Previous Page Table of Contents Next Page


CHAIRMAN: Mr. Director-General, Members of the Council, Observers, Ladies and Gentlemen, may I welcome you all to this 82nd Session of the FAO Council. We are sorry that we could not begin the Session in the forenoon, as scheduled, and as announced earlier, but you will agree that the postponement was for a very good cause. In a way, this morning's meeting indicated a sense of urgency to the work of our Council, to the work of the Organization, because we listened to the problems of one of the most ecologically and economically handicapped regions of the world. Therefore, I feel in a way that that prepared the backdrop for our discussion, and I hope it will impart a sense of seriousness and urgency needed to many of the items under discussion during this Council meeting.

Before I take up the items in the agenda and also make some preliminary remarks, I have a sad duty to perform. You heard this morning about the tremendous contribution the Government of Italy is making to the whole area of developmental assistance, particularly in the field of agriculture, and we are sorry in this context that the Permanent Representative of Italy to FAO, Mr. Uberto Bozzini, died recently. Many of you might not have met him because he was accredited to FAO only recently, and we were hoping that he would be with us during this Council session. However, he passed away very recently, and I would like to briefly enumerate the highlights of his career.

He was born in 1921. In 1946 he had the first degree in Political Science and in 1948 he entered the diplomatic service of the Government of Italy. He started his career as Italian Representative in Tripoli, then was in Chicago, then in Washington and later he was in the Ministry of Foreign Affairs in Rome.

In 1962 he joined as Consul General in Asmara and later was Minister Counsellor in Cairo. He was Chief of the Middle East Office of the office of Political Affairs of the Ministry of Foreign Affairs of the Government of Italy in 1968 and was Ambassador in Damascus, Minister Plenipotentiary and Chief of the Cabinet of the Ministry of Foreign Affairs, Ambassador in Algiers, Ambassador in Buenos Aires and appointed as Ambassador of Italy and as the Permanent Representative of Italy to the FAO in April 1982.

The Council is unfortunately deprived of the very rich and varied experience of this great person. May I request you all to stand for a minute in silence in homage to his memory.

One minute of silence
Une minute de silence
Un minuto de silencio

We will communicate the Council's condolences to the bereaved family.

At this session of our Council, we do not have any new members and therefore there is no one to be welcomed; however, I welcome all the Observers from various agencies, from Member nations of FAO, from other UN agencies, Intergovernmental Organizations and Non-Governmental Organizations, and also Dr. B. R. Sen, the former Director-General of FAO. We are happy that all of them are present in this room.

As the Director-General said this morning we are using this room for the first time after it has been reconditioned and redecorated. I hope you will find this more functional than the previous arrangement, because for members of the Council, it gives a sense of greater closeness to the podium, and we shall be able to identify more easily the people who want to speak with this arrangement.

Six members of our Council will be leaving us at the end of this year. These are Cameroon, Ivory Coast, Portugal, Syria, Yugoslavia and Zambia. They have all made tremendous contributions, they are with us at this meeting of the Council, and I am sure they will make very valuable contributions during this meeting. We shall miss them at the future meeting, but I am confident that they will continue to help us with their experience.

1. Adoption of the Agenda and Timetable
1. Adoption de l'ordre du jour et du calendrier
1. Aprobación del programa y el calendario

CHAIRMAN: The provisional annotated agenda was first circulated in July 1982. Document CL 82/1 was distributed in July of this year. The provisional annotated agenda, Document CL 82/1 (a), was distributed in October, and it carries a footnote referring to changes which have been introduced, as compared to the provisional agenda document CL 82/1 distributed in July.

These amendments were really caused by some of the recommendations and resolutions of regional conferences and also of the Programme and Finance Committees, which had met in September, the second meeting for the year. Also one particular item had to be added because of the change in location of the member here who has been transferred from the Embassy of India in Rome to India and hence there is a change in the membership of the committee.

Now the amendments in the revised annotated agenda concern item 17 and Sub-items 9.2, 19.3 and 19.4, as well as an additional Sub-item 19.6. These are the ones that differ from the Provisional Agenda distributed in July. I would like to give a brief introduction as to why these changes were necessary.

With regard to Sub-item 9.2, Joint Inspection Unit Reports, the last of three Joint Inspection Unit Reports listed in the agenda have been deleted as they have not been made available in time, which is the reason for the deletion of the last three.

Under item 17, Other Programme, Budgetary, Financial and Administrative Matters arising from the Forty-second and Forty-third Sessions of the Programme Committee, and Forty-ninth and Fiftieth Sessions of the Finance Committee, two Sub-items have been listed following the autumn sessions of the Programme and Finance Committees. These are personnel matters, and the World Conference on Fisheries Management and Development.

Under item 19, Other Constitutional and Legal Matters, Sub-item 19.3 has been amended to cover the abolition of one Article VI body, namely the Regional Commission on Farm Management. In addition to this change the title of another one which has been changed, Asia and the Far East Commission on Agricultural Statistics is proposed to be changed to Asia and Pacific Commission on Statistics. In other words, the Far East will be replaced by the Pacific.

Lastly the title of the regional body listed under Sub-item 19.4 has been slightly amended, adding the word "Regional": Establishment of a Regional Commission on Food Security for Asia and the Pacific.

As I referred to earlier, the new Sub-item 19.6 is re-worded following the recommendation of the Seventeenth Latin American Regional Conference held in Nicaragua in September. This particular Conference had recommended the name of this Region be changed from "Latin America" to "Latin America and the Caribbean."

The Revised Provisional Agenda, document CL 82/1-Rev.1 has been made available to us. This is a revision of the document distributed in July bringing it into line with the Annotated Provisional Agenda and bringing in the changes I have just outlined.

I would also like to draw to your attention that under Item 21, "Any Other Business" a Sub-item has been inserted. This is Appointment of a Member Government representative to the Staff Pension Committee. This has become necessary following the recent departure from Rome of a member of this committee who was appointed by the Conference in 1981. I propose we take up this question on 2 December, our last but one day, in the afternoon.

I would also like to draw your attention to the fact that the election of five members of the Committee on Food Aid has been scheduled as the first item on Monday morning, 29th November. I would therefore suggest that nominations for this Committee be submitted to the Secretary General at the latest by 17.30 hours on Thursday, 25th November. In other words, the five nominations for members of the CFA must be submitted by Thursday evening so that we can proceed with the elections on Monday morning. The election forms will be made available by the secretariat.

I would like to suggest that since the agenda is rather heavy we should try to concentrate on essential matters, and also that the various interventions and remarks must be kept brief, precise, and to the point . Also we should get the formalities finished in as short a time as possible to save time discussion.

With these few remarks I want to welcome again members of the Council and all of you, and I wish now to seek your approval in the adoption of the agenda and time-table, and I would like to have a discussion on the adoption of the agenda and time-table for the Conference.

P. ELMANOWSKY (France): Je vous rassure tout de suite, nous n'avons pas l'intention de remettre en question le projet d'ordre du jour, que nous approuvons. Notre seule remarque porte sur le point 17 de cet ordre du jour "Autres questions du programme, de budget et conférence", et comme il est indi­qué dans l'ordre du jour annoté document CL 82/1(a), où l'on voit qu'il y a en quelque sorte deux sous-points: les questions de personnel et la conférence mondiale sur l'aménagement et la mise en valeur des pêches. Nous tenons à noter avec satisfaction que, ainsi que nous l'avons demandé, soit à Djakarta lors de la Conférence régionale pour l'Asie et le Pacifique, soit à Sofia pour la Confé­rence régionale pour l'Europe, le Directeur général a bien voulu que cette question soit examinée lors de notre Conseil actuel. Si ce n'est pas abuser de l'attention du Secrétariat et du travail que nous allons lui demander, afin que nos débats soient efficaces sur ce point particulier, nous souhaitons que plutôt qu'un compte rendu des conférences régionales et d'une énumération des diffé-rents sujets que les uns et les autres ont pu demander à voir inscrire à l'ordre du jour de la Confé­rence, (et ils étaient nombreux: 15 à 20 grosso modo), le Secrétariat s'efforce de les regrouper sous quelques têtes de chapitres (de manière à avoir six ou sept points qui correspondraient vérita-blement à la substance même des travaux de la future conférence). En même temps je demanderai, lorsque nous en serons au point 17,que ce thème de la Conférence mondiale soit véritablement discuté pour que les réactions des uns et des autres devant ces têtes de chapitres puissent utilement servir pour l'avenir en vue de la préparation de la Conférence. Mais peut-être ce que je demande est-il déjà dans les intentions du Secrétariat?

