Previous Page Table of Contents Next Page

III - ACTIVITIES OF FAO AND WFP (continued)
III - ACTIVITES DE LA FAO ET DU PAM (Suite)
III - ACTIVIDADES DE LA FAO Y DEL PMA (continuación)

11. Proposal for Strengthening FAO Activities Aimed at Reducing Harvest and Post-Harvest Losses (continued)
11. Proposition pour renforcer les activités de la FAO ayant pour objet de réduire les pertes avant et après la récolte (suite)
11. Propuesta dêTreforzar las actividades de la FAO dirigidas a reducir las perdidas de cosechas y las que se sufren después de la recolección (continuación)

Y. NARITA (Japan): My delegation followed the statements yesterday by various representatives and we find that there is common ground, which is that all representatives stressed the need and importance of reduction of post-harvest losses. Our delegation shared this view and so would be right to say that there exists good justification for putting one of the highest priorities on the reduction of post-harvest losses. For our part we are prepared to collaborate in this field by bilateral means and multilateral means using our experience and knowledge. It is not the wish of my delegation to enter into the substance of the post-harvest losses, which were discussed by the Committee of Agriculture.

I would like to make some remarks about the Fund. Firstly there were several representatives yesterday who pointed out that there was no such information about the Fund and we share this view. We do not know why $ 20 million is needed at the initial stage. Will $ 20 million be exhausted in one year or more? If it is exhausted in one year what will be the requirement in the second year? Those factors we want to know as early as possible.

Secondly, as the French delegate pointed out yesterday there will be certain mechanism within the Organization to tackle this matter and I think, and my delegation thinks, that this is the first thing we have to do. There are other possibilities, such as the representative of the Netherlands pointed out, and that is to utilize the International Agencies such as IFAD.

With these opinions, and as was expressed in the Committee on Agriculture Report, paragraph 114, we think that it is premature to decide whether the Fund must be established or not.

Lastly, concerning the use of the $ 10 million from Suspense Account we second the view expressed by the representative of the United Kingdom. Maybe this is a matter of procedure or a matter of principle but the Japanese Government thinks, as does the Ministry of Finance of the Netherlands, that it is a procedure which must be kept.

N. RAHUMA (Libya) (interpretation from Arabic): I do not want to repeat what has already been said by previous speakers but I would like to stress the importance of the struggle against pre- and post-harvest losses and I would like to say that we support the initiative of the Di rector-Gene ral for setting up the Fund.

W.A.F. GRABISCH (Federal Republic of Germany): There is no doubt about the urgent need for a better and more concerted attack on avoidable food losses. My government therefore strongly supported the pertinent recommendation of the World Food Conference. At the Seventh Special Session of the General Assembly my country, for the same reason, actively participated in formulating the very explicit recommendation on the crucial issue before us. ..

What are we doing at home? Everything possible to avoid food losses at all stages, that is to say at production level as well as at the level of processing, distribution and consumption.

In the context of our close cooperation with developing countries concrete measures for reducing post-harvest losses have already been included in many projects of my government's bilateral assistance. Our participation in the so-called Sahel relief operation and follow-up action thereof, in particular our part in the Food Security Assistance Scheme is well known so that I can refrain from going into detail.

Turning to the concrete proposal before us, I wish to take up the programme and the financial questions involved separately, My Government can in general support the proposed action programme, and we wish to commend the Director-General for it.

With regard to the proposed measures and actions, my delegation feels that it is important to underline, first, that national programmes for food losses should also get priority ranking within overall country development plans. Second, the drawing up of programme plans and preparations of models should by no means delay action wherever possible, in particular at the national level, and about such action, we must learn as much as possible from each other. Yesterday India drew our attention to the national "Save Grain Campaign", which is going on in this country. The Delegation of China and Pakistan also, referred to action in their countries at national levels.

At the last COAG meeting, my delegation heard with great interest of the actions being taken in Nigeria, Indonesia and Lesotho, to name just a few delegations who gave, in the view of my delegation, very good examples ofi actions at the national level where the so-called multiplication factor had been made maximum use of in trying to get action carried out at as little cost as possible,,

But the exchange of experience, the learning from one another on the crucial issue before us at the last COAG meeting was, in my delegation's view, not deep enough. We therefore support the fact that provisions are being made for broadening this exchange of views. One provision could be an expert consultation, as proposed by the united States. Another - and I do feel a very important one - could be to include this subject in the agenda of regional conferences with a view to extending experiences at the regional and sub-regional levels. It is here I think where probably one could give and get most information and make most use of each other country's experience,

A third one, in the view of my delegation, would be to include this issue as one of the main items in the agenda for the next COAG session. I think we would give particular emphasis to this exchange of experience, because it is there where most countries already participate in the deliberations and where I think we can have the broadest possible exchange of views. The timing then could be made in such a way that one would start with that issue with, for example, special experts who could just come for the beginning and then could go home so that there would be no need for them to stay over the whole session, or it could be even taken up before the session,,

On actions which could be taken with little or relatively small cost involved, I wish to say another word. It is now three years after the World Food Conference, and it is now two years after the Seventh Special Session of the General Assembly where special recommendations on that issue were made. So far it has not come to my knowledge that there does exist a worldwide hammering message which is being broadcast every morning or every lunch time or every evening through the air asking people to do everything possible to avoid food losses at all levels. I think such an action would not be very costly, in particular since in many countries the broadcasting system is being supported by governments and could have quite an impact, in my delegation's view, and I think FAO, if it has not done so so far, could and can assist member countries in such a not very costly action which, as I said, could have a great impact, in our view.

Turning now to the budgetary question with regard to this and concerning the proposed programme, my delegation cannot for budgetary reasons and as a matter of principle, as explained yesterday and today by the United States, France, the United Kingdom, the Netherlands and Japan, agree to the proposed use of the accumulated amounts in the suspense account. The proposal contained in Appendix F of the Programme and Finance Committees' reports would probably - and I say probably because my colleague from the Finance Ministry only arrives this afternoon and this report was not in our hands before we left home - it could probably do harm to another proposal which is put forward, namely, the establish ment of a new suspense account. I therefore feel that the question of how to finance best these activities merits some more thought and should be taken up again at the next Council session before the 19th Conference. Let us hope that at that time a proposal is being put forward which can hopefully be supported by all member countries. At this stage I can offer no solution. On a personal basis I can say one way out could be to give a higher priority to this very important activity, to this programme within the proposed budget level, just up to the stage when feasibility studies have been finished and concrete projects are being worked out so that they can be offered for financing to IFAD, IBRD, UNDP, Regional Banks. We feel that such priority requests coming from overall country development programmes should get and will probably get the necessary financial support. Another solution could be the establishment of a true trust fund. Still another we could think of could be probably a combination of the two just mentioned and trying to work out some sort of a special scheme if; needed. ;

H.M. CARANDANG (Philippines): At this stage of the discussion, the Philippines would like to give its views on the reduction of post-harvest losses. There has been a consensus in COAG that this programme of action on the reduction of post-harvest losses be established; the Programme and Finance Committees after looking carefully at the programme have approved it. Nobody has ever seriously questioned the merits of this programme. If there is then a consensus on the merits of this action-programme, the means and the monies have to be found to get this programme off the ground. The Philippines would therefore like to support the Resolution to put up the fund to combat harvest and post-harvest losses, as proposed by COAG and the Programme and Finance Committees.

The importance of the reduction of post-harvest losses is shown by the assessment that a fifty per cent reduction of harvest and post-harvest losses by 1985 would be saving about 40 million tons of cereal or roughly one half of the cereal deficit of developing countries. If this did materialize, we may not even be needing food aid. We know that this is a very ambitious goal, yet we know that the programme for avoiding post-harvest losses is a good start in the right direction. It is hoped that the programme would generate not only more money and funds but also enkindle interest and focus on a major problem and generate action at the country and international level in this direction, as has been outlined by Germany.

The paper of COAG 77/6 in the discussion when it was being taken up in the Committee on Agriculture indicated the various phases, like harvesting, hauling, drying and milling. Losses at these various stages are real and have to be minimized. However, we believe there should be great flexibility in the programme. Conditions vary in different countries. For example, in the paper just cited, in paragraph 11 there is mention of storage losses for a member country due to rodents. In some countries like the Philippines, losses due to rodents when rice is just about to be harvested is staggering. The commitment of our Government to eliminate these losses has met, however, with limited success. Other countries have established concrete programmes with reference to harvest and post-harvest losses. We therefore believe the programme, when implemented, should have great flexibility to deal with concrete problems in the particular country.

Then we would like to support what China mentioned about the use of indigenous technology and methodology which have been accumulated through the ages in some countries which are not too sophisticated and can be adopted by the small farmers who harvest and store the grain. Only by introducing programmes that can be adopted by the small farmers can we hope to make the programme have lasting benefits.

I. OROZCO (México): A mi delegación ya poco le resta añadir a todo lo que han expresado los anteriores oradores. Tan solo debemos expresar la constatación de un hecho, como ya lo ha expresado nuestro colega de Filipinas, de que en realidad aquí existe un consenso sobre un aspecto que es parte medular de las actividades de la FAO, por las cuales este organismo especializado ha sido creado, y al cual todos los países miembros le prestan un apoyo continuo.

Es cierto que aquí sí hay un consenso sobre las dimensiones del problema. Es obvio que se necesita recurrir a los fondos necesarios y que ha sido, si podemos llamar providencial o al azar, que esa cuenta transitoria que había sido prevista para cambios desfavorables en las tasas de cambio, ahora constituya realmente un ahorro y debemos buscar precisamente el mejor uso que podemos dar a ello.

Es por eso que nosotros apoyamos la propuesta como ha sido hecha por el Director General para reforzar las actividades de la FAO para disminuir las pérdidas de las cosechas y posteriores a la recolección. Al hacerlo así, nosotros consideramos que es una medida equilibrada y equitativa de desprendimiento y cooperación de todos los estados miembros a la medida de la escala de su cuota.

También nosotros no consideramos que sea un criterio tan estricto o más bien una enumeración tan estricta de criterios como aparece en el párrafo 119 del informe del COAG. Nosotros estamos de acueçdo con lo expresado por el delegado de Brasil, como por otras delegaciones, de que el criterio debe ser amplio en cuanto el beneficio debe ser a los países en desarrollo en conjunto; y amplio también en el sentido de que los programas deben comprender otros aumentos además de cereales, como son los productos de interes para exportación de los países en desarrollo. Obviamente somos conscientes de la atención especial que se debe dar a los países con particulares problemas entre los países en desarrollo.

