Page précédenteTable des matièresPage suivante

Résumé

1.     Le Rapport sur l'exécution du Programme est un important document sur la gestion de l'Organisation et ses activités pendant l'exercice 2004-05. Il fournit des informations concernant l'utilisation des ressources et les résultats obtenus (Première Partie: Résultats d'ensemble de l'Organisation; Annexe 2: Représentation géographique au sein du personnel du cadre organique).Il présente les produits résultant de la mise en œuvre du Programme de travail (Deuxième partie: Résumé de la mise en œuvre du Programme; Annexes 1: Achèvement des produits; 3: Réunions hors programmes et réunions annulées; 4: Utilisation des arriérés; et 5: Rapport succinct sur les entités de programme); et donne quelques indications concernant les réalisations, dont une appréciation plus complète ne peut être obtenue que dans le Rapport d'évaluation du Programme et d'autres documents d'évaluation.

Résultats d'ensemble de l'Organisation
2.     En 2004-05, les dépenses totales de l'Organisation ont atteint 1,543 milliard de dollars EU, soit près de 143 millions de plus (10,2 pour cent) qu'en 2002-03. Les dépenses au titre du Fonds général et des fonds connexes ont augmenté de 128 millions de dollars EU (16,5 pour cent), tandis que les dépenses globales au titre des fonds fiduciaires et du PNUE ont progressé de 14 millions de dollars EU (2,4 pour cent), après avoir diminué de 2,4 pour cent au cours de l'exercice précédent. Les dépenses au titre des fonds fiduciaires (à l'exclusion des projets de secours d'urgence) ont accusé une hausse de 95,7 millions de dollars EU (34 pour cent), tandis que les dépenses liées aux opérations d'urgence ont enregistré un recul de 70,2 millions de dollars EU (23 pour cent), dû principalement à la conclusion du Programme Pétrole-contre-nourriture en Iraq. Les dépenses au titre du PNUD ont continué de fléchir, diminuant de 10,7 millions de dollars EU (41 pour cent) pour s'établir à 15,3 millions de dollars EU.

3.     Les dépenses engagées pour l'exécution du Programme de travail se sont élevées à 829,8 millions de dollars EU au total, contre un budget correspondant de 830,6 millions de dollars EU. Les recettes se sont élevées à 81,5 millions de dollars EU, tandis que les dépenses nettes totales ont représenté 748,2 millions de dollars EU pour une ouverture de crédits de 749,1 millions de dollars EU approuvée par la Conférence en 2003, au titre du Programme ordinaire. Les réaffectations de ressources entre les Grands Programmes ont été dues principalement à une variance défavorable de 16 millions de dollars EU dans les dépenses de personnel et à des dépenses de sécurité supplémentaires au siège et dans les bureaux régionaux et sous-régionaux.

4.     Comme autorisé par la Conférence de 2003, un mécanisme de mise en recouvrement fractionnée des contributions a été introduit à partir du 1er janvier 2004 en vue de protéger l'exécution du Programme de travail des fluctuations du taux de change. L'engagement proportionnel selon la devise (dollar EU et euro) a été très proche du fractionnement approuvé des contributions. Les Membres semblent s'être adaptés relativement aisément aux nouveaux mécanismes, mais des retards dans la réception des contributions ont entraîné des pertes de change au cours de l'exercice biennal, pertes qui pourraient être en grande partie évitées grâce au versement rapide des contributions.

5.     En 2004-05, l'exécution du programme de terrain, y compris au titre du PCT et du Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA), a progressé de 3,1 pour cent. Le coût du soutien connexe a enregistré lui aussi une forte hausse. Le coût total du Soutien administratif et opérationnel (SAO) a augmenté de 34 millions de dollars EU, passant à 105,5 millions de dollars EU, ou – en pourcentage de l'exécution totale des projets – de 10 pour cent à 14,1 pour cent en 2004-05, tandis que les remboursements ont atteint 78,4 millions de dollars EU, marquant ainsi un accroissement de 31,1 millions de dollars EU.

6.     La recherche active de gains d'efficience à l'échelle de la FAO est en cours depuis longtemps et l'on estime à 60 millions de dollars EU par an les gains cumulés au cours des cinq derniers exercices. En 2004-05, des gains d'efficience ont été réalisés dans divers domaines, notamment les suivants: amélioration du recouvrement des dépenses au titre des services d'appui technique; réduction de l'unité administrative de soutien de la Direction générale; procédures de facturation interne pour la distribution des publications; rationalisation de la gouvernance; restructuration des dossiers courants; amélioration des procédures opérationnelles et de l'organisation du travail; changements structurels concernant les services relatifs aux technologies de l'information; et activités conjointes avec d'autres institutions des Nations Unies à Rome.

7.     Les principes suivis en matière de représentation géographique des États Membres au sein du personnel, tels qu'ils ont été révisés par la Conférence de la FAO à sa trente-deuxième session en 2003, ont pris effet en janvier 2004. L'application de la nouvelle formule a entraîné une augmentation sensible du nombre des pays équitablement représentés, qui sont passés de 59 à 123. Fin 2005, onze pays étaient surreprésentés, 17 étaient sous-représentés et 31 n'étaient pas représentés. On trouvera des détails à l'Annexe 2. Les dispositions prises au cours des cinq derniers exercices pour augmenter la proportion du personnel féminin dans la catégorie du cadre organique ont permis de faire passer le pourcentage de femmes occupant ces postes au siège de 21 pour cent au début de 1996 à 32 pour cent à fin 2005 et, tous lieux d'affectation confondus, de 18 pour cent à 29 pour cent.