J. BELGRAVE (New Zealand): I have a similar point to make to that which was made by the delegate from France. We also followed very closely at the Regional Conference in Jakarta back in June the ... discussion there on the World Conference on Fisheries Management and Development. Indeed we have taken a very strong interest in the work of the Organization on this matter.

I would also like to make a point, if it were possible without too much disruption of your agenda and without engaging in too much extra work on behalf of the Secretariat, that this item be perhaps taken more substantively in relation to the proposed Fisheries Conference than as a Sub-item under item 18.

A.F.M. DE FREITAS (Brazil): My delegation would like to propose a re-organization of part IV of the Agenda. Part IV is entitled Programme, Budgetary, Financial and Administrative Matters, and starts directly with a topic discussed at the Programme Committee, Format of Medium-Term Objectives and Programme of Work and Budget. My delegation would like to propose another order of discussion for these. This is intended to give the relevant place that my delegation believes the discussion of the Reports of the Programme and Finance Committees deserves, so our proposal would be the following, patterned on Part V which deals with Constitutional and Legal Matters. Point 12 would be the reports of the Forty Second and Forty Third Sessions of the Programme Committee, Forty-Ninth and Fiftieth Sessions of the Finance Committee for your discussion and decision. This would be the new Point 12.

Point 13 would be called "Other Programme, Budgetary, Financial and Administrative Matters" and would include the different topics as listed starting from Point 12, Format of Medim-Term Objectives and Reports on Unscheduled and Cancelled Sessions Revised Calendar, and so on and so forth. So this Part IV would be two items, one for the discussion and comments on the Reports of the Programme and Finance Committees, and the other item would be for the discussion of all the other topics listed in Part IV except, naturally, the point 17 which would not have to be dealt with in the new Point 12.

R. de MEIRA FERREIRA (Portugal): The Portuguese delegation wishes to support the suggestion just made by the distinguished representative of Brazil regarding the methodology of our calendar. The question as to format deserves our attention since we are going to consider two important reports of two important committees which deserve - even from a formal point of view, at least - the same relevance given to reports of other committees in the agenda of this Council.

G. BULA HOYOS (Colombia): La delegación de Colombia se complace en apoyar la propuesta de Brasil, que ya ha sido apoyada por Portugal.

CHAIRMAN: Thank you. Well, then we have several useful suggestions. The Director-General will make some comments.

DIRECTOR-GENERAL: I do not think that it is the intention of the Council to discuss here the agenda of the world conference on Fisheries. I intend to put the matter before the Council for discussion next June. We are not ready and we just intend to report on the various suggestions made by the regional conferences on the subject, since this item was on agenda of the various regional conferences. It was also discussed by the Programme Committee, but if it is the intention of France and New Zealand to settle here the agenda of the next conference on fisheries, it would not be prac­ticable as I have not prepared the documentation. We will also have a discussion by the Committee on Fisheries which will meet next year and which will be really the technical phase of the confe­rence. I am sorry Mr. Carroz is not here to be able to say whether we could prepare such a paper as suggested by France and New Zealand, but I can promise you, Mr. Chairman, that we are ready to discuss the recommendations of the Regional Conference, but not to have a separate document concer­ning the agenda of the conference. Such a document would have to be circulated to all member countries; it requires a great deal of thought but it will be ready by next June. The Conference will take place only in 1984.

I have not understood very well the proposal of Brazil, supported by Portugal and Colombia, but I would have certainly appreciated receiving it in writing, when it would have been clearer. If I understood the Representative of Brazil, the essence is to upgrade the importance of the Programme Committee.

CHAIRMAN: I think the Director-General has explained the difficulties in producing the document but I take it both France and New Zealand would like to offer many suggestions of their own which will be taken into account when preparing the documents for next June.

P. ELMANOWSKY (France): Je vous remercie de me redonner la parole et je voudrais rassurer tout de suite M. le Directeur général; il n'a pas été dans nos intentions qu'à ce Conseil-ci nous fixions et nous discutions d'un projet d'ordre du jour. D'ailleurs, lorsque j'étais intervenu précédemment dans les Conférences régionales, j'avais demandé que ce soit au Conseil de juin prochain que le véritable projet d'ordre du jour soit présenté. Nous sommes donc tout à fait d'accord là-dessus. Ce que je dis simplement, c'est qu'actuellement, après les différentes conférences régionales, il y a eu une liste de 15 à 20 propositions qui ont été faites par les uns et par les autres. Je dis que certai­nes de ces propositions sont très proches et que peut-être le Secrétariat, s'il en a la possibilité, regroupe ces idées voisines de manière qu'on nous dise: il semblerait que pour la prochaine Conférence il y ait six, sept, huit thèmes (je ne peux pas vous dire exactement) qui mériteront une attention particulière. Voilà grosso modo ce que je veux dire.

Je demanderai par contre qu'on ne nous énumère pas toutes ces propositions les unes .après les autres, parce qu'il vaut mieux que l'on ait une vue plus synthétique, plus générale, voilà ce que je demande.

LE DIRECTEUR GENERAL: Je ne sais pas si vous avez vu le document que nous avons préparé pour cette session du Conseil sur ce sujet ... Si vous le permettez, M. le Président, nous pourrons peut-être avoir une discussion avec le délégué de la France demain matin à ce sujet parce que je crois que nous pourrons nous mettre d'accord. Le document CL 82/INF/8 donne des recommandations des confé-rences régionales en ce qui concerne la Conférence mondiale sur les pêches qui, je crois, lui donne-rait satisfaction; sinon, on verra quels sont les renseignements supplémentaires qu'il voudrait avoir sous forme peut-être d'un document que nous pourrons préparer.

CHAIRMAN: Thank you very much. The other proposal of several countries to list the reports of the Programme and Finance Committees, as item 12 under IV Programme, Budgetary, Financial and Adminis­trative Matters; I think the problem here will be that many of those items come under different headings here, for the Programme Committee has examined a whole range of problems and in every one of them I think, the Programme Committee's views, will have to count. But what probably I could do is to request the Chairman of the Programme and the Chairman of the Finance Committee to make their comments first when we take up this item, otherwise the whole agenda will be sort of an omnibus agenda because the Programme Committee covers many areas, the Finance Committee covers many areas. The agenda items have been structured in such a way that a detailed examination of each item and sub-item is possible and, subject to this, if this is satisfactory I shall give the floor to the chairmen of the Programme and Finance Committees, in the beginning, and they could explain.

A.F.M. DE FREITAS (Brazil): I respectfully do not agree with the opinion on those four reports. I do think that they do encompass a number of subjects but they are quite limited. There is even a front page at the beginning of each one of those reports, stating the matters that are most urgent and the matters that are subject to decision or discussion by the Council. I think it is a matter of giving the proper place to the work done by those two fundamental Committees in this Organization, as we have in Part 5, and I state -I mentioned it before- we have item Number 18, which proposes a discussion on the report of the Committee on Constitutional and Legal Matters, no matter how compli­cated might be the subjects included in that Report, and then the following item, item 18, lists a number of other topics which are related to the Constitutional and Legal Committee; and I think the same arrangement could be made without any damage to our discussion in this Council.

I insist on having in item 12 a discussion on those four reports and then on item 13, the discussion on the other programme, budgetary, financial and administrative matters. My delegation believes this is a reasonable request and it should make easier the discussion in this Council on those important topics.

DEPUTY DIRECTOR-GENERAL: I wanted to explain the reasons for the agenda being in this form. It is a traditional form but of course traditions can be broken; and it is based on the work of the Ad Hoc Committee on the Review of Council Procedures which was held several years ago, which recom­mended and the Council approved- that the agenda of the Council should deal first with those items emerging from the reports which required decision at this session of the Council, and then separately with other matters where the Council might wish either to decide something or to give further instructions to the Programme and Finance Committees. Thus, the agenda is divided into the first two items which require decisions at this Session of the Council, and then other items where normally the Council merely notes what has transpired in the two Committees.

If the Report of the Committee is to be taken as a whole it will seem more logical to take the Report as a whole - as in the case of other Council Committees - and not have separate items, except to the extent that the Chairman wishes to draw attention to those items specifically. The order in which it is done is not important, as long as the Council does take a decision on those items which require a decision. That is what I wanted to say before the last intervention.

