SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

EN ÉTHIOPIE

(Phase 1)

21 janvier 2009

Faits saillants

  • En dépit de l'insuffisance des pluies belg de la campagne secondaire, la récolte meher de 2008 s'est fortement redressée par rapport aux attentes, en raison de la pluviosité abondante enregistrée dans les principales zones productrices tout au long du mois d'octobre, ce qui a eu un effet bénéfique sur les cultures mises en terre tardivement.

  • En 2008, le Ministère de l'agriculture et du développement rural et l'Autorité centrale de statistiques (CSA) ont fait des progrès encourageants en ce qui concerne l'harmonisation des estimations de la superficie cultivée, grâce au projet de la FAO "Appui au système d'information sur la sécurité alimentaire", qui bénéficie du financement de la CE. Par conséquent, pour la première fois, la Mission a utilisé des estimations avant-récolte concernant la superficie ensemencée, établies à partir de l'enquête par sondage effectuée chaque année par la CSA.

  • Selon les prévisions, la production de céréales et de légumineuses de la campagne meher s'établirait à 17,44 millions de tonnes, soit 10 pour cent de plus que les estimations après-récolte de l'année précédente. Il s'agit de la cinquième bonne campagne meher consécutive.

  • Le recours accru aux engrais et aux semences améliorées, la faible incidence des ravageurs et des maladies ainsi que l'expansion de la superficie cultivée ont aussi contribué aux bons résultats.

  • Dans l'ensemble du pays, les prix des céréales ont atteint des niveaux record en août-septembre 2008 puis se sont stabilisés ou même ont baissé avec l'arrivée de la nouvelle récolte, tout en restant bien supérieurs à la moyenne.

  • Sur la base de prévisions modérées concernant la production de la campagne belg de 2009, les disponibilités intérieures de céréales et de légumineuses pour 2009 sont estimées au total à 18,25 millions de tonnes.

  • Les estimations établissant l'utilisation totale de céréales et de légumineuses à environ 18,57 millions de tonnes, les besoins d'importation pour 2009 devraient s'élever à 316 000 tonnes environ.

VUE D'ENSEMBLE

Une Mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire s'est rendue en Éthiopie du 16 novembre au 12 décembre 2008 afin d'estimer la production de céréales et de légumineuses pour la campagne principale meher de 2008, d'évaluer les récoltes de la campagne secondaire belg de 2008, d'établir des prévisions concernant la campagne belg de 2009 et d'analyser la situation globale des approvisionnements vivriers pour la campagne commerciale 2009 (janvier-décembre). Accompagnée d'experts du Ministère de l'agriculture et du développement rural et de l'Autorité centrale de statistiques (CSA) ainsi que par des observateurs d'USAID/FEWSNet et du Centre commun de recherche de la Commission européenne, la Mission a mis sur pied sept équipes et visité, en 18 jours, 63 zones et woredas (districts), couvrant l'intégralité des régions céréalières et des zones marginales.

Grâce aux activités fructueuses menées au titre du projet de la FAO "Appui au système d'information sur la sécurité alimentaire" (GCP/ETH/071/EC), qui bénéficie du financement de la CE et vise notamment à harmoniser les estimations concernant les superficies, lesquelles ont toujours considérablement varié d'une évaluation des récoltes à l'autre, la Mission a obtenu, pour la première fois depuis les nombreuses années que la FAO mène ce genre d'activités en Éthiopie, des estimations avant-récolte concernant la superficie ensemencée, établies à partir de l'enquête par sondage effectuée chaque année par la CSA.1 Contrairement à la méthode suivie précédemment, selon laquelle la Mission se fondait sur les données fournies par Ie Bureau régional de l'agriculture et du développement rural, les chiffres de la CSA concernant les superficies ont étayés les calculs de la Mission pour 2008. S'agissant des rendements, des estimations ont été fournies, pour toutes les grandes cultures vivrières, par les bureaux agricoles des districts, des zones et des régions et elles ont été rapprochées des renseignements recueillis auprès des agriculteurs, des négociants et des ONG lors des entretiens/études indépendants menés par la Mission sur le terrain, ainsi que des données de télédétection fournies par les systèmes d'alerte rapide. Les données météorologiques recueillies auprès de 90 stations de l'Office national ont été comparées aux déclarations faites dans le cadre des études de cas, afin de vérifier que la configuration des pluies signalée correspondait bien à la réalité. Dans les zones et districts, 254 entretiens avec des interlocuteurs clés ont été menés, dont 100 avec des familles d'agriculteurs sous forme d'enquête rapide, associés à des inspections des cultures comprenant notamment des coupes-échantillons ponctuelles. Les équipes ont réalisé des enquêtes de marché, observé l'état du bétail et noté l'état des cultures sur des transects – en faisant appel à un outil d'évaluation graphique pour normaliser les relevés – sur les 22 500 kilomètres qu'elles ont parcourus. Ces renseignements ont servi de toile de fond aux équipes pour vérifier les données sur les résultats dont elles disposaient et le cas échéant, les prévisions concernant les rendements ont été ajustées pour tenir compte de renseignements plus variés et plus récents.