O.R. BORIN (Italie): Tout a déjà été dit par d'autres orateurs sur l'importance et l'opportunité de l'initiative du Directeur général visant à réaliser un fonds pour la limitation des pertes après récolte.

Le Directeur général a été à juste titre félicité pour cette initiative, et nous sommes heureux de joindre notre voix à ceux qui reconnaissent la validité, voire la nécessité, de donner une solution prioritaire à ce problème.

La délégation italienne est donc tout à fait d'accord avec l'initiative du Directeur général.

Certes, beaucoup de problèmes techniques devront être étudiés et résolus pour rendre vraiment efficace ce programme, par exemple il ne sera pas facile de mobiliser tous les experts nécessaires dans les différents secteurs. Toutefois, là aussi, nous pouvons faire confiance à l'esprit et à la capacité d'organisation du Directeur général.

Mais si nous nous félicitons avec lui pour cette prise de conscience d'un problème aussi important, nous devons néanmoins, à regret, étant donné la validité de l'initiative, exprimer quelques réserves sur le système de financement du fonds fiduciaire qu'il propose d'établir à ce sujet.

Le programme que l'on envisage est, tout d'abord, un programme de longue haleine, et partant il devra se développer et s'étaler sur plusieurs années. Comment sera-t-il donc possible de financer le fonds sur une longue période en faisant surtout recours aux ressources du compte d'attente qui, par sa nature, a des ressources variables dans le temps? Il y a là, à notre avis, un risque et un danger pour la réussite et la continuité du programme.

Il y a encore un autre argument: les disponibilités du compte d'.attente devraient en principe être utilisées pour la stabilisation du taux de change. Nous avons accumulé il est vrai des réserves considérables à cet effet, mais nous voyons avec préoccupation l'utilisation d'un montant aussi important pour d'autres finalités. C'est une question qui a son poids comme question de principe mais, je le répète, le point essentiel est pour nous le fait que le financement du fonds par le compte d'attente n'est pas en mesure d'assurer la continuité du programme qui, dans l'avenir, deviendra aléatoire puisqu'il dépendra des disponibilités d'un compte qui, par sa nature, est variable et incertain.

Malheureusement, je n'ai pas de formules magiques à vous offrir pour résoudre le problème. Le délégué de l'Allemagne fédérale en a proposé quelques-unes qui sont tres intéressantes, qui devront être étudiées, et soumises à un examen approfondi.

Pour ce qui nous concerne, j'ai voulu tout simplement vous faire part de certaines perplexités de la délégation italienne,non pas sur le fond de la question et la valeur de l'initiative, mais sur certains aspects techniques de la solution que l'on nous a proposée.

M. L. CAMERON (New Zealand): We have had a very thorough discussion on this item, and on reflection I think it is important and at once appropriate to the programme.

Many of the points that New Zealand would wish to make have already been made by other delegates. Sufficient to say it has our support, especially if the programme, especially as so many speakers have emphasized, is concerned with local, low-cost, and the very simplest solutions possible. This path would lead to quick and significant improvement, both to food supplies and the economic position of small farmers.

We would wish to comment that training in simple technology is imperative and it should be possible to be carried out in the developing countries at farmer level, as although the principles are similar everywhere they will differ in important detail.

New Zealand would be pleased to see the establishment of a post-harvest loss fund, but like a number of delegations we have problems with the proposal to finance part of the funds by the money remaining in the Suspense Account at the end of this biennium. As many other delegations have noted, this would not be good financial practice and would be unacceptable to our delegation.

However, we are sure there is a solution, and as the United Kingdom delegate has suggested, it will be possible to find a solution given more time and thought.

V. ISARANKURA (Thailand): Before we go to the next item, my delegation would like to comment on two things.

First, concerning the information given in the statement in paragraph 2.164 in document CL 71/4, this indicates that the general level of post-harvest losses in the developing countries is 10-20 percent. This is quite accurate. In the case of my country I wish to inform you that in assessing the post-harvest loss on rice - our main food crop - this was about 17 percent of total production. On this particular aspect my delegation wishes to draw the attention of the Council to the question of the need to establish an FAO fund for food loss reduction. We feel this has at present become an even more urgent matter.

My delegation would like therefore to express our total support for the establishment of the fund as well as to urge strongly that this programme be a part of the Regular Programme.

Secondly, my delegation would like to express strongly our support of the proposal for the establishing or maintaining in each FAO regional office one professional post on post-harvest loss reduction as we feel it is very important to our endeavour to reduce post-harvest losses.

Q.H. HAQUE (Bangladesh): This subject was perhaps the most important one when we discussed matters in the Committee on Agriculture. In the Committee of Agriculture, the delegation from Bangladesh very warmly congratulated the Secretariat on the documents that were presented for consideration. This was not just a courtesy felicitation, the delegation very seriously meant that for the first time the Committee came up with very concrete proposals to achieve something in concrete terms.

In the Committee on Agriculture the matters discussed were: (i) the small farmer development, and (ii) the reduction of post-harvest losses. In the Committee on Agriculture as well as in this august Council, as we see, there are no two opinions that these are two very important subjects which demand immediate attention. There are no two opinions that the programmes that have been put forward by the distinguished Director-General of FAO are very good ones. In the Committee on Agriculture as well as here we all agreed that the programme of the post-harvest losses as has been put forward is the first concrete proposal to do something in this direction.

In the Committee on Agriculture the question was raised on how much has been done to reduce the post-harvest losses. We heard a delegate say yesterday that this is not a new thing, it is an old thing, but we became very conscious of it in the 1974 World Food Conference when we saw the post-harvest loss was to the tune of 40 million tons, which is perhaps the total food deficit of the world today.

If we can reduce half of this by 1985 we could reduce the total food deficit by half. Two years havea passed since the 1974 Word Food Conference, We are very sorry to say that while it is not true that nothing has been done, very little has been done in concrete terms to tackle this gigantic problem.

After being conscious of this, what are we doing so far? We have found a record 40 million tons a year on post-harvest losses, but what has been done? Is FAO supposed to issue statements saying this is the extent of food losses, or is it supposed to do something in concrete terms to say what can be done and what has do be done about it?

The document presented in the Committee on Agriculture clearly showed the cost benefit ratio to tackle this problem. The losses in post-harvesting are at various stages and if we are to tackle this problem at various stages, we see it is very encouraging compared to the investment. The proposals that were put forward were to tackle these problems, but if the investment of $10 or $20 million is made what would to the achievement or the extent of the food loss? We represent a food deficit country and know where the shoe pinches. We understand fully what would be meant by the reduction of post-harvest losses. It would mean not only a reduction of post-harvest loss but a reduction in human suffering to that extent in the food deficit countries or in countries where the loss is very high. My colleague from Thailand has just mentioned that in his country the food loss is 17 percent. The Committee on Agriculture was informed that the range of the loss is from 10 to 23 percent. Shall we continue to be onlookers to this or should we try to do something in concrete terms?

The point was raised that further studies are necessary. While further studies are necessary it is certain that we know what is the extent of the loss and what should be done. Should we not make a modest start therefore in concrete terms. In this regard my delegation very warmly congratulates the Director-General for suggesting concrete proposals to make a good start. The point was made that we all agree that the proposals and the programme are noble. Shall we postpone it only because of some technical difficulties or should we accept this? If we do this it would be most unfortunate when we all appreciate that it is a noble and good programme. If there are technical difficulties could we not see how those difficulties could be circumvented so that the programme could be put into operation?

The head of my delegation, the Minister of Agriculture, touched on this subject and expressed his strong views that we support the establishment of a fund. A question has arisen on how the fund money will be utilized and there was apprehension that this money could be eaten up by staff, etc. My delegation feels that these are details which could be worked out and that we could put our trust in our Director-General that while creating the fund he will take care that the money in this fund is utilized mostly for projects, thus making optimum use of staff resources at every level and making only marginal provisions for staff where it is absolutely necessary. In that regard we feel that we can fully trust the Director-General to work out the mechanism for the operation of the fund.

A point was also raised about the time, the studies, etc. We have lost more than two years. Our aim was to reduce post-harvest losses by 50 percent by 1985, which means a reduction of the present loss level to 40 million tons by 1985. We have not done anything substantial. We have not done anything which could satisfy or solace those countries which suffer most to show that we are going in the right direction. Shall we wait longer? Shall we continue to be an onlooker or shall we do something concrete when there is a good proposal? My delegation strongly feels that when we all feel that there is a good proposal and a good programme with a noble aim, a programme to reduce human suffering, then we should be able to overcome the technical and bureaucratic difficulties and be able to contribute to this fund.

A question was also asked about what happens next. If we find $10 million in the suspense account what happens after that money runs out? The belief of my delegation is, let us make a start and then we will see what we can do next. If the fund becomes operative and does some useful work in concrete terms then we believe that our donor friends will not hesitate to make further contributions in future years when necessary and when the fund is able to show some positive results, good results, from the investment we make with this fund. We believe that we will be able to overcome the technical or bureaucratic difficulties of using the money available in the suspense account which is handy. We see an amount of $10 million which is idle. Why not use it to reduce human sufferings?

C.M. FOFANA (Observateur pour la Guinée): Vous permettrez à ma délégation d'adresser tout d'abord ses vives félicitations pour l'élection des membres du Bureau que vous dirigez. Par la même occasion, nous voulons aussi adresser nos félicitations à la déclaration que le Directeur général de la FAO a bien voulu nous adresser lors de l'ouverture de cette session, en mettant particulièrement l'accent sur la question pertinente qui regarde notre Conseil; mais sur cette question précise, dont on discute, je crois qu'au départ il y a un vice de forme. Nous avons écouté attentivement certaines déclarations dans lesquelles on a tenté de transposer ici, au sein du Conseil, les fonctions essentielles que nous avons affectées aux organes subsidiaires, à savoir l'analyse des questions techniques, les grandes lignes pour définir les méthodes de travail ou, si je me souviens, la fonction essentielle du Conseil est de souligner, sur la base des rapports des organes subsidiaires, les lignes politiques essentielles que ce Conseil devrait recommander à la Conférence. J'ai été surpris d'entendre certaines délégations souligner qu'elles ignoraient encore les motivations précises, les mises en forme, les mises en oeuvre possibles que ce Programme pourrait envisager pour atténuer une question de fond extrêmement importante, notamment pour les pays en développement.

