Coup de projecteur sur l'agriculture - FAO-UE



Coup de projecteur
sur l'agriculture

FAO et UE: valoriser le potentiel rural

Pdf complet 1,7Mb [brochure]

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE (FAO)
Rome, 2007



Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des données qui y figurent n’impliquent de la Partiede l’Organisation des Nations Unies (FAO) pour l’alimentation et l’agriculture aucune prise de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu’ils soient ou non brevetés, n’entraîne, de la Partiede la FAO, aucune approbation ou recommandation desdits produits de préférence à d’autres de nature analogue qui ne sont pas cités.

Tous droits réservés. Les informations contenues dans ce produit d’information peuvent être reproduites ou diffusées à des fins éducatives et non commerciales sans autorisation préalable du détenteur des droits d’auteur à condition que la source des informations soit clairement indiquée. Ces informations ne peuvent toutefois pas être reproduites pour la revente ou d’autres fins commerciales sans l’autorisation écrite du détenteur des droits d’auteur. Les demandes d’autorisation devront être adressées au:

Chef de la Sous-division des politiques et de l’appui en matière de publications électroniques
Division de la communication - FAO
Viale delle Terme di Caracalla, 00153 Rome, Italie
ou, par courrier électronique, à: copyright@fao.org


RETOUR À L'AGRICULTURE. Devant les enjeux auxquels le monde est confronté et qui mettent en péril la sécurité alimentaire – changement climatique, hausse des prix des denrées vivrières, épidémies –, on assiste à une nouvelle prise de conscience du rôle crucial que joue l’agriculture dans la lutte contre la faim et la malnutrition. En effet, l’agriculture, les pêches et les forêts sont encore les sources principales de revenus dans les zones rurales où vivent la plupart des 854 millions de personnes victimes de la faim. L’Union européenne est un des partenaires les plus généreux et indéfectibles de la FAO, résolue à promouvoir le développement rural durable pour améliorer les conditions de vie des pauvres.

LA LUTTE CONTRE LE VIRUS insuffle une nouvelle vie à la région épuisée. Pendant longtemps, les agriculteurs africains ne se sont guère alarmés face au retard de croissance de leurs plantes et à la présence de tâches sur les feuilles de manioc. Les choses commencèrent à changer en 1989, lorsqu’une souche agressive de la maladie déclencha une épidémie qui décima les récoltes de toute la région des Grands Lacs africains. Le coup d’envoi de cette entreprise a été donné dans les laboratoires de l’Institut tropicale d’Ibadan, au Nigeria, avec la sélection génétique de 100 000 variétés et la mise au point de jeunes plants de manioc exempts de la maladie. Ces plants ont ensuite été distribués à une vaste gamme d’organisations s’occupant de lutte contre la mosaïque. Parmi elles, la FAO a lancé une campagne régionale visant à consolider les efforts des pays dans la région des Grands Lacs en 2006, avec l’appui financier du Département d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO).

LE COEUR DE L'AGRICULTURE AFGHANE recommence à battre. En 2003, l’Union européenne a «adopté» le secteur semencier afghan. Les contribuables européens ont investi 16 millions d’euros au total dans un programme exécuté par la FAO qui s’étendra jusqu’en 2011. Le programme finance le matériel génétique, les dépenses de personnel, la formation, la remise à neuf des stations d’essais de semences pillées, l’équipement et les matériaux de construction.”

INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE et violence contre les femmes. La guerre est finie en République démocratique du Congo, mais il y règne encore une forte insécurité, en particulier dans l’est. Avec les bandes armées qui sillonnent la région, ce sont les femmes qui sont le plus touchées, et beaucoup sont victimes de violences sexuelles. L’UE est le principal donateur de la FAO en République démocratique du Congo, permettant à l’Organisation de lancer un projet triennal de 2,5 millions d’euros en faveur de 95 000 familles rurales parmi les plus vulnérables dans les provinces du Nord et Sud-Kivu. La FAO vient en aide aux ménages victimes de la guerre, et plus particulièrement aux femmes, pour rebâtir l’agriculture et les pêches.

AU NIGER, UN RECENSEMENT AGRICOLE dévoile une richesse insoupçonnée. Publié en novembre 2007, le premier recensement des ressources de l’agriculture et de l’élevage jamais réalisé au Niger et publié le mois dernier a révélé que les atouts agricoles du pays ont été considérablement sous-estimés. Par exemple, le Niger a un cheptel de plus de 30 millions de têtes de bétail, soit 30 pour cent de plus que les estimations. Cofinancé respectivement à hauteur de 2,3 millions et de 6,5 millions d’euros par le gouvernement et l’Union européenne, le recensement a été effectué par le gouvernement et la FAO à l’aide d’un programme de recensement agricole mis au point par l’Organisation.

DONNER VOIX au chapitre à chacun. «Dans un monde de plus en plus ouvert, on se heurte à de plus en plus de restrictions sur le commerce», fait remarquer Charles Zarzour, du Ministère libanais de l’agriculture. La FAO s’efforce de minimiser l’impact de ces restrictions par la fixation de normes agricoles et alimentaires à fondement scientifique. Par exemple, le Liban, exportateur de fruits et légumes, doit honorer ces règles internationales pour pouvoir accéder à des marchés comme l’Europe. La Convention internationale pour la protection des végétaux énonce un ensemble de règles. L’Union européenne aide les pays en développement à prendre part au processus d’établissement de normes de la convention, régi par la Commission sur les mesures phytosanitaires.


© FAO & UE 2008