Avant de quitter l'Éthiopie, la CSA a communiqué à la Mission ses estimations concernant les rendements avant la récolte, établies par son personnel à partir d'entretiens réalisés en septembre/octobre, aux fins de comparaison et de confrontation avec les constatations de la Mission faites ensuite en novembre/décembre.

La campagne meher de 2008 semble avoir donné des résultats légèrement meilleurs dans les zones situées à l'ouest du pays et légèrement moins bons dans l'est, avec une récolte de céréales et de légumineuses en hausse de 10 pour cent par rapport aux estimations concernant la production faites par la CSA l'an dernier. Selon la Mission, cette bonne performance résulte directement de la bonne répartition des pluies meher, qui a été bénéfique pour les cultures, de l'accroissement des profits des producteurs céréaliers qui les a encouragés à investir davantage pour mener les activités agricoles au moment opportun et à continuer d'utiliser des intrants en dépit de l'accroissement des coûts, ainsi que de l'efficacité de la lutte contre des ravageurs migrateurs tels que les criquets pèlerins et les chenilles défoliantes. Les intrants n'ont toutefois pas été suffisants pour couvrir la demande, s'agissant notamment des semences améliorées et des herbicides, émanant des petits paysans à vocation commerciale dans les zones productrices excédentaires.

Globalement, la Mission estime la production totale de céréales et de légumineuses de la campagne meher de 2008 du sous-secteur de l'agriculture paysanne à 17,09 millions de tonnes, soit quelque 10 pour cent de plus que la production estimative de 2007 (données de la CSA). Il s'agit de la cinquième bonne récolte meher consécutive. Si l'on y ajoute la production du sous-secteur commercial, la production meher de céréales et de légumineuses est estimée, pour 2008, à 17,44 millions de tonnes pour 10,563 millions d'hectares. La Mission prévoyant pour juillet/août 2009 une récolte belg de 600 000 tonnes environ, les disponibilités intérieures de céréales et de légumineuses pour la campagne commerciale 2009 (janvier/décembre) sont estimées à un peu plus de 18 millions de tonnes.

Comme dans les rapports de 2006 et de 2007, la situation de l'offre et de la demande de céréales et de légumineuses pour la campagne commerciale 2009 est indiquée avec une ventilation par principale catégorie. Sur la base des données tirées du recensement 2007 de la population et du logement – qui viennent d'être publiées par la CSA (et sont ajustées pour 2009) – utilisées pour établir une estimation de la consommation humaine, le déficit céréalier global devrait s'élever à environ 316 000 tonnes en 2009 et être couvert par des importations commerciales et par l'aide alimentaire.

Les prix des céréales, sur les marchés éthiopiens, se caractérisent depuis 2005 par une tendance persistante à la hausse. Celle-ci est due par divers facteurs économiques qui se répercutent sur la situation effective de l'offre et de la demande de céréales et maintiennent la pression inflationniste provoquée par la hausse des prix du pétrole, qui touche tous les marchés de produits de base. Les prix des céréales sur les principaux marchés ont atteint des niveaux records entre août et septembre 2008, bien supérieurs au prix de parité à l'importation relevé sur le marché international, ce qui a eu des conséquences graves pour les ménages vulnérables, notamment dans les zones urbaines. Actuellement, les nouvelles récoltes approvisionnent les marchés, notamment pour ce qui est du maïs et du blé, et les prix ont donc amorcé un repli, tout en restant très élevés.

Les résultats de l'évaluation de la sécurité alimentaire de la campagne meher effectuée en novembre/décembre (par le gouvernement et une Mission sous l'égide du PAM) devraient faire la lumière sur les implications de la production agricole en 2008 pour les groupes vulnérables du pays.

Pour conclure, afin de mieux comprendre la situation de l'offre et de la demande de céréales dans le pays, la Mission suggère d'entreprendre les activités suivantes: 1) évaluer les niveaux estimatifs des rendements des cultures et l'utilisation d'intrants modernes; 2) revoir la méthode d'évaluation de la récolte belg et l'analyse des estimations tenant compte de la tendance historique/la moyenne; 3) évaluer les flux et l'ampleur des échanges transfrontaliers, aussi bien pour les cultures que pour le bétail.

Le présent rapport a été établi par Mario Zappacosta et Ian Robinson sous la responsabilité des Secrétariats de la FAO à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'informations, le cas échéant.

Henri Josserand
Chef, SMIAR, FAO
Télécopie: 0039-06-5705-4495
Mél: giews1@fao.org

Veuillez noter qu’il est possible d’obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews//

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L


Retour au menuRetour au menu

1. Ces données étaient encore en cours de traitement lors de la Mission et les chiffres définitifs pourraient être différents de ceux indiqués ici.