G.E. GONZALES (Argentina): La delegación de Argentina aprueba la distinguida representación de Brasil apoyada por otras dos delegaciones; tiene sentido y evidentemente, como lo acaba de decir el señor West, lo importante, lo fundamental, de fondo, es que se discutan cada uno de los temas del proyecto de agenda. Sin embargo, creemos que la propuesta de la distinguida representación de Brasil tenía un sentido práctico, metodológico y útil, ya que facilita el analizar el conjunto de ambos importantes informes. Por otra parte, mi delegación entiende que, como ya se ha dicho aquí, nadie puede dudar de la trascendencia de ambos o de la labor que realizan ambos comités para la labor de la organización, y consecuentemente, se estaba reconociendo simplemente el lugar relevante que les corresponde.

P. ELMANOWSKY (France): S'agissant de la suggestion qui a été présentée par la délégation du Brésil, ma délégation voit certainement l'intérêt de cette proposition en ce sens qu'elle attire notre attention sur l'importance des rapports du Comité du Programme et du Comité financier et que cela conduirait à examiner, au titre du point 12, véritablement ces rapports. Toutefois, les remar-ques du Secrétariat ont aussi leur valeur, car à l'intérieur de ces rapports du Comité du Programme ou du Comité financier, il y a tout de même des points moins importants les uns que les autres.

Je ne vois pas très bien comment vous suggérer une formule transactionnelle, mais dans mon esprit, sous le point 12 on devrait examiner le rapport du Comité du Programme et le rapport du Comité financier en ce qui concerne les grands points des discussions, c'est-à-dire la présentation des objectifs à moyen terme, le programme de travail et l'examen du document budgétaire en cours qui en a été fait par le Comité. Il y a aussi un point qui est évidemment très important et sur lequel le Comité financier s'est penché, c'est la situation financière de l'Organisation. Cela entre vraiment dans le point 12 considéré en général.

Les comptes vérifiés, j'avoue que c'est important, mais c'est une chose qui ira vite et je le vois plutôt dans la partie "autres questions".

Ce qui me semble le plus substantiel, c'est l'examen des objectifs à moyen terme du Programme de travail, les commentaires faits par le Comité à ce sujet, la situation financière de l'Organisation. Quant aux autres questions, telles celles reprises aux points 13, 14, 15 et 16, elles peuvent être reprises sous la rubrique "Autres questions de Programme et de budget". Compte tenu de ce rema­niement, le sujet de la Conférence mondiale sur les pêches, actuellement mentionné au point 17, pourrait faire l'objet d'un point distinct.

CHAIRMAN: Any other comment? If there are no further suggestions, I entirely agree with the delegate of Brazil that the Programme and Finance Committees are doing such a thorough job and in fact I had the opportunity of attending the meetings, both in May and in September and I was deeply impressed with the dedication and thoroughness with which the members of the two committees were performing their tasks and therefore I think the intention in this matter of the arrangement of agenda has not in any way been to detract from the importance of these committees but as Mr. West explained, it is a matter of convenience of taking out, picking up the items on which concrete decision will have to be taken at this meeting. If you look at the Format of Medium-Term Objectives, unless this is given the Secretariat cannot proceed, and so on. I see the point and I think we can try to develop a small re-arrangement here by which it does not in any way give the impression that the Programme and Finance Committees' recommendations have just been included only under item 17. If the delegate of Brazil and others will agree I will consult the Director-General and make a slight re-arrangement, but steps will be taken to see that these items are given the importance they deserve.

A.F.M. DE FREITAS (Brazil): In fact this is not what I had in mind but as you said, I will not take the time of this important meeting of the Council, I still think that the discussion on those full reports deserve a special item of their own. If after that other matters are detached from them to make for other items I will agree entirely but I think that it is important that the first item of this part should be entitled Reports of the Session, number so-and-so, of the Programme and Finance Committees.

CHAIRMAN: If that is satisfactory, we shall adopt the Agenda.

It was so decided
Il en est ainsi decide
Asi se acuerda

2. Election of Three Vice-Chairmen, and Designation of the Chairman and Members of the Drafting Committee
2. Election de trois Vice-Présidents, et nomination du Président et des membres du Comité de rédaction
2. Elección de tres Vicepresidentes y nombramiento del Presidente y los Miembros del Comité de Redacción.

T. AHMAD (Pakistan): It is with great pleasure and honour that we propose the name of Mr. Hasan Ahmad, the Additional Secretary of Agriculture of Bangladesh as one of the Vice-Chairmen.

G. BULA HOYOS (Colombia): La delegación de Colombia tiene el honroso encargo de proponer para una de las tres Vicepresidencias a la distinguida Embajadora de Panamá, Sra. Mayra Ivankovich de Arosemena. Los latinoamericanos estamos seguros de que la Embajadora de Panamá nos representará muy bien en la Vicepresidencia, porque todos conocemos la inteligencia, la capacidad y la experien­cia que distinguen a nuestra candidata.

CHAIRMAN: I am informed that developed countries are having consultations amongst themselves and would like to offer a nomination tomorrow so that today we will consider the names for two positions of Vice-Chairmen, and defer filling up one position until tomorrow morning.


S. HASAN AHMAD (Bangladesh): I am extremely thankful to the delegate to Pakistan for proposing me as one of the three Vice-Chairmen and I am deeply moved at the honour that has been accorded to me by this Council by electing me. I take it as a mark of feeling for my country, Bangladesh, on the part of the Council and on behalf of my country I would like to utilise this opportunity to express our grateful thanks for the confidence that has been shown to Bangladesh and while expressing my thanks I would like to assure the Members of this Council that I will do my best to live up to their expectations.

Sra. M. IVANKOVICH DE AROSEMENA (Panamá): Deseo agradecer al delegado de Colombia, al Embajador Bula Hoyos, quien ha propuesto mi candidatura para ocupar una de las tres Vicepresidencias de este 82 período de sesiones del Consejo de la FAO, y a todos ustedes que han apoyado esta candidatura. Espero poder contribuir, en la medida de lo posible, para el éxito de este período de sesiones. En nombre propio y del Gobierno al cual represento, les expreso mi más profundo agradecimiento por tan alto honor.

CHAIRMAN: I warmly welcome both of you as Vice-Chairmen. We now proceed with the Designation of the Chairman of the Drafting Committee.

J. TCHICAYA (Congo): Le Groupe africain m'a chargé de vous proposer la candidature de M. Ngongi Namanga représentant du Cameroun, à ce poste de Président du comité de rédaction.

M. Ngongi est connu de nous tous puisque depuis quelques années il travaille avec nous. Il nous a montré ses qualités, et par conséquent il pourra rendre des services précieux à notre Conseil. Encore une fois, je vous le propose pour le poste de Président du comité de rédaction.

CHAIRMAN: If that is agreed I would welcome Mr. Namanga as Chairman of the Drafting Committee.


As regards the other members of the Drafting Committee, some regions are still having consultations. I would therefore suggest that we defer the elections of the other members of the Drafting Committee until tomorrow morning along with one more Vice-chairman.


19. Other Constitutional and Legal Matters, including:
19. Autres questions constitutionnelles et juridiques, notamment:
19. Otros asuntos constitucionales y jurídicos, en particular:

19.1 Application for Membership in the Organization:
19.1 Demandes d'admission à la qualité de Membre de l'Organisation:
19.1 Solicitudes de ingreso en la Organización:

Antigua and Barbuda
et Barbuda
y Barbuda


LE SECRETAIRE GENERAL: En ce qui concerne ce point, nous avons deux demandes d'admission en qualité de membre de l'Organisation, celle d'Antigua et Barbuda, et celle de Belize.

Tous les membres de l'Organisation ont été informés de ces demandes, qui seront naturellement soumises à l'approbation de la Conférence générale qui se tiendra en novembre 1983.

Entre-temps et conformément aux paragraphes Bl, B2 et B5 des principes régissant l'octroi de statut d'observateur aux nations, ainsi qu'à l'article XXV-11, du Règlement général, le Conseil peut autoriser le Directeur général à inviter des représentants de ces deux nations, en qualité d'observateurs, à assister aux réunions du Conseil, ainsi qu'à des réunions techniques régionales ou à toute autre réunion d'intérêt pour ces dites nations,

G. ESTRADA STRECKER (Observador de Guatemala): Mi delegación se siente en el deber de poner en el conocimiento de los señores Miembros del Consejo lo siguiente:

Guatemala reitera en esta reunion sus legítimos derechos sobre el territorio de Belice, los cuales se fundamentan en solidos argumentos históricos, geográficos, jurídicos, políticos y morales, que son del amplio conocimiento de la Comunidad Internacional, por lo que la delegación de Guatemala hace solemnemente reserva expresa en este Foro de sus incuestionables derechos sobre dicho territorio.

