Page précédenteTable des matièresPage suivante

Réalisations obtenues au titre des domaines prioritaires pour une action interdisciplinaire (DPAI)

422.     Une action interdisciplinaire a été menée dans 17 domaines prioritaires recoupant divers grands programmes ou programmes pendant l’exercice biennal 2004-05. Les principales réalisations obtenues sont récapitulées ci-après. Il peut être utile de signaler que pratiquement tous les DPAI ont, sur le site web de la FAO (www.fao.org/paia), une page tenue à jour qui leur est spécialement consacrée et qui est le fruit du travail de présentation harmonisée dont la Division de la bibliothèque et des systèmes documentaires assure la supervision. Pour éviter toute répétition inutile, il ne sera généralement pas fait mention du contenu des sites web.

423.     LHOO: Renforcement des institutions locales afin d’améliorer les capacités pour assurer des moyens d’existence durables dans les zones rurales – Le travail a été réparti entre des groupes d’intérêt structurés qui se sont occupés des aspects suivants: 1) la diversification des moyens d’existence; 2) la prestation de services en milieu rural (en particulier de vulgarisation); 3) la gestion des ressources naturelles; et 4) les moyens d’existence des personnes handicapées. Le groupe chargé de cette dernière question a beaucoup œuvré dans le cadre de projets du PCT et d’interventions consécutives à une situation d’urgence. En outre, il existe de solides liens fonctionnels avec le Programme de soutien aux moyens d’existence qui bénéficie de l’appui des donateurs.

424.     REHA: Prévention, atténuation des catastrophes et plans d’intervention; secours et redressement après une situation de crise – C’est le Groupe de coordination pour les situations d’urgence (GCU) qui coordonne le travail réalisé au titre de ce DPAI, avec le soutien de groupes ad hoc plus ciblés au niveau opérationnel. Le DPAI a couvert un certain nombre de dimensions importantes au cours de l’exercice biennal 2004-05, à savoir: 1) les moyens de parer et de faire face à des accidents radiologiques ou nucléaires; 2) la participation coordonnée de la FAO à la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes; 3) le renforcement des approches communes et des mécanismes opérationnels utilisés pour les évaluations des besoins d’urgence; et 4) la mise au point, pour le compte de la FAO, d’un dispositif de réduction du risque de catastrophes naturelles. Le DPAI a permis de renforcer les contributions de la FAO aux initiatives humanitaires des Nations Unies (cadre d’évaluation des besoins employé dans la procédure d’appel conjoint; Plateforme internationale pour le redressement; groupe de travail sur les premiers stades du redressement du Comité permanent interorganisations).

425.     BIOS: La biosécurité pour la production agricole et alimentaire – Le DPAI a pour principal but de faire émerger une approche de la biosécurité permettant d’analyser et de gérer les risques liés à la sécurité sanitaire des aliments, à la vie et à la santé des animaux et des végétaux, y compris les risques connexes pour l’environnement. Parmi les initiatives entreprises avec les principaux partenaires, on citera la création d’un portail sur l’Internet, pris en charge en partie par un projet financé par les arriérés, destiné à faciliter l’échange d’informations ayant trait à la biosécurité (accompagné d’un renforcement des capacités dans les pays) et d’un Mécanisme pour l’élaboration des normes et le développement du commerce visant à faciliter la coordination, entre toutes les parties intéressées, de la fourniture d’assistance technique aux pays dans le domaine de la biosécurité. Un groupe de travail sur la biosécurité, né d’une initiative conjointe BIOS/BTEC, est chargé d’examiner les questions ayant un rapport direct avec la biosécurité.

426.     AWTO: Négociations commerciales multilatérales de l’Organisation mondiale du commerce sur l’agriculture, les pêches et les forêts – Ce DPAI a continué de servir d’interface coordonnée pour suivre les faits marquants survenus dans les négociations multilatérales à l’OMC et dans d’autres instances concernées et il a englobé: la préparation et l’appui à la participation de la FAO aux conférences de l’OMC; un programme de renforcement des capacités intitulé « Programme-cadre – II »; des tables rondes et des ateliers régionaux; des séances d’information à l’intention des Représentants permanents auprès de la FAO, en particulier avant et après les conférences de l’OMC; un appui à la participation de la FAO à la XIe session de la CNUCED; et un programme en ligne d’apprentissage à distance aux fins du renforcement des capacités.