Je me suis donc permis de faire un parallèle entre les déclarations de ces délégations au sein non seulement de la Conférence mondiale de l'alimentation mais au sein également de la Conférence générale de la FAO en tenant compte des résolutions de la septième session extraordinaire des Nations Unies et là je me suis réjoui d'entendre le Représentant des Etats Unis nous rappeler que c'était un de ses anciens Ministres, le Dr Kissinger, qui avait lui-même mis l'accent sur cette question de lutte contre les pertes, mais j'ai été en même temps surpris quand j'ai entendu la suite de sa déclaration lorsqu'il a demandé que cette question soit envoyée à 1981 en vue d'étude par une Commission d'experts. Je pensais qu'en 1976, au cours de la septième session, le Dr Kissinger aurait pu peut-être dès lors souligner la composition d'une telle commission d'experts pour l'immédiat, car il s'agit d'une question immédiate. Il est vrai que cette question, qui est extrêmement importante, que le Secrétariat de la FAO a justement soulignée en nous proposant une mise en oeuvre pratique concrète et immédiate, doit être considérée de façon juste par le Conseil.

Aussi, puisque notre délégation a eu à se prononcer sur cette question, je ne me rallierai qu'à la déclaration faite par le Représentant de l'Inde qui a rappelé justement pourquoi, comment et quand ce programme? Quelles sont les méthodes que la FAO devrait adopter pour aider les pays qui sont les plus gravement touchés afin de limiter - car on parle uniquement de réduire - les pertes. Ici on ne met pas l'accent sur l'éradication totale des pertes, on dit "réduire" les pertes, cela veut dire qu'avec même la mise en oeuvre de ce programme il nous restera encore à faire des efforts, des efforts et des efforts afin de supprimer totalement ces pertes.

Là, le Représentant du Bangladesh vient de mettre l'accent sur le niveau de ces pertes, mais certainement dans un seul domainej le domaine céréalier. Il nous a dit que les pertes actuelles pourraient être évaluées à 44 ou 40 millions de tonnes. Je crois que ce niveau est extrêmement important et je sais aussi que si on arrivait à l'atteindre on limiterait les pertes en acceptant un consensus et aussi en appuyant ce consensus par la volonté politique que nous avons exprimée au cours de la septième session, qui est consignée dans des résolutions précises que nous avons reprises aussi au cours des sessions techniques des organes subsidiaires, que le Conseil est aujourd'hui amené à reconduire pour la Conférence générale en vue d'adoption et de mise en oeuvre. Et ceci est une question tout à fait juste.

Certains pays (qui s'opposent par des arguments qui d'ailleurs ne sont pas des arguments convaincants mais des arguments qui les mettent en contradiction vis-à-vis de leurs déclarations antérieures dans d'autres enceintes et à d'autres moments),devraient certainement reconsidérer leur position. Nous sommes reconnaissants envers ces pays qui se préoccupent de l'accroissement de la production dans les pays en développement, mais il y a aussi un autre facteur que nous n'avons pas suffisamment souligné: ces pertes, que nous voulons admettre alors que nous savons que nous devrions les limiter, si nous les maintenons, est-ce que ces délégations ont essayé d'estimer les pertes en vies humaines que cela peut provoquer dans la population mondiale ?

Outre ces pertes en vies humaines il y a aussi les facteurs connexes tels que les pertes d'énergie, car il serait dommage que ]'on s'éreinte à faire un travail prodigieux alors que pour d'autres facteurs nous avons la possibilité de les limiter, par exemple par la lutte contre les maladies, contre les insectes, les ravageurs et aussi contre les fléaux naturels qui peuvent s'abattre subitement sur des populations ou des pays dont nous avons vécu l'exemple dans plusieurs pays ces dernières années.

Il y a aussi que ce programme sous-tend un facteur sur lequel il y a déjà un consensus à savoir qu'à travers ce programme la FAO peut procéder à un transfert de techniques et de technologie vers les pays en voie de développement. Je crois que les pays qui ont des difficultés devraient voir plus loin que le niveau des économies faites par la FAO en congelant certaines défaillances qui étaient entretenues auparavant par les prédécesseurs du Directeur général actuel et sur lesquelles il s'est penché de façon concrète, et d'ailleurs sur nos recommandations, je souligne par exemple la lutte contre le bureaucratie, les doubles-emplois, la décentralisation, qui sont des facteurs à partir desquels la FAO a réussi à faire une économie.

Maintenant il y a des gouvernements qui demandent que ce Fonds soit redistribué. Je crois que cette méthode - je m'excuse auprès de ces délégations - n'est pas une chose que nous devrions commencer aujourd'hui car si l'on devait insister sur ce facteur de redistribution selon le quota, je me demande en pratique en quoi cela pourrait changer le niveau de leur budget actuel. Un pays qui participe par exemple à 25 pour cent se retrouverait peut-être avec 2 500 dollars ou 2 000 dollars, mais est-ce que concrètement, réellement ces 2 500 dollars qui peuvent être maintenus dans ce compte d'attente et qui vont être distribués pour des programmes concrets afin de limiter la souffrance des peuples du monde, afin de réduire l'écart entre les pauvres et les riches, entre ceux qui connaissent la haute technologie et ceux qui cherchent à décoller leur propre technologie, est-ce que ces 2 500 dollars auront une résiïe efficacité? Et d'ailleurs, je l'ai remarqué, je crois que ces délégations seront d'accord avec nous, avec le Conseil et tous ceux qui se sont prononcés pour soutenir ce programme. Il y a des sacrifices qu'il faut faire et quand je dis sacrifice ce n'est pas dans le sens humanitaire du terme mais dans le sens de la volonté politique. C'est pour cela que ma délégation voudrait lancer un appel afin que, premièrement, nous soyons conséquents envers nous-mêmes et que lorsqu'il y a des résolutions les volontés se joignent, se conjuguent pour les mettre en oeuvre.

La résolution proposée à l'annexe F du Document CL 71/4 est une résolution qui ne devrait pas poser de problèmes. C'est un projet de résolution que nous devrions adopter par acclamations car cela n'est qu'une mise en oeuvre des recommandations que nous avons déjà faites et cela ne pourrait certainement que renforcer la coopération, nos volontés politiques, ce qui ne remet pas en cause - car beaucoup de pays en développement l'ont souligné - les programmes nationaux éventuels dans ce secteur. Dix millions ne peuvent être qu'un renfort pour ces programmes nationaux, il faut le faire et il faut l'accepter car le moment historique le demande.

Maintenant, après cette première mise en oeuvre, nous pourrions demander au Secrétariat de nous faire une étude pour voir dans quelle mesure on pourrait élargir le programme et dans quelle mesure d'autres organisations nouvelles comme le FIDA, sur lequel on a mis l'accent, pourraient apporter leur concours à la FAO, afin, non plus de réduire les pertes mais de les radier complètement. Je pense que le facteur FIDA ne devrait pas être soulevé au sein de cette organisation car le FIDA n'est pas encore créé donc on ne peut pas dire à un homme qui meurt de faim que l'on va passer des commandes à l'autre bout du monde afin de lui donner à manger. Je crois que c'est le problème et il faut être concret.

Les problèmes que nous examinons sont des problèmes de vies d'hommes, de vies de peuples et de bien-être.

C'est cela qui doit animer notre volonté politique et je suis certain que le Conseil adoptera la proposition faite par le Secrétariat et qui est soulignée dans le projet de résolution.

S.S.M. EL FAKI (Sudan) (interpretation from Arabie): It is clear from the discussions that took place yesterday and today that all participants are. in agreement as to the paramount importance of this matter, that is, reducing post-harvest losses. Everyone agrees on this and the shortfall in food production as well as the losses before, during, and after harvest, are crucial problems because, in fact what we are aiming at in any agricultural production is to have maximum production.

Therefore, the delegation of Sudan is convinced that setting up a special fund for reducing post-harvest losses is in fact the best means we can adopt now. We therefore cannot but pay tribute to the good in-tentions which underlie this initiative taken by the Director-General and we are convinced that a special fund for reducing post-harvest losses is vital for the very reasons we have often discussed here. Furthermore, setting up this special fund will enable FAO and its Director-General to be in a position to face any emergency. As an example, the delegate of Egypt has shown that pests reduced harvests even in the field, and there is another scourge which should also be eliminated, and that is rats and rodents because the Third World countries have been facing this scourge, the rodents which destroy the crops. And unfortunately, Third World countries did not have the necessary means to face this scourge and we are convinced that such an initiative and such a fund will enable FAO to face this kind of situation.

Some delegates have said that reducing post-harvest losses can be done bilaterally, that is, through agreements between countries, but you surely are aware of the fact that these agreements are subjected to political or economic contracts, whereas FAO, as we all know, is subject to none of these contracts: FAO as an international institution has possibility for action.

Therefore the Sudan delegation fully supports the proposal put forward by the Director-General of FAO, that is, to set up a special fund for reducing post-harvest losses; and we voice the wish that this fund be considered by all Member States. The allocation of $10 million to this fund must'be done on L-the basis of the suspense account, and $10 million more should be added as participation of Member States.

N. M. MWAUNGULU (Malawi) : The Malawi delegation would like to join everyone who has spoken before that the initiative by the Director-General to reduce harvest and post-harvest losses is a practical one to deal with a practical problem. Malawi as an agricultural country is very conscious of the importance of reducing harvest and post-harvest losses. Its agricultural extension services and its very important institution in this respect, the Agricultural Development and Marketing Corporation, include these questions, and even the avoidance actually of harvest and post-harvest losses, in their operational programmes.

It is in the light of this recognition of the problem, of the importance of the subject, that the Malawi delegation gives support to the Director-General's initiative. In fact, it is clear that this initiative has been universally recognized and supported by the Council. Therefore, the establishment of the fund would appear, as .far as the Malawi delegation is concerned, to require only a practical mechanism which we believe can be worked out if there is goodwill all round to deal with the problem in a practical manner.

