Page précédenteTable des matièresPage suivante

Chapitre 1 du PTB: Politique et direction générales

Grand Programme 1.1: Organes directeurs

Programme ordinaire   en milliers de dollars EU  
  Programme de travail 19 598  
  Ajustements au Programme de travail découlant de virements budgétaires 775  
  Programme de travail final 20 373  
  Dépenses par rapport au Programme de travail final 20 356  
  Écart des dépenses par rapport au Programme de travail - (dépassement)/sous-utilisation 17  
  Virements budgétaires (en pourcentage du Programme de travail) 4,0%  


Réalisations
112.     Ce Grand Programme englobe le soutien aux réunions des organes directeurs, la préparation de la correspondance officielle et la liaison avec les OIG, le service de programmation des réunions et les services linguistiques et terminologiques, la planification et l'utilisation des installations de conférence au siège, et les activités de liaison et de protocole au siège. Les indicateurs d'activité figurent au tableau 1.1.1 ci-après.

113.     La trente-troisième session de la Conférence (19 - 26 novembre 2005) s'est étendue sur sept jours – soit deux jours de travail de moins que la session précédente. Une organisation plus serrée de l'ordre du jour et du débat général, ainsi qu'une préparation plus poussée des travaux en groupes de travail présession, ont permis au Secrétariat de pallier les contraintes d'un calendrier réduit sans pour autant compromettre les fonctions institutionnelles de la Conférence. Un aménagement plus rigoureux du temps de travail a également permis de réduire de 30 pour cent, par rapport à l'exercice biennal précédent, le nombre des effectifs détachés pour la production des comptes rendus in extenso des sessions de la Conférence et du Conseil.

114.     L'augmentation des téléchargements de documents à partir du site web a été constante au cours de l'exercice biennal 2004-05, permettant ainsi de réduire considérablement les envois de documents aux pays. Les Membres qui ont un accès limité à Internet ont eu la possibilité d'utiliser des installations d'impression sur demande en cours de session. L’établissement d'une base de données retraçant la participation des Membres aux organes directeurs depuis leur création, a permis de réduire les tirages d'un document volumineux tout en fournissant des informations à jour. Par ailleurs, en vue d'offrir aux délégués des documents succincts pour les travaux de la Conférence et du Conseil, les dispositions relatives au nombre maximum de mots ont été appliquées de manière plus stricte – conformément à la pratique suivie par l'Assemblée générale des Nations Unies n'accordant des dérogations que dans des circonstances exceptionnelles. Des efforts ont été déployés avec les parties prenantes afin de trouver des solutions permettant de réduire le volume des documents d'évaluation présentés au Comité du Programme.

115.     L'utilisation du site web des Représentants permanents servant d'interface flexible avec les Membres, s'est développée avec la publication et la mise à jour régulières de documents, d'avis et de convocations concernant des questions relatives aux organes directeurs. Cela a eu une incidence positive sur les délais de livraison des invitations aux sessions et aux consultations de la FAO, et des notes verbales sur les questions d'orientation générale. Une tendance analogue a été observée avec les moyens de diffusion électronique pour la gestion de la réponse de l'Organisation aux invitations à 400 réunions extérieures convoquées par d'importantes OIG, qui ont été traitées et enregistrées par voie numérique, ce qui a permis des économies de ressources, réduit les risques d'erreur d'acheminement et facilité les opérations d'archivage.

116.     Durant l'exercice biennal, des efforts ont également été faits pour éviter toute superposition des réunions et assurer ainsi une utilisation optimale des salles de réunion et des services connexes. L'ameublement et l'équipement des bureaux utilisés par les organisateurs des réunions ont été standardisés, afin qu'il ne soit plus nécessaire d'effectuer des changements avant les réunions. Le Service de programmation et de documentation des réunions a continué à s'occuper de la mise en place des outils de traduction assistée par ordinateur et de nouvelles technologies notamment pour la traduction à distance lors des grandes réunions hors siège, la gestion des flux de travail, la distribution et l'archivage de documents.

117.     Un total de 5 771 demandes de traduction et d'impression ont été gérées à l'aide du Système électronique de demande de traitement de documents (E-DPR), qui a été amélioré par l’adjonction de capacités additionnelles de présentation de rapports et de suivi. La collaboration interne avec les rédacteurs des documents a permis de mettre en place des processus de production électronique pour certains documents de réunion tels que le Programme de travail et budget et le Rapport sur l'exécution du Programme, avec des coûts et des délais de traitement réduits.

118.     La Sous-Division du protocole a continué à fournir des avis sur les questions de protocole, à veiller au respect des normes et des procédures au sein de l'Organisation, et à servir de point de contact principal pour les Représentants permanents accrédités auprès de la FAO.