427.     CLIM : Les changements climatiques et l’agriculture – Le DPAI a permis de faire en sorte que les questions relevant des domaines de compétence de la FAO se voient accorder toute l’attention qu’elles méritent dans des enceintes telles que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) et les organes chargés de mettre en œuvre la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Des contributions ont été apportées à des études internationales et à des documents sur les changements climatiques, en particulier à des travaux placés sous la direction du GIEC. Le DPAI a permis de fournir aux pays une assistance et des supports techniques dans de multiples domaines. Il a également appuyé des projets d’envergure nationale et des activités de renforcement des capacités sur des thèmes liés aux changements climatiques.

428.     ORGA : Agriculture biologique – Les produits les plus importants ont été: un système de gestion des informations relatives à l’agriculture biologique (comprenant 77 profils nationaux) et un questionnaire en ligne visant à rassembler des statistiques sur la production et le commerce des produits issus de l’agriculture biologique dans les pays; une équipe spéciale internationale sur l’harmonisation et l’équivalence dans l’agriculture biologique et la publication de documents touchant à ces questions; une méthodologie d’évaluation de l’impact de l’agriculture biologique sur les économies des pays en développement; et la première Conférence mondiale sur les semences biologiques. À mesure que grandissait l’intérêt des donateurs envers les projets d’aide à l’agriculture biologique (plus de 5 millions d’euros alloués en 2005), le DPAI a appuyé, à la demande des pays, plusieurs projets concrets.

429.     FCIT: Ravitaillement des villes – Un aspect important du travail a consisté à mettre en commun et à diffuser, au sein de la FAO et à l’extérieur, des informations sur les dimensions urbaines de l’alimentation et de l’agriculture, l’une des finalités étant d’identifier les possibilités de collaboration interdisciplinaire et interinstitutionnelle, notamment en vue de la conception de projets de terrain. La collaboration entre services techniques et opérationnels a été renforcée et des supports d’information ont été préparés. Des contributions ont été faites à la formulation d’un projet financé par le Centre de recherche pour le développement international (CRDI) qui est actuellement en cours de réalisation dans dix villes et qui a été lancé à l’occasion d’un atelier organisé à Rome en octobre 2005. Des contacts ont été maintenus avec l’équipe spéciale du projet du Millénaire sur les bidonvilles urbains et l’initiative du Millénaire pour les villes. Le DPAI a facilité la participation de la FAO à des réunions internationales, par exemple le quatrième Forum de l’Alliance mondiale des villes contre la pauvreté ou le deuxième Forum mondial des villes.

430.     PROD: Systèmes intégrés de production (agriculture et développement rural durables/Programme spécial pour la sécurité alimentaire) – Au départ, le travail a surtout consisté à établir quatre sites pilotes témoins en vue de mener à bien des activités de terrain rattachées au PSSA. On signalera également le travail sur les bonnes pratiques agricoles (BPA), dont l’élaboration d’un document conceptuel débattu au Comité de l’agriculture, l’organisation de conférences électroniques, la préparation d’études et de documents techniques, diverses activités de portée nationale, une consultation d’experts et un atelier en interne. Un groupe de travail sur les BPA a été constitué et épaulé par trois équipes spéciales auxquelles ont été confiées des questions spécifiques; une base de données et un site web sur les BPA ont été créés. Le travail sur les sites pilotes a été rattaché aux initiatives relatives aux BPA et des équipes chargées de tâches spécifiques ont appuyé les activités de suivi. Le DPAI a contribué par ailleurs à relancer le travail sur l’agriculture de conservation par la recherche de financements extrabudgétaires de complément.