L. LAPEBY (Gabon): Je voudrais tout d'abord remercier le Directeur général pour avoir accédé aussi rapidement à une demande qui lui a été faite par ce même Conseil, il n'y a pas huit mois. Lorsqu'il s'agit de la situation mondiale de l'alimentation, qu'il me soit permis de relever ici que l'augmentation enregistrée dans le domaine de l'alimentation en général fait intervenir plusieurs facteurs. Je ne voudrais pas, en rappelant ces facteurs, dire que la situation alimentaire n'a pas fait l'objet de commentaires, mais je voudrais qu'on examine ces facteurs et que l'on se rende compte que le document y relatif le précise, (et ce n'est pas une trouvaille personnelle, encore que n'importe qui l'aurait pensé), cette augmentation est due à la clémence du temps, c'est-à-dire à un facteur incontrôlable.

Depuis deux ans que nous avons enregistré les prix des produits agricoles en général, à telle enseigne que telles entreprises de transformation dans les pays en voie de développement ne pouvant plus s'approvisionner ont dû momentanément fermer, cette augmentation des prix a entraîné une augmentation des surfaces cultivées, et je dirais même à plus grande échelle dans les pays développés. Ce facteur est un facteur conjoncturel.

Le troisième facteur est dû, et je ne pense pas le rappeler inutilement, à l'amélioration de la conjoncture des inputs, notamment les approvisionnements en engrais. La situation paraît favorable maintenant mais que cette situation ne nous fasse pas oublier la crise que nous avons traversée. J'en viens à cette crise de l'alimentation qui a été une sonnette d'alarme et qui a incité les pays en développement à prendre comme leitmotiv: ''Commencer par s'aider soi-même''. Enfin, parmi les facteurs, je terminerai par la tendance à la reconstitution des stocks qui n'est pas seulement le fait de l'augmentation des récoltes mais aussi le fait, (et beaucoup semblent l'oublier) que des couches de populations n'arrivent pas â accéder aux prix actuellement pratiqués, et,par conséquent, n'arrivent pas à se nourrir suffisamment.

Ces facteurs, je tenais à les rappeler pour souligner que tout ce qui peut conduire à une augmentation des disponibilités alimentaires doit revêtir pour nous un caractère de priorité. Beaucoup de facteurs sont des facteurs qui ne sont pas le fait de l'homme tout en étant le fait de l'homme. Je m'explique. L'homme a voulu changer la nature et en changeant la nature, a.,par moments, essayé de sa rebiffer si l'on peut dire, et posé des problèmes à l'homme. L'un de ces problèmes est celui que nous étudions en ce moment: les pertes après et avant récoltes. Sur le plan des engagements, si nous reconnaissons comme cela l'a déjà été dans plusieurs enceintes, que les engagements pour l'agriculture malgré leur accroissement, restent inférieurs aux estimations de novembre 1974 au Palais des Congrès de cette antique cité, historique, merveilleuse, tout ce que l'on voudra ... qui abrite notre Organisation, je voudrais que l'on se rappelle aussi que l'histoire n'est qu'un éternel recommencement et que l'on n'oublie pas si tôt les raisons qui ont amené des représentants à un très haut niveau,du monde entier, à se retrouver à Rome pour discuter des problèmes alimentaires et accepter que des mesures spéciales, (c'est le terme qui est utilisé dans la Résolution adoptée par la Conférence mondiale de l'alimentation) soient prises pour lutter contre les pertes après et avant récoltes.

Si nous reconnaissons donc que ces engagements laissent apparaître un écart nous ne serions pas logiques avec nous-même, avec notre conscience, avec nos aspirations, avec les préoccupations de nos gouvernements pour accepter, faire des éloges au programme qui nous est proposé. Mais je laisserai un ''mais'' quant au moyen de mettre en oeuvre tout ce programme. Je dirai même que nous ne serions pas conséquents avec nous-mêmes puisque c'est nous qui avions demandé (je parle du Conseil), une proposition concrète au Directeur général. Je dirai de plus que d'après les conclusions tirées par différents organes comme le Comité de l'agriculture, Comité du Programme, Comité financier, qui ont mieux que nous, je ne dirai pas que nous ne sommes pas compétents, il y a suffisamment de compétences ici pour étudier à fond ce programme mais ils ont eu le temps, la capacité, de projeter et de réaliser objectivement ce programme et puisqu'il s'agit de vérifications,je crois avoir lu dans le rapport qui nous est présenté, que le Comité des programmes s'est même renseigné auprès des autres organisations de la famille des Nations Unies; comment le Conseil pourrait-il ne pas accepter la solution pragmatique qui nous est offerte pour que ce programme puisse voir effectivement le jour? le Directeur général nous a proposé un programme et c'est ce que nous lui demandions mais il avait déjà annoncé en novembre un ordre de grandeur de ce programme. Cet ordre de grandeur n'avait pratiquement pas été contesté et il était le double du financement qu'il a trouvé. Il ne demande ce financement à aucun pays dans le cadre du budget ordinaire. C'est un financement de conjoncture. Je suis surpris que certaines délégations veuillent demander que ces surplus dus à la conjoncture internationale soient redistribués. Soyons logiques, Monsieur le Président. Le représentant des Etats-Unis ne peut pas me dire que 2 500 000 dollars représentent pour son pays quelque chose d'important. Si nous prenons par ordre alphabétique les pays du Groupe des 77, l'Argentine ne peut pas me dire que 100 000 dollars représentent quelque chose d'important pour son agriculture ou ses finances publiques.

Nous devons nous débarrasser de quatre ans de principes, car les principes n'ont jamais abouti qu'à des oppositions entre gens bien pensants.

Je sais qu'il y a des difficultés techniques. Certains ont dit qu'on ne peut pas trouver de solution magique, c'est évident. Mais si quelqu'un trouve une solution,il est malheureux que systématiquement on trouve que cette solution n'est pas en accord avec les principes. La meilleure école est l'expérience et les leçons que l'on peut tirer de l'expérience.

Nul ne peut aujourd'hui donner son adhésion à un programme et prétendre qu'on ne peut pas lui donner des moyens financiers sous le prétexte que l'on ne voit pas où et comment il faudrait mettre en oeuvre ce programme. Je ne suis pas d'accord pour que l'on fasse encore des études. Ceux qui ont suivi les problèmes de développement dans les pays en voie de développement savent qu'il y a des moments où les dirigeants de ces pays disent: nous en avons assez de faire des études, de payer des études dont nous ne voyons pas le résultat. Soyons raisonnables, supprimons le problème des études et travaillons avec un peu de pragmatisme.

Certains d'entre nous se rappelleront peut-être les difficultés que les opérations du Sahel ont rencontrées au départ. Je pense que tous ont apprécié la tournure des événements lorsque, au fur et à mesure que se posaient les difficultés, les organisations responsables des secours mettaient en oeuvre des solutions mieux adaptées que celles que nous aurions trouvées dans cette enceinte, parce qu'elles étaient sur le terrain, parce qu'elles voyaient les nécessités et les objectifs.

Dans beaucoup de cas, nous ne sommes pas les responsables de nos productions agricoles. Beaucoup de produits que nous cultivons ont été introduits chez nous. Pouvons-nous dire qu'en introduisant ces produits,on a introduit également les méthodes, les technologies de conservation de ces produits jusqu'à l'exportation? Dans la plupart des cas, on s'est contenté des moyens qu'offrait le milieu et on n'a pas cherché à améliorer une solution qu'on ne pouvait pas prévoir puisqu'on ne connaissait pas les réactions que ces productions ancontreraient dans nos pays.

Après ces 10 millions de départ, on se demande ce qui sera fait. Mais puisque le programme rencontre notre adhésion unanime, je crois qu'après avoir utilisé ces 10 millions de dollars, cela représente pour nous un devoir historique de trouver les moyens pour continuer le programme.

Je terminerai en disant qu'il y a des moments où le plus pauvre des pauvres, comme le plus riche des riches,doit savoir garder une dignité noble sans pour autant que cette dignité sente la pauvreté ou la richesse. Je voudrais donc que le programme accepté par le Conseil soit accompagné de l'acceptation de la proposition de financement qui nous est faite par le Directeur général, sinon je garderai l'impression que l'odeur de l'argent attise les passions. Or quand il s'agit de la faim, l'argent ne devrait plus avoir d'odeur. On nous a fait des propositions courageuses. Il nous appartient de le recommander à la Conférence. J'irai même plus loin, je voudrais que notre Organisation qui a peu de moyens, qui a eu des difficultés lorsque le CNUD se trouvait lui-même en difficulté, puisse dès maintenant se prémunir et prévoir, non pas un fonds de roulement, mais une réserve qui lui permette de ne pas essuyer les éclaboussures d'une autre Organisation.

Notre Organisation a pour mission de faire que l'homme vive. Pour cela, je crois que tous les efforts doivent être faits. Ne mettons pas au monde un beau bébé rose si nous le laissons sans lait.

E. CHELBI (Tunisie): Prenant la parole après bon nombre d'honorables délégués, ma délégation n'insistera pas beaucoup sur l'importance et la nécessité de déployer le maximum d'efforts afin d'éviter les pertes alimentaires.

Convaincue qu'une telle action ne pourrait être menée à bien que si elle trouvait un financement individualisé, ma délégation se félicite de la proposition tendant à lui créer un fonds spécial.

Certes, les critères et les modalités d'intervention de ce fonds ne sont pas à ce stade bien définies.

Nous n'en faisons pas pour autant cornine l'honorable délégué l'Argentine, un préalable à l'approbation

du principe de création de ce fonds. Nous sommes convaincus que le directeur général nous donnera dans le meilleur délai les explications que nous attendons.

Il se trouve qu'à la fin de l'année 1977, fort heureusement,notre Organisation réalisera des économies de 15 millions de dollars dont 5 millions seraient virés au fonds de réserve spéciale. Les 10 millions qui restent seraient virés, selon la proposition du Directeur général, à un compte d'attente, et nous approuvons sans réserve la proposition tendant à verser cette somme au fonds dont on envisage la création.

Notre approbation est motivée par plusieurs raisons.

D'abord, nous estimons que la proposition du Directeur général ne va pas à l'encontre des principes de bonne gestion financière, car il s'agit, ne l'oublions pas, d'une économie exceptionnelle et il est fort peu probable qu'elle se reproduise à un niveau aussi important que celui de 15 millions de dollars.

