SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT  SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

26 février 2010

-------

Faits saillants

  • Dans plusieurs régions du pays, le déficit pluviométrique de la campagne secondaire belg 2009, suivi des précipitations tardives de la campagne meher, ont eu une incidence négative sur la production agricole 2009, notamment sur les cultures à maturation tardive.
  • Pour 2009/10, la production nationale de céréales et de légumes secs devrait être de 16,8 millions de tonnes, dont 15,69 millions issues de petites exploitations meher et 350 000 tonnes d'exploitations commerciales et de coopératives; pour 2010, la récolte belg moyenne devrait approcher les 780 000 tonnes.
  • À de tels niveaux, la production nationale de céréales et de légumes secs pour 2009/10 reste inférieure de quelque 4,7 pour cent à la récolte sans précédent de 2008/09, tout en restant supérieure d’environ 7 pour cent à la moyenne des cinq dernières années.
  • Le prix des céréales est stable, voire en baisse, tout en restant cependant bien supérieur aux niveaux précédant la crise des prix alimentaires de 2007/08.
  • Pour 2010, le total des besoins d’importations céréalières est estimé à environ 1,16 million de tonnes, dont 520 000 tonnes devant être couverts par les importations commerciales. Les engagements en matière d’aide alimentaire céréalière en vertu des programmes de secours et de sécurité, s’établissent à 650 000 tonnes, ce qui devrait permettre de couvrir un déficit estimé d’environ 640 000 tonnes.
  • On considère actuellement qu’environ 5,23 millions de personnes nécessitent une aide alimentaire d’urgence. En février, la filière de secours alimentaire nationale faisait état d’un déficit de 290 000 tonnes.

1. VUE D'ENSEMBLE

Une mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire s’est rendue en Éthiopie du 9 novembre au 4 décembre afin d’estimer la production de céréales et de légumes secs pour la campagne principale meher 2009, pour procéder à l’analyse des récoltes de la campagne secondaire belg 2009, pour prévoir la production de la campagne belg 2010 et pour évaluer la situation générale des disponibilités alimentaires pour la campagne commerciale 2010 (janvier/décembre). Escortée d’experts du Ministère de l’agriculture et du développement rural, de représentants de l’Autorité centrale des statistiques (CSA) et d’observateurs de l’USAID/FEWSNet et du Centre de recherche conjoint de la Commission européenne (JRC), la mission a mobilisé sept équipes sur plus de 18 jours et a visité 62 zones et woredas spéciaux (districts), couvrant ainsi l’ensemble des régions céréalières ainsi que les zones plus marginales

La mission a pu prendre connaissance des estimations des surfaces emblavées avant récolte selon l’enquête par sondage annuelle du CSA. Au niveau régional, ces données ont été désagrégées par principales catégories de cultures. Au niveau des différentes zones, elles n’ont été communiquées que sous forme agrégée par principaux groupes de produits : céréales, légumes secs et graines oléagineuses. Les estimations concernant les principaux produits ont été obtenues à partir des différents bureaux agricoles des woreda, des zones et des régions ; elles ont été recoupées avec les informations fournies par les agriculteurs, les commerçants et les ONG qui ont été interrogés lors des visites de terrain, ainsi qu’avec les données de télédétection et pluviométriques fournies par les systèmes d’alerte rapide. Au sein des zones et des woredas spéciaux qu’elle a visités, la mission a interrogé à peu près 250 informateurs clés, dont la moitié environ étaient des cultivateurs, et s’est jointe à des inspections de cultures, notamment à des moissons ponctuelles. Les équipes de la mission ont parcouru quelque 22 000 km, effectuant des visites de marchés, des évaluations de l’état sanitaire du bétail et des enregistrements permanents d’observations par transect des cultures et de leurs conditions au moyen de l’outil d’évaluation topographique PET. Ces informations ont permis aux équipes de disposer d’éléments d’appréciation à partir desquels vérifier les données reçues en matière de productivité, et lorsque nécessaire, d’ajuster les prévisions concernant les rendements en prenant en compte les données les plus récentes et les plus diversifiées qu’elles ont pu collecter.

La mission s’est également procuré les estimations de rendement avant récolte établies par les équipes de la CSA à partir d’entretiens avec des agriculteurs, conduits aux mois de septembre et d’octobre, qu’elle a ensuite pu comparer aux résultats qu’elle avait elle-même obtenus en novembre et en décembre. Afin de déterminer les besoins alimentaires, la mission a mené plusieurs entretiens avec différentes parties prenantes dont FEWSNet, DRMFSS, Save the Children Royaume-Uni, l’OCHA et l’UNICEF; elle a également procédé à un examen des rapports préliminaires sur les évaluations des besoins mi-meher et meher.