Tableau 1.1.1: Appui aux organes directeurs (indicateurs choisis)

Description 2000-01 2002-03 2004-05  
Interprétation (journées) 8 655 8 731 8 441  
Traduction (millions de mots) 24 23 24  
Lettres circulaires (communications au niveau des politiques) 225 445 390  
Lettres d'acceptation concernant les réunions de la FAO 85 110 110  
Modification des circuits de correspondance (pages) 2 100 1 445 960  
Durée des sessions de la Conférence/du Conseil (journées) 27 26 22  


Grand Programme 1.2: Politique, direction et planification

Programme ordinaire   en milliers de dollars EU  
  Programme de travail 28 236  
  Ajustements au Programme de travail découlant de virements budgétaires 1 710  
  Programme de travail final 29 946  
  Dépenses par rapport au Programme de travail final 29 923  
  Écart des dépenses par rapport au Programme de travail - (dépassement)/sous-utilisation 23  
  Virements budgétaires (en pourcentage du Programme de travail) 6,1%  
Programme de terrain   en milliers de dollars EU  
  Exécution de projets extrabudgétaires (FF et PNUD) 17  
  Exécution de projets extrabudgétaires de secours d'urgence 0  
  Exécution de projets du PCT 0  
  Total exécution du Programme de terrain 17  
  Rapport Programme de terrain/Programme ordinaire 0,0  
  Services d'appui technique, dépenses de personnel (cadre organique) 1 788  


Programme 1.2.1: Direction générale

119.     Ce programme couvre le Bureau rapproché du Directeur général et du Directeur général adjoint, y compris le Cabinet et les conseillers spéciaux auprès du Directeur général et traite essentiellement des relations de haut niveau avec le gouvernement hôte. À cette équipe, dirigée par le Directeur général, est confiée la gestion centrale de l'Organisation au plus haut niveau.

Programme 1.2.2: Planification, budget et évaluation du Programme

120.     Exécuté par le Bureau du programme, du budget et de l'évaluation (PBE), ce programme a continué à fournir une assistance en matière de politiques générales concernant les objectifs de l'Organisation, la formulation des programmes ainsi que le suivi et le contrôle budgétaires. L'évaluation des activités de l'Organisation relève également de ce programme, mais en toute indépendance et conformément aux indications des organes directeurs. Le budget du Programme a été ajusté pour financer l’appui aux autoévaluations, la préparation du document de politique générale sur les OMD (La FAO et les défis posés par les Objectifs du Millénaire pour le développement: la voie à suivre) en collaboration avec SAD et ES, ainsi que l’élaboration et l’utilisation accélérées de PIRES.

Planification et budget du Programme
121.     Les services chargés de la planification, du suivi budgétaire et de la présentation de rapports sur l'exécution du programme de l'Organisation ont été en constante évolution au cours de cet exercice, et une suite rapide a été donnée aux propositions de réforme élaborées en 2005. Les principales réalisations sont les suivantes:

  • La programmation fondée sur les résultats a été étendue aux programmes non techniques au moment de la préparation du Plan à moyen terme (PMT) 2006-11 afin d'assurer une amélioration continue des services fournis par l'Organisation et d’identifier les gains d'efficience possibles sur plusieurs exercices. Le processus d'établissement du PMT a été soutenu par un nouveau module dans le système PIRES.
  • Plusieurs scénarios budgétaires ont été préparés, y compris l’ajustement du Programme de travail et budget (PTB) 2004-05, quatre scénarios du PTB 2006-07 et la préparation d’un cinquième scénario au niveau approuvé du budget, ainsi que les propositions de réforme présentées à la Conférence.
  • Un débat a été lancé avec les organes directeurs sur la rationalisation de tout le processus et de la documentation du budget-programme; dans cette optique, deux documents ont été préparés pour la Réunion conjointe du Comité du Programme et du Comité financier et le sommaire et la version intégrale du PTB.
  • Le Dispositif pour les dépenses d'équipement, approuvé par la Conférence en 2003, et le Dispositif pour les dépenses de sécurité, approuvé par la Conférence en 2005, ont été mis en place en vue de renforcer le cadre financier pour la planification et le suivi des projets d'investissement, et pour assurer la sécurité et la protection du personnel et des biens de l'Organisation.
  • Les résultats de la politique en matière de recouvrement des dépenses d'appui ont fait l'objet d'une analyse et d'un rapport annuels au Comité financier. Une proposition concernant la mise à jour de la politique relative aux projets d'aide d'urgence a été approuvée par le Conseil en vue d’un recouvrement intégral des coûts indirects variables de ces projets.
  • Une nouvelle politique concernant le remboursement des services d'appui technique (SAT) au titre du programme PCT a été élaborée et mise en œuvre au sein de la FAO en 2005 et prévoit l'introduction d'un taux forfaitaire simplifié en remplacement d'un système de points plus complexe, avec un abaissement du coût des services d'appui technique aux projets du PCT.
  • Un système de communication d'informations sur la gestion fondé sur le web a été mis au point et diffusé en collaboration avec les Départements AF et TC, pour la fourniture aux gestionnaires de rapports en temps réel et de demandes d'information concernant les ressources humaines, les questions financières et les projets.
  • L'élaboration du système PIRES d'appui à la planification et à l'évaluation du programme, ainsi qu'à la présentation de rapports sur son exécution, a en grande partie été menée à bien. Un nouveau module concernant les crédits annuels a rationalisé ce processus et en a renforcé la transparence. Un nouveau module sur la planification des activités annuelles a intégré des fonctions automatisées pour les ajustements de crédit en conformité avec les règles de fongibilité, facilitant ainsi le suivi des budgets de la part de leurs responsables. Le système PIRES a prouvé son adaptabilité en facilitant la préparation, en 2004, d’un Programme de travail et budget ajusté non prévu et des propositions de réforme en 2005.
  • Les documents du PMT 2006-11, du Rapport sur l'exécution du Programme 2002-03 et du PTB 2006-07 ont été produits grâce à une nouvelle technologie mise au point avec les divisions GIC et GIL dans le but de rationaliser le flux des travaux de production, de traduction et de publication des documents.
  • Un suivi budgétaire attentif et continu de la part de PBE et des attributaires a abouti à l'utilisation quasi-totale de l'ouverture de crédits biennale.


