CFS:2005/3


COMITÉ DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MONDIALE

Trente et unième session

Rome, 23 - 26 mai 2005

MODÈLE DE RAPPORT SUR LE SUIVI DU PLAN D'ACTION DU SOMMET MONDIAL DE L'ALIMENTATION

Table des matières



 

RÉSUMÉ

À sa trentième session, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale est convenu que le Secrétariat devrait établir un groupe d'experts, équilibré sur le plan régional, chargé d'analyser les différentes options … concernant l'amélioration du modèle du Rapport sur les progrès accomplis dans l'application du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation, en vue notamment de réduire la fréquence d'établissement de ces rapports et d'éviter les doubles emplois quant aux informations relatives aux indicateurs, en utilisant les bases de données disponibles et en formulant une série d'indicateurs clés. À l'issue de cette analyse, le Secrétariat devrait préparer un modèle révisé à soumettre au Bureau, pour examen.

Un groupe d'experts s'est ainsi réuni au siège de la FAO les 24 et 25 février 2005 et a formulé des recommandations qui sont contenues dans le présent document, de même qu'un nouveau modèle de rapport et une série d'indicateurs et de directives concernant la fréquence d'établissement des rapports nationaux et leur préparation.

Le Comité pourra, s'il le souhaite, adopter les recommandations des experts.

 

I. INTRODUCTION

1. Conformément au Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation (SMA), la responsabilité du suivi et des rapports sur la mise en œuvre revient au Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Trois types de rapports sont adressés au Secrétariat du Comité – des rapports nationaux émanant des gouvernements, des rapports sur la suite donnée par les institutions des Nations Unies et la coordination interinstitutions, et des rapports établis par d'autres institutions internationales compétentes.

2. Une procédure provisoire a été suivie en 1997 pour l'établissement du premier Rapport sur les progrès accomplis dans l'application du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation. Un deuxième modèle de rapport a ensuite été présenté au CSA en juin 1998, par un Groupe de travail à composition non limitée. Puis une version améliorée de ce modèle a été soumise au Comité en mai 1999 et envoyée aux pays membres afin qu'ils l'utilisent pour la préparation des deuxième et troisième rapports sur les progrès accomplis, en 2000 et en 2002.

3. En juin 2003, lors de la cent vingt-quatrième session du Conseil de la FAO, certains membres du CSA ont présenté une proposition visant à améliorer le mode de présentation des rapports. Il s'agissait d'améliorer les rapports des pays afin qu'ils puissent illustrer les bonnes pratiques en cas de réussite et indiquer les raisons possibles de la lenteur des progrès réalisés dans les cas où le processus de mise en œuvre et les résultats laissaient à désirer. Le présent modèle de présentation révisé a été préparé en consultation avec le Bureau du CSA, puis soumis au Conseil de la FAO, à sa cent vingt-cinquième session en novembre 2003. Le Conseil en a approuvé l'utilisation et a recommandé un examen plus approfondi par le Comité, à sa trentième session, en 2004.

4. Sur la base de l'expérience acquise dans la préparation du quatrième Rapport sur les progrès accomplis, certains des délégués à la session de 2004 du CSA ont soumis des propositions afin d'améliorer le modèle de rapport. Il avait été constaté que de nombreux pays avaient des difficultés à remplir la liste d'indicateurs incluse dans le rapport, sans compter que bon nombre des indicateurs à fournir étaient déjà disponibles dans les bases de données internationales.

5. Il était proposé de réduire la fréquence d'établissement des rapports, de formuler une série d'indicateurs clés, de se concentrer sur les questions prioritaires et d'inclure des indicateurs relatifs à l'eau et à d'autres ressources naturelles. Les délégués ont en outre recommandé que les travaux relatifs aux Systèmes d'information et de cartographie sur l'insécurité alimentaire et la vulnérabilité (SICIAV) concourent à la mise au point d'une méthode d'analyse appropriée et à la définition d'indicateurs de sécurité alimentaire pouvant être utilisés dans les rapports relatifs au Sommet mondial de l'alimentation.

6. Le Comité a pris note de ces propositions et il est convenu que le Secrétariat devrait établir un groupe d'experts, équilibré sur le plan régional, chargé d'analyser les différentes options. À l'issue de cette analyse, le Secrétariat devrait préparer un modèle révisé à soumettre au Bureau.

7. La Division de la statistique a donc organisé, en collaboration avec le Secrétariat du CSA, une réunion d'un groupe d'experts qui s'est tenue au siège de la FAO, les 24 et 25 février 2005. À cette réunion ont participé des experts de onze pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine, d'Amérique du Nord et d'Europe; leur voyage et leur séjour à Rome étaient financés par le Programme de partenariat FAO/Pays-Bas (FNPP). Deux membres du Groupe de travail interinstitutions sur le SICIAV, à savoir un représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) et un représentant du Fonds international de développement agricole (FIDA), ont également pris une part active aux débats du Groupe d'experts. EUROSTAT, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l'Institut italien de statistique (ISTAT) n'ont malheureusement pas été en mesure de participer à la réunion. La liste des participants figure à l'annexe III.

8. Le principal objectif des travaux du Groupe d'experts était de faciliter le mécanisme d'établissement de rapport et d'assurer une utilisation appropriée des indicateurs pertinents, en évitant la duplication inutile des efforts de la part des pays. Le Groupe s'est appuyé sur les documents techniques et d'information préparés par la FAO (voir annexe IV). Les débats se sont concentrés sur les changements à apporter à la structure des rapports nationaux présentés au CSA, et notamment sur le cadre et les critères pour la définition de la série d'indicateurs clés. La discussion a ensuite été consacrée à l'analyse des indicateurs statistiques clés pour chacun des sept engagements contenus dans le Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation. Enfin, le Groupe a procédé à un examen global de la proposition, et en particulier du modèle de rapport général.

9. Les travaux du Groupe d'experts ont permis de mettre au point:

    1. un modèle de présentation révisé, qui est présenté à l'annexe I; et
    2. des directives destinées aux pays et visant à faciliter la préparation du rapport (annexe II), notamment l'identification d'une série d'indicateurs clés pour le suivi de l'application du Plan d'action et des progrès accomplis dans la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation.

10. Les principales recommandations du Groupe d'experts sont présentées ci-après.

II. MODÈLE DE RAPPORT PROPOSÉ

A. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES

11. Le modèle de rapport proposé prévoit une page couverture et trois sections. La partie principale du rapport est constituée des sections I et II. La section III contient les indicateurs et fournit un outil complémentaire pour la rédaction des deux sections précédentes.

12. La section I est consacrée aux progrès accomplis dans la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation et aux questions prioritaires de sécurité alimentaire dans chaque pays. Les pays peuvent signaler les éventuelles évaluations de programme ou de projet pertinentes disponibles, en particulier celles qui se rapportent à des initiatives fructueuses. Ils peuvent également donner des informations concernant les programmes d'aide extérieure, en indiquant leur incidence sur la faim et les leçons apprises.

