seeds
11. Land use in watershed

Gvt to initiate programs for research, training & extension for IIA activities

Institutional

Constraints

Recommendations

Institutional barriers

Government commitment and empower a task force

Scattered sites

Identify priority zones for service delivery

Lack of sustainability


Economic

Constraints

Recommendations

1. Capture versus culture
2. Land pressure
3. High investment costs
4. High management costs
5. Feed competition
6. Marketing

1. Government to facilitate access to credit cooperatives for IIA activities
2. Government to provide basic infrastructure for IIA

Social

Constraints

Recommendations

1. Taboo
2. Lack of aquaculture tradition
3. Changing tradition
4. Capture versus culture
5. Land tenure

Involve population or community in IIA activities

7. Contraintes et recommandations par type d’environnement

A. SYSTÈMES D’IRRIGATION

Variable environnementale

Contraintes

Recommandations

Pollution liée à l’utilisation de produits agrochimiques

1. Développer la protection intégrée (écoles d’agriculture de terrain)
2. Effectuer le suivi technique et local de la qualité de l’eau

Prédateurs

Développer la lutte locale contre les ravageurs (écoles d’agriculture de terrain)

Variable technique

Contraintes

Recommandations

1. Formation insuffisante de toutes les parties prenantes
2. Mauvaise identification technique des sites
3. Inadéquation des cycles d’élevage des poissons et de production des cultures

Renforcer les capacités

Manque d’accès aux intrants

1. Développer la production d’intrants
2. Adapter les techniques de pisciculture aux moyens des aquaculturistes

Mauvaise connaissance de l’irrigation-aquaculture intégrées

Sensibiliser les populations

Variable institutionnelle

Contraintes

Recommandations

Manque de soutien des services

Fournir un soutien financier aux services

1. Absence de systèmes de communication appropriés avec les agriculteurs
2. Absence de collaboration entre les services d’irrigation et d’aquaculture
3. Pas de collaboration entre les parties prenantes

Créer des cadres de coopération

1. Pas de prise en compte de l’aquaculture lors de la phase de conception des systèmes d’irrigation
2. Faible ciblage des bénéficiaires (selon les systèmes de production)
3. Manque de coordination politique sur le choix des sites

Promouvoir des approches participatives, depuis la conception jusqu’au suivi et l’évaluation des systèmes d’irrigation

Pas de représentants des pisciculteurs dans les comités de gestion de l’irrigation

Renforcer les capacités organisationnelles

Variable économique

Contraintes

Recommandations

1. Coûts de l’investissement et des intrants
2. Coûts de production de l’aquaculture dans les systèmes irrigués par eau de pompage

Adapter les techniques piscicoles aux moyens des groupes cibles

Pas ou peu d’accès au crédit

Développer des systèmes de crédits décentralisés

Variable sociale

Contraintes

Recommandations

1. Pas d’accès garanti à l’eau et à la terre
2. Problèmes liés au régime foncier (pas de droit foncier, parcelles de petite taille)

Actualiser les réglementations

Vols et vandalisme

Promouvoir la surveillance sur une base locale

1. Manque d’organisation des agriculteurs
2. Barrières socioculturelles
3. Faibles taux d’adoption (conséquence des échecs passés)

Promouvoir les approches participatives

B. PLAINES D’INONDATION

Variable environnementale

Contraintes

Recommandations

Problèmes de gestion de l’eau:
4. Période d’inondation
5. Variation du niveau des eaux
6. Taille de la masse d’eau

Construire une digue

Bon choix des variétés de riz et de poisson

Bien choisir les variétés de riz et de poisson

Taille de la masse d’eau


Pollution

5. Éviter les zones à hauts risques
6. Contrôler les résidus domestiques et industriels
7. Établir des mécanismes d’indemnisation pour les pollutions accidentelles
8. Promouvoir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement

Plantes adventices


Envasement

3. Lutter contre l’envasement
4. Aménager les bassins versants

Variable technique

Contraintes

Recommandations

3. Difficulté à intensifier les systèmes de production
4. Difficulté à stocker le poisson

Construire une digue

Mauvaise connaissance de la gestion de l’eau, de la culture du riz et de l’élevage de poissons