Évaluation
122.     Une synthèse des mesures prises pour renforcer l'indépendance, la rigueur et l'objectivité de l'évaluation figure dans le Rapport d'évaluation du Programme 20058. Les évaluations ont pris peu à peu une orientation plus stratégique et, en vue de préserver l'indépendance de la fonction d'évaluation, les principales évaluations soumises aux organes directeurs ont généralement été dirigées de l'extérieur. L'autoévaluation de la part des gestionnaires, avec un appui extérieur, a été pleinement appliquée pour les programmes techniques de l'Organisation en 2004 avec le soutien méthodologique et l’assurance de qualité du Service de l'évaluation.

123.     L'évaluation de la décentralisation de la FAO entamée au cours de l'exercice antérieur, a été achevée puis a fait l'objet d'un suivi et de débats durant plusieurs sessions du Comité du Programme de la FAO en 2004-05. Une Évaluation externe indépendante du Programme de coopération technique a été entreprise à la demande de ce Comité. Des évaluations ont porté, pour la première fois, sur les stratégies intersectorielles de la FAO énoncées dans le Cadre stratégique et concernant la diffusion des messages de la FAO et l'élargissement des partenariats et des alliances. Toutes ces évaluations ont fait l'objet d'un examen approfondi par le Comité du Programme et ont été soumises à la Conférence dans le cadre du Rapport d'évaluation du Programme 2004-05. Ce rapport contenait pour la première fois une série de fiches d'évaluation pour chacune des évaluations présentées, visant à offrir une synthèse concise et conviviale des résultats, des recommandations, de la réponse de la Direction générale et des conclusions des organes directeurs concernant chaque évaluation.

124.     Le Service de l'évaluation a assuré le secrétariat du Groupe de travail intersessions du Conseil pour les travaux préparatoires en vue de l'Évaluation externe indépendante de la FAO.

125.     Un soutien a également continué d'être fourni pour les évaluations des projets et des programmes d'urgence, avec notamment la participation du Service de l'évaluation à certaines de ces missions. Des nouvelles dispositions sont introduites pour l'évaluation des travaux financés par des fonds extrabudgétaires, tandis que la tendance à une évaluation plus programmatique s'est maintenue.

126.     L'impact des évaluations, bien que difficile à mesurer, a révélé une influence croissante sur les décisions prises par la direction et par les organes directeurs, par exemple sur la stratégie de décentralisation poursuivie par l'Organisation, les changements apportés au programme PCT et l'introduction des cadres de priorités à moyen terme par pays.