13. La section II se rapporte à la mise en œuvre des engagements contenus dans le Plan d'action du Somment mondial de l'alimentation. Le but et les objectifs de chaque engagement y sont indiqués à titre de référence. Un encadré à remplir permet ensuite aux pays de donner des informations concernant les politiques, les stratégies ou les initiatives mises en œuvre, et les résultats obtenus. Un tableau est également prévu pour indiquer la liste des principales mesures prises, avec l'année de démarrage, et l'état d'avancement actuel au regard de l'engagement.

14. La section III a essentiellement pour objet de fournir une aide pour la rédaction des sections précédentes, grâce à une série choisie d'indicateurs statistiques clés. Pour en faciliter l'identification, le Groupe d'experts a préparé une liste d'indicateurs recommandés. Les pays peuvent les inclure intégralement dans leur rapport ou bien ne choisir que les plus pertinents. Si des informations sont disponibles, il conviendra de ventiler les indicateurs par zone (rurale/urbaine) et par sexe. Les chiffres disponibles dans les bases de données internationales pour chaque indicateur seront fournis aux pays conjointement avec le modèle de rapport. Les pays ont donc la possibilité de choisir soit d'indiquer leurs propres chiffres, soit de se référer à ceux figurant dans les bases de données internationales.

B. PRINCIPAUX CHANGEMENTS PAR RAPPORT AU MODÈLE DE RAPPORT ACTUEL

15. Le modèle de rapport proposé introduit des changements substantiels à la structure du modèle actuel:

C. DIRECTIVES POUR LA PRÉPARATION DU RAPPORT NATIONAL

16. Le Groupe d'experts recommande de fournir aux pays un document séparé (annexe II) destiné à les aider dans la préparation du rapport. Ce document contiendrait: i) des directives générales, et ii) la liste des indicateurs proposés, avec leur définition et les sources potentielles.

17. Le Groupe d'experts estime qu'une coordination appropriée dans les pays et une bonne communication sont essentielles pour un système de notification adéquat. Il est donc recommandé que l'institution ou le mécanisme interinstitutionnel national chargé de la préparation du rapport, soit clairement identifié et qu'un agent national de coordination avec le Secrétariat du CSA soit nommé.

III. MISE À L'ESSAI DU NOUVEAU MODÈLE DE RAPPORT

18. Le Groupe d'experts recommande de mettre le nouveau modèle de rapport à l'essai dans certains pays avant de l'appliquer au niveau mondial. Ce test permettrait d'apporter des ajustements finals.

IV. FRÉQUENCE D'ÉTABLISSEMENT DES RAPPORTS

19. Le Groupe d'experts est convenu que pour la première année d'utilisation du modèle proposé, les autorités nationales devraient apporter une forte contribution à la préparation du rapport. Dans les rapports suivants, il est suggéré que les pays ne donnent des détails que sur les changements importants et les nouvelles informations. Par ailleurs, le Groupe a approuvé le maintien de la fréquence actuelle d'établissement des rapports, à savoir tous les deux ans.

 

ANNEXE I

Le Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation, au titre de l'Engagement Sept (Objectif 7.3), invitait entre autres les gouvernements, en collaboration avec tous les acteurs de la société civile, en coordination avec les organisations internationales pertinentes, et conformément à la Résolution 1996/36 du Conseil économique et social sur le suivi des principales Conférences internationales et Sommets des Nations Unies, à:

Le présent rapport fait le point des progrès accomplis par le pays dans l'application du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation. Il est composé de trois sections. Les sections I et II constituent les parties principales du Rapport sur les progrès accomplis, les politiques adoptées et les mesures prises. La section II s'occupe en particulier des mesures et des initiatives prises par les pays pour chacun des sept Engagements au titre du Plan d'action. La section III contient en revanche des informations sur une série d'indicateurs destinés à appuyer l'analyse effectuée dans les sections précédentes.
 

Pays:

 

Date du rapport:

 

 

Institution ou comité chargé de l'établissement du rapport

 

 

 

 

 

  

 

Agent de coordination

Nom

 

Fonctions

 

Téléphone

 

Télécopie

 

Adresse électronique

 

Section I: Questions prioritaires de sécurité alimentaire et Progrès accomplis vers la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation

Section II: Suivi du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentaion

Engagement Un
Engagement Deux
Engagement Trois
Engagement Quatre
Engagement Cinq
Engagement Six
Engagement Sept

Section III: Indicateurs statistiques


La situation actuelle du pays du point de vue de la sécurité alimentaire, notamment quant aux disponibilités alimentaires, à la stabilité des approvisionnements et à l'accès aux denrées alimentaires, ainsi que les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de réduction de la faim, sont indiqués ci-après:

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

Les études d'évaluation de programme ou de projet disponibles sont jointes au présent rapport et indiquées ci-après:

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

Des informations concernant les programmes d'aide extérieure, avec l'indication de leur incidence sur la faim et des leçons apprises, sont données ci-après:

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Section II: Suivi du Plan d'Action du Sommet mondial de l'alimentation

La présente section donne un compte rendu des mesures prises au titre de chacun des sept Engagements adoptés lors du Sommet mondial de l'alimentation. Des informations sont données concernant les politiques menées et/ou les programmes d'action mis en œuvre pour chaque engagement, en illustrant, dans la mesure du possible, leurs effets au point de vue de leur contribution au développement social et économique général, à la lutte contre la pauvreté et à la réduction de la faim.

Engagement Un

Nous assurerons un environnement politique, social et économique propice, visant à instaurer les meilleures conditions pour l'éradication de la pauvreté et le maintien d'une paix durable, fondée sur la pleine participation des hommes et des femmes sur un pied d'égalité, particulièrement favorable à la sécurité alimentaire durable pour tous.

Objectif 1.1: Empêcher et résoudre les conflits de manière pacifique et créer un environnement politique stable fondé sur le respect de tous les droits de l'être humain et de ses libertés fondamentales, sur la démocratie, un cadre juridique transparent et efficace, la transparence et la responsabilité dans la conduite des affaires dans toutes les institutions nationales et internationales, publiques et privées, et sur une participation effective et équitable de tous, à tous les niveaux, aux décisions et aux actions affectant leur sécurité alimentaire.

Objectif 1.2: Assurer des conditions économiques stables et mettre en oeuvre des stratégies de développement qui encouragent pleinement les initiatives privées et publiques, individuelles et collectives en faveur d'un développement économique et social durable et équitable, intégrant aussi les préoccupations en matière de population et d'environnement.

Objectif 1.3: Assurer l'égalité entre les sexes et la dévolution de pouvoirs aux femmes.

Objectif 1.4: Encourager la solidarité nationale et procurer des chances égales à tous, à tous les niveaux, dans la vie politique, économique et sociale, particulièrement en ce qui concerne les groupes et personnes vulnérables et défavorisés.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Un:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Un, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

Engagement Deux

Nous mettrons en œuvre des politiques visant à éradiquer la pauvreté et l'inégalité et à améliorer l'accès physique et économique de tous, à tout moment, à une alimentation suffisante, adéquate du point de vue nutritionnel et sanitaire, et son utilisation efficace.

Objectif 2.1: Poursuivre l'éradication de la pauvreté, tant dans les villes que dans les campagnes, et la sécurité alimentaire durable pour tous en tant que priorités politiques et favoriser, par des politiques nationales rationnelles des emplois sûrs et rémunérateurs et un accès équitable et égal aux ressources productives telles que terres, eau et crédit, pour accroître au maximum les revenus des pauvres.