Renforcer les capacités à tous les niveaux et pour toutes les parties prenantes

Variable institutionnelle

Contraintes

Recommandations

Manque de collaboration entre les institutions

Créer un cadre consultatif pour améliorer la collaboration et l’harmonie institutionnelle

Variable économique

Contraintes

Recommandations

Accès limité au crédit

Faciliter l’accès au crédit grâce à:
5. des structures de microfinancement
6. des banques de développement plutôt que des banques commerciales
7. des taux préférentiels pour les agriculteurs
8. l’échelonnement des remboursements

Infrastructures rurales limitées

Reconnaissance par le gouvernement du potentiel des plaines d’inondation pour soutenir le développement de l’infrastructure

Accès limité aux marchés

Trouver des marchés pour les produits grâce à des études de marchés

Variable sociale

Contraintes

Recommandations

4. Droits d’utilisation de l’eau
5. Régime foncier
6. Sensibilité culturelle

Étudier et identifier les systèmes qui favorisent l’équité

C. BAS-FONDS CULTIVÉS

Variable technique

Contraintes

Recommandations

12. Manque de formation
13. Manque d’informations
14. Qualité des sols
15. Qualité de l’eau
16. Adaptation des espèces pour une bonne intégration
17. Concurrence entre le riz et le poisson
18. Espèces adaptées à la rareté de l’eau
19. Topographie
20. Rareté de l’eau
21. Disponibilités de semences
22. Utilisation de l’eau dans les bassins versants

Le gouvernement doit entreprendre des programmes de recherche, de formation et de vulgarisation portant sur les activités d’irrigation et d’aquaculture intégrées

Variable institutionnelle

Contraintes

Recommandations

Barrières institutionnelles

Faire intervenir le gouvernement et établir un groupe d’action

Dispersion des sites

Déterminer les zones prioritaires où fournir les services

Absence de viabilité


Variable économique

Contraintes

Recommandations

7. Pêche de capture contre pisciculture
8. Pression sur les terres
9. Coûts élevés des investissements
10. Coûts de gestion élevés
11. Concurrence entre l’alimentation destinée à la consommation et à l’élevage
12. Commercialisation

3. Le gouvernement doit faciliter l’accès aux coopératives de crédit pour les activités d’irrigation et d’aquaculture intégrées 4. Il doit établir une infrastructure de base pour l’irrigation et l’aquaculture intégrées

Variable sociale

Contraintes

Recommandations

6. Tabous
7. Aucune tradition d’aquaculture
8. Attachement aux traditions
9. Pêche de capture contre pisciculture
10. Régime foncier

Impliquer la population et les communautés dans les activités d’irrigation et d’aquaculture intégrées

8. Conceptualization of National plans

BENIN

Objective: To increase the productivity of rice culture for a more efficient utilization of water and integrated aquaculture

Measurable indicators (% increase of production, % IIA areas covered, etc.):

  • Increase of rice production by 20 %

  • Increase of fish production by 15 %

  • Increase of IIA area by 2 to 20 %

Priority areas:
OUEME valley, Shallows of Benin, Perimeters irrigated from Malanville and Kpinnou (Mono)

Time frame: 2004 - 2006

Responsible agencies (governmental): Ministry of Agriculture, Rearing and Fisheries (MAEP)

Technical support agencies (national and international): INRAB, UNC/CBF, ADRAO, FAO, ICLARM

BURKINA FASO

Objective: To develop IIA in order to contribute to the increase of producers’ income and to the improvement of nutritional quality

Measurable indicators (% of production increase, % IIA area covered, etc.):

  • Increase of fish production by 10 % in 2008

  • Production increase leading to a rise in income by 10 %

  • 10 % of the irrigated area is under IIA

Priority areas:
Shallows management and irrigated perimeters of sites of Bagré, Kou Banzoni Bazega valley, Sourou, and sites of GPSO project

Timeframe: 2004 to 2008

Responsible agencies (governmental): Ministry of Agriculture, Water and Inland Water Resources

Technical support agencies (national and international): Rural Development Institute with the support of FAO, IVC and SPFS

CHAD

Objective: To integrate fish farming into all big existing irrigated systems

Measurable indicators (% production increase, % IIA area, etc.): To integrate fish farming into 3000 ha of rice lands in the next 5 years.