Guatemala ratifica su decisión de encontrarle al caso de Belice una solución digna, justa y equita-tiva que tenga en cuenta los legítimos derechos de Guatemala y los intereses de la población beli-ceña. A la cual puede llegarse a través de un proceso de negociaciones directas entre Guatemala y el Reino Unido de Gran Bretaña e Irlanda del Norte, que no puede desligarse de su responsabilidad histórica en este diferendo. Mientras no se llegue a un arreglo definitivo de esta secular contro-versia, Guatemala reafirma en esta reunión internacional, que no reconoce la independencia unilateral concedida a Belice por la Gran Bretaña; que tampoco reconoce a Belice como Estado, ni le reconoce fronteras.

Por tales razones, Guatemala se opone al ingreso de Belice a la Organización de Naciones Unidas para la Agricultura y la Alimentación.

P.S. McLEAN (United Kingdom): My delegation would wholeheartedly wish to support the applications both of Antigua and Barbuda and of Belize for membership of the Food and Agriculture Organization. The reason for the United Kingdom's supporting will be well understood, because of the long associa­tion we have had with both countries.

I am bound to say that I greatly regret the intrusion into this forum of political matters which this body has traditionally avoided and I regard it as most unfortunate that there should have been a departure from this tradition on which our deliberations as a technical and developmental body should avoid political issues.

I trust that the Council will recognise that as sovereign independent countries both the States who are applying for membership are eligible to do so and I hope that the Council will commend these applications in the normal way and that they be permitted to have Observer status in the Organization in the interim period.

CHAIRMAN: We will note the points made an invite the two countries to serve in an Observer capacity until their formal election. If this is agreeable we will invite them to subsequent meetings as Observers. I hear no comments. Therefore I take it that the motion proposed by the Secretary-General is adopted subject of course to the reservations which have been expressed by Guatemala and the United Kingdom.

It was so decided
Il en est ainsi decide
Así se acuerda


3. Statement by the Director-General
3. Declaration du Directeur général
3. Declaración del Director General

LE DIRECTEUR GENERAL: Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs,

Il serait bon, je crois, de commencer par faire le point de la situation économique. L'économie mondiale se trouve aujourd'hui dans une phase critique, et son avenir dépend en grande partie de l'alimentation et de l'agriculture.

J'ai souvent eu l'occasion de m'adresser au Conseil; pas une fois, hélas, je n'ai pu dire "Tout va bien", ni même "Nous arrivons au bout du tunnel".

Or, si je regarde en arrière, j'ai l'impression que la situation n'a jamais été pire, ni les perspectives aussi décourageantes.

Il est difficile de croire que la marche de l'économie mondiale est réglée par je ne sais quel "grand ordinateur". Où trouver trace en effet d'un plan rationnel, harmonieux, intégré? Imaginons quand même qu'il y ait un grand ordinateur. Dans ce cas, pas de doute, il est détraqué. C'est toute sa conception qu'il faut revoir, ses programmes comme ses circuits, car il ne répond plus aux besoins des usagers.

Voyons les faits.

En 1981, pour la première fois depuis les années cinquante, les pays en développement pris dans leur ensemble ont vu diminuer leur PNB par habitant. La contraction du commerce mondial leur coûte le double de ce qu'ils reçoivent au titre de l'aide publique au développement. Leurs difficultés de balance courante s'en trouvent terriblement aggravées. En 1981, l'endettement de ces pays atteignait 516 milliards de dollars. Le service de la dette représentait plus de 20 pour cent des recettes de leurs exportations de biens et de services. La situation économique des pays en développement est grave sur tous les plans, et l'on s'interroge de plus en plus sur l'avenir de la viabilité financière de certains pays et donc aussi de certaines institutions financières des pays développés.

Déjà pauvre, le tiers monde s'appauvrit chaque jour davantage. Son endettement et sa dépendance à l'égard des importations alimentaires, de même que la dégradation des termes de l'échange, se sont aggravés ces dernières années à tel point qu'il se trouve aujourd'hui dans une situation encore pire qu'il y a une génération.

Prenons le cas du sucre. Les cours ont baissé de 40 à 50 pour cent depuis l'année dernière et sont aujourd'hui nettement inférieurs aux coûts de production. Quant à la banane, sa valeur unitaire à l'exportation a diminué, en termes réels, de 20 pour cent en l'espace de dix ans.

Inutile d'accuser la fatalité'. Inutile aussi de prétendre que cela tient au choix de tel ou tel système économique - les formes existantes vont du libéralisme au collectivisme-, ou même à des poli­tiques erronées.

Il est vrai que certains pays en développement se sont parfois fourvoyés; il est vrai, en particulier, qu'ils n'ont pas accordé suffisamment d'attention au développement de l'alimentation et de l'agricul­ture et que ces erreurs peuvent expliquer en partie les problèmes de plusieurs d'entre eux. Mais qui donc, aujourd'hui, oserait nier que l'interdépendance économique mondiale est un fait et que les pays en développement subissent les effets de forces économiques externes qui leur sont défavorables? Qui pourrait le nier?

Ces forces, qui font tant de mal au tiers monde, sont impersonnelles et aveugles. Elles frappent le juste comme la brebis égarée.

Les erreurs, le manque d'efficacité que l'on constate parfois dans les pays en développement ne pèsent pas grand-chose par rapport aux effets des forces extérieures qu'ils subissent: l'inflation, la réces-sion et les mesures économiques et budgétaires prises par les méga-économies pour y remédier.

Je ne veux nullement minimiser les problèmes des méga-économies. Bien au contraire. Ces maux persis­tants - inflation, récession, absence de croissance - ont pris une telle ampleur que les pays en développement, avec leurs moyens dérisoires, sont totalement incapables de faire face aux conséquences qui en résultent pour eux.

Ne sous-estimons pas les problèmes des pays riches et notamment les douloureuses conséquences écono­miques et sociales d'un chômage qui dépasse aujourd'hui tout ce que l'on avait vu depuis des dizaines et des dizaines d'années. Leur attitude ne peut manquer de s'en ressentir lorsqu'on leur demande de mener des politiques altruistes et qu'on fait appel à leur générosité pour l'aide publique au développement.

Il est donc de l'intérêt de tous que les pays développés viennent rapidement à bout de leurs diffi­cultés. Nous espérons tous que les optimistes ont raison lorsqu'ils disent que nous sommes au seuil d'une nouvelle ère de croissance saine et équilibrée. Nous espérons tous aussi ranger bientôt parmi les mauvais souvenirs la stagnation, voire la diminution plus catastrophique encore, du pouvoir d'achat réel des exportations du tiers monde, de même que les conséquences funestes de la hausse des taux d'intérêt et des pressions insidieuses en faveur d'une autarcie murée dans le protectionnisme.

A n'en pas douter, la crise ne pourra être surmontée que par l'expansion du commerce, la stabilisa-tion des marchés à des prix rémunérateurs, et le maintien d'un système commercial ouvert qui réponde équitablement aux besoins des pays en développement. Espérons que les débats qui auront lieu ce mois-ci sous l'égide du GATT aboutiront à des décisions positives, car une escalade de mesures protec-tionnistes et contre-protectionnistes ne pourrait être que préjudiciable à tous.

Monsieur le Président, permettez-moi d'élever notre débat en rappelant le mot de Pascal: "Description de l'homme: dépendance, désir d'indépendance, besoin". Les pays en développement ne peuvent ni ne souhaitent se décharger de leur responsabilité primordiale, qui est de prendre les mesures correctives qui s'imposent et de compter davantage sur eux-mêmes.

Monsieur le Président, j'ai dit tout à l'heure que la situation ne m'avait jamais paru aussi découra­geante. Toutefois, il faut faire une distinction entre la situation économique dans son ensemble et celle de l'alimentation et de l'agriculture. Celle-ci est, fort heureusement, assez encourageante à certains égards.

Les récoltes ont été excellentes en 1981, elles seront abondantes en 1982. En 1981, la production vivrière a augmenté au total de 2,9 pour cent, dépassant ainsi son niveau des deux années précédentes.

Toujours en 1981, la production de céréales s'est accrue de 100 millions de tonnes; il est vrai que cette augmentation est due en grande partie aux pays développés. Néanmoins, beaucoup de pays en développement sont eux aussi parvenus à augmenter leur production d'aliments de base.

C'est un point très important. Il apporte un démenti à ceux qui craignent que le monde ne puisse pas se nourrir, et aussi à ceux qui prétendent que les pays en développement sont incapables de faire les efforts nécessaires pour accroître leur production vivrière. Il montre qu'il faut, au contraire, les aider davantage dans leurs efforts.

