Previous Page Table of Contents Next Page


CHAIRMAN: Mr Director-General, Honorable Ministers, distinguished members of the Council, distinguished observers, Ladies and Gentlemen, it gives me very great pleasure to welcome you all here and to declare the Eighty-sixth Session of the Council open. I particularly want to extend a warm welcome to distinguished ministers who have taken the trouble of joining us. We will have, either today or are expecting shortly, the Minister of Environment and Tourism for Burkina Faso, the Minister for Development Cooperation of Norway and the Minister of Agriculture of Sao Tome and Principe. I want to extend to them in advance our cordial welcome.

No new members have joined us at this session of the Council but as is normal there has to be a turn around. Seven members will be leaving us at the end of this year. These are the representatives of Burkina Faso, Cape Verde, Ethiopia, Lesotho, New Zealand, Norway and Sudan.

I want to extend a welcome to Mr Paul Savary who is sitting next to me on the left who has succeeded Mr Sylla as Secretary-General, and is now Assistant Director-General in the interim, of the Department of General Affairs and Information. We look forward to working with you, Mr Savary, during this session and in the future.

Before moving on to the first item of business I would be remiss in my duty if I did not stress the very great importance of this Session of the Council. We are meeting in the shadow of an acute hunger problem in parts of Africa. It is a matter for some relief and satisfaction that in recent weeks there has been a more widespread global action to wipe the tears from starving children, women and men in Africa. We should extend our gratitude to the Director-General, Dr Saouma, and to the Organization for the valuable role FAO has played and is playing in stirring human conscience in matters relating to hunger particularly in Africa. We will have adequate time during this session to discuss the food situation in Africa under item 4 of the agenda, and I am sure the Director-General's statement will also bring us up to date.

The food famine in parts of Africa reminds me of the role played by the late Prime Minister of my country, Madame Indira Gandhi, whose birth anniversary falls today, November 19th in raising food production. Her role in saving nearly one fifth of humanity from famine is an achievement history will record. At the time of her passing away, India had a grain reserve of over 22 million tons of food grains. She had explained the steps which led to this change in food outlook in India in her McDougall Memorial lecture delivered here in FAO in November 1981. A couple of months ago while addressing the Planning Commission of India she stressed that the seventh five-year plan of India, which is due to begin in April 1985, should have three major goals. First is food, food for everyone. Second work, work for every adult who can work, and thirdly higher productivity in farm and factory. Food, work and productivity in farm and factory were mentioned by her as the sole and most important goals of the seventh plan of India. I am mentioning this because it will be useful to remind ourselves while discussing the state of food and agriculture in the world, and particularly in Africa, the principal message she gave in her McDougall Memorial lecture here. I paraphrase it as the tragedy of hunger can be made a problem of the past provided there is the requisite political priority for helping farmers and fishermen.

1. Adoption of the Agenda and Timetable
1. Adoption de l'ordre du jour et du calendrier
1. Aprobación del programa y el calendario

I would like to seek your approval of the Adoption of the Agenda as mentioned in document CL 86/1-Rev.l. There is however one change to be made. Under the last item, Any other Business, please add the subitem 19.2 entitled "Amendment to Staff Regulation 301.136 for decision". May I have your concurrence to the adoption of the agenda with this one additonal point 19.2.

J.R. LOPEZ PORTILLO (Mexico): En primer lugar deseamos expresar nuestra satisfacción por verlo a usted presidiendo tan atinadamente los trabajos de nuestro Consejo, señor Presidente.

Señor Presidente, simplemente para hacer notar que en el Programa provisional que se nos presenta, en el revisado vemos corregido ya un error que aparecía seguramente en el anterior relativo a que el documento CL 86/16 se refería igualmente para el Día Mundial de la Alimentación como para la solicitud de ingreso en la Organización.

En segundo lugar para preguntar a la Secretaria, a través de usted, qué es lo que significa en el punto 17.2 el que las solicitudes de ingreso en la Organización sean para debate y/o decision. Según tenemos entendido, la decision respecto del ingreso a la Organización es una facultad de la Conferencia, y el Consejo simplemente toma nota de ello.