 

Tableau 1.2.1: Activités d’évaluation (indicateurs choisis)

Activités menées par le Service de l'évaluation (indicateurs choisis) 2002-03 2004-05  
Appui aux évaluations et aux examens de projets (sans la participation des fonctionnaires du Service de l'évaluation) 26 16  
Évaluations et examens de projets avec la participation des fonctionnaires du Service de l'évaluation 18 11  
Évaluations présentées aux Organes directeurs dans le Rapport d'évaluation du programme 6 7  
Autres examens de programmes, y compris les opérations d’urgence 3 8  
Autoévaluation   36  


Programme 1.2.3: Vérification des comptes et inspection

127.     Le Bureau de l'Inspecteur général (AUD), dont relève ce programme, est chargé de la vérification interne des comptes et de l'inspection ainsi que du suivi et de l'évaluation de la conformité et de l'efficacité du système de contrôle interne, de gestion du risque, de gestion financière et d'utilisation des ressources de l'Organisation. Il est également chargé des enquêtes sur les cas d'inconduite et de fraude. Le Bureau a continué à fournir au Directeur général et aux responsables des fonctions et des programmes examinés, des analyses, recommandations, conseils et informations concernant les activités passées en revue. En outre, il s'est attaché à identifier des moyens pour améliorer l'efficacité et l'économie des opérations et favoriser une utilisation efficace des ressources, tout en assurant un contrôle à un coût raisonnable. Le budget de ce programme a également couvert les honoraires du commissaire aux comptes, en la personne du Contrôleur et Vérificateur général des comptes de l'Inde, avec lequel le Bureau entretient des relations de concertation et de coordination en vue d'assurer la complémentarité de leurs tâches respectives et d'éviter les doubles emplois.

128.     Le Bureau est composé de trois groupes: le groupe des missions spéciales et des enquêtes, le groupe des activités décentralisées et le groupe des activités au Siège. Le groupe des missions spéciales et des enquêtes est chargé de déceler les cas de fraude, de gaspillage de ressources, d'abus d'autorité, d'inconduite et autres irrégularités, d'enquêter sur ces cas et d'évaluer les domaines se prêtant à la fraude à travers l'analyse du système de contrôle de l'Organisation, ainsi que les opérations du groupe des appels d'offres au Siège. Le groupe des activités décentralisées, qui comprend des vérificateurs détachés dans chacun des quatre grands bureaux régionaux ainsi qu'une unité de gestion au Siège, a procédé à des vérifications dans les bureaux régionaux et sous-régionaux, dans les bureaux de liaison et de pays et dans les représentations, ainsi que pour certains projets exécutés dans les régions et pour certains aspects des activités décentralisées au Siège. Le groupe des activités au Siège a conduit des vérifications intégrées couvrant le Département de l'administration et des finances et les départements techniques, et il a joué un rôle important en fournissant aux unités du Siège des avis sur des questions relatives à la vérification des comptes.

129.     Le Bureau a assuré le secrétariat du Comité de vérification, qui fournit des avis au Directeur général et l'assure de l'efficience et de l'efficacité des fonctions internes de vérification des comptes, d'inspection et d'enquête au sein de la FAO. Composé de cinq membres internes et de deux membres externes et présidé par le Directeur général adjoint, le Comité de vérification s'est intéressé activement aux activités du Bureau de l'Inspecteur général, procédant à un examen approfondi de divers rapports et recommandations et donnant des avis sur la planification et la conduite de la vérification des comptes, et l'établissement des rapports qui en découlent.

130.     Les activités du programme font l'objet d'une planification biennale fondée sur la méthode de l'évaluation des risques et les connaissances institutionnelles cumulées du Bureau concernant l'Organisation. Le Bureau valorise ainsi au maximum les services qu'il fournit à la FAO, tout en étant à même d'offrir au Comité de vérification une estimation raisonnablement fiable de la qualité de la gestion des risques stratégiques, opérationnels, financiers et liés aux parties prenantes.

Tableau 1.2.2: Rapports et services de vérification intérieure et d’enquête

Domaine couvert par l’examen 2002-03 2004-05  
Publication de rapports d'enquête:      
Niveau mondial 14 24  
Publication d’autres rapports de vérification:      
Siège 36 27  
Bureaux régionaux 12 6  
Bureaux sous-régionaux 6 3  
Bureaux de liaison 1 3  
Représentants de la FA 23 21  
Projets 35 34  
Total 127 118  
Autres activités:      
Opérations du Groupe des appels d'offres 755 761  


131.     Des vérifications des comptes et des enquêtes ont été effectués pour des aspects très divers de l'activité de l'Organisation, tant au siège que sur le terrain (voir le tableau 1.2.2 ci-dessus). Des recommandations ont été formulées, visant à améliorer certains aspects de la gestion financière, de la budgétisation et des achats, à établir ou renforcer certaines politiques ou directives en matière de ressources humaines, de technologies de l'information et de sécurité, à améliorer la reddition de comptes et à renforcer et appliquer les contrôles internes. Des aspects particulièrement significatifs au cours de cet exercice biennal ont été le rôle important joué par le Bureau dans la coordination des activités avec la Commission d'enquête indépendante sur le Programme Pétrole-contre-nourriture; le travail de vérification des comptes concernant le projet Tsunami de la FAO et la situation d'urgence acridienne; et le Programme spécial national pour la sécurité alimentaire au Nigéria. Les rapports annuels du Bureau de l'Inspecteur général, adressés au Directeur général et présentés au Comité financier9, livrent davantage de détails sur les activités du Bureau.