Objectif 2.2: Donner aux ménages, aux familles et aux particuliers en situation d'insécurité alimentaire les moyens de satisfaire leurs besoins alimentaires et nutritionnels et chercher à aider ceux qui en sont incapables.

Objectif 2.3: S'assurer que les approvisionnements alimentaires soient sains, accessibles d'un point de vue physique et économique, qu'ils soient appropriés et correspondent aux besoins énergétiques et nutritionnels de la population.

Objectif 2.4: Promouvoir l'accès de tous, en particulier des pauvres et des membres des groupes vulnérables et défavorisés, à l'enseignement de base et aux soins de santé primaires, afin de renforcer leur capacité d'autonomie.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Deux:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Deux, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Engagement Trois

Nous poursuivrons des politiques et méthodes participatives et durables de développement alimentaire, agricole, halieutique, forestier et rural dans les régions à potentiel élevé comme dans celles à faible potentiel, qui sont essentielles pour assurer des approvisionnements alimentaires adéquats et fiables au niveau des ménages ainsi qu'aux échelons national, régional et mondial, et lutterons contre les ravageurs, la sécheresse et la désertification, considérant le caractère multifonctionnel de l'agriculture.

Objectif 3.1: Chercher à assurer, par des méthodes participatives, une production alimentaire durable, intensifiée et diversifiée, caractérisée par des gains de productivité, d'efficience et de salubrité, la lutte contre les ravageurs et une réduction des gaspillages et des pertes, en tenant pleinement compte de la nécessité de maintenir en état les ressources naturelles.

Objectif 3.2: Lutter contre les menaces écologiques pour la sécurité alimentaire, en particulier la sécheresse et la désertification, les ravageurs, l'érosion de la diversité biologique et la dégradation des ressources naturelles, terrestres et aquatiques, restaurer et mettre en valeur la base de ressources naturelles, y compris les eaux et les bassins versants, dans les zones où elle est épuisée et surexploitée, pour accroître la production.

Objectif 3.3: Promouvoir des politiques et programmes rationnels de transfert et d'utilisation des technologies, d'amélioration des compétences et de formation correspondant aux besoins des pays en développement en matière de sécurité alimentaire, et compatibles avec le développement durable, en particulier dans les zones rurales et défavorisées.

Objectif 3.4: Prendre des mesures radicales, en coopération avec le secteur public et le secteur privé, pour renforcer et élargir la recherche et la coopération scientifique dans l'agriculture, la pêche et la foresterie à l'appui des politiques et de l'action menée aux niveaux international, régional, national et local en vue d'accroître le potentiel de production et de conserver la base des ressources naturelles de l'agriculture, des pêches et des forêts, et à l'appui des efforts déployés pour éradiquer la pauvreté et promouvoir la sécurité alimentaire.

Objectif 3.5: Formuler et mettre en oeuvre des stratégies intégrées de développement rural dans les zones à faible comme à haut potentiel, qui favorisent l'emploi rural, le perfectionnement professionnel, les infrastructures, les institutions et les services, à l'appui du développement rural et de la sécurité alimentaire des ménages, et qui renforcent la capacité locale de production des agriculteurs, pêcheurs, forestiers et autres personnes travaillant activement dans le secteur alimentaire, y compris des membres des groupes vulnérables et défavorisés, des femmes, des populations autochtones, et de leurs organisations représentatives, et qui assurent leur participation effective.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Trois:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   
     

4.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Trois, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Engagement Quatre

Nous nous efforcerons de faire en sorte que les politiques concernant le commerce des denrées alimentaires et agricoles et les échanges en général contribuent à renforcer la sécurité alimentaire pour tous grâce à un système commercial mondial à la fois juste et axé sur le marché.

Objectif 4.1: Relever les défis et mettre à profit les possibilités découlant du nouveau cadre commercial international établi lors des récentes négociations commerciales mondiales et régionales.

Objectif 4.2: Satisfaire les besoins essentiels d'importations alimentaires de tous les pays, compte tenu des fluctuations des cours mondiaux et des disponibilités et particulièrement des niveaux de consommation alimentaire des groupes vulnérables dans les pays en développement.

Objectif 4.3: Appuyer la poursuite du processus de réforme conformément à l'Accord du Cycle d'Uruguay notamment à l'Article 20 de l'Accord sur l'agriculture.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Quatre:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Quatre, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Engagement Cinq

Nous nous efforcerons de prévenir les catastrophes naturelles et les crises provoquées par l'homme, d'y être préparés, et de répondre aux besoins alimentaires provisoires d'urgence, d'une façon qui stimule la reprise, le redressement et le développement et renforce la capacité de satisfaire les besoins futurs.

Objectif 5.1: Réduire la demande d'aide alimentaire d'urgence en renforçant les efforts visant à prévenir et à résoudre les situations d'urgence provoquées par l'homme, en particulier les conflits internationaux, nationaux et locaux.

Objectif 5.2: Établir au plus tôt des stratégies de prévention et de préparation à l'intention des PFRDV et d'autres pays et régions sujets aux situations d'urgence.

Objectif 5.3: Améliorer et, si nécessaire, mettre en place des mécanismes d'intervention immédiate efficients et efficaces aux niveaux international, régional, national et local.

Objectif 5.4: Renforcer les liens entre opérations de secours et programmes de développement, ainsi qu'avec les activités de déminage le cas échéant, de façon à ce qu'ils se complètent mutuellement et facilitent la transition du secours au développement.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Cinq:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Cinq, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Engagement Six

Nous encouragerons l'affectation et l'utilisation optimales de l'investissement public et privé pour faire progresser les ressources humaines, les systèmes alimentaires, agricoles, halieutiques et forestiers durables et le développement rural, dans les zones à fort comme à faible potentiel.

Objectif 6.1: Créer le cadre politique et les conditions qui encourageront au maximum les investissements publics et privés dans le développement équitable et durable des systèmes alimentaires, le développement rural et les ressources humaines à l'échelle nécessaire pour contribuer à la sécurité alimentaire.

Objectif 6.2: Chercher à mobiliser les ressources techniques et financières de toutes provenances, y compris par l'allégement de la dette, et à optimiser leur utilisation, pour accroître l'investissement dans les activités liées à l'agriculture, la pêche, la foresterie et la production alimentaire durables dans les pays en développement au niveau requis pour contribuer à la sécurité alimentaire.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Six:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres ligne si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Six, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Engagement Sept

Nous exécuterons ce Plan d'action, et assurerons son contrôle et son suivi, à tous les niveaux en coopération avec la communauté internationale.

Objectif 7.1: Adopter des mesures dans le cadre national propre à chaque pays pour améliorer la sécurité alimentaire et permettre la mise en oeuvre des engagements pris dans le Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation.

Objectif 7.2: Améliorer la coopération sous-régionale, régionale et internationale, mobiliser les ressources disponibles et en optimiser l'utilisation, à l'appui des efforts nationaux visant à assurer dans les meilleurs délais une sécurité alimentaire mondiale durable.

