SYSTEME MONDIAL D'INFORMATION ET D'ALERTE RAPIDE SUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE DE LA FAO
PROGRAMME ALIMENTAIRE MONDIAL

RAPPORT  SPÉCIAL

MISSION FAO/PAM D'ÉVALUATION DES RÉCOLTES ET DE LA

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AU Kirghizistan

7 décembre 2010

-------

Faits saillants

  • En dépit du démarrage tardif de la campagne de printemps et des troubles civils en avril et juin, les estimations établissent les cultures vivrières totales récoltées en 2010 à un niveau normal, bien que très inférieur aux résultats exceptionnels de 2009. La récolte de blé de la campagne principale se chiffrerait à 866 331 tonnes, volume analogue à celui des cinq dernières années mais en recul de 18 pour cent par rapport à 2009.
  • Les violentes précipitations tombées au printemps ont retardé les semis et réduit la superficie ensemencée. Toutefois, les pluies favorables enregistrées pendant le reste de la campagne ont contrecarré l'incidence néfaste du démarrage tardif des opérations sur les rendements.
  • Le recul de la production de blé tient pour l'essentiel à la reconversion des terres à des cultures fourragères plus lucratives et à la diminution des rendements due à l'insuffisance et au renchérissement des intrants agricoles suite à la fermeture des frontières avec le Kazakhstan et l'Ouzbékistan en avril.
  • Le cheptel devrait être en augmentation en 2010 en raison du bon état des parcours et de l'accroissement de la production fourragère.
  • Les troubles civils ont eu des effets très néfastes sur la production alimentaire des familles dans les régions touchées d'Och et de Jalalabad, où des maisons ont été détruites, des intrants agricoles perdus et des têtes de bétail pillées.
  • Les importations céréalières nécessaires pour la campagne commerciale 2010/11 (juillet/juin) sont estimées à 358 000 tonnes, sous forme de blé principalement, ce qui est un peu moins que l'année précédente. Ces besoins seront couverts pour la plupart par des voies commerciales.
  • Les prix des produits à base de blé ont fortement grimpé depuis juillet, ce qui tient à la flambée des cours mondiaux, à la moindre production intérieure et au renchérissement du carburant. Cette situation suscite des préoccupations quant à l'accès des groupes à faible revenu à la nourriture, en particulier à Och et Jalalabad.
  • Selon les estimations d'une évaluation d'urgence de la sécurité alimentaire effectuée par le PAM à la fin juillet 2010, 27 pour cent de la population serait en situation d'insécurité alimentaire, le plus souvent modérée, y compris les personnes exposées à l'insécurité alimentaire chronique et passagère. La consommation de denrées de base est quantitativement suffisante, mais le manque de diversité du régime alimentaire – dû à un pouvoir d'achat insuffisant - est la principale cause de l'insécurité alimentaire. Ces populations auront notamment besoin en 2010 d'intrants agricoles, de microcrédits, de mesures visant à renforcer les capacités et à garantir un niveau minimal de production agricole ainsi que de filets de protection sociale.

1. VUE D'ENSEMBLE

Suite à une demande du Ministère de l'agriculture kirghize visant à évaluer l'impact, sur l'agriculture et la sécurité alimentaire, du démarrage tardif de la campagne de printemps de 2010 et de l'agitation sociale d'avril et juin ainsi qu'à bénéficier d'une aide en matière de méthodologies d'évaluation rapide des récoltes, une mission conjointe FAO/PAM d'évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire s'est rendue au Kirghizistan en juillet et août 2010. Cette mission devait fournir un appui à un exercice de prélèvement sur les récoltes et d'évaluation effectué parallèlement à une enquête périodique de la Commission nationale de statistiques (NSC); estimer les résultats des cultures céréalières d'hiver et de printemps pour 2010; évaluer la situation globale des disponibilités alimentaires; estimer les besoins d'importation pour la campagne commerciale 2010/11 (juillet/juin). L'évaluation de la sécurité alimentaire des ménages s'est fondée sur les principaux résultats d'une évaluation d'urgence de la sécurité alimentaire effectuée par le PAM à la fin juillet pour déterminer la prévalence de l'insécurité alimentaire et ses causes.

Dans le cadre de la composante assistance technique de la mission, un consultant international de la FAO a dispensé une formation à l'évaluation rapide des récoltes à 29 experts de la NSC et du Ministère de l'agriculture venant de tous les oblasts (provinces), à Bichkek (y compris une formation sur le terrain), du 12 au 14 juillet. Par la suite, ces experts en ont formé d'autres au niveau des "rayons" (districts), qui ont à leur tour mesuré les rendements dans l'ensemble des districts. Les coupe-échantillons ont commencé le 18 juillet et, à la fin du même mois, elles étaient achevées dans les principales régions productrices ainsi que dans les zones d'altitude (principalement les provinces d'Issyk-Kul et de Naryn).