132.     Une attention particulière a continué d'être portée au suivi et à la résolution des problèmes constatés par les vérificateurs, au cours de l'exercice 2004-05, avec une amélioration substantielle du degré de mise en œuvre des recommandations. Soixante-huit pour cent des recommandations formulées au cours de l'exercice biennal, ont été mises en application avant la fin de la période, contre 34 pour cent à la fin de l'exercice précédent.

Programme 1.2.4: Services juridiques

133.     En vertu de son mandat constitutionnel, le Bureau juridique (LEG) a veillé à ce que les activités de l'Organisation soient exécutées sur une base juridique et constitutionnelle solide, conformément aux Textes fondamentaux de la FAO et à son statut d'organisation intergouvernementale du système des Nations Unies. Il a fourni les services juridiques nécessaires à la gestion de l'Organisation, aux niveaux national et international.  

134.     Des avis juridiques ont été donnés au Directeur général, aux départements administratifs et techniques ainsi qu'aux organes directeurs de l'Organisation. Le Bureau juridique a fourni des services au Comité des questions constitutionnelles et juridiques (CQCJ) ainsi qu'au Secrétariat et au Conseil d'administration du Programme alimentaire mondial (PAM).

135.     Une grande partie des activités ont porté sur des affaires juridiques internationales, notamment:

  • négociation et suivi d'accords juridiques internationaux aux échelons mondial et régional, et fourniture d'une assistance juridique pour leur mise en application;
  • relations avec les gouvernements hôtes pour ce qui est du siège, des bureaux des représentants de la FAO et des bureaux régionaux et sous-régionaux;
  • relations avec les gouvernements et les institutions internationales, notamment en ce qui concerne la rédaction d'accords bilatéraux, de notes verbales et d'autres instruments apparentés;
  • exercice des fonctions de dépositaire du Directeur général pour un certain nombre de traités internationaux;
  • représentation de la FAO lors d'actions en justice et du règlement de différends, en particulier pour les affaires portées devant le Tribunal administratif de l'Organisation internationale du travail (OIT); et
  • aspects juridiques des questions de personnel.


136.     Au cours de l'exercice, une attention particulière a été donnée aux activités suivantes:

  • Fourniture de services à la Commission intérimaire des mesures phytosanitaires, notamment quant aux aspects juridiques des normes phytosanitaires et des droits de propriété intellectuelle connexes, et préparation de la première réunion de la Commission des mesures phytosanitaires et de la première Conférence des Parties à la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV). L'enregistrement international d'une marque de certification au titre de la CIPV a entraîné une augmentation du nombre des avis et des documents juridiques.
  • Fourniture de services à la Commission du Codex Alimentarius, notamment pour ce qui concerne la révision de ses Statuts, la participation des organisations d'intégration économique régionale (OIER) et d'autres questions juridiques connexes, et participation au Comité du Codex sur les principes généraux.
  • Suivi des aspects juridiques de la conservation et de l'utilisation durable des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture, concernant notamment les travaux relatifs au Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, la préparation de l'Accord relatif au transfert de matériel, la poursuite du développement du réseau international de banques de semences et la négociation d'un accord portant création du Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures destiné à financer les activités relatives au Traité.
  • Assistance pour la négociation et l'adoption de l'Accord entre la FAO et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l'amendement à l'Accord portant création de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin dans la région centrale.
  • Assistance juridique concernant le fonctionnement et les accords portant création des organes régionaux des pêches de la FAO, tels que la Commission des pêches pour le sud-ouest de l'océan Indien (CPSOOI), l'Accord sur les pêches dans le sud de l'océan Indien (SIOFA), la Commission des pêches pour l'Atlantique Centre-Ouest (COPACO), la Commission Asie-Pacifique des pêches (CAPP), la Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) et la Commission des thons de l'océan Indien (CTOI).
  • Assistance concernant la participation de la Communauté européenne à des organismes et à des accords établis au titre de l'Acte constitutif de la FAO.


137.     Des services juridiques ont été fournis pour certaines questions interdépartementales, notamment pour ce qui concerne le droit à l’alimentation, et le Bureau a continué d'assister plus de 15 comités internes et divers groupes de travail interdépartementaux (ONG/OSC, Cadre stratégique, Biotechnologies, etc.) ainsi que le Groupe d'experts éminents en matière d'éthique alimentaire et agricole. Les indicateurs d'activité figurent au tableau 1.2.3 ci-après (voir aussi le Programme 3.1.3).