On a beaucoup insisté ces derniers temps sur l'importance des mesures d'encouragement en faveur des agriculteurs et d'une bonne politique de prix. Dans certains cas, on a dit explicitement que cela devrait être l'un des piliers des nouvelles stratégies et, implicitement, que ce serait une condition de l'aide.

Monsieur le Président, dire que l'adoption d'un système de double prix - soutien des prix agricoles et subventions pour les consommateurs, formule qui n'est pas inconnue de certains pays - devrait être une condition sine qua non de l'accroissement de l'aide publique au développement de l'agri­culture, ce serait peut-être aller un peu trop loin.

La question des politiques de prix est capitale mais complexe. J'ai donc décidé d'y consacrer une

grande étude; ce sera l'un des travaux prioritaires du prochain exercice.

Mais, en attendant, l'agriculture a désespérément besoin d'une aide accrue pour son développement. Or, en termes réels, cette aide diminue depuis 1979, même si, à toutes les réunions au sommet, on proclame à l'envi qu'il faut donner la priorité des priorités à l'alimentation et à l'agriculture.

S'il est une chose qui doit nous préoccuper tous, c'est bien la diminution des ressources des princi­pales institutions de financement que ce soit multilatérales ou bilatérales, sous l'effet de l'infla­tion ou de l'évolution des taux de changes. Cette baisse est très forte: elle peut atteindre 30 pour cent en termes réels. Le FIDA, le PNUD et le PAM sont parmi les plus touchés. Ainsi, les ressources du PAM restent de près d'un cinquième inférieures aux objectifs fixés pour 1981-82 et 1983-84. De même, les contributions à la Réserve alimentaire internationale d'urgence pour 1983 ne représentent que 35 pour cent de l'objectif.

Certains pays ont même cessé de fournir une contribution annuelle à la Réserve internationale d'urgence.

Et, pendant ce temps-là, certains pays développés croulent sous des montagnes de victuailles et mul­tiplient les subventions, les aides et les ventes à bas prix, qui pèsent de plus en plus sur leur budget.

Pouvons-nous accepter sans réagir le retour à une époque où la nourriture était gaspillée et même détruite dans certains pays, alors que l'on mourait de faim et de malnutrition dans d'autres? Le monde est-il vraiment incapable de corriger les tendances actuelles et de parvenir, comme le prévoit Agriculture: Horizon 2000, à une répartition plus rationnelle et plus équitable de ses ressources?

Je me refuse à le croire. Il est plus que temps, pour ceux qui président aux destinées de notre planète, de prendre une initiative spectaculaire, de se mettre d'accord sur un programme alimentaire minimum à l'échelle mondiale, comme je l'ai déjà proposé, ou bien d'adopter tel autre plan susceptible de mettre un terme au scandale de la faim.

Cette thèse a été éloquemment illustrée dans la Déclaration de Rome sur la faim, adoptée par le Colloque de la Journée mondiale de l'alimentation, qui s'est récemment tenu au siège de la FAO, le 16 octobre dernier. J'y reviendrai.

La nécessité d'adopter des mesures précises et concrètes - mais aussi, hélas, l'absence de progrès sur ce plan - sont, depuis quelques années, l'un des leitmotiv de toutes les conférences au sommet.

Comme je l'ai indiqué, la diminution, en termes réels, de l'aide à l'agriculture a des conséquences particulièrement graves pour les institutions multilatérales.

Les problèmes que pose aux organisations du système des Nations Unies l'érosion des ressources dis-ponibles pour l'aide à des conditions de faveur sont actuellement étudiés par le Comité administratif de coordination des Nations Unies; j'ai assisté au début de ce mois à sa deuxième session ordinaire.

J'espère que son rapport sera disponible avant notre conférence de l'an prochain. Il devrait plus particulièrement insister sur les points suivants. Alors que la population mondiale a augmenté de 700 millions de personnes entre 1970 et 1980 et que notre monde pourrait compter 6 milliards d'habi­tants d'ici à l'an 2000, l'aide publique au développement est très loin pour l'instant de répondre aux besoins sur lesquels se fonde la Stratégie internationale du développement. En 1980, elle ne représentait que 0,3 pour cent du PNB des pays du CAD et 0,13 pour cent de celui des pays du Comecon.

L'aide multilaterale, complement indispensable de l'assistance bilaterale, présente en outre des caractéristiques particulières qui la rendent très précieuse: en particulier, elle réagit avec plus de dynamisme aux priorités mondiales et elle stimule la coopération entre pays dans des domaines essentiels: maladies animales, protection des cultures, aménagement et mise en valeur des pêches, recherche, etc. De plus, elle a l'avantage de l'objectivité et de la neutralité politiques; bien entendu, cela n'est pas du goût de tout le monde, à commencer par les plus chauds partisans de l'aide bilatérale. Enfin, sur le plan technique, elle permet de mobiliser les expériences et les connais-sances les plus diverses.

L'inefficacité! Tel est le grand reproche que l'on fait souvent, à tort ou à raison, à l'aide multilatérale. Certes, le système des Nations Unies doit tout faire pour accroître son efficacité et améliorer ses résultats. Néanmoins, en m'appuyant sur ma longue expérience comme sur les témoignages spontanés de nombreux observateurs impartiaux, je peux dire que les opérations multilatérales - du moins, celles de notre Organisation - sont certainement aussi efficaces et parfois plus efficaces et je dirai même plus économiques que celles de beaucoup d'organismes bilatéraux.

Nous touchons là un point sensible. Il ne faut jamais oublier à ce propos que beaucoup des diffi­
cultés que nous rencontrons tiennent aux problèmes mêmes que l'assistance technique s'efforce de résoudre, à savoir la pauvreté et le sous-développement, et que ces difficultés sont identiques pour les organismes multilatéraux et pour les organismes bilatéraux.

En ce qui nous concerne, il va sans dire que nous continuerons à faire le maximum pour justifier l'aide accrue que nous souhaitons obtenir afin de jouer au mieux notre rôle de promoteur, de planificateur, de catalyseur et d'agent du développement sur le terrain. A ce propos, je remercierai une nouvelle fois encore notre pays hôte de la confiance qu'il nous témoigne pour le développement des pays du Sahel, question dont Son Excellence le Président du Cap-Vert a parlé si éloquemment ce matin.

J'en viens maintenant au problème, hélas toujours actuel, de la sécurité alimentaire mondiale. Après bien des années d'efforts dans de multiples instances, le principe de la sécurité alimentaire mondiale a, semble-t-il, fini par s'imposer. Pourtant, c'est à peine si l'on a commencé à mettre sur pied les politiques et mécanismes nécessaires à son application. La communauté internationale n'est pas encore parvenue à se mettre d'accord sur un système qui garantirait des approvisionnements à des conditions de faveur en cas de besoin.

Je le répète, maintenant que les récoltes sont si bonnes et les effets de la récession si pernicieux, le moment est certainement venu de débloquer la situation et de faire un pas décisif sur la voie de la sécurité alimentaire mondiale.

Comme l'indique une recommandation de la soixante-neuvième conférence de l'Union interparlementaire, réunie récemment à Rome, ce qui est nécessaire, en termes simples, c'est "d'adopter des politiques et des objectifs céréaliers, de constituer des réserves alimentaires de sécurité et de les gérer conformément aux critères énoncés dans le Plan d'action de la FAO sur la sécurité alimentaire mondiale".

Je suis en train de préparer l'étude que j'avais promis de soumettre au Comité de la sécurité ali-mentaire mondiale à sa prochaine session dans quelques mois. Cette étude retracera l'évolution de la situation dans ce domaine depuis la fin de la guerre, réexaminera le concept même de sécurité alimentaire mondiale et présentera différents systèmes qui pourraient être adoptés, leurs conséquen-ces institutionnelles et les premières mesures à prendre. Dans ce travail, j'essaierai de concilier l'esprit normatif et l'approche pratique.

Venons-en à ce qui s'est passé cette année, en commençant par les conférences régionales tenues ces derniers mois.

Ces réunions ont toujours beaucoup d'importance et d'intérêt, car elles permettent aux ministres de chaque région de confronter leurs expériences et de passer en revue leurs politiques et programmes. Environ 70 ministres ont participé aux conférences de cette année. Je les ai tous rencontrés, un par un. Ces rencontres me sont précieuses, non seulement parce que j'y apprends beaucoup, mais aussi parce qu'elles permettent des contacts personnels et des échanges de vues avec les diverses déléga-tions sur les problèmes de leurs pays respectifs.