431.     BTEC: Application des biotechnologies à l’agriculture, aux pêches et aux forêts – Les principales réalisations comprennent: l’assistance pluridisciplinaire aux politiques à l’échelon national; l’interface coordonnée assurée au niveau de la FAO pour suivre le déroulement des travaux dans d’autres forums intergouvernementaux; et le renforcement des composantes liées aux politiques et aux institutions du travail de la FAO dans le domaine de la biosécurité. Des approches communes ont été définies de façon à fournir des informations exhaustives sur les applications des biotechnologies dans les secteurs des cultures, de l’élevage, de l’agro-industrie, des pêches et des forêts (par le biais de FAO-BiotechNews par exemple, de conférences électroniques spécialisées ou par la constitution de glossaires). Le DPAI a contribué au numéro de la Situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture qui a fait date et qui avait pour titre Les biotechnologies agricoles, une réponse aux besoins des plus démunis?.

432.     BIOD: Gestion intégrée de la diversité biologique pour l’alimentation et l’agriculture – On citera au nombre des grandes réalisations: la promotion de systèmes agricoles mixtes tels que la rizipisciculture et l’agroforesterie; la formation participative à la protection intégrée (PI); les avis sur la conservation des sols et de l’eau tenant compte de la biodiversité; et les technologies d’utilisation et d’entretien des herbages naturels et à faibles intrants. Le DPAI a également étudié une approche intégrée de la conservation et de l’utilisation durable de la biodiversité ainsi que les aspects juridiques et économiques de la biodiversité agricole. En 2004, il a été le principal centre de coordination de la Journée mondiale de l’alimentation et il a organisé des activités innovantes faisant participer des paysans, la société civile et de nouveaux partenaires. Il convient également de signaler le nouveau protocole d’accord avec la Convention sur la diversité biologique (et la création d’un poste de chargé de liaison détaché) et la prorogation du thème de l’agrobiodiversité dans le cadre du Programme de partenariat FAO/Pays-Bas.

433.     DSRT: Lutte contre la désertification – Le DPAI a appuyé le processus de la Convention sur la lutte contre la désertification, y compris la participation de la FAO aux principaux forums de la Convention (Conférence des parties, Comité chargé de l’examen et de la mise en œuvre de la Convention, réunions régionales, etc.), au Comité de facilitation du Mécanisme mondial et au nouveau programme d’opérations du FEM pour une gestion durable des sols (programme d’opérations 15) qui sera le principal mécanisme de financement de la Convention. Le travail de terrain a essentiellement consisté à exécuter des programmes de grande ampleur, comme l’évaluation de la dégradation des terres dans les zones arides et la gestion durable des hauts-plateaux du Fouta Djallon en Afrique de l’Ouest. La FAO dirige la conception de TerrAfrica, une initiative à l’échelle de tout le continent, en coopération avec la Banque mondiale et d’autres organismes.

434.     MTNS: Gestion durable des montagnes – Un appui a été fourni aux programmes interdisciplinaires de la FAO sur les montagnes et à la mise en œuvre du Chapitre 13 d’Action 21. Pour le suivi de l’Année internationale de la montagne, pour laquelle la FAO a été l’organisation chef de file, il a fallu coordonner les activités de toutes les unités concernées (surtout par des méthodologies et des stratégies intégrées) et jouer le rôle d’interlocuteur de référence des institutions partenaires extérieures.

435.     QINF: Définitions, normes, méthodologies et qualité de l’information – Le travail a porté, entre autres, sur: les définitions statistiques et la nomenclature des produits; les descriptifs normalisés de la qualité des données aux fins de l’établissement de fichiers de données; la rationalisation de la terminologie, des lexiques et des glossaires de la FAO; l’amélioration des procédures relatives à la publication des documents et à leur affichage sur l’Internet de façon à inclure différents types de matériels d’information. Les contacts se sont poursuivis selon les besoins avec d’autres groupes responsables de l’établissement de normes à la FAO et avec les partenaires du système des Nations Unies (par exemple, le Groupe de travail des Nations Unies sur l’information géographique).