Tableau 1.2.3: Bureau du Conseiller juridique et Service des affaires juridiques générales

Description 2002-03 2004-05  
Fonctions techniques
Présence à des réunions pour assurer la liaison concernant des conventions internationales 65 77  
Rédaction ou remaniement de textes fondamentaux destinés à des conventions dont le Directeur général est le dépositaire 25 12  
Activités liées aux instruments dont le Directeur général est le dépositaire 96 152  
Fonctions administratives
Communication d'avis juridiques (y compris par courrier électronique) 1 791 1 630  
Recours/conclusions pour le Directeur général, le Comité des recours (en collaboration avec AFH) et les tribunaux administratifs de l'OIT et des Nations Unies 122 72  
Interventions dans des procédures judiciaires intéressant l'Organisation 69 120  


Programme 1.2.5: Coordination du programme et des opérations

138.     Dans le cadre de ce programme, le Bureau de la coordination des activités normatives, opérationnelles et décentralisées (OCD) est chargé d'assurer une coordination efficace entre les services du Siège et les bureaux décentralisés, ainsi qu'entre les bureaux décentralisés eux-mêmes, afin de favoriser une unité de vues et une synergie entre toutes les unités de la FAO – quelle que soit leur localisation. Les autres activités du Bureau sont présentées sous le Grand Programme 3.4 et le Programme 3.5.3.

139.     Au cours de l'exercice 2004-05, les réalisations au titre de ce programme ont été notamment les suivantes:

  • Formulation et suivi de la politique de décentralisation de l'Organisation, et soutien à sa mise en œuvre, avec une importante contribution aux mesures prises en réponse à l'Évaluation indépendante de la décentralisation de la FAO, et suites données aux rapports du Commissaire aux comptes et du Corps commun d'inspection (CCI).
  • Coordination des fonctions opérationnelles et de programme des représentants de la FAO avec les unités du Département de la coopération technique, et des fonctions relevant du Programme ordinaire avec les départements techniques, notamment pour ce qui concerne: l'introduction progressive des cadres nationaux de priorités à moyen terme; les contributions des représentants de la FAO aux grandes interventions d'urgence telles que la réponse de la FAO au Tsunami, les opérations de lutte contre le criquet pèlerin et la grippe aviaire; et la transposition de la politique de décentralisation dans les procédures du programme de terrain.
  • Questions d'orientation générale concernant l'évolution du système des Nations Unies au niveau des pays, les questions relatives à la présence dans les pays, les autorités responsables, les relations et les contributions à l'Examen triennal d'ensemble des activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies, et les débats des groupes de travail du Groupe des Nations Unies pour le développement.
  • Supervision générale des bureaux décentralisés, notamment par la fourniture d'orientations générales et la consolidation progressive des systèmes de programmation, d'établissement de rapports et de suivi ainsi que des procédures s'appliquant aux bureaux décentralisés, avec en particulier la mise à jour et la diffusion par voie électronique du Manuel destiné aux représentants de la FAO; la production de 182 Notes de gestion, et la publication de 4 Bulletins OCD.
  • Formulation de directives visant à améliorer l'organisation des Conférences régionales, leur suivi et l'établissement des rapports.
  • Gestion d'un fonds d’un montant limité qui a permis aux représentants de la FAO de répondre à des besoins urgents à court terme, en faisant appel à des consultants locaux.


Grand Programme 1.3: Coordination extérieure et liaison

Programme ordinaire   en milliers de dollars EU  
  Programme de travail 21 621  
  Ajustements au Programme de travail découlant de virements budgétaires (2 280)  
  Programme de travail final 19 341  
  Dépenses par rapport au Programme de travail final 19 301  
  Écart des dépenses par rapport au Programme de travail - (dépassement)/sous-utilisation 40  
  Virements budgétaires (en pourcentage du Programme de travail) (10,5%)  
Programme de terrain   en milliers de dollars EU  
  Exécution de projets extrabudgétaires (FF et PNUD) 0  
  Exécution de projets extrabudgétaires de secours d'urgence 0  
  Exécution de projets du PCT 0  
  Total exécution du Programme de terrain 0  
  Rapport Programme de terrain/Programme ordinaire 0,0  
  Services d'appui technique, dépenses de personnel (cadre organique) 234  


Programme 1.3.1: Relations extérieures et coordination

Coordination interinstitutions
140.     L'Unité pour les avis de politique stratégique concernant le système des Nations Unies (SADN) a continué à communiquer des avis sur les politiques relatives à la coordination interinstitutions à la Direction générale ainsi qu'aux départements et unités concernés par les dispositions de coordination et de coopération s'appliquant à l'ensemble du système des Nations Unies. Elle a préparé la participation du Directeur général aux réunions du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) auxquelles prennent part les chefs de secrétariat du système des Nations, de l'OMC et des institutions de Bretton Woods.

