BURUNDI Retour aux champs - FAO/UE



BURUNDI
Retour aux champs

FAO et UE: Valoriser le potentiel rural

Pdf complet 1,2Mb [brochure]

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE (FAO)
Rome, 2007



Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la Partiede l’Organisation des Nations Unies (FAO) pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu’ils soient ou non brevetés, n’entraîne, de la Partiede la FAO, aucune approbation ou recommandation desdits produits de préférence à d’autres de nature analogue qui ne sont pas cités.

Tous droits réservés. Les informations contenues dans ce produit d’information peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation écrite du détenteur des droits d’auteur. Les demandes d’autorisation devront être adressées au:

Chef de la Sous-division des politiques et de l’appui en matière de publications électroniques
Division de la communication - FAO
Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie
ou, par courrier électronique, à: copyright@fao.org


La collaboration entre l’Union européenne et la FAO est aujourd’hui plus étroite que jamais. Cette alliance – ayant comme objectif commun d’éliminer la pauvreté extrême et la faim – a renforcé l’action des deux organisations.

Dans un pays où neuf personnes sur dix dépendent de l’agriculture, le développement rural est crucial.
Eric Donni, Délégation de la Commission européenne au Burundi

De 1993 – lorsque la guerre civile a éclaté – jusqu’à aujourd’hui, la production agricole n’a augmenté que de 1 pour cent. Durant la même période, la population est passée de 6 à 8 millions de personnes. Ceci équivaut à une perte nette de la production vivrière de près de 25 pour cent.
Jean-Pierre Renson, FAO, Burundi

D’ici fin 2008, le Burundi pourrait bien redevenir autosuffisant en manioc. Et là, on pourra vraiment parler de réussite.Eric Pitois, Service d’aide humanitaire de la Commission européenne


© FAO & UE 2008