436.     SPAT: Gestion des informations géographiques et outils d’aide à la prise de décisions – Il a été largement fait appel à des équipes spéciales pour obtenir les résultats ci-après: mise au point et application de normes internes à la FAO pour les données et les informations géospatiales; lancement et déploiement de la deuxième version du réseau GeoNetwork de la FAO, qui sert de référence internationale pour la recherche de données géospatiales et même l’extraction dans les institutions des Nations Unies et au GCRAI; établissement de bases de données infranationales sur l’utilisation des sols (Agro-MAPS), des frontières infranationales (GAUL) et d’une carte hydrologique à l’échelle mondiale.

437.     GLOP: Études prospectives mondiales – Toutes les unités réalisant des études prospectives dans leur discipline (par exemple, l’agriculture, l’alimentation et la nutrition, les cultures et l’élevage, la pêche, les forêts, les ressources naturelles) ont cherché à renforcer le contenu pluridisciplinaire des études menées dans différents secteurs. On s’est attaché également à assurer la cohérence des hypothèses présentées dans ces études et des avis et des déclarations émanant de l’Organisation sur les perspectives à long terme. Un travail a été accompli en parallèle sur les outils d’analyse pour comparer les scénarios.

438.     ETHI: Éthique de l’alimentation et de l’agriculture – Le groupe d’experts en matière d’éthique alimentaire et agricole a reçu un soutien dans le cadre des travaux qu’il a entrepris sur tout un éventail de questions ayant trait à l’éthique de l’alimentation et de l’agriculture. Diverses études ont été réalisées par les départements techniques et elles ont débouché sur quatre publications: Éthique et intensification agricole durable; Questions éthiques en matière de pêche; Science et éthique; et un document proposant un autre regard sur la question du bien-être animal et de l’intensification de la production animale (Animal welfare and the intensification of animal production: An alternative interpretation). La FAO a veillé à prendre des mesures coordonnées en réponse aux initiatives pertinentes engagées à l’échelon international en matière d’éthique, en particulier la création du nouveau Comité interorganisations des Nations Unies sur la bioéthique et les réunions organisées par l’UNESCO.

439.     GEND: Parité hommes-femmes et développement – Ce DPAI bénéficie d’un régime particulier par rapport aux autres DPAI de l’exercice biennal 2004-05, sachant qu’il a été (et qu’il reste) encadré par un plan d’action spécifique avalisé par la Conférence de la FAO, ce qui entraîne certaines obligations en matière de compte rendu aux organes directeurs. La mise en œuvre du plan d’action a été placée sous la conduite du Département du développement durable et appuyée par un réseau de « centres de la parité » établis dans toutes les unités concernées, au Siège et dans les bureaux régionaux.

Utilisation des fonds catalytiques au titre de l’entité 210S5.
440.     L’apport principal d’un montant de 592 000 dollars EU au titre de cette entité a été utilisé conformément à l’usage auquel il était destiné, c’est-à-dire pour fournir un appui catalytique aux DPAI. Comme indiqué plus haut, la Division de la bibliothèque et des systèmes documentaires a reçu une aide financière pour assurer l’harmonisation des pages web spécialisées. D’autres fonds ont été alloués aux groupes DPAI pour, par exemple: la préparation et la publication de directives techniques de référence et de supports d’information essentiels; des études spéciales; la mise au point de méthodologies; les premières étapes de la constitution de bases de données pluridisciplinaires; l’appui à la participation de la FAO aux grands événements extérieurs; et des contributions techniques directes au travail de terrain.

Nouvelle articulation des DPAI dans le PTB 2006-07 révisé.
441.     À sa session de septembre 2005, le Comité du programme a passé en revue l’action engagée au titre des DPAI depuis la création de ces derniers et il a souligné la nécessité de mieux sélectionner et d’accroître la visibilité des thèmes retenus. En outre, l’accent a été mis dans le PTB 2006-07 révisé sur l’utilisation accrue de la planification a priori. En effet, le processus et le système de planification et d’établissement du budget de la FAO permettent aux entités d’avoir un caractère véritablement pluridisciplinaire, en tenant compte dès le stade de la planification des contributions en ressources (y compris en temps de travail du personnel) du plus grand nombre possible d’unités. En conséquence, l’une des caractéristiques du PTB 2006-07 révisé a été « l’intégration » de nombreux DPAI dans la structure par programmes.

Page précédenteTable des matièresPage suivante