Dans le cadre de la composante évaluation, une équipe internationale s'est rendue dans le pays du 1er au 21 août pour passer en revue les résultats de l'évaluation des récoltes sur pied effectuée dans tout le pays et en faire la synthèse. Cette équipe a visité les principales régions où sont pratiqués l'élevage et l'agriculture afin de recueillir les avis des agriculteurs, négociants, ONG et responsables des structures décentralisées du Ministère de l'agriculture, de la NSC et de l'administration des oblasts sur les obstacles à la production depuis le début de la campagne agricole en automne dernier. Avant les visites sur le terrain, la mission s'est longuement entretenue avec le personnel de divers départements techniques du Ministère de l'agriculture. Elle a aussi eu des entretiens approfondis avec les autorités de la NSC sur les méthodes utilisées pour obtenir des données agricoles aux divers niveaux administratifs.

Pour analyser la situation concernant la sécurité alimentaire des ménages, le PAM a effectué une évaluation d'urgence à l'échelle du pays, interrogeant 2 000 ménages choisis de manière aléatoire dans 250 localités de chaque oblast et à Bichkek et menant 277 entretiens clés dans diverses localités. Les principales conclusions figurent dans le présent rapport, tandis que l'analyse détaillée des résultats de l'évaluation d'urgence fait l'objet d'une publication distincte1.

En dépit du démarrage tardif de la campagne de printemps et des troubles civils en avril et juin, les estimations établissent les cultures vivrières totales récoltées en 2010 à un niveau normal, bien que très inférieur aux résultats exceptionnels de 2009. Ce repli est dû à la diminution tant des semis que des rendements.

La diminution de la superficie consacrée aux céréales pendant cette campagne tient pour l'essentiel à la reconversion des terres sous blé à des cultures fourragères plus lucratives, ce qui est conforme à la tendance à la baisse constatée ces dernières années. Les violentes précipitations tombées en mars, associées à la moindre disponibilité de machines agricoles et au renchérissement du carburant suite à la fermeture des frontières avec le Kazakhstan et l'Ouzbékistan en avril, ont retardé les semis de printemps de 2 ou 3 semaines et contribué à la réduction de la superficie ensemencée. La superficie sous céréales est estimée à 572 383 hectares, soit 6 pour cent de moins que lors de la campagne agricole précédente, le recul étant particulièrement marqué pour le blé de printemps (-19 pour cent) ainsi que pour le maïs (-9 pour cent). Les semis de pommes de terre ont diminué de 4 pour cent.

En dépit des précipitations trop abondantes tombées en mars, les pluies ont globalement été favorables partout dans le pays tout au long de la campagne agricole. De bonnes précipitations cet été ont contrecarré l'incidence néfaste du démarrage tardif des semis de printemps sur les rendements. Toutefois, les rendements des cultures céréalières ont souffert de l'insuffisance et du renchérissement des intrants agricoles. La fermeture de la frontière ouzbèke a perturbé les approvisionnements d'engrais, de carburant et de machines agricoles ainsi que la migration de la main-d'œuvre. Les prix des engrais, qui sont pour la plupart importés d'Ouzbékistan, ont plus que doublé à Och entre mai et juin, tandis que le carburant s'est renchéri de 45 pour cent entre mars et juin. Du fait du moindre recours aux intrants agricoles pendant cette campagne, les rendements de blé ont perdu 11 pour cent par rapport au bon niveau de 2009, et ceux d'orge 13 pour cent.

Globalement, la mission estime la production céréalière totale de 2010 à 1,563 million de tonnes (en équivalent paddy), ce qui est proche de la moyenne des cinq dernières années. La production de blé est chiffrée à 866 331 tonnes, soit un volume en recul de 18 pour cent par rapport à 2009 mais toujours moyen. La production de pommes de terre et de maïs est estimée respectivement à 1 329 049 et 419 474 tonnes, soit 5 et 14 pour cent de moins que le volume récolté en 2009.

Le cheptel devrait être en augmentation en 2010 en raison des précipitations supérieures à la moyenne, de l'accroissement de la production fourragère, de l'état des parcours particulièrement bon et de la bonne condition physique des troupeaux.

Compte tenu des estimations concernant la production céréalière et des stocks de report relativement élevés, les besoins d'importations céréalières pour la campagne commerciale 2010/11 (juillet/juin), de blé principalement, sont estimés à 358 000 tonnes, soit un peu moins que l'année précédente. Quelque 336 000 tonnes devraient être couvertes par des voies commerciales et le reste par l'aide alimentaire, qui est supposée être en hausse cette année du fait de l'assistance apportée aux populations vulnérables des zones touchées par le conflit.

