SYSTÈME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE
SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE

ALERTE  SPÉCIALE

No. 328

RÉGION: AFRIQUE DE L’EST            DATE: 12 août 2009

 

Des pluies tardives et irrégulières en Afrique de l’Est suscitent des préoccupations
pour la sécurité alimentaire El Niño est un souci de plus


Les récoltes de 2009 risquent d’être gravement compromises par une saison des pluies inadéquate, des conflits et des déplacements de populations. Des pluies tardives et inférieures à la moyenne, de mars à juillet, un peu partout en Afrique de l’Est, ont perturbé les activités agricoles et entravé la croissance des cultures. Les faibles précipitations cumulées ont aussi conduit à des pénuries d’eau dans les zones pastorales du nord et du sud-est du Kenya, du sud-est de l’Éthiopie et des régions insulaires de Djibouti. En raison des faibles disponibilités actuelles de bons pâturages, l’état corporel du bétail s’est dégradé, ce qui a une incidence négative sur les perspectives de marché et un impact direct sur les revenus des éleveurs nomades et sur leur accessibilité aux aliments de base. En outre, les taux de reproduction du bétail ont pâti d’une succession de maigres saisons des pluies depuis 2007, ce qui compromet encore le redressement des systèmes de subsistance pastoraux et aggrave l’insécurité alimentaire à long terme.

Une amélioration de ce scénario dépendra essentiellement de la pluviométrie dans les tout prochains mois. L’incidence du phénomène météorologique El Niño est surveillée de près sur toute la planète. En Afrique de l’Est, l’arrivée de El Niño s’accompagne généralement de fortes pluies vers la fin de l’année et le début de la suivante, avec généralement des inondations et des glissements de terrain qui endommagent les cultures, tant dans les champs que dans les entrepôts, créent des dégâts aux infrastructures et aux logements et augmentent les pertes de bétail. Par exemple, d’octobre 1997 à février 1998, des pluies torrentielles associées à El Niño ont créé des perturbations dans la plupart des régions d’Afrique de l’Est, avec de graves inondations qui ont dévasté les cultures vivrières et sérieusement perturbé la distribution des denrées. Dans l’ensemble de la région, on estime que des centaines de milliers de personnes ont été touchées. Les fortes pluies et les températures élevées créeront aussi un environnement favorable à la reproduction et à la propagation des moustiques, ce qui accroîtra la prévalence de la malaria et de la fièvre de la vallée du Rift. En outre, les données historiques montrent que durant un phénomène El Niño et dans la période qui suit, les épidémies de choléra sont fréquentes.

Dans toute l’Afrique de l’Est, les prix du maïs, principal aliment de base, ont affiché une tendance à la baisse depuis le début de l’année, mais restent supérieurs à leurs niveaux d’avant la crise. En Ouganda et au Kenya par exemple, les prix du maïs en juin 2009 avaient presque doublé en 24 mois. À Khartoum, (Soudan) les prix du sorgho, qui est un autre aliment de base, étaient quasiment deux fois plus élevés en juin 2009 qu’en juin 2007. De même, à Mogadiscio (Somalie) les prix restent plus élevés qu’avant la crise, bien qu’ils soient en baisse depuis le milieu de l’année 2008. Compte tenu du faible pouvoir d’achat des ménages, une aggravation de la situation de sécurité alimentaire générale est à prévoir.

Près de 20 millions de personnes dépendent actuellement d’une aide alimentaire dans la région. Les facteurs ci-dessus devraient aggraver la situation, en particulier pour les agriculteurs marginaux, les éleveurs nomades et les citadins à faible revenu.




Le présent rapport a été établi sous la responsabilité du Secrétariat de la FAO à partir d’informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s’adresser, pour tout complément d’information au Bureau du Directeur adjoint, EST/SMIAR, FAO; Télécopie: 0039-06-5705-4495, Mél: giews1@fao.org

Prière de noter que le présent rapport est disponible sur Internet sur les serveurs World Wide Web de la FAO à l’adresse suivante: http://www.fao.org/giews/.

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. A cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l’adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org, sans indiquer la case “objet” en indiquant le message ci-après:

subscribe GIEWSAlertsWorld-L

Pour être rayé de la liste, envoyer ce message:

unsubscribe GIEWSAlertsWorld-L


back to the table of contents Back to menu