Ensuite, la force avec laquelle unanimement toutes les délégations ont défendu le programme ne manquera pas de se traduire, du moins nous l'espérons, par une contribution des différents pays plus importante que leurs quotes-parts respectives dans les 10 millions de dollars. De la sorte, il s'agira d'une avance minimale dont l'intérêt majeur est de permettre d'accélérer l'entrée en action du programme. Il ne vous échappe pas en effet que plus tôt le programme entrera en action, plus nous éviterons les pertes et plus nous nous rapprocherons de notre objectif.

H. CUEVA EGUIGUREN (Ecuador): En la tarde de ayer y esta mañana hemos escuchado intervenciones de miembros de este Consejo que han dado múltiples razones valederas e incontrovertibles sobre la necesidad de aceptar la propuesta hecha por el Director General en orden a alcanzar la reducción de pérdidas en las cosechas y las que se sufra después de la recolección. Por ello mi delegación que hace suyos todos esos argumentos se limitará a expresar su decidido apoyo a la propuesta hecha por el Director General, así como a la creación del fondo que la hará factible.

Mi delegación estima, por otra parte, que problemas formales que puede contener con voluntad y estudio pueden ser fácilmente superados.

D. DAUGHERTY (United States of America): I apologize for asking for the floor again, but I am disturbed by the possibility that there has been some difficulty in translation in the French and the Spanish, of my delegate's statement earlier. To set that record straight I would like to quote a very few lines simply to indicate what my delegate did say so that that translation can be corrected.

He said, ''FAO's model programme aimed at improving the capacity of countries to deal with the problems of post-harvest losses appears soundly based and adequate to stimulate attention and actions by Member Governments, and we heartily endorse it.

''In closing, Mr. Chairman, we believe that FAO should takestepsnow to ensure positive and effective follow-up of post-harvest loss activities. In this regard we propose that FAO plan to convene in 1980 or 1981 a consultation of post-harvest loss experts to evaluate progress and to recommend any needed new directions for more effective operation of the loss reduction programme''.

J.C. VIGNAUD (Argentina): Lamento tomar nuevamente la palabra, pero entiendo que el delegado de Túnez hizo referencia a mi intervención de ayer y eso me lleva a hacer también alguna aclaración en relación con el alcance de nuestra intervención.

No voy a repetir todo lo que dije sino simplemente que en lo que respecta al fondo nuestra delegación expresó dudas por falta de información y conclusión, diciendo que esperaba poder contar con información adicional para poder pronunciarse en definitiva acerca de esa propuesta.

J.O. ALABI (Observer for Nigeria): My delegation is happy to note that members of the Council generally support the Director-General's programme on the reduction of harvest and post-harvest losses. We also support the programme. The only point of difference is that the method of funding is not certain.

All Council members agree that it is very urgent that we should reduce these losses. Donor countries are helping the developing countries to increase their food production by giving millions of dollars in the form of aid. Donor countries I am sure will be quite willing to help further in providing funds for this programme. We are aware that on technical grounds, money in the suspense account should go back to countries which made contribution, but in the interest of the many hungry people in the world, most of whom are in developing countries, and in view of the length of time it takes to get pledges by governments because of the difficulty and long process of taking money out of treasuries, the Council may wish to consider the Director-General's proposal that $10 million out of the suspense account should be used to finance the programme in the first instance. We do not say that the programme should be wholly financed by the suspense account, but we believe that this will be a beginning. While we wait for response from donors to give money for the fund, the money from the suspense account could be used as a start.

If the surplus from the suspense account is distributed, probably only a few thousand dollars will go to each contributing country, but if the money is left intact we will be able to achieve our desire of preventing post-harvest losses.

I quite appreciate the concern of Member Nations regarding the use of government funds. Maybe we should find a way around the problem, as has been suggested by the Netherlands and the United Kingdom, so that we can ask the Conference to authorize that $10 million out of the money in the suspense account should be used to finance post-harvest losses.

Let us not deceive ourselves by saying that to support the Director-General's programme it is not enough for us to support it; we have to make the money available now if we want the programme to start immediately.

If we have to wait for pledges from governments we will wait for more than two years. We are all witnesses of the long journey towards the creation of IFAD. We have had studies on the problem and we know what the problems are.

We need action now, and people are very hungry. We ask Council to consider very seriously the Director General's proposal for the funding of the programme.

S.A.H. AL SHAKIR (Observer for Iraq) (interpretation from Arabic): I shall be very brief because you have asked us to be. To begin with, I would like to thank the Director-General and the Secretariat of FAO as well as the representative of the Group of 77 for the statement that he made. My comments on his subject show the interest and importance which my country attaches to this vital matter.

The setting up of this programme to reduce the post-harvest losses has become a very necessary and urgent matter because we know that these losses can be explained away by different reasons which ... differ from country to country, and the representatives of Guinea, Gabon and China have pointed out a number of points that I was going to raise.

The importance of this programme should lead us to enable the Director-General to put the programme into operation, and this means we must give him the financial means to do so. To finance the programme would be a profitable investment, and that is why we must find means of financing it so as to be able to implement it.

With respect to the suspense account and the transfer of part of its carryover to other accounts, we think that should it be shared out amongst member countries world opinion will say that FAO is setting up in business, and is producing capital and savings while other organizations are in fact in debt and spending more than they should. So I think FAO should use this carryover to finance its other activities. Furthermore, this programme is unique, and if it is going to be financed in this way it will be financed in a most unusual and original fashion.

We do want to attain some of the objectives this Organization has set itself. Given that this programme is an economic one -and the representative of Bangladesh has given us many reasons for supporting it- we feel that to use $10 million within the special fund will be something easier than a technical framework. We support all the proposals to carry out national campaigns drawing the attention of farmers and peasants to the need to reduce harvest and post-harvest losses.

Finally, I would like to say that we are confident that the Director-General and the Organization, our Organization, will make every effort to ensure the programme will be as beneficial to the populations of our countries as we would wish.

I. BIRSEL (Observateur pour la Turquie): L'Importance de la question de la réduction des pertes alimentaires, et surtout la tournure des débats sur cette question, m'ont incité à demander la parole.

Je serai bref, car une grande partie de ce que je voudrais exposer a déjà été exprimé, notamment par plusieurs des orateurs qui m'ont précédé. D'ailleurs, je me sens dans l'obligation d'être bref en tant qu'observateur du Conseil.

Sans nul doute l'importance et l'ampleur de la question de la réduction des pertes alimentaires n'échappe à personne dans cette salle.

Nous avons tous été d'accord au sein de différents organes de la FAO pour reconnaître l'importance de la question. En effet, la lutte contre les pertes alimentaires est une question vieille comme l'agriculture elle-même. Tout au long de l'histoire du développement agricole, tous les agriculteurs de nos pays, qu'il s'agisse des pays développés ou des pays en voie de développement, ont subi des pertes qui leur ont toujours coûté cher, qui ont coûté cher à l'ensemble de l'économie de nos pays respectifs.

L'importance du problème réside aussi dans la disparité même qui existe dans ce domaine entre les pays développés et les pays en développement. En effet, l'ampleur du problème ressort d'une simple comparaison entre les pertes subies après récolte dans les pays en voie de développement, soit 10 à 20 pour cent, et les pertes subies dans les pays développés, soit 1 à 2 pour cent.

En Turquie, pays essentiellement agricole, nous avons subi dans différentes régions et pour différentes sortes de produits, des pertes considérables par l'humidité, par la chaleur ou pour plusieurs autres raisons.

Nous sommes là pour chercher et trouver d'un commun accord, des moyens efficaces dans la lutte que chacun de nos pays livre pour éviter les expériences malheureuses que nous avons subies.

Le Comité de l'agriculture à sa quatrième session a été saisi de la proposition du Directeur général touchant l'établissement d'un programme d'action dans ce domaine; qu'il me soit permis de réitérer le plein appui de la Turquie pour le programme d'action proposé par le Directeur général. En effet, comme nous l'avons déclaré, lors de la dernière session du Comité de l'agriculture, nous nous félicitons que le Directeur général veuille faire de la réduction des pertes alimentaires un des domaines d'action prioritaires de la FAO.

La question sur laquelle nous devons nous concerter aujourd'hui est celle de savoir si nous sommes d'accord sur le principe de créer à la FAO un fonds pour la réduction des pertes alimentaires. Au lieu de parler de la création d'un fonds, on doit parler plutôt du versement d'une somme (jusqu'à concurrence de dix millions de dollars, prélevés sur le compte d'attente) à un nouveau fonds qui serait destiné à subvenir aux besoins des pays en voie de développement dans leur lutte contre les pertes alimentaires. En somme la création du Fonds consiste en une simple mesure financière, interne à la FAO. A vrai dire, ce n'est pas un Fonds qui doit être crée' de toutes pièces par des versements supplémentaires des pays traditionnellement donateurs. Il s'agit d'un Fonds dans lequel se trouve une partie des contributions de tous les pays membres, qu'il s'agisse des pays développés ou des pays en voie de développement.

En d'autres termes, les pays en développement, en apportant leur appui au programme du Directeur général, ont consenti à contribuer, ne fût-ce que dans des proportions modestes, à l'établissement en partie par leur propre argent d'un fonds spécial destiné à résoudre le problème dans le domaine des pertes alimentaires après la récolte.

Voilà quelques brèves observations que je tenais à formuler. L'essentiel est qu'avant tout nous devons nous efforcer de nous entendre sur le nécessité et sur le principe de l'établissement d'un fonds spécial.

Le fonctionnement du fonds, le choix des bénéficiaires, l'étendue du programme à financer, la nécessité d'accroître ou non les ressources disponibles, sur toutes ces questions on peut utilement procéder à un échange de vues et trouver une formule qui puisse réunir l'accord de tous.

En conclusion, nous pouvons dire que tous les membres ont apporté leur appui au programme d'action proposé par le Directeur général. Il est difficile de concevoir qu'un programme d'action qui a recueilli le consensus de tous soit démuni de tout support financier. Certes, il peut y avoir différentes formules de financement de ce programme, mais la formule présentée par le Directeur général est l'une d'entre elles; elle est pratique, sage,et nous tenons à donner notre plein appui à cette formule d'établissement d'un fonds spécial, qui doit faire du reste partie intégrante du programme d'action.