Objectif 7.3: Suivre activement l’application du Plan d’action du Sommet mondial de l’alimentation.
Objectif 7.4: Clarifier le contenu du droit à une nourriture adéquate et le droit fondamental de chacun d'être à l'abri de la faim, tel qu'il figure dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (le Pacte) et autres instruments internationaux et régionaux pertinents, et accorder une attention particulière à l'exécution et à la réalisation pleine et progressive de ce droit comme moyen de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous.

Objectif 7.5: Partager les responsabilités en vue de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous afin que l'exécution du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation se déroule au niveau le plus bas possible, qui permette d'atteindre son objectif dans les meilleures conditions.

 

Liste récapitulative des principales mesures prises au titre de l'Engagement Sept:

Mesures prises

Année de démarrage

État d'avancement

1.

   

2.

   

3.

   

4.

   

5.

   

[ajouter d'autres lignes si besoin est]

Les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre au titre de l'Engagement Sept, et les résultats obtenus, sont décrits ci-après.

[entrer le texte ici]

 

 

 

 

 

[ajouter de l'espace si besoin est]

 

Section III: Indicateurs statistiques

Les indicateurs relatifs aux mesures les plus pertinentes et aux principaux changements dans la situation du pays, sont présentés dans le tableau 1. Pour chacun des indicateurs sur lesquels s'appuie la rédaction des sections précédentes, il est indiqué si la source privilégiée a été une source nationale ou une base de données internationale. Les statistiques relatives aux indicateurs disponibles à l'échelon international ont été compilées et fournies par la Division de la statistique de la FAO. Les chiffres provenant de sources nationales sont présentés dans le tableau 2.

Tableau 1: Liste des indicateurs recommandés

Source (N, I, X)*

Pénurie alimentaire et malnutrition infantile

 

1. Nombre estimé de personnes souffrant de sous-alimentation

 

2. Pourcentage de la population souffrant de sous-alimentation

 

3. Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant une insuffisance pondérale

 

4. Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant un retard de croissance

 

5. Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant un dépérissement

 

Consommation alimentaire et diversification du régime alimentaire

 

6. Disponibilité énergétique alimentaire par habitant

 

7. Part des aliments sans amidon dans la disponibilité énergétique alimentaire totale

 

Croissance économique, pauvreté et emploi

 

8. Croissance du PIB par habitant (% annuel)

 

9. Incidence de la pauvreté au niveau national (% de la population)

 

10. Taux d'emploi

 

11. Service total de la dette (% de l'INB)

 

Éducation et égalité entre les sexes

 

12. Taux net de scolarisation dans l'enseignement primaire

 

13. Dépenses publiques d'éducation en pourcentage du PIB

 

14. Rapport filles/garçons dans l'enseignement primaire

 

15. Rapport filles/garçons dans l'enseignement secondaire

 

16. Rapport filles/garçons dans l'enseignement supérieur

 

17. Pourcentage de sièges occupés par des femmes au parlement/congrès national

 

Santé et hygiène

 

18. Pourcentage de population ayant accès à un meilleur système d'assainissement

 

19. Pourcentage de population ayant accès à une source d'eau améliorée

 

20. Pourcentage estimatif de population vivant avec le VIH

 

Développement agricole

 

21. Valeur ajoutée agricole (% de croissance annuel)

 

22. Indice de la production vivrière

 

23. Dépenses publiques consacrées à l'agriculture et au développement rural (%)

 

24. Dépenses publiques consacrées à la recherche et à la vulgarisation en matière de technologie agricole (%)

 

Eau, ressources naturelles et infrastructure

 

25. Terres irriguées en % de la superficie agricole

 

26. Terres forestières en % de la superficie totale des terres

 

27. Terres gravement dégradées en % de la superficie totale

 

28. Routes revêtues (% du réseau routier total)

 

Commerce et dette nationale

 

29. Termes de l'échange (période de référence =100)

 

30. Aide publique au développement fournie <pour le pays donateur> ou reçue <pour le pays bénéficiaire> destinée au renforcement des capacités commerciales

 

31. Estimation du soutien à l'agriculture par rapport au PIB agricole, pour les pays de l'OCDE

 

Aide au développement

 

32. Aide publique au développement, nette, en pourcentage de l'INB du pays OCDE donateur

 

33. Aide extérieure à l'agriculture fournie <pour le pays donateur> ou reçue <pour le pays bénéficiaire> ($EU)

 

* Source nationale (N); Base de données internationale (I); Indicateur non utilisé (X)

 

Tableau 2: Statistiques provenant de sources nationales (à partir de 1990)

Année

Valeur

Nom:

     

Unité:

     

Définition:

     

Source:

     
       

Nom:

     

Unité:

     

Définition:

     

Source:

     
       

Nom:

     

Unité:

     

Définition:

     

Source:

     
       

Nom:

     

Unité:

     

Définition:

     

Source:

     
       

[Ajouter des lignes pour indiquer d'autres indicateurs ou d'autres années dans le tableau]

 

ANNEXE II

Les présentes directives ont été préparées afin de faciliter l'établissement des rapports. Pour tout éclaircissement, les pays pourront contacter le Secrétariat du CSA à l'adresse suivante:

Mme. Margarita Flores
Chef, Service de la sécurité alimentaire et de l'analyse des projets agricoles (ESAF)
FAO
Viale delle Terme di Caracalla
Rome, Italie
téléphone: (39) 06 57056566
adresse électronique: margarita.flores@fao.org

Préparation du rapport

Pour la première année d'utilisation du modèle proposé, les autorités nationales devront apporter une forte contribution à la préparation du rapport. Dans les rapports suivants, il est suggéré que les pays ne donnent des détails que sur les changements importants et les nouvelles informations. Le rapport sera préparé et soumis au Secrétariat du CSA tous les deux ans.

Page de couverture

Toutes les informations demandées sur cette page doivent être indiquées. Les pays doivent spécifier la date du rapport et indiquer clairement le nom de l'institution ou de l'organe institutionnel chargé de l'établissement du rapport. En outre, un centre national de liaison avec le Secrétariat du CSA doit être nommé.

Section I: Questions prioritaires de sécurité alimentaire et Progrès accomplis vers la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation

Cette section comporte trois encadrés dans lesquels il faudra faire figurer: i) un compte rendu de la situation en matière de sécurité alimentaire et des progrès accomplis dans la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation; ii) la liste des études d'évaluation disponibles (qui devront être jointes au rapport); et iii) des informations concernant les programmes d'aide extérieure.

Section II: Suivi du Plan d'Action du Sommet mondial de l'alimentation

Les pays sont priés d'indiquer, pour chacun des sept engagements du Plan d'action, les politiques, les stratégies et les initiatives mises en œuvre, et les éventuels résultats obtenus; ainsi que les principales mesures prises. Il faudra indiquer, pour chaque mesure, l'année de démarrage et l'état d'avancement actuel au regard de l'engagement (par exemple, terminée, en cours, supprimée). Veuillez ajouter des pages et/ou des lignes pour les mesures prises, si besoin est.

Les pays développés sont invités à indiquer les politiques et les activités mises en œuvre pour chaque engagement et propices à la réalisation de l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation dans les pays en développement.