Concrètement, si ces conférences régionales apportent des résultats à long terme plutôt que de l'inédit ou du spectaculaire, nous n'y voyons rien à redire. Nous ne sommes pas à la recherche du sensationnel; notre but est d'intensifier la coopération économique et technique entre pays en déve-loppement eux-mêmes. Ces conférences régionales sont en effet un excellent moyen de promouvoir la coopération Sud-Sud. A cet égard, les conférences de 1982 ont été particulièrement fructueuses. Je remercie tous les ministres et chefs de délégation qui y ont participé sans nous ménager leur aide.

Il y a eu beaucoup d'autres réunions et visites importantes, beaucoup trop pour que je les énumère toutes. Je me contenterai d'indiquer que nous avons eu l'honneur de recevoir 17 visites de ministres, deux visites de Présidents de la République et que nous avons tenu beaucoup de réunions avec des délé-gations de diverses organisations. Pour la première fois, les délégations présentes à notre réunion annuelle avec les pays nordiques ont été présidées par des ministres. Je tiens à remercier à ce sujet le Ministre norvégien de l'agriculture, qui a été l'animateur de ce travail politique dont le fruit, me semble-t-il, est un renforcement de la compréhension et de la coopération entre les pays nordiques et notre Organisation.

Autre délégation importante: celle du Programme du Golfe en faveur des organismes de développement des Nations Unies, conduite par Son Altesse Royale le Prince Talal bin Abdul-Aziz al Saud. Ce Programme a décidé d'allouer, par l'intermédiaire de la FAO, plus de 3 750 000 dollars à des projets de dévelop-pement dans plusieurs pays du tiers monde.

Comme vous le savez, nous venons aussi d'avoir une réunion avec le Comité interministériel du CILSS.

Enfin, nous avons été particulièrement honorés de la visite qu'à bien voulu nous faire en octobre dernier Son Excellence le Président du Liban, M. Amin Gemayel. Cette visite a montré le vif intérêt que suscitaient les possibilités d'action conjointe de la FAO et du PAM pour le relèvement de l'agri­culture libanaise qui, évidemment, a beaucoup souffert sur le plan matériel et aussi sur le plan commercial. On a déjà fait beaucoup; il reste à faire bien davantage encore. Les difficultés ne sont pas insurmontables, à condition que l'autorité du gouvernement soit pleinement reconnue et que les responsabilités dans les différents domaines soient clairement définies et respectées.

En matière de réunions, l'un des grands événements de cette année a bien entendu été la Journée mondiale de l'alimentation, le 16 octobre dernier. Vous avez assisté pour la plupart aux cérémonies organisées à cette occasion. Elles avaient été précédées d'un colloque dont j'ai déjà parlé et sur lequel je reviendrai. Mais, pour le moment, je voudrais ouvrir une parenthèse: dans son discours d'ouverture, M. Amintore Fanfani, Président du Sénat italien et notre principal invité lors de cette journée, a fait allusion aux locaux du Siège.

Il a rappelé que c'était lui qui avait ésé chargé d'aménager le bâtiment A lorsque la FAO était venue s'installer à Rome,

Bien entendu, je n'ai pas manqué de lui faire part de nos préoccupations. Je me suis ému en particulier que le groupe de travail créé par la Conférence biannuelle de la FAO pour résoudre nos problèmes de locaux n'ait pas encore été reçu par les autorités italiennes et que rien pra­tiquement n'ait été fait pour trouver une solution provisoire.

J'avoue que je suis aussi très préoccupé par l'absence de progrès concernant l'Accord de Siège et d'autres questions se rapportant à nos privilèges et immunités diplomatiques qui n'avaient jamais encore fait l'objet d'attaques aussi violentes.

Tout cela contraste étrangement avec le remarquable esprit de coopération dont fait preuve le Gouvernement italien à notre égard, et aussi avec la générosité qu'il manifeste pour le développement du tiers monde et notamment du Sahel.

Vous serez saisis de certaines de ces questions au cours de la présente session. Pour ma part, je tiendrai le Comité financier et les organes directeurs au courant de la situation et je n'hésiterai pas à vous soumettre les propositions nécessaires.

Nous avons aussi tout lieu de nous préoccuper de notre situation financière et ceci en raison des retards extraordinaires des contributions. Les contributions dont nous attendons toujours le verse­ment atteignent en effet un montant extraordinaire. Le rapport du Comité financier vous éclairera sur ce point. Depuis sa session de septembre, nous avons reçu quelques autres versements: à peu près 54 millions et demi de dollars au total. Un document d'information vous donnera de plus amples détails à ce sujet. Quoi qu'il en soit, la situation demeure très grave. Les contributions non acquittées représentent encore près de 44 pour cent des sommes dues en début d'année.

Bien entendu, il ne faut pas y voir une manifestation de mauvaise humeur à l'égard de la FAO en particulier. La situation est identique dans la plupart des autres organisations; elle est même parfois pire. Néanmoins, il est extraordinaire que notre organisation, qui se consacre à la lutte contre la faim, soit privée de ressources dûment votées par ses organes directeurs.

Tout a été fait pour convaincre les Etats Membres de régler leurs arriérés. Dans l'intervalle, je m'efforce de contenir nos dépenses. Heureusement, l'évolution des taux de change, en plus du Compte de réserve spécial, nous a donné une certaine marge de manoeuvre. J'ai donc bon espoir de ne pas être forcé de recourir à l’autorisation d'emprunter avant le Nouvel An. Mais, ensuite, cela deviendra vite inévitable si les arriérés de 1982 et des années précédentes n'étaient pas finalement réglés et si les contributions pour 1983 n'étaient pas versées rapidement en janvier prochain. Je demande donc instamment à tous les intéressés de remplir leurs obligations à cet égard.

Les raisons de ces retards de paiement sont variables. Ce qui est sûr, c'est que les pays en développement sont en butte à des difficultés particulières. C'est en ayant ces difficultés par-ticulièrement présentes à l’esprit que j'aborde la préparation du prochain Programme de travail et budget.

Dans la mesure du possible, les nouvelles priorités du Programme ne feront que remplacer des acti-vités menées à terme ou que l'on aura supprimées en raison de leur moindre priorité. L'efficacité de l'Organisation doit être encore améliorée, notamment dans les secteurs de soutien. Néanmoins, certaines priorités nouvelles exigeront des ressources accrues. Il est indispensable d'intensifier notre action, notamment dans les domaines qui permettent de promouvoir la production vivrière et la sécurité alimentaire, d'obtenir un maximum de résultats sur le terrain et d'exploiter au mieux les possibilités de coopération économique et techniques entre pays en développement. D'autres priorités, aussi bien générales que particulières, se sont dégagées des travaux des comités du Conseil, notam-ment du Comité du programme, des conférences régionales et d'autres organes statutaires dont les avis sont très utiles dans ce domaine.

On ne peut être sûr de rien en ce qui concerne l'évolution des coûts; il serait donc terriblement imprudent de ma part de vouloir donner des prévisions sur le niveau du budget que je proposerai pour le prochain exercice, ou sur sa ventilation en augmentations de programme et de coûts. Ceux d'entre vous qui vivent à Rome ne le savent que trop: l'inflation, qui recule ailleurs, reste très forte en Italie. Malgré tous ses efforts, le gouvernement n'est même pas parvenu à la limiter à 16 pour cent comme il se l'était proposé. En taux annuel, l'inflation se maintient actuellement aux alentours de 20 pour cent. Les perspectives pour 1983, pour ne pas parler de 1984 ou de 1985, restent très problématiques.

Il serait vain d'espérer que la situation change d'ici le printemps prochain, c'est-à-dire d'ici la présentation du sommaire du Programme de travail et budget. Il faut donc bien comprendre que les augmentations de coûts que je proposerai alors ne seront que purement indicatives et qu'elles conserveront un caractère aléatoire pendant un certain temps. Dans ces conditions, je ne peux raison-nablement pas vous proposer, comme certains le souhaitent, une absorption des augmentations de coûts, car cela représenterait une réduction très importante de notre programme en termes réels.

Vu la situation mondiale, vu les difficultés particulières que connaissent, comme chacun le sait, les pays africains, vu la détermination avec laquelle on affirme vouloir lutter contre la faim, vu aussi les demandes des Etats Membres eux-mêmes, je ne comprends vraiment pas comment on pourrait se faire l'avocat d'une réduction ou même simplement d'une stagnation de notre programme. Néanmoins, je l'ai déjà dit, je tiendrai dûment compte des difficultés et des voeux de tous les Etats Membres.