B. DE AZEVEDO BRITO (Brazil): It is quite clear that we had an extremely interesting debate yesterday afternoon and also this morning and there is a basic convergence of views on the importance of this subject and the need for urgent action.

Here I want to make quite clear that it should be possible for the proposal to be approved on its specific merits and without making a precedent; I propose asta compromise first that the Council take note of the different views expressed, and second, that the Council approve the proposal presented by the Director-General and supported by the Programme and Finance Committees.

This I believe will be a fair compromise, so that the Council can take action whilst taking account of the different views expressed.

A.A.W.LANDYMORE (United Kingdom): Thank you Mr. Chairman for allowing me to speak for the second time. The delegate for Brazil has put forward an interesting solution for the conclusion of what the Council wishes to see done which in passing I would like to say I think we could have reached at least twenty speeches ago!

I would just like to recall one thing, and that is the suggestion that was made by this delegation yesterday, that the draft resolution which has been appended is susceptible to consideration and amendment in the light of principles which at least some governments are attached to, not out of wrongheaded-ness but out of the requirements of their actual governmental systems.

This delegation suggested that the search for acceptable formulae which would reconcile the method of financing with the principles to which they attach importance might be pursued between now and the next Council -that is to say the Council which meets before the Conference. In other words. my delegation would support the view that we approve as a Council at this stage the idea of a programme as put forward by the Director-General.

We approve the idea that the programme will need to have financial backing, but as far as the refinement of the means of financing from the suspense account is concerned we should defer a decision of that until the next Council. That was a proposal put for ward by my delegation yesterday.

We believe there is a way of financing which will reconcile principle with pragmatic requirements, and we strongly recommend that should be pursued on a basis where we can perhaps by the next Council

secure not only a full consensus but even unanimity on the way of setting about things.

EL PRESIDENTE: Ya no hay ningún orador. Oiremos ahora en primer lugar al Presidente del Comité de Finanzas, luego al Director General y, finalmente, yo, que soy el Presidente del Consejo, propondré a ustedes el resumen del debate a la luz de las intervenciones que han tenido lugar.

M. BEL HADJ AMOR (Président par intérim du Comité financier): Je crois qu'il est nécessaire, Monsieur le Président, que je vous redemande la parole parce que j'ai l'impression qu'il y a pas mal de points obscurs et je ne m'attendais par du tout que le Conseil trouve quelqu'obscurité que ce soit dans cette proposition ou la recommandation du Comité financier.

Je dois dire que ma première remarque s'adressera d'abord à vous, Monsieur le Président, parce que j'ai voulu être discipliné et suivre la recommandation que vous avez faite au début de notre session, à savoir que la présentation des points doit être aussi brève que possible. C'est ce que j'ai essayé de faire. J'ai attiré l'attention sur la conclusion des travaux du Comité mais j'ai constaté que le Conseil veut connaître même le ''background",si ce n'est le détail des débats qui ont eu lieu au sein du Comité financier et là, je vais essayer de répondre -et aux remarques saillantes qui ont été faites et aux pays qui les ont présentées.

Tout d'abord, je m'adresserai à mon ami Vignaud, de l'Argentine, qui a demandé quelles sont les motivations qui ont guidé les débats du Comité financier pour arriver à une pareille conclusion. Je dois dire que je suis très surpris d'une semblable demande, surtout lorqu'elle émane d'une personne comme M. Vignaud qui a l'habitude des instances internationales, qui connaît les résultats de la plupart des sessions et des réunions qui ont eu lieu dans le système des Nations Unies. Là, je crois qu'il est inutile de lui rappeler ce qui a été décidé. J'attire seulement son attention sur le paragraphe du rapport du Comité financier 3-132 qui concerne les recommandations de la septième session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies et de la Conférence mondiale de l'alimentation, recommandations qui, j'en suis certain, ont eu la collaboration de M. Vignaud quant à leur rédaction même. Maintenant, s'il veut que je lui fournisse les documents concernant ces deux sessions, je suis prêt à le faire, mais je suis certain qu'il m'épargnera quand même cette peine, en tous cas je l'espère, car je crois que quand il avait fait ses déclarations il avait dit que,de toute façon, après peut-être certaines clarifications l'Argentine pourrait éliminer les réserves qu'elle avait formulées contre cette proposition.

De toute façon, si ce n'est pas assez clair, s'il a d'autres questions à poser, je suis prêt à lui répondre et je le ferai même dans les réponses que je vais faire maintenant aux autres délégués, ce qui lui permettra certainement d'avoir d'autres clarifications.

De là, je passe à M. Weill, qui a fait, je le reconnais, quelques bonnes suggestions concernant la ma nière de traiter ce problème. Je dois lui dire que je sympathise beaucoup avec les points de vue qu'il a présentés, mais le Comité financier - je le dis très sincèrement - juge quand même sa proposi tion beaucoup plus simple.

Là, je voudrais inviter M. Bakker, des Pays-Bas, à se rendre avec moi à l'église puisqu'il a parlé de dogmes et de principes, non pas pour la messe de minuit mais uniquement pour se pencher un peu sur deux organismes de l'Eglise, et là je suis certain que Mgr. Ferrari-Toniolo va écouter avec attention. Je voudrais parler simplement de la Sacra Rota et du Concistoro. Normalement, ces deux organismes arrivent même parfois à chatouiller les principes. Je crois que j'ai répondu à votre question.

De là, j'arrive à mon voisin de table, M. Martin. Tout le monde sait que M. Martin est un optimiste. . J'en suis personnellement convaincu, et je sympathise avec la perspective dont il voit la prochaine réunion des experts en 1980/81. Mais je crois toutefois que nous avons une situation d'urgence et on pourrait anticiper en attendant les résultats des travaux de cette réunion et proposer quelque chose de concret aux pays qui en ont vraiment besoin. Lorsque se tiendra la réunion, si l'on apporte de nouvelles propositions, nous sommes prêts à ce moment-là à amender la formule du Fonds spécial que recommande le Comité financier. Là aussi, j'ai beaucoup apprécié son esprit pratique. Il a parlé d'échanges de chèques. Je puis vous garantir que s'il était venu avec le chèque cette fois-ci, automatiquement, le Comité financier lui aurait rendu ce qui devait rester à la fin de ce biennium. Mais ce n'est pas possible d'obtenir le chèque; il vaut mieux se contenter de ce que l'on a maintenant, car je dois vous dire que la devise du Comité financier est la suivante: ''Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras". Je voudrais revenir maintenant au délégué des Etats-Unis. Je suis personnellement convaincu que les Etats-Unis ne perdent pas leur temps seulement en mots et que très souvent, quand ils énoncent un principe, ils s'arrangent toujours pour joindre le geste à la parole. J'ai noté avec plaisir que les motivations qui ont conduit le Comité financier à appuyer cette proposition et à la recommander au Conseil sont partagées, et même que les points présentés concernant la validité, la priorité et la nécessité de faire quelque chose pour la réduction des pertes alimentaires, ils les partagent également. Il y a les bons mots mais pas de quoi les financer. Je voudrais quand même rappeler à l'honorable délégué des Etats-Unis que le Comité financier ne propose pas quelque chose de spécial. Il est arrivé, dans cette Organisation, et certainement dans d'autres Organisations, qu'un solde qui devait être redistribué aux Etats Membres a été réutilisé avec la volonté des Etats Membres et par résolution de la Conférence, à d'autres fins. Donc, ce n'est vraiment pas quelque chose de spécial. Tout ce que je pourrai faire, c'est peut-être inviter le délégué des Etats-Unis à discuter un petit peu avec son voisin géographique, dont le représentant connaît très bien les questions financières, et je suis certain qu'il pourra lui donner énormément de détails sur certaines pratiques qui ont lieu ici, dans l'Organisation, et qui ont permis non pas la redistribution du solde qui reste à la fin de l'exercice mais l'utilisation à d'autres fins avec la volonté des Etats Membres. J'espère avoir fait le tour d'horizon et avoir répondu aux points cruciaux qui ont été soulevés par les délégués.

Il reste peut-être un petit point qui concerne la terreur que le représentant des finances semble inspirer à mon ami, M. Grabisch. Je vais donc lui dire que le Comité financier, en proposant la source de financement, s'est montré presque complice des délégués puisque j'ai toujours entendu dire, dans cette Maison, que les techniciens qui viennent ici ont toujours des problèmes avec les services financiers. Comme tout le monde est d'accord sur le principe concernant une action spéciale pour réduire les pertes alimentaires, le Comité financier a jugé qu'au lieu de compliquer les démarches et les procédures en rendant l'argent et ensuite le réclamer, on a voulu faciliter le travail des techniciens et faciliter le rapport avec les services financiers. Puisque nous avons l'argent ici, ce n'est pas la peine de faire d'autres démarches et je suis surpris qu'on n'ait pas reconnu les bonnes dispositions du Comité financier dans ce sens. Ceci dit, je voudrais conclure en disant que les principes, c'est bien, mais on ne peut pas traiter les problèmes alimentaires, donc humanitaires, uniquement avec des principes. On est obligé de temps à autre de faire des dérogations surtout quand ces dérogations sont amplement justifiées. Il est inutile que je revienne sur tous les détails pour justifier ces dérogations et je crois que nous avons une situation spéciale. Surtout, que l'on ne s'attende pas à ce qu'il y ait dans tous les bienniums un excédent de 15 millions de dollars. Donc, c'est vraiment une situation spéciale, et le Comité financier a tenu compte de cela. Nous vous proposons une dérogation parce que nous sommes conscients des textes, nous sommes d'accord et nous ne voulons pas les violer, mais je crois qu'à une situation spéciale, pourquoi ne pas proposer aussi des actions spéciales? Et c'est ce que nous avons fait. Aussi, je pense que le bien-fondé et l'invulnérabilité des considération que le Comité financier a prises avant de prendre cette décision concernant cette recommandation ne peuvent pas être l'objet d'un doute. Maintenant, si, pour une raison de principe, on veut réfuter cela, je trouve que ce n'est pas possible, parce que le principe est une chose, mais il ne faut pas prendre seulement le

principe mais aussi prendre ce qu'il y a à côte. Il faut mettre les deux sur la balance et voir ce qui pèse le plus: l'action que nous voulons mener ou bien uniquement le principe. Ceci dit, je tiens à préciser que le Comité financier a hésité avant de prendre cette recommandation, car il s'est aperçu que la contribution des petits pays pour la constitution de ce Fonds n'est pas du tout minime et si nous faisons le compte,même par habitant, nous constatons que le petit Tunisien ou le petit Gambien paie beaucoup plus que quelqu'un des Etats-Unis ou du Canada. S'il y a d'autres questions, je suis prêt à fournir les éclaircissements nécessaires.