Section III: Indicateurs statistiques

Il conviendra, si possible, de ventiler les indicateurs par zone (rurale/urbaine) et par sexe.

Le tableau 1 contient une liste d'indicateurs utilisés pour illustrer les mesures les plus pertinentes et les principaux changements dans la situation du pays. Le pays doit spécifier, pour chaque indicateur, si la source privilégiée des données a été une source nationale (N), une base de données internationale (I) ou bien si l'indicateur en question n'a pas été utilisé pour le rapport (X).

La Division de la statistique de la FAO a préparé et ajouté un tableau dans lequel figurent toutes les données relatives aux indicateurs immédiatement disponibles dans les bases de données internationales.

Si le pays préfère utiliser des données de source nationale, il devra alors remplir le tableau 2 du rapport pour chaque indicateur, en indiquant le nom, l'unité, la définition et la source, ainsi que les valeurs pour toutes les années utiles à partir de 1990. Les données chronologiques pour chaque indicateur devraient renvoyer à une définition uniforme et provenir d'une source unique, afin d'en assurer la comparabilité dans le temps.

Certains indicateurs ne sont pas disponibles dans les bases de données internationales. Les pays qui le souhaitent, pourront inclure des données pour ces indicateurs dans le tableau 2.

Les pays pourront, s'ils le souhaitent, ajouter des indicateurs non prévus dans le tableau 1.

Indicateurs statistiques recommandés – Définitions et sources
Pénurie alimentaire et malnutrition infantile

Nom:

Nombre estimé de personnes souffrant de sous-alimentation

Unité:

Millions

Définition:

Le terme "sous-alimentation" désigne la situation des personnes dont l'apport énergétique alimentaire est insuffisant pour maintenir une vie saine et active. Le terme "sous-alimentés" désigne les personnes dans cette situation.

Pour obtenir le nombre de personnes sous-alimentées, on multiplie les estimations de la prévalence de la sous-alimentation par celles du total de la population pour chaque pays.

Source:

FAO

 

Nom:

Pourcentage de la population souffrant de sous-alimentation

Unité:

Pourcentage

Définition:

Le terme "sous-alimentation" désigne la situation des personnes dont l'apport énergétique alimentaire est insuffisant pour maintenir une vie saine et active. Le terme "sous-alimentés" désigne les personnes dans cette situation.

Le pourcentage de la population souffrant de sous-alimentation indique la proportion de la population qui est sous-alimentée.

Source:

FAO

 

Nom:

Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant une insuffisance pondérale

Unité:

Pourcentage

Définition:

Proportion des enfants de moins de cinq ans dont le poids est inférieur d'au moins 2 écarts types (insuffisance pondérale moyenne) et 3 écarts types (insuffisance pondérale grave) au poids moyen pour l'âge de la population de référence reconnue par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Source:

OMS

 

Nom:

Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant un retard de croissance

Unité:

Pourcentage

Définition:

Proportion des enfants de moins de cinq ans dont la taille est inférieure d'au moins 2 et 3 écarts types à la taille moyenne pour l'âge de la population de référence reconnue par l'OMS.

Source:

OMS

 

Nom:

Pourcentage des enfants de moins de cinq ans présentant un dépérissement

Unité:

Pourcentage

Définition:

Proportion des enfants de moins de cinq ans dont le poids est inférieur d'au moins 2 écarts types et 3 écarts types au poids moyen par rapport à la taille de la population de référence reconnue par l'OMS.

Source:

OMS

Consommation alimentaire et diversification du régime alimentaire

Nom:

Disponibilité énergétique alimentaire (DEA) par habitant

Unité:

Kilocalories par habitant et par jour

Définition:

Aliments disponibles pour la consommation humaine, exprimés en kilocalories (kcal) par personne et par jour. À l'échelle des pays, elle est calculée comme les aliments restant pour la consommation humaine après déduction de l'ensemble de la consommation non vivrière (exportations, utilisations industrielles et déchets).

Source:

FAO

 

Nom:

Part des aliments sans amidon dans la disponibilité énergétique alimentaire totale

Unité:

Pourcentage

Définition:

Le terme "aliments sans amidon" désigne toutes sources alimentaires pour la DEA, à l'exception des céréales et des racines et tubercules.

Source:

FAO

Croissance économique, pauvreté et emploi

Nom:

Croissance du PIB par habitant (% annuel)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Taux de croissance annuelle en pourcentage du PIB par habitant, en monnaie locale constante. Le PIB par habitant est le produit intérieur brut divisé par le nombre d'habitants en milieu d'année. Le PIB au prix d'achat est égal à la somme des valeurs brutes ajoutées par l'ensemble des producteurs résidents, majorée des taxes et diminuée des subventions qui ne sont pas incluses dans la valeur des produits. Son calcul ne tient compte d'aucune déduction pour l'amortissement des biens fabriqués, ni de l'épuisement ou de la dégradation des ressources naturelles.

Source:

Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde

 

Nom:

Incidence de la pauvreté au niveau national (% de la population)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Le taux national de pauvreté représente le pourcentage de la population qui vit en dessous du seuil de pauvreté du pays. Les estimations nationales se fondent sur des estimations pour chaque sous-groupe, pondérées par la population, à partir d'enquêtes auprès des ménages.

Source:

Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde

 

Nom:

Taux d'emploi

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les données relatives à l'emploi couvrent en principe l'ensemble des principales branches de l'activité économique et des secteurs d'activité. Elles se rapportent dans la mesure du possible, à toutes les catégories de travailleurs. Il se peut, pour certaines séries de données, que certaines sous-catégories ne soient pas intégralement représentées. Les définitions nationales de l'emploi peuvent parfois s'écarter de la définition internationale normalisée recommandée.

Source:

Organisation internationale du travail (OIT)

 

Nom:

Service total de la dette (% de l'INB)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Le service total de la dette est la somme des principaux remboursements et d'intérêts effectivement versés en devise, biens ou services, au titre d'une dette à long terme, des intérêts payés au titre d'une dette à court terme et des remboursements (rachats et charges) au FMI.

Source:

Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde

Éducation et égalité entre les sexes

Nom:

Taux net de scolarisation dans l'enseignement primaire

Unité:

Pourcentage

Définition:

Scolarisation du groupe d'âge scolaire donné à un certain niveau d'éducation, exprimé en pourcentage de la population totale dans ce groupe d'âge.

Source:

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO)

 

Nom:

Dépenses publiques d'éducation en pourcentage du PIB

Unité:

Pourcentage

Définition:

Dépenses d'éducation, courantes et en capital, effectuées par les gouvernements locaux, régionaux et nationaux, y compris les municipalités (à l'exclusion des contributions des ménages), exprimées en pourcentage du PIB.

Source:

UNESCO

 

Nom:

Rapport filles/garçons dans l'enseignement primaire

Unité:

Pourcentage

Définition:

Ventilation par sexe des personnes inscrites et/ou suivant un programme d'études.

Source:

UNESCO

 

Nom:

Rapport filles/garçons dans l'enseignement secondaire

Unité:

Pourcentage

Définition:

Ventilation par sexe des personnes inscrites et/ou suivant un programme d'études.