Priority areas:
Plain of Sategui - Deressia - de Lai (1500 ha), Plain du casier A et B de Bongor (1500 ha)

Time frame: 2005 - 2010

Responsible Agencies (governmental): General Directorate of Rural Engineering (Génie rural) and of water-agriculture - Ministry of Agriculture

Technical support agencies (national and international): Head of Fisheries and Aquaculture with the support of the FAO and ADRAO

CÔTE D’ IVOIRE

Objective: To improve the agriculture production (fish and rice) through IIA

Measurable indicators (% production increase, % IIA area, etc.):

  • An area of 500 ha is under IIA

Priority areas:
Centre West, Centre East Nord

Time frame: 2004 to 2006

Responsible agencies (governmental): Ministry of Animal Production and Inland Water Resources

Technical support agencies (national and international): CNRA, ANADER, DPH, APDRA - CI, BNETD, DE, PAM etc.

GHANA

Objective: To establish a national IIA implementation and networking plan for Ghana

Measurable indicators (% production increase, % IIA area covered, etc.): To contribute 10,000 metric tones of fish to culture based fisheries production

Priority areas:
Existing irrigation facilities

Timeframe: 2004 - 2007

Responsible agencies (governmental): Ministry of Food and Agriculture (MOFA), Ghana Irrigation Development Authority; Directorate of Fisheries

Technical support agencies (national and international): Water Research Institute, Crop Research Institute with support from FAO

MALI

Objective: To increase the national aquaculture production by 5 % a year by 2007.

Measurable indicators (% production increase, % IIA area covered, etc.):

  • Area concerned is 130 000 ha

  • Surface area developed in IIA 33 ha, 150 kg/ha/per annum

Priority areas:
All the areas in water-agriculture management are concerned (see national action plan)

Timeframe: 2004 - 2007

Responsible agencies (governmental): Ministry of Fisheries

Technical support agencies (national and international): Technical structures, NGO, Planning department with the support of members of international organisations such as IIA, World Fish Center, WUR, UNESCO/IHE, ADRAO, CBF

NIGER

Objective: To contribute to the improvement of farmers’ income in the water-agricultural management through the introduction of aquaculture activities

Measurable indicators (% production increase, % IIA area covered, etc.):

  • Introduce IIA in the irrigation systems for a total control of water on 300 ha

  • Introduce IIA in the systems of plains liable to flooding on 600 ha

  • Introduce IIA in the systems of shallows on 1000 ha

  • Create an IIA national network and make it part of an IIA regional network

Priority areas:
River areas, Ader Douth Maggia (ADM), Komadougou, Korama, Djirataura

Time frame: 3 years

Responsible agencies (governmental): DAERA, DFPP

Technical support agencies (national and international): INRAN, Private Irrigation Project Phase 2, Support Programme to the rice channels, SPFS, FAO.

NIGERIA

Objective: To increase rice and fish production in Nigeria through integrated irrigation and aquaculture in support of food security and poverty alleviation

Measurable indicators (% production increase, % IIA area covered, etc.):

  • 5 000 ha of land under IIA production system to produce 2 tonnes of rice/ha or 10,000 tonnes of rice per annum and 250 kg of fish/ha or 1,250 tonnes per annum

Priority areas:
Existing irrigated areas

Time frame: 3 years

Responsible agencies (governmental): Federal Ministry of Agriculture and Rural Development

Technical support agencies (national and international): Federal Ministry of Water Resources, NIFFR, NCRI, ADPS with support from FAO, WARDA, World Fish Centre

SENEGAL

Objective: Satisfy the overall demand in fisheries products and contribute to the security and food self-sufficiency and to improve substantially the standard of living of agri-aquaculturists and rural communities

Measurable indicators (% production increase, % IIA area covered, etc.):

  • Irrigable potential 400 000 ha or IIA area = 51 %

  • Developed area of 105 000 ha

  • Production of 900 tonnes

  • Production increase of 400 % on 4 years

Priority areas:
Delta and valley of the river Senegal, artificial lake of Anambe, Haute Casamance

Time frame: 2003 - 2007

Responsible Agencies (governmental): Fisheries Ministry -Directorate of Inland Fisheries and aquaculture (DPCA)

Technical support agencies (national and international): SAED, SODAGRI, DEFCES. Directorate of Water, DPM, CRODT, UCAD, Loustox with the support of members of ENDA, FAO, UNDP, ADRAO and USAID.


Previous Page Top of Page