A.A.W. LANDYMORE (United Kingdom): Arising out of the remarks of our respected Acting Chairman of the Finance Committee, may I just put it on record that no suggestion came from Mr. Martin or from any other member of this delegation that action should be deferred until 1980-81. The only suggestion that has come from us is that certain action should be deferred until the pre-Conference Council meeting which I believe takes place in November this year.

J.C. VIGNAUD (Argentina): En primer lugar deseo señalar la particular simpatía con que mi Delegación ve el modo franco, claro y abierto en que el Sr. Bel Hadj Amor, Presidente del Comité de Finanzas en ejercicio, se ha dirigido a nosotros. Creo que este modo de hablar es contructivo porque facilita el esclarecimiento de las ideas. Sin embargo, quisiera hacer algunas observaciones en relación con lo que él dijo.

El Sr. Bel Hadj Amor, a quien conozco desde hace tiempo, quizás ha citado a Vignaud, que soy yo mismo, dos o tres veces en su intervención a raíz de nuestro conocimiento personal, pero es obvio señalar que Vignaud aquí es un accidente, aquí en esta banca está la República Argentina y lo que Vignaud pueda saber o no saber no tiene absolutamente ninguna relevancia; aquí habla el Gobierno de la República Argentina por mi intermedio o por intermedio del Delegado que esté sentado aquí.

En segundo lugar, quiero señalar que aun cuando es interesante este párrafo 3.132, creí entender que el amigo Bel Hadj Amor dijo que yo intervine en su redacción. Tengo el temor de que haya sido un error de interpretación porque yo no soy miembro del Comité de Finanzas y, por tanto, no he podido, razonablemente, participar en la redacción de este párrafo.

Tercero, deseo señalar que el informe del Comité de Finanzas y el informe del Comité del Programa y toda la documentación que la Secretaría distribuye antes de las reuniones han sido examinados con particular atención por las autoridades responsables de mi Gobierno, quienes decidieron en su momento instruir a la Delegación argentina para expresar cuanto se ha expresado aquí ayer y que en modo muy fidedigno consta en los records que ya tuve oportunidad de consultar.

G. WEILL (France): Je voudrais dire à notre ami, le Président par intérim du Comité financier, M. Bel Hadj Amor, que nous avons apprécié la compétence de sa réponse et tout l'esprit dont il a fait montre. Il voudra bien se rappeler, le Président du Comité financier, que, parlant au nom de ma délégation, je n'ai pas abordé le problème de l'utilisation éventuelle des crédits inscrits au compte d'attente. Par contre, le Président du Comité financier a bien voulu reconnaître que les suggestions qui avaient été présentées par ma délégation étaient intéressantes quant au financement de ces activités. J'ai bien dû me reporter au texte de ce fameux projet de résolution qui se réfère à l'article 6.7 du Règlement financier, et cet article 6.7 traite d'un certain nombre de fonds sous appellations diverses: fonds de dépôt, fonds spéciaux et contributions volontaires.

Cela a déjà été dit au cours de ce débat: nous ne savons pas très bien le genre de fonds qu'on nous invite à faire fonctionner. J'ai sous les yeux un des documents préparés en avance dont va avoir à connaître la Conférence à sa prochaine session. Il s'agit des comptes du Programme régulier. On trouve trois pages à tout petit interligne de ''trust funds", en anglais; je crois que le terme français, est ''fonds de dépôts''. Alors, puisque, selon les termes de la proposition du Président du Comité financier, l'idée qui a été avancée par ma délégation et qui a été reprise également par d'autres délégations au cours de ce débat, que les propositions de financement étaient intéressantes, comme l'a dit M. Bel Hadj Amor, je voudrais, au nom de ma délégation, m'associer à la proposition du délégué du Royaume-Uni et demander que l'on reprenne la question du financement de ces activités de lutte contre les pertes, sur le principe desquelles nous sommes d'accord, que l'on reprenne la proposition de la délégation du Royaume-Uni et que l'on soumette à la prochaine session du Conseil, qui se tiendra immédiatement avant la Conférence, des propositions d'ensemble, à la lumière de la discussion qui a lieu en ce moment, qui s'achève en ce moment, et qui nous présente de façon claire les options devant lesquelles nous nous trouvons, et qui tiennent compte des différentes remarques qui ont été formulées, voilà, en conclusion, ce que je voulais dire, en appuyant la proposition de la délégation du Royaume-Uni.

M. BEL HADJ AMOR (Président par intérim du Comité financier): Je suis désolé de prolonger le débat mais il faut des précisions. Tout d'abord, en ce qui concerne M. Vignaud. Ce que je voulais dire, c'était que l'Argentine a participé aux travaux de la septième session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies de la Conférence de l'alimentation et en tant que participant, je doute qu'un pays comme l'Argentine n'ait pas contribué à la formulation et à la rédaction des recommandations qui ont été présentées. Je crois que cela est clair et j'espère que les interprètes ne trouvent pas le débit de mes paroles trop rapide.

Ceci dit, je voudrais répondre à M. Weill pour lui dire qu'il est vrai que je sympathise avec les efforts et les propositions qu'il a faites mais j'ai précisé également que la recommandation du Comité financier est beaucoup plus pratique car on peut avoir plusieurs positions mais le Comité financier juge que la proposition qu'il a recommandée à l'attention du Conseil, donc la proposition du Directeur général, est beaucoup plus pratique et cela, je dois le préciser.

DIRECTEUR GENERAL: Je vais essayer d'être bref, car il est déjà 12 h 10. Je voudrais, néanmoins, remercier toutes les délégations qui ont pris la parole. Je crois que, si l'on compte les observateurs, c'est près de 40 orateurs qui ont traité cet important sujet.

C'est, sans nul doute, avec enthousiasme que tous les délègues ont appuyé ce programme, mais il ne s'agit pas que de cela. Il s'agit aussi du financement de cette opération. A cet égard, je voudrais d'abord préciser que ce qui est proposé est un Programme d'action; il ne s'agit donc pas d'un simple Programme de radiodiffusion, comme certains ont voulu le dire, non plus que d'une campagne de presse, ou que d'un programme de formation agricole ou de publications; de telles activités, nous en conduisons sans cesse et depuis des années dans le cadre de notre Programme Régulier. Ce dont il s'agit, c'est d'un Programme de terrain, c'est de stimuler l'action des Gouvernements en leur fournissant rapidement les moyens dont ils ont besoin, non pas sur le papier et en paroles, mais sous forme d'équipement et, s'il le faut, d'experts. C'est ainsi que nous avons présenté dix types de projets pratiques, susceptibles d'être financés; lorsque le Comité de l'agriculture a examiné ces projets, il a constaté que leur coût pouvait varier de 60 000 à 600 000 dollars.

Pour ce qui est de la thèse suivant laquelle cette opération pourrait être financée par notre programme régulier, j'ai déjà expliqué les raisons pour lesquelles ceci était impossible, des activités opérationnelles de ce type n'étant pas de son ressort.

On nous a également parlé du programme de coopération technique. Là encore, il s'agit d'un programme qui ne peut absorber cette opération. Comme je viens de l'indiquer, un seul projet pourrait absorber jusqu'à 600 mille dollars, alors que, conformément à votre décision, le programme de coopération technique ne peut dépasser 250 000 dollars par projet. Le PCT est un programme qui a pour but d'optimiser des projets en cours, de combler certaines lacunes dans d'autres opérations, et d'aider à mettre en route certaines actions, mais il ne peut absorber les activités proposées en matière de réduction des pertes de denrées alimentaires.

On a parlé aussi de la Banque Internationale, du FIDA et des banques régionales et nationales. Evidemment chaque pays peut se financer lui-même; il n'y a rien là de nouveau et c'est ainsi, par exemple, que la Banque Internationale finance la construction de silos portuaires. Je reviens de l'Inde, où le gouvernement a financé, depuis des années, la construction de silos où sont maintenant emmagasinés 18 millions de tonnes de céréales; tout ceci existe déjà.

Mais il se trouve que, dans ce cas particulier, c'est à la FAO que l'on s'est adressé, en lui demandant de proposer un programme d'action. Chaque pays peut présenter des amendements, mais, comme l'a dit le délégué du Gabon, le Conseil m'a chargé de proposer un programme de 20 millions de dollars et c'est ce que j'ai fait. Il s'agissait d'ailleurs là d'une proposition formulée à l'origine par le Groupe des 77, au cours de la seconde session du Conseil mondial de l'alimentation.

Je dois dire aussi que ce n'est pas la première fois que nous proposons un programme financé par un fonds spécial. Nous disposons déjà de plusieurs programmes qui sont ainsi financés, tels que le Programme pour le développement de la production laitière, le Programme pour la sécurité alimentaire mondiale, et le programme des experts associés. Nous avons donc l'expérience nécessaire à la bonne gestion de tels fonds. En tout état de cause, je voudrais assurer les membres du Conseil et, en particulier, ceux qui ont montré des appréhensions sur la façon dont ce fonds sera administré, qu'il sera utilisé de la façon la plus efficace et que le travail sera fait avec célérité et avec un minimum de frais administratifs. Le Comité financier s'est déjà penché sur ce problème important de la gestion du programme et il pourra l'étudier à nouveau lors de sa session de novembre.

Pour l'instant, je me limiterai à constater que la grande majorité des délégués qui ont pris la parole ont appuyé la proposition d'établir un fonds et d'utiliser, à cette fin, 10 millions de dollars prélevés sur le compte d'attente, que le Comité financier a approuvé cette proposition et qu'il a formulé un projet de résolution à cet égard.