Source:

UNESCO

 

Nom:

Rapport filles/garçons dans l'enseignement supérieur

Unité:

Pourcentage

Définition:

Ventilation par sexe des personnes inscrites et/ou suivant un programme d'études.

Source:

UNESCO

 

Nom:

Pourcentage de sièges occupés par des femmes au parlement/congrès national

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les données se réfèrent à la place occupée par les femmes dans la chambre basse ou unique des parlements nationaux, en janvier de l'année indiquée.

Source:

Union interparlementaire (UIP)

Santé et hygiène

Nom:

Pourcentage de population ayant accès à un meilleur système d'assainissement

Unité:

Pourcentage

Définition:

Pourcentage de la population disposant au moins d'installations d'évacuation adéquates (privées ou communes, mais non publiques) qui permettent d'éviter efficacement tout contact humain, animal et d'insectes avec les matières fécales. De telles installations améliorées vont des simples latrines à fosse protégées aux toilettes à chasse d'eau dotées de système d'évacuation. Pour être efficaces, ces installations doivent être construites de manière adéquate et faire l'objet d'un entretien approprié.

Source:

OMS et Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Global Water Supply and Sanitation Assessment 2000 Report.

 

Nom:

Pourcentage de population ayant accès à une source d'eau améliorée

Unité:

Pourcentage

Définition:

Pourcentage de la population disposant d'un accès raisonnable à une quantité adéquate d'eau provenant d'une source améliorée, telle que: canalisation domestique, colonne d'alimentation publique, trou de forage, source ou puits protégé, et réservoir d'eaux pluviales. Les sources non améliorées sont en revanche les vendeurs, les camions-citernes, et les sources et puits non protégés. Un accès raisonnable désigne la disponibilité d'au moins 20 litres par personne et par jour à partir d'une source située dans un rayon d'un kilomètre de l'habitation.

Source:

OMS et UNICEF, Global Water Supply and Sanitation Assessment 2000 Report.

 

Nom:

Pourcentage estimatif de population vivant avec le VIH

Unité:

Pourcentage

Définition:

Part de la population totale infectée par le VIH.

Source:

Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA)

Développement agricole

Nom:

Valeur ajoutée agricole (% de croissance annuel)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Taux de croissance annuel de la valeur ajoutée agricole en monnaie locale constante. Les agrégats sont indiqués en dollars EU constants de 1995. L'agriculture correspond aux divisions 1 à 5 de la CITI et englobe, outre la culture et l'élevage, la foresterie, la chasse et la pêche. La valeur ajoutée équivaut à la production nette d'un secteur après addition de tous les extrants et soustraction des intrants intermédiaires. Son calcul ne tient compte d'aucune déduction pour l'amortissement des biens fabriqués, ni de l'épuisement ou de la dégradation des ressources naturelles. L'origine de la valeur ajoutée est déterminée en fonction de la Classification internationale type, par industrie, de toutes les branches d'activité économique (CITI), Révision 3.

Source:

Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde

 

Nom:

Indice de la production vivrière

Unité:

Pourcentage

Définition:

L'indice de la production vivrière couvre les cultures vivrières considérées comme comestibles et contenant des éléments nutritifs. Le café et le thé en sont exclus parce que, bien qu'étant comestibles, ils n'ont aucune valeur nutritive. Les indices FAO de la production vivrière indiquent le niveau relatif du volume global de la production vivrière, pour chaque année, par rapport à la période de référence 1999-2001.

Source:

FAO

 

Nom:

Dépenses publiques consacrées à l'agriculture et au développement rural (% du total)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les données concernant les dépenses publiques pour l'agriculture englobent l'ensemble des paiements non remboursables, en capital ou courants, exigés ou non par les autorités publiques pour l'agriculture et le développement rural.

Source:

FAO

 

Nom:

Dépenses publiques consacrées à la recherche et au développement pour l'agriculture, la foresterie, la pêche et la chasse (% du total)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les données concernant les dépenses publiques englobent l'ensemble des paiements non remboursables, en capital ou courants, exigés ou non par les autorités publiques.

Source:

NON DISPONIBLE DANS LES BASES DE DONNÉES INTERNATIONALES

Eau, ressources naturelles et infrastructure

Nom:

Terres irriguées en % de la superficie agricole

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les données concernant l'irrigation se rapportent aux surfaces aménagées dans le but de fournir un apport en eau aux cultures. Elles comprennent les superficies équipées pour l'irrigation en maîtrise totale ou partielle, les superficies irriguées par épandage des crues, ainsi que les terres humides et les fonds de vallée aménagés. Le terme "superficie agricole" désigne: a) les terres arables – terres affectées aux cultures temporaires (les superficies récoltées deux fois n'étant comptées qu'une fois), prairies temporaires destinées au fauchage et au pâturage, jardins maraîchers ou potagers et terres en jachère temporaire (moins de cinq ans). Les terres abandonnées à la suite de cultures itinérantes ne figurent pas dans cette catégorie. Les données relatives aux terres arables n'ont pas pour objet d'indiquer l'étendue des terres potentiellement cultivables; et b) les terres affectées à des cultures permanentes - terres consacrées à des cultures qui occupent le terrain pendant de longues périodes et ne doivent pas être replantées après chaque récolte, comme le cacao, le café et le caoutchouc; cette catégorie comprend les superficies couvertes d'arbustes destinés à la production de fleurs, d'arbres fruitiers et de vignes, mais non les terres plantées en arbres destinés à la production de bois ou de grumes.

Source:

FAO

 

Nom:

Terres forestières en % de la superficie totale des terres

Unité:

Pourcentage

Définition:

Terres s'étendant sur une superficie supérieure à 0,5 hectare, dont les arbres atteignent ou sont capables d'atteindre une hauteur d'au moins 5 mètres in situ et avec un couvert arboré de plus de 10 pour cent. Les terres utilisées principalement à des fins agricoles ou rentrant dans l'espace urbain, ne sont pas prises en compte.

Par "superficie totale des terres", on entend les terres agricoles, les forêts et autres terres boisées, les terrains bâtis et apparentés (sont exclus les terrains occupés par des bâtiments de ferme disséminés), les zones humides inoccupées, les terrains secs inoccupés à couvert végétal particulier et les terres ouvertes sans couvert végétal ou avec très peu de végétation.

Source:

FAO

 

Nom:

Terres gravement dégradées en % de la superficie totale

Unité:

Pourcentage

Définition:

La dégradation des terres est définie comme la baisse temporaire ou permanente de productivité de la terre, résultant des activités humaines. La gravité de la dégradation des terres est calculée en combinant le degré de dégradation et son extension dans l'espace.

Source:

FAO

 

Nom:

Routes revêtues (% du réseau routier total)

Unité:

Pourcentage

Définition:

Les routes revêtues sont celles sur lesquelles on a posé une couche de pierres cassées (macadam) et un liant hydrocarboné ou des agents bitumineux, du ciment ou encore des pavés, en pourcentage de l'ensemble des voies routières du pays, mesurées en termes de longueur.