LE SECRETAIRE GENERAL: Avant de répondre à la question, je voudrais remercier le Président des paroles aimables qu'il a eues à mon endroit. Je suis un vieux serviteur de l’Organisation, mais je n'ai pas l'expérience de ce genre de travail; d'avance je demande votre indulgence et celle des membres du Conseil pour les bévues que je pourrais commettre. Si la question de l'admission des Iles Salomon figure à l'ordre du jour avec la mention pour "discussion" et/ou "decision", c'est que le Conseil aura à décider s'il convient d'autoriser le Directeur général à inviter les Iles Salomon comme observateur. Il est bien entendu que la decision sur l’admission des Iles Salomon à la qualité de Membre de l'Organisation sera prise par la Conférence en 1985.

CHAIRMAN: With this clarification shall we adopt the agenda. Thank you very much, the agenda is adopted.

It was so decided
II est ainsi décidé
Así se acuerda

We will now move on to the Provisional Timetable document CL 86/INF/1.

ASSISTANT SECRETARY-GENERAL: It is simply that there is a slight change in the timetable which we wish to propose to you, that item 16 instead of being taken next Monday, the 26th of November, should be taken on Friday the 23rd of November, and the items which are currently in the timetable for Friday, that is to say items 9, 11 and 15, should be taken up on Monday.

There is one other thing that you will notice in the timetable and that is the morning of Tuesday 27 November, is free. It does not mean that there will be no meetings; there will in fact be a meeting in the Plenary Hall and the President of Niger as the current Chairman of CILSS will be here, and also the Prime Minister of Italy, Mr. Bettino Craxi.

DEPUTY DIRECTOR-GENERAL: On the information just given to you on Tuesday the 27th, perhaps I should add a word more of explanation. The Council will not be meeting; the Council will be suspended because, at the invitation of the Director-General, the President of Niger, who is also Chairman of the CILSS, the Inter-State Committee for the struggle against drought, will be here and also the Prime Minister of Italy. The President of the Council of Ministers of Italy, Mr Bettino Craxi, has accepted an invitation of the Director-General to visit FAO, and on the occasion of these two visits to FAO the Director-General has asked them, and they have agreed, to address a meeting of all Member Countries, the representatives of all Member Countries, in the Plenary Hall. The representatives of all Member Countries are cordially invited to attend that ceremony in the Plenary Hall which will begin at 10.30 on Tuesday 27 November. Invitations are in the process of being issued to the missions in Rome.

CHAIRMAN: For clarification shall we adopt the revised timetable? I hear no comments so we will adopt the revised timetable as indicated by Mr Henderson.

Before we come to the next item, I would like to give some procedural information. You will have noted that the election of five Members to the UN/FAO Committee on Food Aid Policies and Programmes, the CFA, is fixed for the morning of Wednesday, 28 November. The Council must now set a deadline for the submission of nominations on the forms appended to document CL 86/11. I propose that we set 12:00 hours on Friday, 23 November as the deadline for submission of nominations on the prescribed forms to the office of the Secretary-General in Room B 202. The list of nominations will be shown in the Order of the Day on Monday, 26 November - that is, two days before the actual election. I would like to know your views, whether this timetable is agreeable to you. (Agreed) Thank you very much. Then we will adopt this timetable for the election of the five members.

I would like to suggest that we meet every day from 9:30 to 12:30 and again from 14:30 to 17:30 hours.

It was so decided
II est ainsi décidé
Así se acuerda

2. Election of Three Vice-Chairmen, and Designation of the Chairman and Members of the Drafting Committee
2. Election de trois vice-presidents et nomination du président et des membres du Comité de rédaction
2. Elección de tres Vicepresidentes y nombramiento del Presidente y de los Miembros del Comité de Redacción

A. ABDEL MALEK (Liban) (langue originale arabe): La délégation libanaise a le plaisir de proposer la candidature de Son Excellence l’Ambassadeur de Trinité-et-Tobago, L.E. Williams pour le poste de vice-president.

CHAIRMAN: The Ambassador of Trinidad and Tobago has been proposed.

G. BULA HOYOS (Colombia): La delegación de Colombia tiene el honor de apoyar la propuesta que ha hecno el distinguido colega y amigo del Líbano a fin de que el distinguido Embajador L.É. Williams, de Trinidad y Tabago, sea uno de los Vicepresidentes de este período de sesiones del Consejo.

H.J.H. TALEYARKHAN (India): I have pleasure in proposing the name of Dr S. Baharsjah, the Secretary-General of the Ministry of Agriculture of Indonesia, to be the Vice-Chairman of these Council proceedings.