Pour ma part, j'aurais souhaité que tous les pays membres du Conseil puissent recommander à la Conférence d'adopter ce projet- de résolution. J'apprécie et respecte la position des pays qui, pour des raisons qui leur sont propres, ne peuvent pas, à ce stade, souscrire à la création du fonds. Ceux qui ont absolument rejeté la possibilité d'utiliser à cette fin partie des sommes accumulées au compte d'attente sont peu nombreux. Je dois dire, toutefois, que j'apprécie encore davantage la position de certains pays, comme le Royaume-Uni, le Canada, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas, qui, sans se prononcer d'une façon définitive contre le projet de résolution proposé par le Comité financier, ont simplement dit qu'ils souhaiteraient disposer d'un temps de réflexion pour repenser et peut-être reformuler la résolution d'une façon qui puisse être acceptée par eux.

Ce que je souhaiterais, en vérité, serait que le Comité de rédaction, avec l'aide du secrétariat, puisse procéder à ce travail au cours de la présente session. Mais le délégué du Royaume-Uni, auquel je tiens à rendre hommage pour la contribution qu'il a apportée à ce débat, depuis le début jusqu'à la fin, a indiqué qu'il avait besoin de davantage de temps que les quelques jours qui nous restent. Sans doute devra-t-il contacter sa capitale pour obtenir l'autorité nécessaire pour proposer des amendements.

Je pense qu'il est juste que le délégué du Royaume-Uni, ainsi que tous les autres délégués qui se sont joints à lui, aient la possibilité de proposer des amendements pour changer la forme de cette résolution. Ce sera probablement la Commission II de la Conférence qui examinera ce projet de résolution et c'est donc elle qui constituera le lieu le plus approprié pour proposer des amendements.

Pour ma part, je ne verrais pas d'inconvénient à ce que le prochain Conseil procède à un tel examen en novembre. Il s'agit d'un programme extrêmement important et, bien que je sache qu'il est inhabituel, pour le Conseil précédant la Conférence, de revoir des problèmes particuliers comme celui-ci, je pense que la chose serait néanmoins souhaitable dans ce cas, compte tenu de l'importance de la question.

Il n'en reste pas moins que la décision de la majorité doit être respectée; je m'attends donc à ce que le rapport du Conseil indique que la très grande majorité de ses membres approuve la proposition faite par le Comité financier, tandis qu'un certain nombre de délégués, tout en ne s'opposant pas au principe du programme proposé, souhaiteraient, néanmoins, pouvoir reformuler leur point de vue en novembre prochain.

En conséquence, il me semble que votre rapport pourrait comporter une conclusion positive, tout en ménageant une ouverture qui permettrait à tous les pays qui le désirent d'amender le projet, à la condition, naturellement, que la majorité l'accepte.

Pour ma part, je terminerai en disant que je souhaite très vivement que la méthode de financement qui a été proposée pour ce programme soit acceptée, sinon tolérée, par l'ensemble des délégués. S'agissant d'un programme à long terme, je dis ici en toute liberté que j'ai besoin de l'adhésion de tous les pays membres et, en particulier, de celle des pays donateurs qui ont déjà montré beaucoup de générosité en participant au financement d'opérations similaires. C'est ainsi, par exemple, que leur contribution volontaire au programme de production laitière est importante. Je pense, en particulier, à notre ami l'ambassadeur de Hollande, qui nous a récemment remis un chèque de 10 million de florins, représentant la contribution volontaire de son pays à ce projet; auparavant, son pays nous avait fait parvenir une somme encore supérieure, à nouveau sous forme d'un simple chèque, pour notre programme de sécurité alimentaire. Je pourrais également citer à cet égard les importantes contributions du Royaume-Uni à notre programme ''engrais''.

Je m'adresse maintenant aux pays en développment, au Groupe des 77, pour leur dire de comprendre que j'ai besoin aussi d'obtenir l'adhésion des pays donateurs classiques. J'ai l'impression que la majorité de ces derniers pays n'est pas opposée au type de financement que j'ai proposé et qu'il s'agit surtout pour eux de respecter certains principes et de se mettre en règle avec leurs autorités financières.

Je crois qu'en leur donnant la possibilité de proposer des amendements, sans changer, évidemment, le but et les objectifs du Programme, il devrait être possible de leur offrir une ouverture susceptible d'emporter leur adhésion.

EL PRESIDENTE: Hemos celebrado un debate intenso sobre este punto. La declaración que acaba de hacer el Director General facilita el resumen que voy a presentarles. En mi opinión el Consejo apoyó unánimemente la propuesta del Director General dirigida a reforzar las actividades de la FAO a reducir las pérdidas durante y después de las cosechas. Es decir, sobre el programa, sobre el actual período, entiendo yo que hubo unanimidad entre todos los miembros del Consejo que intervinieron.

La gran mayoría de los miembros del Consejo estuvo de acuerdo en apoyar la creación de un fondo especial para llevar a cabo este programa. Igualmente la gran mayoría de los miembros del Consejo estuvo de acuerdo en que el Consejo recomiende a la Conferencia, repito, que el Consejo recomiende a la Conferencia la adopción del proyecto de resolución que aparece en el anexo F. del informe de los Comités del Programa y de Finanzas, proyecto de resolución que dispone trasladar de la cuenta transitoria 10 millones de dólares como base de financiación para el propuesto fondo especial.

Varios miembros del Consejo hicieron reservas y plantearon observaciones sobre la forma de financiación del programa. Dijeron que antes de que el Consejo recomendara a la Conferencia el proyecto de resolución, convenía revisar sus términos para tratar de reorientarlos y además agregaron ciertos elementos y ciertas ideas en relación con ese mismo asunto.

Como el Director General lo ha dicho, creo que sería razonable tener en cuenta la expresión de ese grupo de miembros del Consejo a que me vengo refiriendo y enviar estos puntos de vista al Comité de Redacción en el cual estarán representadas todas las regiones. No quiero anticipar ningún juicio sobre cuál será la representación que el Comité de Redacción podría hacer ante el Consejo, pero a la luz de lo que dijo el Director General y lo que han manifestado algunas delegaciones, podría haber dos iniciativas. La primera, que en el seno del Comité de Redacción se lograra una redacción adecuada del proyecto de resolución y en esa forma el Consejo por unanimidad puede recomendarlo ahora desde este período a la adopción de la Conferencia próxima. Esto sería lo más viable. Si esto no fuera posible, creo que, como el Director General lo ha propuesto, se incluiría en nuestro informe la opinión de aquellos miembros del Consejo que quieran volver a ocuparse de este proyecto de resolución en la sesión de nuestro organismo de noviembre próximo, inmediatamente anterior a la Conferencia.

Quisiera agregar, como observación personal, que esta propuesta, en mi opinión, es una iniciativa de gran importancia del Director General y en cuya aplicación todos debemos estar interesados con el concurso de todos los estados miembros de la organización.

Espero que con este criterio adoptarán este resumen y el Comité de Redacción tendrá en cuenta lo que yo he expresado. Si no hay ningún comentario entiendo que entonces así concluimos este tema 11.

I - INTRODUCTORY - PROCEDURE OF THE SESSION (continued)
I - INTRODUCTION - QUESTIONS DE PROCEDURE (suite)
I - INTRODUCCION - CUESTIONES DE PROCEDIMIENTO (continuación)

I - Adoption of the Agenda and Timetable (continued)
1. Adoption de l'ordre du jour et du calendrier (suite)
1. Aprobación del Programa y eí Calendario (continuación)

EL PRESIDENTE: Algunos miembros del Consejo me han expresado su interés en que se introduzcan algunas modificaciones en el calendario que adoptamos el lunes por la mañana, sobre todo a la luz de que en Ginebra ha empezado a celebrarse la reunión del Consejo de Administración del PNUD y algunos de esos delegados deberán asistir a esa importante reunión. Voy a pedir al Secretario que explique a ustedes lenta y claramente cuál sería la propuesta de modificación del calendario.

SECRETARY-GENERAL: The proposed change will be as follows, this afternoon the Council would continue with Items 7 and 10 which were scheduled for this morning and if time permits start the discussion on Item 14 (b). Item 14 (b) was originally scheduled for Tuesday, 14 June, in the morning, and reads "Further developments in relations with UNDP, WFP and IFAD. Tomorrow morning we would conclude the discussion of Item 14 (b) and tomorrow afternoon the discussion of the Summary Programme of Work and Budget, Item 16, would start as scheduled. Now this means that Items 8 and 9, the Report of COFO and COFI will not have been discussed. Item 8, COFO may be taken up tomorrow morning at the end of the morning after Item 14 (b), if we have time. If not it would be postponed to next Tuesday, the 14th of June, instead of the Item 14 (b) which was taken out and COFI would also be postponed to next Tuesday or Wednesday as it is too early in the day to see how our calendar for next week will be.

EL PRESIDENTE: Si el Consejo está de acuerdo con los cambios propuestos oportunamente les distribuiríamos un nuevo calendario reorganizado.

B. de AZEVEDO BRITO (Brazil): My delegation is in agreement with the changes but I would Just like to point out that you will see the recommendations of policies on forestry and fisheries, after seeing the Programme of Work and Budget. Normally the Council should see them before. However, I understand there are practical difficulties so my remarks just for the record.

EL PRESIDENTE: Agradezco las observaciones del distinguido delegado del Brasil. Esta tarde continuaríamos entonces nuestro programa con los temas 7, 10 y 14.

H. ABDALLAH (Egypt) (interpretation from Arabic): Since we have amended our timetable or rather our time of meetings, I suggest another amendment from the 13th of June. On the 13th of June we have certain organizational matters to discuss, items 15 a, b and c. Now, the essential point, that is, the composition of the Council and its terms of reference as well as the terms of reference of the Programme and Finance Committees, come immediately after. That is why I suggest that we begin With item 20 and then have item 15. In other words, we would reverse the order of the two items down for discussion on Monday, 13th June, that is item 20 instead of item 15.

EL PRESIDENTE: Ya han oído ustedes la propuesta de Egipto y creo que no ofrece ninguna dificultad en el sentido de que el lunes, día 13 de la próxima semana, se estudie el tema 20 y luego el tema 15.

Si no hay ningún comentarlo por parte de los miembros del Consejo vamos ahora a levantar la sesión.

The meeting rose at 12.30 hours.
La séance est levée à 12 h 30.
Se levanta la~sesión a las 12.30 horas.



Previous Page Top of Page Next Page