Source:

Banque mondiale, Indicateurs du développement dans le monde (Fédération routière internationale, World Road Statistics)

Commerce et dette nationale

Nom:

Termes de l'échange (période de référence = 100)

Unité:

Pourcentage

Définition:

L'expression "termes de l'échange nets entre produits" désigne le ratio de l'indice des valeurs unitaires à l'exportation à l'indice des valeurs unitaires à l'importation.

Source:

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Manuel de statistiques

 

Nom:

Aide publique au développement (APD) fournie, destinée au renforcement des capacités commerciales

Unité:

Dollars des États-Unis

Définition:

APD: il s'agit des apports fournis à des pays en développement et à des institutions multilatérales, émanant d'organismes publics, y compris les États et les collectivités locales, ou d'organismes agissant pour leur compte, chaque transaction répondant aux critères suivants: a) avoir pour but essentiel de favoriser le développement économique et l'amélioration du niveau de vie des pays en développement; et b) comporter un élément don au moins égal à 25 pour cent.

Dépenses relatives à l'assistance technique et au renforcement des capacités liées au commerce (AT/RTLC): Aux fins de collecte des données, l'AT/RCLC désigne l'ensemble des activités visant à permettre au pays bénéficiaire: de formuler et mettre en œuvre une stratégie de développement du commerce et de créer un environnement susceptible d'accroître le volume et la valeur ajoutée des exportations, de diversifier les produits et les marchés d'exportation et d'augmenter l'investissement étranger, en vue de créer des emplois et des échanges; ou de stimuler le commerce grâce aux entreprises locales et d'encourager les investissements dans les industries basées sur les échanges; de prendre part aux institutions, négociations et processus qui déterminent les politiques commerciales nationales, les règles et les pratiques en matière de commerce international, et d'en profiter. Les activités ont été réparties en deux catégories principales. Les politiques et réglementations commerciales recouvrent ce qui suit: soutien visant à favoriser la participation effective des bénéficiaires aux négociations commerciales multilatérales, analyse et mise en oeuvre des accords commerciaux multilatéraux, réformes des cadres législatif et réglementaire concernant le commerce, facilitation des échanges, y compris structures tarifaires et régimes douaniers, soutien aux accords commerciaux régionaux, et mise en valeur des ressources humaines dans le domaine du commerce. Le développement des échanges commerciaux recouvre ce qui suit: développement des opérations commerciales et activités visant à améliorer le climat commercial, accès aux moyens de financement des échanges et promotion des échanges dans les secteurs productifs (agriculture, sylviculture et pêche, industries manufacturières et industries extractives, tourisme, services), y compris aux niveaux des institutions et des entreprises. Les activités visant à améliorer les infrastructures nécessaires au commerce (transport, entreposage, communications et énergie) ont été exclues de la collecte de données spécifiques.

Source:

OMC, OCDE

 

Nom:

Aide publique au développement (APD) reçue, destinée au renforcement des capacités commerciales

Unité:

Dollars des États-Unis

Définition:

APD: il s'agit des apports fournis à des pays en développement et à des institutions multilatérales, émanant d'organismes publics, y compris les États et les collectivités locales, ou d'organismes agissant pour leur compte, chaque transaction répondant aux critères suivants: a) avoir pour but essentiel de favoriser le développement économique et l'amélioration du niveau de vie des pays en développement; et b) comporter un élément don au moins égal à 25 pour cent.

Dépenses relatives à l'assistance technique et au renforcement des capacités liées au commerce (AT/RTLC): Aux fins de collecte des données, l'AT/RCLC désigne comme l'ensemble des activités visant à permettre au pays bénéficiaire: de formuler et mettre en oeuvre une stratégie de développement du commerce et de créer un environnement susceptible d'accroître le volume et la valeur ajoutée des exportations, de diversifier les produits et les marchés d'exportation et d'augmenter l'investissement étranger, en vue de créer des emplois et des échanges; ou de stimuler le commerce grâce aux entreprises locales et d'encourager les investissements dans les industries basées sur les échanges; de prendre part aux institutions, négociations et processus qui déterminent les politiques commerciales nationales, les règles et les pratiques en matière de commerce international, et d'en profiter. Les activités ont été réparties en deux catégories principales. Les politiques et réglementations commerciales recouvrent ce qui suit: soutien visant à favoriser la participation effective des bénéficiaires aux négociations commerciales multilatérales, analyse et mise en oeuvre des accords commerciaux multilatéraux, réformes des cadres législatif et réglementaire concernant le commerce, facilitation des échanges, y compris structures tarifaires et régimes douaniers, soutien aux accords commerciaux régionaux, et mise en valeur des ressources humaines dans le domaine du commerce. Le développement des échanges commerciaux recouvre ce qui suit: développement des opérations commerciales et activités visant à améliorer le climat commercial, accès aux moyens de financement des échanges et promotion des échanges dans les secteurs productifs (agriculture, sylviculture et pêche, industries manufacturières et industries extractives, tourisme, services), y compris au niveau des institutions et des entreprises. Les activités visant à améliorer les infrastructures nécessaires au commerce (transport, entreposage, communications et énergie) ont été exclues de la collecte de données spécifiques.

La classification au titre du système du commerce général comprend notamment: i) les politiques commerciales et la gestion administrative; ii) la facilitation des échanges; iii) les accords commerciaux régionaux; iv) les négociations commerciales multilatérales; et v) l'éducation/formation dans le domaine du commerce.

Source:

NON DISPONIBLE DANS LES BASES DE DONNÉES INTERNATIONALES

 

Nom:

Estimation du soutien à l'agriculture par rapport au PIB agricole, pour les pays de l'OCDE

Unité:

Pourcentage

Définition:

Estimation du soutien total à l'agriculture: la valeur monétaire annuelle de tous les transferts bruts prélevés sur les contribuables et les consommateurs pour l'application des politiques de soutien à l'agriculture, après déduction des recettes budgétaires associées, indépendamment de leurs objectifs et impacts sur la production et le revenu agricoles, ou sur la consommation de produits agricoles.

Source:

OCDE

Aide au développement

Nom:

APD nette, en pourcentage de l'INB du pays OCDE/CAD donateur

Unité:

Pourcentage

Définition:

Aide publique au développement: dons ou prêts à des pays et territoires en développement figurant sur la liste des bénéficiaires de l'aide établie par le Comité d'aide au développement de l'OCDE, qui sont accordés par le secteur public dans le but essentiel de favoriser le développement économique et l'amélioration du niveau de vie, et assortis de conditions financières privilégiées (les prêts comportant un élément don au moins égal à 25%). La coopération technique est comprise. Sont exclus les dons, les prêts et les crédits à des fins militaires, de même que l'aide aux "pays d'Europe centrale et orientale et aux nouveaux États indépendants de l'ex-Union soviétique" ou aux "pays et territoires en développement plus avancés" en vertu des directives du Comité d'aide au développement de l'OCDE.

Source:

OCDE

 

Nom:

Aide extérieure totale à l'agriculture, fournie ou reçue

Unité:

Millions de dollars des Étas-Unis

Définition:

Il s'agit des engagements, à des conditions privilégiées ou non, pris par les donateurs bilatéraux et multilatéraux envers les pays en développement et certains pays développés ayant droit à l'aide publique. Cette aide vise à assurer le développement de l'agriculture au sens large du terme: eaux et terres; recherche, formation et vulgarisation; intrants; services agricoles; production végétale; élevage; pêches, forêts, agriculture; protection de l'environnement; développement rural et infrastructures; fabrication des intrants; développement régional et aménagement des cours d'eau; et agro-industries.