Revenons-en à la Journée mondiale de l'alimentation. Les cérémonies organisées au Siège ont été honorées par la présence de M. Amintore Fanfani, Président du Sénat italien, et peut-être bientôt Premier Ministre, et aussi du Prince Talal, de M. Raúl Prebisch et de beaucoup de représentants et d'invités de marque. Je profite de l'occasion pour remercier une nouvelle fois encore de leur soutien la Ville de Rome et son maire, M. Ugo Vetere, ainsi que tous ceux qui ont participé à cette manifestation.

Pas moins de 45 chefs d'Etat et de gouvernement, qui, dans leur pays, ont donné un éclat particulier à la Journée mondiale de l'alimentation, nous ont adressé des messages à cette occasion. Je voudrais plus particulièrement retenir le message éclairant de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II, et aussi le texte émouvant que nous a envoyé le Président des Etats-Unis, qui a décidé que la Journée mondiale de l'alimentation serait célébrée sur tout le territoire de son pays.

Il faut bien comprendre que la Journée mondiale de l'alimentation ne s'arrête pas aux portes de Rome mais qu'elle a une signification universelle. A cet égard, nous ne pouvons que nous féliciter du retentissement qu'a déjà eu notre initiative dans le monde entier.

Il faut bien comprendre aussi que cette Journée a des effets qui ne s'arrêtent pas le 16 octobre au soir. Elle éveille les consciences et fait naître des activités qui, nous le constatons chaque jour, se poursuivent bien au-delà du 16 octobre. C'est une caractéristique très importante dont nous nous efforcerons de tirer pleinement parti à l'avenir.

Dans ce domaine, nous devrons nous inspirer de la Déclaration de Rome sur la faim, adoptée à l'issue du Colloque de la Journée mondiale de l'alimentation.

Malgré le peu de temps dont ils disposaient, les participants ont eu un débat de haut niveau. Je suis sûr que leurs délibérations seront pour vous une source d'inspiration et d'encouragement, comme elle l'ont été pour moi-même; c'est pourquoi j'ai décidé que le compte rendu de ce colloque et la Déclaration elle-même seraient largement diffusés.

La Déclaration de Rome n'a rien à voir avec ces appels stridents et irréalistes que l'on entend trop souvent. Les participants du colloque, aussi éminents que divers, ont adopté une attitude équilibrée et réaliste en regardant en face les difficultés auxquelles se heurte le monde pour résoudre ses problèmes.

Ils se sont déclarés convaincus que l'humanité devrait axer bien davantage ses efforts sur l'alimen­tation et aussi qu'elle courrait les plus graves dangers si elle laissait persister et, à plus forte raison, s'accroître les inégalités entre les nations et à l'intérieur de celles-ci. Ils ont affirmé qu'un "effort mondial majeur et concerté" s'imposait de toute urgence pour accélérer la croissance des pays en développement et, surtout, des moins avancés d'entre eux. Ils ont ajouté qu'il était de l'intérêt de tous les peuples et de toutes les nations d'accorder une priorité beaucoup plus élevée à la production alimentaire et de faire des efforts soutenus pour parvenir à plus d'équité. A leur avis, c'était d'ailleurs la seule solution à long terme.

Dans leurs recommandations, où ils envisagent l'ensemble des besoins du développement, y compris le commerce agricole et la sécurité alimentaire, ils évoquent les responsabilités des pays en dévelop-pement et indiquent quelles sont les principales priorités dans les différents secteurs; ils soulignent en particulier qu'il faudrait accorder davantage d'attention aux pauvres ainsi qu'aux objectifs de la CMRADR. Ils insistent également sur la nécessité d'un accroissement massif de l'aide au secteur alimentaire et agricole et jugent indispensable qu'une part croissante de cette aide passe par les institutions multilatérales.

Ils rendent par ailleurs hommage au rôle des organisations non gouvernementales qui ne cessent d'attirer l'attention sur les problèmes de la pauvreté et de la faim. Enfin - et c'est pour moi une grande satisfaction -, ils reconnaissent à la FAO une responsabilité particulière et un rôle de chef de file dans la lutte contre la faim.

A l'issue de leurs travaux, ils m'ont invité à soumettre leur Déclaration, non seulement aux organes directeurs de la FAO, mais aussi aux Chefs de Secrétariat des autres organisations internationales et aux responsables des politiques aux niveaux national et international. "Nous espérons, ont-ils précisé, que les dirigeants et les peuples auxquels s'adresse cette Déclaration seront à la hauteur du défi et manifesteront l'ampleur de vues, le courage et la volonté nécessaires".

Comme ils l'ont eux-mêmes souligné, "la coopération internationale pour le développement marque un déclin dangereux, juste au moment où elle est le plus nécessaire". Privilégier l'aide bilatérale aux dépens de la coopération multilatérale ne ferait qu'accentuer la division du monde, "division qui a dans le passé provoqué de graves conflits mondiaux".

Au coeur même de leur message, il y a la conviction que l'on peut vaincre la faim et qu'en l'an 2000 toute la population du globe et tous ses enfants devraient pouvoir se nourrir convenablement. Il suffirait pour cela de consacrer chaque année à ce noble objectif une "minuscule fraction du total des budgets militaires". "Le désespoir, ont-ils affirmé, peut faire place à l'espoir et une action concrète se substituer à un pessimisme négatif".

Enfin, Monsieur le Président, ils ont souligné, et je voudrais me faire l'écho de cette parole, que "l'objectif du développement est, en dernière analyse, l'être humain ... Le progès de l'homme est à la fois la fin et le moyen du combat mené pour accroître la production alimentaire et vaincre la faim".

Puissent ces paroles se graver dans nos esprits et dans nos coeurs et nous aider à surmonter toutes les difficultés qui nous attendent; hélas.


CHAIRMAN: Thank you very much Mr. Director-General for this very comprehensive, meaningful and also hopeful report, and I am glad you ended with a message of hope and not of despair.

It is not customary for any discussion to follow the Director-General's Statement. Members of the Council will have the opportunity to refer to the points he has made during their interventions on various items, including item IV. I have however received a request from the Chairman of the Group of 77 to speak and I give him the floor.

M. ZJALIC (Chairman, Group of 77): We have listened with great interest to the statement delivered by the Director-General. Since we have a very long and comprehensive agenda, this delegation as well as the other members of the Council will be in a position to express their views at a later stage during our Session, but we feel that some of the questions and problems phrased by the Director-General in his statement require our attention and immediate comments as well as careful consider-ation in the process of defining future tasks and role of FAO. This delegation agrees with the Director-General's assessment of the current world food situation. In the bleak picture of world economy the overall improvement in food and agricultural productions in 1981 and 1982 has provided some relief. However, this progress in food production and particularly in basic foodstuffs such as cereals, has been unequally and unevenly distributed over the different regions of the world. In least developed countries food supplies by capita decreased by two percent in 1982. Food production in Africa still crushes down the region's population. Cereal stocks in 1982 are at a satisfactory level but concentrate in a few major developed and exporting countries. At a time when the total export revenue of developing countries continues to decline, when there are liabilities for debt servicing in amounts of more than 20 percent of their export earnings, they are compelled to increase imports of cereals and to spend more resources for survival of their population, postponing in the main the achievement of food self-sufficiency based on use of their natural food resources. The good harvests in 1981 and 1982 have in no way solved food problems in developing countries. That is why continued and strengthened national and international efforts are needed in order to eradicate hunger and malnutrition, as was rightly pointed out at the Cancun, Versailles, and Ottawa meetings and in many international fora. The message is clear: the solution of food problems cannot wait. The FAO has a well established and recognized responsibility within the international community. This responsibility was reflected in conclusions and recommendations of regional conferences; the Regional FAO Conference for Africa in its resolution on Technical Cooperation Programme invited the Director-General of FAO to consider ways and means of strengthening the Organization's presence and activity in the Region, particularly through its Regional Office, with a view to focusing on technical cooperation when formulating his proposal for Programme of FAO and Budget for 1984-85 biennium. The same Regional Conference requested the. Director-General of FAO to accord a key role to training programmes, particularly high-level training, when formulating his Programme of Work and Budget for 1984/85. The FAO Regional Conference for Asia and the Pacific required FAO, inter alia, to strengthen its assistance in planning policy analysis and project formulation. It also invited the Director-General of FAO to take the necessary steps to establish a commission on food security for Asia and the Pacific within the existing legal and administrative framework of the Organization.