141.     L'Unité a continué à représenter l'Organisation aux réunions du Comité de haut niveau sur les programmes (HLCP), principal organe de préparation des réunions du CCS. Le Groupe des Nations Unies pour le développement (UNDG), qui assure la coordination au niveau des pays, s'occupant de plus en plus de questions de politique générale, SADN en a suivi les réunions, en étroite collaboration avec le Département de la coopération technique, afin d'assurer la cohérence des prises de position de la FAO. Une contribution a également été fournie au Département de l'administration et des finances pour la préparation et la représentation de l'Organisation aux réunions du Comité de haut niveau sur la gestion (HLCM).

Avis de politique générale sur les aspects du système des Nations Unies intéressant la FAO
142.     Au cours de l'exercice 2004-05, l'évolution rapide du processus de réforme des Nations Unies a donné lieu à une augmentation du nombre des demandes de suivi, d'analyses et d'avis. SADN a ainsi fourni des informations et des analyses concernant les propositions de réforme du système des Nations Unies et les décisions prises, notamment quant aux répercussions et aux possibilités d'action pour la FAO et son propre programme de réforme. Ces travaux ont consisté entre autres en l'établissement de rapports périodiques et la préparation de la contribution principale concernant la réforme des Nations Unies sur le terrain au document stratégique de la FAO intitulé La FAO et les défis posés par les objectifs du Millénaire pour le développement: la voie à suivre. Les travaux se sont également concentrés sur la mise au point de certaines initiatives de la FAO, notamment le Programme de lutte contre la faim et l'Alliance internationale contre la faim, dans le contexte général des Nations Unies (voir tableau 1.3.1 ci-dessous).

143.     Une partie intégrante de la réforme des Nations Unies et de la FAO a été la nécessité perçue d'approfondir et d'élargir la coopération avec les autres entités du système des Nations Unies. À ce propos, SADN a répondu à une demande accrue d'avis concernant les possibilités de coopération et les arrangements au regard des orientations générales de la FAO, ainsi que les meilleures pratiques et modalités de coopération.

144.     Des réponses coordonnées ont été fournies à des demandes extérieures de contribution de la FAO dans un large éventail de domaines, y compris les rapports annuels du Secrétaire général à l'Assemblée générale et au Conseil économique et social (ECOSOC).

Tableau 1.3.1: Avis sur la coordination interinstitutions et les questions intéressant le système des Nations Unies

Description 2002-03 2004-05  
Réponse aux demandes émanant du système des Nations Unies:      
Conseil économique et social et Assemblée générale 91 60  
Divers Nations Unies 251 280  
Conseils en matière de politiques à la FAO:      
Conseils en matière de politiques aux unités de la FAO à propos de questions relatives au système des Nations Unies 226 321  
Conseil des chefs de secrétariat et Comité de haut niveau sur les Programmes 345 362  


Documentation et réunions du système des Nations Unies
145.     Le programme a également continué de fournir des services concernant la représentation de la FAO à des réunions extérieures du système des Nations Unies, afin d'assurer une utilisation optimale des crédits alloués aux voyages officiels et pour une approche concertée en matière de représentation (voir tableau 1.3.2). SADN a continué de filtrer et distribuer les documents du système des Nations Unies intéressant l'Organisation, pour permettre aux unités concernées de situer leurs travaux dans le contexte élargi du système.

Tableau 1.3.2: Demandes de réunions et de documentation des Nations Unies

Description 2002-03 2004-05  
Réunions des Nations Unies:      
Nombre d'invitations reçues 856 882  
Nombre d'invitations acceptées 558 561  
Documentation des Nations Unies:      
Nombre de documents reçus, distribués dans toutes la FAO et archivés 4 800 5 300  
Articles des Nations Unies recherchés et distribués par voie électronique à la FAO 3 700 2 500  