Si les événements d'avril et juin ont eu un impact direct limité sur la production alimentaire à l'échelle nationale, ils ont été lourds de conséquences pour les ménages touchés par le conflit. À Och et Jalalabad, régions qui ont le plus souffert, le nombre de maisons détruites a été estimé à 1 900 environ, tandis que l'évaluation d'urgence établit le nombre de PDI à 84 000. Les familles touchées ont vu leurs machines agricoles et outils détruits et leurs troupeaux pillés. Un appui, sous forme de semences, d'engrais, de financement des machines et d'entretien des canaux d'irrigation, est nécessaire de toute urgence pour aider ces familles à reprendre les travaux agricoles lors de la nouvelle campagne.

La vague de violence qui a frappé le sud du Kirghizistan a aussi entraîné la destruction des infrastructures de commercialisation, y compris le principal marché d'Och et bon nombre de petits commerces, ce qui sape gravement les activités commerciales et les revenus des populations touchées.

Les prix des produits à base de blé ont fortement grimpé depuis juillet, ce qui tient à la flambée des cours mondiaux, à la moindre production intérieure et au renchérissement du carburant. Cette situation suscite de graves préoccupations quant à l'accès des groupes à faible revenu à la nourriture, en particulier à Och et Jalalabad.

Selon les estimations de l'évaluation d'urgence de la sécurité alimentaire effectuée par le PAM à la fin juillet 2010, 27 pour cent de la population serait en situation d'insécurité alimentaire. La quantité de denrées de base consommées apporte en général les calories nécessaires, mais l'apport en produits laitiers, produits animaux, légumes secs, fruits et légumes est insuffisant, ce qui entraîne des carences en vitamines et en sels minéraux, une plus grande vulnérabilité aux maladies, des retards de croissance parmi les enfants en bas âge et un amoindrissement des capacités d'apprentissage et de production. L'insécurité alimentaire grave est rare, principalement en raison de la disponibilité saisonnière de divers types d'aliments venant de récoltes récentes ou en cours.

Les ménages en proie à l'insécurité alimentaire répondent aux caractéristiques de la pauvreté, dans la mesure où leurs principales ressources monétaires se situent au-dessous du seuil de pauvreté. De ce fait, ils sont pour la plupart en situation d'insécurité alimentaire chronique. Toutefois, les troubles civils de juin ont aussi provoqué une insécurité alimentaire passagère, en particulier pour les quelque 84 000 personnes déplacées qui ont perdu leurs champs, leurs bêtes, leur emploi et leurs débouchés. Ces populations auront notamment besoin en 2010 d'intrants agricoles, de microcrédits, de mesures visant à renforcer les capacités et à garantir un niveau minimal de production agricole ainsi que de filets de protection sociale.

Le présent rapport a été établi par Raphy Favre et Guljahan Kurbanova de la FAO et Agnes Dhur du PAM, sous la responsabilité des secrétariats de la FAO et du PAM à partir d’informations officielles et officieuses. La situation pouvant évoluer rapidement, prière de s’adresser aux personnes indiquées ci-après pour un complément d’informations le cas échéant.

Liliana Balbi
conomiste principal, EST-SMIAR,
Division du commerce et des marchés, FAO

Télécopie: 0039-06-5705-4495
Courriel: giews1@fao.org

Daly Belgasmi
Directeur régional, PAM
Télécopie: 0020-20-528-1735
Courriel: Daly.Belgasmi@wfp.org

Veuillez noter qu’il est possible d’obtenir le présent Rapport spécial sur le site Internet de la FAO (www.fao.org) à l'adresse suivante: http://www.fao.org/giews//

Il est également possible de recevoir automatiquement, par messagerie électronique, les Alertes spéciales et les Rapports spéciaux, dès leur publication, en souscrivant à la liste de distribution du SMIAR. À cette fin, veuillez envoyer un message électronique à l'adresse suivante: mailserv@mailserv.fao.org sans rien écrire dans la ligne "sujet" et en indiquant le message suivant:

subscribe SMIARAlertes-L

Pour être rayé de la liste, envoyer le message:

unsubscribe SMIARAlertes-L

Veuillez noter qu’il est maintenant possible de souscrire à des listes de distribution régionales pour recevoir les alertes spéciales et les rapports spéciaux de certaines régions uniquement : Afrique, Asie, Europe ou Amérique latine (SMIARAlertesAfrique-L, SMIARAlertesAsie-L, SMIARAlertesEurope-L et SMIARAlertesAL-L). Pour souscrire à ces listes, veuillez procéder de la même façon que pour la liste de distribution au niveau mondial.


Retour au menuRetour au menu

1. Évaluation d'urgence de la sécurité alimentaire en République kirghize. PAM, août 2010.