The Regional Conference for Latin America, recognizing Techical Cooperation Programme as a particularly valuable instrument for providing appropriate and rapid assistance in the field, invited the Director-General to increase the availability of Technical Cooperation Programme funds within the total resources of the Regular Programme.

The Group of 77 supports this resolution of the Regional Conference and considers that the growing needs of developing countries for technical and other forms of assistance in the sector of food and agriculture require substantially increased support by FAO. I have been authorized by the Group of 77 to express its position that within overall development assistance, financial resources for the fight against hunger, poverty and malnutrition should have the highest priority. These resources in the budget of FAO should not be reduced or decreased, nor become items of savings in public expenditure by Member Governments. The Member Governments should adopt a selected policy in financing international organizations in accordance with priorities and merits of their programme. An effective implementation of the FAO Programme of Work implies that the Organization should have at its disposal adequate financial resources.

The implementation of the above-mentioned resolutions in priority areas requires a net increase in the financial resources of the Organization. On behalf of the Group of 77 I should like to invite the Director-General of FAO to take these recommendations into account when formulating his proposals for the Programme of Work and Budget for the 1984/85 biennium.

CHAIRMAN: As I said earlier, I think Members of the Council will have an opportunity to comment on the various items referred to by the Director-General. Since I gave the floor to the Chairman of the Group of 77, is there anyone else who wants to make an immediate comment? No? I then take it that you will reserve your comments for the appropriate times.


4. State of Food and Agriculture, 1982
4. Situation de l'alimentation et de l'agriculture en 3 982
4. El estado mundial de la agricultura y la alimentación, 1982

N. ISLAM (Assistant Director-General, Economic and Social Department): The Council has before it two documents presenting the Secretariat's analysis and assessment of the State of Food and Agriculture. The first, CL 82/2, gives an assessment of the current world food and agricultural situation, based on information available up to early August. It also presents a preliminary analysis of use of inputs and resources in agricultural production.

The second document, CL 82/2 Sup.1 updates and supplements the earlier document with information available up to late October 1982.

In introducing these two documents, Mr. Chairman, I wish to begin by highlighting widespread concern at the still bleak environment which characterises the world economy. The industrial countries as a group are likely to register zero real economic growth in 1982. They achieved a very low 1% rate of growth in the two earlier years. The plight is even worse for many developing countries whose per capita real income will have fallen for the second year in succession. The current economic crisis is hampering progress in agriculture as well.

As regards the current food and agricultural situation, following a year of relatively rapid growth of about 3 percent, the increase in world food and agricultural production in 1982 according to preliminary estimates will be only 1 to 1.5 percent. Cereal production will slightly exceed last year's record harvest, but the production of non-food crops is likely to decline. Of greatest concern is the failure of food production in 1982 to increase in Asia and The Far East, with the exception of China which had a reasonably favourable agricultural year. There is also only a very slight increase in production expected in Latin America; in Africa and the Near East, the increase in food production slowed down in 1982.

Food shortages and emergency situations have persisted, particularly in Africa despite the relative-ly ample global supply situation. In fact more than 75 percent of the new or expanded emergency operations receiving assistance from the World Food Programme/International Emergency Food Reserve in the first nine months of 1982 were to relieve distress in man-made situations.

As a result of another large cereal harvest in North America and a recovery of output in western Europe, which coincided with a weakening of both domestic and foreign demand, cereal stocks of course have sharply increased and increased stocks have been mainly concentrated in North America. This has been accompanied by declining cereal prices in US dollars. On the other hand, in a number of exporting countries the prevailing low level of prices has depressed farmers' incomes leading to pressure for supply management measures. On the other hand, many developing countries are still not able to afford all the grain they need.

The events of the past season and the outlook for the current and future ones demonstrate yet again the narrow margin between shortage and surplus and the tendency towards instability arising out of year-to-year fluctuations in weather. It is disheartening that the opportunity presented by these stocks to improve world food security has not yet been grasped.

Development assistance to agriculture is another area in which international cooperation is flagging. Official commitments of external assistance to this sector have been stagnating in real terms since 1978. Currently it is more than 40 percent short of the estimated annual requirements of $8.3 billion in 1975 prices. In 1981 they declined by 7.5 percent at current prices due largely to a sharp drop in bilateral assistance. Moreover, the concessionality of the assistance has decreased, posing a future threat to recipient countries' balance of payments.

Food aid also shows a similar failure to achieve agreed objectives. It is worth mentioning that at a time of relatively ample supplies of cereals, the allocations of food aid are still lagging behind the shipments made last year.

Agricultural export trade recently has proved less resilient than at the beginning of the current world recession; world agricultural trade fell in 1981 - by 1 percent - for the first time since 1967. For developing countries, whose export, products generally faced exceptionally steep price declines, the drop was 3 percent. Their agricultural terms of trade deteriorated by as much as one-sixth and the purchasing power of their agricultural exports declined for the fourth consecutive year to the lowest level since the early 1970s.

At this stage I should also refer to the review of the fishery and forestry sectors included in the two documents before you. The fisheries sector provides some positive features with production increasing relatively rapidly in 1981; fishery trade generally has been less affected by the recession. The Forestry sector, on the other hand, has been seriously affected by recession and the depressed market conditions for some processed forest products are hampering efforts to restructure forest industries in a few developing countries.

I would now like to refer to some of the issues raised in the document on resource use for agricultural production. Resource use in agriculture raises issues relating not only to extensive use of land and water resources, but also to the intensification of agriculture through increased use of modern inputs.

Modernization of agriculture in developing countries would require that purchased inputs constitute an increasing proportion of growth value of agricultural output rising, we estimate, from 20 percent now up to 30 percent by the end of the century in order to achieve a rate of growth between 3.5 and 4 percent.

As cultivable land becomes scarcer the pressure to increase its productivity grows correspondingly, 50 percent of the population of the developing world live in 18 countries, where 90 percent of the cultivable land is already in use. Along with double or multiple cropping, supported by increase in irrigation, what is needed is an accelerated increase in the use of inputs such as seeds and fertilizers, etc.

In this connexion, the critical role of research can hardly be exaggerated. Research both promotes and economises in the use of modern inputs such as fertilizers, pesticides and power. No more than 0.5 percent of agricultural GDP in developing countries is devoted to agricultural research as against 2 percent in developed countries. About 40 countries in the developing world are large enough to justify a national agricultural research system but lack the necessary research infras-tructure and manpower. Simultaneously with expansion of agricultural research, progress in seed improvement needs to be accelerated, covering such areas as varietal improvement of seed, quality control and seed production and distribution. In 1980/81 in half a sample of 107 developing countries use of fertilizers was less than one-fifth of that in developed countries. Intensive use of fertilizers needs to be combined with a greater efficiency in its utilization, use of local fertilizer materials and organic manures.

One of the key questions in the agricultural development strategy is the extent and pace at which animal and tractor power can be used or substituted for human labour.

At the same time the rising cost of the modern inputs and, in some circumstances, environmental considerations, render the increased efficiency of their use more urgent. This again is linked up with research and extension, education and training for the development and diffusion of improved technology. No less important are policy issues relating to incentive, both price and non-price incentives for the efficient utilization of agricultural inputs.

In concluding this brief overview, I can do no better than to recall the Rome Declaration on Hunger adopted by the World Food Day Colloquium last month. It emphasized, amongst other things, "Farming should be progressively modernized and intensified on the basis of sustained research efforts - national, regional and international ... Adequate incentive, including appropriate pricing policies, must be provided. This must be undertaken in ways which conserve natural resources in agriculture, forestry and fisheries and avoid ecological damage which cannot be made good except at very great cost".

CHAIRMAN: Thank you for this very concise and precise introduction of these very important papers. Tomorrow we shall start an intensive discussion on this item.

LE SECRETAIRE GENERAL: Comme vous avez pu le voir dans le programme d'aujourd'hui, le Directeur général et Madame Saouma se feront un plaisir de recevoir tous les membres des délégations et les observateurs ainsi que leur conjoint à la réception qui aura lieu au 8éme étage de ce bâtiment, à 19 heures.

Je me permets de vous rappeler cette invitation pour vous informer que le Président de la République du Cap-Vert a bien voulu accepter l'invitation du Directeur général et qu'il sera présent à cette réception, ce qui vous donnera l'occasion de le rencontrer. Ceux qui le désireront pourront l'entretenir de problèmes particuliers.

The meeting rose at 17.30 hours
La séance est levéeà 17 h 30
Se levanta la sesión a las 17.30 horas

Previous Page Top of Page Next Page