W.A.F. GRABISCH (Germany, Federal Republic of): The delegation of the Federal Republic of Germany takes great pleasure in supporting the candidature of Dr S. Baharsjah, the Secretary-General of the Ministry of Agriculture of Indonesia. Dr Baharsjah is quite familiar with FAO activities and my delegation is quite sure that he will be of great help to you Mr Chairman.

CHAIRMAN: We now have two nominations, Ambassador L.E. Williams of Trinidad and Tobago and Dr Baharsjah of Indonesia. May I take it that it is your pleasure to elect these two very distinguished delegates as Vice-Chairmen? I see nods. So I declare Ambassador Williams and Dr Baharsjah Vice-Chairmen. I am particularly happy that I have had the privilege of working with them and I extend my warm welcome both to Ambassador Williams and Doctor Baharsjah. We will postpone the election of the third Vice-Chairman, also the election of the Chairman and Members of the Drafting Committee. Consultations are still going on. If possible we will take it up as the first item in the afternoon.


17. Other Constitutional and Legal Matters, including:
17. Autres questions constitutionnelles et juridiques, notamment:
17. Otros asuntos constitucionales y jurídicos, en particular:

17.2 Application for Membership of the Organization:
17.2 Demande d'admission à la qualité de Membre de l'Organisation:
17.2 Solicitudes de ingreso en la Organización:

Solomon Islands
Iles Salomon
Islas Salomón

LE SECRETAIRE GENERAL: En ce qui concerne ce point, nous avons reçu une seule demande d'admission à la qualité de Membre de l’Organisation, c'est celle des Iles Salomon.

Tous les Etats Membres de l’Organisation ont été informés au mois de septembre de la demande qui sera naturellement soumise à l’approbation de la Conference de novembre 1985.

Entre-temps, conformément aux paragraphes B.l, B.2 et B.5 des principes régissant l’octroi du statut d'observateur aux nations, et conformément aussi à l’Article XXV, paragraphe 11 du Règlement général de l’Organisation, le Conseil peut autoriser le Directeur général à inviter des représentants de

cette nation à assister en qualité d'observateur aux réunions du Conseil ainsi qu'à des réunions techniques régionales ou à toute autre réunion d'intérêt pour eux, comme j'ai eu l'honneur de l'expliquer à M. l’Ambassadeur du Mexique. C'est pourquoi la question figure dans votre ordre du jour avec la mention: "pour discussion et le cas échéant décision".

J.D.L. RICHARDS (New Zealand): The Secretary-General has given us an explanation of the status of this application at present. It is in effect a formal tabling and the decision of course will be taken by the Conference, so I will be very brief now. But as Council Representative for the South West Pacific Region I cannot let this opportunity pass without expressing pleasure at the news of this application from the Solomon Islands. It is another member of the South Pacific forum to apply. It will be another member for the South West Pacific Region of the Organization and a further step towards universality of membership. The Solomons is one of the largest countries in area of the number of small Pacific island countries. It has interesting production in fisheries, forestry, palm oil and rice, and I am sure there will be a great deal of valuable cooperation between the Organization and the Solomon Islands.

CHAIRMAN: In the light of what we have heard may I seek your concurrence to the Solomon Islands being invited to attend in an observer capacity as appropriate? I see nods all round, so we will invite the Solomon Islands as an observer.




3. Statement by the Director-General

3. Déclaration du Directeur général

3. Declaración del Director General

Le DIRECTEUR GENERAL: M. le Président, Mesdames et Messieurs les délégués, Mesdames et Messieurs,

Ce ne sont pas les drapeaux ornant cette tribune qui constituent la véritable toile de fond de notre 86ème session. Ce sont hélas les tragiques images qui nous arrivent d'Ethiopie et de bien d'autres parties d'Afrique: enfants squelettiques, estropiés, victimes de la guerre, colonnes de réfugiés se traînant dans la poussière avec pour seul horizon les bidonvilles.

En discutant chaque point de notre ordre du jour, n'oublions jamais ces photos, ces films, qui nous rappellent périodiquement l'effroyable dénuement de millions de nos frères humains.

Par-delà ces images, n'oublions pas que la sécheresse, la désertification, et les catastrophes dues à l'homme appauvrissent encore des millions de gens qui étaient déjà misérables; cela les a acculés au désespoir et à la mort. Ne l'oublions pas, M. le Président. Autrement, nous perdrons de vue ce qui est notre véritable raison d'être, le but vers lequel toute notre action devra tendre. Restons fidèles à nos idéaux: telle est la volonté qui m'anime et qui inspire toutes mes reflexions, même quand il s'agit de sujets apparemment mineurs.