Les résultats globaux de la campagne meher 2009 ont subi l’incidence négative de précipitations saisonnières à la fois tardives et mal réparties, de sécheresses prolongées et d’une pluviométrie inférieure à la normale dans plusieurs parties de la région orientale du pays. Ce déficit pluviométrique a plus particulièrement touché les parties est, sud-est et sud de la région de Tigray, l’est de l’Amhara, l’Afar, le Gambella, certaines parties de l’est de l’Oromia, ainsi que certaines parties des régions SNNPR et des Somalis. Bien que lors de la campagne meher les pluies aient été relativement plus favorables dans les régions occidentales du pays, leur arrivée tardive a contraint les agriculteurs à procéder à de nouveaux semis et a eu une incidence négative sur les rendements des cultures au sein de régions traditionnellement très productrices, particulièrement dans certains districts de l’Oromia, tels que le Shewa occidental, le Shewa oriental et les Arsi, dans la région de l’Amhara (Awi, Gojam oriental, Gojam occidental, parties nord et nord du Gonder), ainsi que dans le Metekel et dans le woreda spécial de Pawe dans le Benishangul Gumuz.

Au niveau national, pour 2009/10, la mission prévoit une production totale de céréales et de légumes secs de 16,8 millions de tonnes, dont 15,69 millions de tonnes issues de petites exploitations meher et 0,35 million de tonnes d'exploitations commerciales et de coopératives. À un tel niveau, la production totale reste inférieure de 4,7 pour cent à la récolte sans précédent de 2008/09, tout en étant supérieure de 7 pour cent à la moyenne des cinq dernières années. Les cultures de sorgho et de maïs ont été les plus affectées tandis que la production de teff et d'orge ne l’a été qu’à un moindre degré et que celle de blé devrait augmenter.

De ce fait, en 2010, les besoins d'importations céréalières devraient être de 1,16 million de tonnes. Si l’on tient compte des 520 000 tonnes d’importations commerciales prévues et des 30 000 tonnes couvertes par l’aide alimentaire annoncée et par les diverses promesses de dons, le déficit non couvert s’établirait à environ 610 000 tonnes.

Le prix de gros et de détail des céréales sur les principaux marchés a atteint des sommets entre octobre et novembre 2008, ce qui a entraîné de graves conséquences sur l’accès à l’alimentation des ménages les plus vulnérables, notamment dans les zones urbaines. En particulier, en l’espace de six mois seulement, de février à août 2008, les prix de détail nominaux avaient pratiquement doublé en ce qui concerne le blé, le teff et le sorgho, tandis qu’ils avaient augmenté de 150 pour cent pour le maïs. D’avril 2008 jusqu’à aujourd’hui, le prix de gros du blé demeure constamment supérieur au prix de parité international, ce qui démontre le caractère rentable des importations commerciales.

L’évaluation des besoins meher indique que 5,23 millions de personnes pourraient nécessiter une aide alimentaire d’urgence entre janvier et juin 2010. En prenant en considération divers facteurs, la mission a conclu que ce nombre pourrait atteindre environ 6,5 millions de personnes d’ici à juin 2010, et ce, en fonction de la pluviométrie melg (février-mai). Cette estimation prend en compte les 1,2 million de personnes confrontées à un déficit vivrier net, ainsi que les limites actuelles des mécanismes de réponse aux urgences non alimentaires et la tendance observée au cours de ces quelques dernières années à une hausse des besoins en milieu d’année. Afin de satisfaire aux besoins des personnes touchées, l’aide alimentaire d’urgence totale pour la période allant de janvier à juin 2010, fonds spécial TeleFood y compris, devrait se situer aux alentours des 640 000 à 760 000 tonnes.

Le présent rapport a été préparé par Mario Zappacosta, James Breen et Prisca Kathuku sous la responsabilité des secrétariats de la FAO et du PAM à partir d'informations provenant de sources officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s'adresser aux soussignés pour un complément d'information le cas échéant.

Henri Josserand
Fonctionnaire principal, SMIAR,
Division du commerce et des marchés, FAO

Télécopie: 0039-06-5705-4495
Courriel: giews1@fao.org

Mustapha Darboe
Directeur régional
PAM, OMJ

Télécopie: 0027-11-5171643
Courriel: Mustapha.Darboe@WFP.org

Veuillez noter qu’il est possible d’obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews//

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez noter qu’il est maintenant possible de souscrire à des listes de distribution régionales pour recevoir les alertes spéciales et les rapports spéciaux de certaines régions uniquement pour: Afrique, Asie, Europe ou Amérique latine (SMIARAlertesAfrique-L, SMIARAlertesAsie-L, SMIARAlertesEurope-L et SMIARAlertesAL-L). Pour souscrire à ces listes, veuillez procéder de la même façon que pour la liste de distribution au niveau mondial.


Retour au menuRetour au menu