Résumé de la mise en œuvre du Programme
8.     Les principales réalisations au cours de l'exercice sont indiquées dans l'avant-propos du Directeur général, ainsi que dans les encadrés émaillant le document. Les informations sur la mise en œuvre du programme, qui suivent la structure du PTB, visent à illustrer les réalisations les plus importantes par programme, y compris les incidences régionales, les exemples de réussite et les leçons apprises. Un compte rendu détaillé par entité de programme figure à l'Annexe 5 placée sur le site web de la FAO (http://www.fao.org/pir).

9.     L'Organisation a apporté aux Membres une aide particulièrement active à l’occasion d’une longue série de situations d'urgence dues, notamment, à la grippe aviaire, au criquet pèlerin et à des catastrophes naturelles. L'application d'instruments mondiaux comme le Codex, la CIPV, le Traité international sur les ressources phytogénétiques, la Convention de Rotterdam et d'autres encore, élaborés sous l'égide de la FAO, a continué d'occuper une place de premier plan, tout comme l'assistance fournie aux pays à cet égard, grâce notamment à des fonds extrabudgétaires. La fonction de diffusion de l'information de la FAO a été renforcée à la suite de la restructuration de son principal système statistique (FAOSTAT); elle a bénéficié également de la croissance rapide de l'utilisation des informations de WAICENT dans le monde entier; et a continué de prévoir la réalisation des grandes évaluations et études prospectives périodiques.

10.     Les programmes techniques et économiques (Chapitre 2 et Grand Programme 3.1) ont exécuté 1 041 (94 pour cent) des 1 110 produits planifiés, ainsi que 132 produits non planifiés (Annexe 1), tandis que les programmes de coopération techniques et non techniques ont fourni leurs services traditionnels. Au total, 251 sessions des organes directeurs de la FAO et consultations d'experts ont été organisées, dont 26 n'étaient pas prévues; six réunions planifiées ont été annulées (Annexe 3).

11.     Des ajustements au niveau des ressources et des produits ont été nécessaires en raison d'une divergence inévitable entre l'exécution effective du programme de travail et celle qui avait été prévue, du fait de facteurs échappant souvent au contrôle des administrateurs de programme, phénomène naturel qui est exacerbé par le cycle de planification biennal adopté au sein de la FAO. Ces facteurs sont, notamment, les coûts imprévus et l’évolution des priorités en fonction de l'environnement externe et des efforts déployés par l'Organisation pour répondre aux besoins les plus pressants de ses Membres. Aussi, le tableau standard qui précède chaque programme dans le Résumé de la mise en œuvre du Programme contient-il des informations sur les dépenses par rapport au programme de travail effectif après les transferts budgétaires. Le pourcentage des ressources du PTB ayant fait l'objet de réaffectations est également fourni pour indiquer la mesure dans laquelle les programmes effectivement mis en œuvre se sont écartés, sur le plan financier, de ceux qui avaient été prévus au départ.

12.     Par exemple, l'Organisation a dû prendre des mesures décisives au cours de l'exercice pour garantir la sûreté et la sécurité de l'environnement de travail de son personnel, quel qu'en soit le lieu d'affectation. Au total, les dépenses de sécurité au titre des Chapitres 1, 3 et 6, se sont élevées à environ 19 millions de dollars EU, soit plus du double des dépenses effectuées durant le précédent exercice, ce qui a comporté des réaffectations de ressources entre les chapitres. Ces dépenses ont couvert la participation de la FAO au Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies, les mesures prises pour renforcer la sûreté et la sécurité au siège et la mise à disposition d'équipements et d'installations respectant les normes minimales de sécurité opérationnelle pour le personnel de la FAO et dans les lieux d'affectation sur le terrain.

13.     Les ressources extrabudgétaires ont continué à jouer un rôle essentiel en facilitant le continuum entre le travail normatif et les activités opérationnelles. Par exemple, un soutien extrabudgétaire direct aux activités du Programme ordinaire a été fourni pour le Secrétariat provisoire du Traité international sur les ressources phytogénétiques et pour le renforcement des capacités pour la mise en application des normes du Codex. Les dépenses au titre du Programme de terrain ont été égales au double de celles du Programme de travail pour les programmes techniques et économiques au titre du Chapitre 2 et notamment du Grand Programme 2.1: Production agricole et systèmes de soutien. Les domaines qui ont bénéficié d'un soutien extrabudgétaire sont indiqués pour chaque programme.

14.     Fin 2002, l'Organisation a reçu de son principal bailleur de fonds un montant de 100 millions de dollars EU versés au titre d'arriérés dus. L'utilisation de ces fonds était stipulée dans la Résolution 6/2001 de la Conférence, à des fins précises, y compris pour des dépenses ponctuelles. Au bout du compte, les ressources disponibles pour de telles dépenses ont atteint 44,9 millions de dollars EU, dont 31,3 millions de dollars EU ont été dépensés en 2004-05. Huit domaines importants ont bénéficié d'un financement au titre des arriérés recouvrés, comme indiqué à l'Annexe 4 figurant sur le site web de la FAO. Ces domaines à signaler en particulier sont les suivants: les travaux concernant les normes phytosanitaires, les ressources zoogénétiques et l'évaluation des ressources forestières nationales, la restructuration de FAOSTAT, la mise à jour de WAICENT et la mise en œuvre plus efficace des Plans d'action sur les oiseaux de mer, les requins, la capacité de pêche et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.

Page précédenteTable des matièresPage suivante