146.     Ce programme a également administré le budget destiné aux « contributions aux mécanismes interinstitutions à financement conjoint », et notamment au Corps commun d'inspection (CCI), à la Commission de la fonction publique internationale (CFPI), au Tribunal administratif de l'OIT, au Comité de haut niveau sur les programmes et au Comité de haut niveau sur la gestion. Il contenait également des provisions destinées à financer la contribution de la FAO aux coûts du Département de la sûreté et de la sécurité des Nations Unies (auparavant dénommé Bureau du Coordonnateur des Nations Unies pour les questions de sécurité) et aux coûts du Plan d’assurance contre les actes de malveillance inscrites au budget pour un montant total de 6,3 millions de dollars EU. Toutefois, comme prévu et signalé aux organes directeurs, les dépenses ont été nettement inférieures (3,3 millions de dollars EU) en raison d’un ajustement de la part de la FAO pour le Programme ordinaire comme pour les activités extrabudgétaires et d’une mise en oeuvre plus lente que prévu du Programme élargi du Département de la sûreté et de la sécurité. Cela a permis d’effectuer un transfert de ressources de près de 2,3 millions de dollars EU pour compenser partiellement les dépenses croissantes relatives à la sécurité du personnel de terrain des Nations Unies, comme indiqué dans le Grand Programme 3.4.

Bureau du suivi du Sommet mondial de l'alimentation (SADDW)
147.     Le Bureau du suivi du Sommet mondial de l'alimentation a assuré, en collaboration avec divers départements de la FAO et organismes ayant leur siège à Rome, la promotion et le suivi de l'Alliance internationale contre la faim (IAAH) aux niveaux national et mondial. En collaboration avec plusieurs unités de la FAO, il s'est occupé de la préparation de la documentation et des communications en vue de la célébration de la Journée mondiale de l'alimentation, tandis que des brochures et des communiqués spéciaux ont été distribués aux organisations et aux représentants officiels des pays, pour les inviter à établir des Alliances nationales. Au cours de l'exercice, 14 Alliances nationales ont ainsi été constituées et 16 autres pays se sont déclarés intéressés.

Programme 1.3.2: Bureaux de liaison

148.     Ce programme couvre les Bureaux de liaison avec les Nations Unies (LONY à New York et LOGE à Genève); avec l'Amérique du Nord (LOWA à Washington DC); avec l'Union européenne et la Belgique (LOBR) à Bruxelles; et avec le Japon (LOJA à Yokohama). LONY et LOGE ont participé aux décisions prises au Siège de la FAO en suivant les événements nouveaux intéressant le système des Nations Unies et en représentant l'Organisation aux réunions intergouvernementales et interinstitutions qui ont eu lieu dans leurs villes respectives; en contribuant à assurer la liaison avec les institutions intergouvernementales, non gouvernementales et privées; en participant à l'information du public et aux relations publiques, y compris en répondant aux demandes d'information, et en informant les fonctionnaires de la FAO en visite. LOWA, LOBR et LOJA ont continué à assister le Siège de la FAO pour la formulation et la mise en œuvre des politiques et le maintien de la communication et de la coopération avec les gouvernements et les organisations locales dans leurs villes respectives. Certaines des réalisations des Bureaux de liaison au cours de l'exercice 2004-05 ont été les suivantes.

  • Au cours du dernier exercice biennal, LOGE a continué de centrer ses activités sur les négociations commerciales multilatérales de l'OMC sur l'agriculture, contribuant à assurer la participation, sur un pied d'égalité et en toute connaissance de cause, des pays en développement à ce processus. Le Bureau a également renforcé sa coopération avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUE) au titre du Programme-cadre intégré et de la création de capacités dans les pays en développement.
  • LONY a travaillé en relation étroite avec les délégations et le système des Nations Unies pendant les délibérations de l'Assemblée générale des Nations Unies, à ses cinquante-neuvième et soixantième sessions, du Conseil économique et social à ses sessions de 2004 et de 2005, et d'autres comités de premier plan. L'un des fruits de la présence active et visible de la FAO tout au long du processus du Sommet mondial de 2005 a été la réaffirmation, par les dirigeants mondiaux, de l'importance du développement agricole et rural.
  • LOWA s'est occupé du problème de la grippe aviaire en liaison avec diverses organisations, universités et organismes gouvernementaux s'occupant d'alimentation, ainsi qu'avec le secteur privé, tant au Canada qu'aux États-Unis, et il travaille actuellement à un accord de coopération élargi avec le Département américain de l'agriculture, qui devrait tirer parti de l'éventail complet des compétences spécialisées de la FAO.
  • LOBR a contribué à renforcer la coopération avec les autorités belges, avec la Commission et le Parlement européens, et avec le Secrétariat du Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP); un accord de partenariat stratégique a été signé avec la Commission européenne.
  • LOJA a amélioré la sensibilisation aux activités réalisées par la FAO dans des domaines comme les secours après le tsunami, la grippe aviaire, la lutte contre le criquet pèlerin et le projet de relèvement agricole de Mindanao, après la période de conflit, et a lancé des campagnes du TeleFood avec des ONG.


1 United Nations General Assembly (UNGA)

9 FC 109/9; FC 113/7.

8 C 2005/4.

Page précédenteTable des matièresPage suivante