Source:

FAO

 

ANNEXE III

Participants

Chine Dr Shudong Zhou
Professor
Director of Agricultural Economics Department
College of Economics & Management
Nanjing Agricultural University
210095 Nanjing
tél. +86-25-8439-6289 (O); tél. & fax +86-25-8439-5517 (H)
sdzhou@njau.edu.cn
Inde Dr Swarna Vepa
Programme Director (Food Security)
Centre for Sustainable Agriculture and Rural Development
M.S. Swaminathan Research Foundation
3rd Cross Street, Institutional Area
Taramani, Chennai 600 113
tél. +91-44-22542698 / 1229; fax +91-44-22541319
hmrc@mssrf.res.in
Mexique Mr Gerardo Leyva-Parra
Sous-directeur général
Statistiques économiques
Instituto Nacional de Estadística Geografía e Informática
Av. Heroe de Nacozari Sur 2301
Puerta 3 - Nivel 1
Fracc. Jardines del Parque
20170 Aguascalientes, Ags.,
tél. (449) 910-5313; fax (449) 918-27 36
gerardo.leyva@inegi.gob.mx
Maroc Dr Hassan Serghini
Directeur, Direction de la programmation et des affaires économiques
Ministère de l'agriculture
Rabat
tél. (212) 37 69 84 07 / 08; fax (212) 37 69 84 01
serghini@dpae.madrpm.gov.ma
Philippines Mr Romulo Virola
Secretary General, National Statistical Coordination Board
1st, 2nd & 5th fls. Midland, Buendia Bldg
403 Sen. Gil. J. Puyat Av. Extension
Makati City 1200
tél. (632) 897 2171; fax (632) 896 1778
ra.virola@nscb.gov.ph
Sénégal Mr Mamadou Wane
Chef, Statistiques agricoles
Ministère de l'agriculture et de l'hydraulique
Direction de l'analyse, de la prévision et des statistiques
Dakar
tél. (221) 864 64 69/864 64 13; fax (221) 864 64 71
spsar@telecomplus.sn
, mamwane@yahoo.com
Soudan Mr Mustafa Hassan Ali
Central Bureau of Statistics
PO Box 700, Khartoum
tél. (249) 11 77 71 31; fax (249) 11 77 18 60
CBS@sudanmail.net
, elsir@mail.com
Tanzanie Mr Said Aboud
Manager, Demographic and Social Statistics
National Bureau of Statistics
P.O. Box 796, Dar-es-Salam
tél. (255) 22 2135602 / 74 4373581; fax (255) 22 2130852
census@raha.com
Uruguay Dr Miguel Galmés
Decano, Facultad de Ciencias Económicas y de Administración
Universidad de la República
Montevideo
tél. (598) 2 4102274 / 4125195
mgalmes@ccee.edu.uy
États-Unis Ms Shahla Shapouri, USDA
SDA/Economic Research Service
1800 M Street, NW
Washington, DC 20036
tél. (202) 694-516
Shahla.Shapouri@usda.gov
Zambie Mr Goodson Sinyenga
Ag. Principal Statistician
Central Statistics Office
Lusaka
tél. (260-1) 2533468; fax (260-1) 253468 / 253609
gsinyenga@zamststs.gov.zm
, gsinyenga@yahoo.co.uk

 

Forum des Nations Unies sur les forêts

Ms Lynn Brown
Présidente du Groupe de travail interinstitutions sur le SICIAV
PSP Division – Programme alimentaire mondial
Via Cesare Giulio Viola 68/70 - Parco dei Medici
00148 Rome
tél. (39) 06 6513-3240
lynn.brown@wfp.org

Mr Sean Kennedy
Conseiller technique (santé humaine et nutrition)
IFAD - Via del Serafico, 107
00142 Rome
tél. (39) 06 5459 2514
s.kennedy@ifad.org

FAO - Service de la sécurité alimentaire et de l'analyse des projets agricoles (ESAF)

Mr Amdetsion Gebre-Michael
Économiste principal (sécurité alimentaire)
tél. (39) 06 57054337
amdetsion.gebremichael@fao.org

Organisateurs de la réunion - Service des statistiques et d'analyses socio-économiques (ESSA)

Mr Jorge Mernies
Chef, ESSA
Division de la statistique, FAO Rome
tél. (39) 06 57056573
jorge.mernies@fao.org

Mr Ricardo Sibrian
Statisticien principal, ESSA
tél. (39) 06 57052112
ricardo.sibrian@fao.org

Préparation des documents techniques et d'information

Ms Amanda Gordon (Coordinatrice)
Statisticienne, ESSA

Mr Seeva Ramasawmy
Statisticien, ESSA

Ms Cinzia Cerri
Statisticienne, ESSA

Mr Kari Juhani Rummukainen
Adjoint à la recherche, ESSA

Mr Francesco Vizioli de Meo
Commis à la statistique, ESSA

Mr Pierre Castagnoli
Commis à l'information, ESSA

Personnel administratif

Ms Gianna Marciani-Politi
Secrétaire, ESSA

 

ANNEXE IV

A) Renseignements généraux sur le modèle de présentation des rapports nationaux au CSA

  1. Renseignements généraux sur le Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation et le modèle de rapport
  2. Modèle de rapport révisé - février 2005
  3. Modèle de rapport actuel
  4. Comité de la sécurité alimentaire mondiale, septembre 2004 – Modèle de rapport sur le suivi du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation (CFS: 2004/5)
  5. Conseil de la FAO, novembre 2004 - Rapport de la trentième session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, septembre 2004 (Sections III et IV (a)) (CL 127/10)
  6. Conseil de la FAO, novembre 2003: Modèle de rapport sur le suivi du Sommet mondial de l'alimentation (présenté par le CSA) (CL 125/6)
  7. Comité de la sécurité alimentaire mondiale, mai 1999 – Modèle de rapport destiné au suivi de l'application du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation (CFS: 99/4)
  8. Comité de la sécurité alimentaire mondiale, Groupe de travail à composition non limitée, juin 1998 – Suivi des progrès dans la mise en œuvre du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation: approches proposées et modèle de rapport (CFS: 98/6)
  9. Sommet mondial de l'alimentation, novembre 1996 - Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale

B) Documents de référence sur les indicateurs statistiques

  1. SICIAV – Making FIVIMS Work for You: Tools and Tips - FAO, 2002
  2. Indicators for Monitoring the Millennium Development Goals – Nations Unies, 2003
  3. Indicateurs du développement dans le monde 2004 – Banque mondiale, 2004
  4. Résumé des statistiques mondiales sur l'alimentation et l'agriculture 2003 – Division de la statistique, FAO
  5. Recueil d'indicateurs sur l'alimentation et l'agriculture 2001 – Division de la statistique, FAO
  6. L'État de l'insécurité alimentaire dans le monde (SOFI), 2000-2004 – FAO