Jamais, hélas, je n'ai eu la chance de pouvoir vous présenter un tableau idyllique de la situation mondiale de l’agriculture; Dieu sait pourtant s'il aurait été plus agréable et plus consolant pour moi, comme pour vous, de pouvoir vous dire que les récoltes ont été partout abondantes, qu'il y a moins d'affamés, et que le sort des paysans du tiers monde s'améliore. Et, aujourd'hui, comme il serait plus agréable de m'entendre dire que les ressources tant locales qu'extérieures, disponibles pour le développement de l’alimentation et de l’agriculture, sont en forte augmentation, que l'on s'est mis d'accord pour de nouveaux arrangements internationaux pour les céréales, que les prix des autres produits de base sont à un niveau équitable et rémunérateur, et que les objectifs de l'aide alimentaire ont été dépassés et relevés. Hélas, il n'en est rien; et la FAO doit dire les choses telles qu'elles sont.

Bien sûr, les pays pauvres devraient faire plus pour eux-mêmes. Mais comprenons le problème. En fait les dés sont pipés. La nature fait des caprices et déjoue leurs efforts. Le jeu inexorable de l'économie internationale: endettement, termes de l'échange, protectionnisme, tisse une toile d'araignée dans laquelle ils s'engluent de plus en plus à chaque mouvement qu'ils font pour s'en dégager. Pour couronner le tout, les achats d'armernents et les conflits engloutissent les maigres ressources qu'ils avaient réussi à se procurer. Enfin, poussés par un obscur instinct de l'espèce, même les plus pauvres des pauvres continuent à multiplier le nombre des bouches à nourrir à un rythme que la production vivrière ne peut plus soutenir.

Les crises qui en résultent et qui sont devenues une maladie peut-être chronique de notre époque créent aussi beaucoup de problèmes aux pays riches, aussi charitables et généreux qu'ils aient été ou qu'ils souhaitent l'être. Ils sont eux-mêmes confrontés à des choix économiques et sociaux difficiles. Eux aussi ils sont à la merci des marchés monétaires et financiers qui ne connaissent pas la pitié. Les efforts que déploient certains pour accroître leur aide, qu'ils soient inspirés par leurs intérêts stratégiques, politiques, économiques ou par des motifs purement humanitaires, sont soigneusement planifiés en fonction de leur budget et de leur capacité logistique. Or, quand des crises éclatent, le public s'émeut. Il donne avec générosité mais en même temps il exige des pouvoirs publics un effort qui boùleverse inévitablement leurs plans et leur budget mûrement réfléchis. Inévitablement aussi, le public juge que les gouvernements n'en font pas assez et qu'ils interviennent trop tard. Et alors rien n'est plus facile que de s'en prendre aux organisations internationales que l'on accable de reproches aussi contradictoires que variés.

Néanmoins, depuis que je suis Directeur général de la FAO, j'ai toujours estimé qu'il était de mon devoir de sonner l'alarme devant les dangers qui nous guettent et notamment d'insister sur la mise en place anticipée de stocks pour l'aide alimentaire d'urgence. En outre, depuis le début de 1983, je ne cesse de réclamer que l'on reconnaisse la gravité de la situation de l'Afrique et des périls qui la menacent. Le Groupe d'action spécial publie régulièrement des rapports solidement documentés et dignes de foi. Et je multiplie les appels pour qu'une aide accrue soit apportée à ce continent. Les réactions mitigées et même parfois hostiles ne m'ont pas découragé. Certains ont en effet jugé inutiles ou mal conçues les mesures que nous proposions et ont prétendu que nos évaluations étaient exagérées.

Or, vous le savez tous, celles-ci se révèlent aujourd'hui inférieures à la réalité. Cependant, mes appels ont suscité une réaction généreuse de la part de plusieurs gouvernements, et j'ai appris avec beaucoup de satisfaction que l'un des principaux bailleurs de fonds a pris récemment des mesures concrètes pour la mise en place anticipée de stocks.

En tout état de cause, Monsieur le Président, les événements de ces dernières semaines ne font que renforcer ma résolution de m'en tenir à ce que je considère comme mon devoir imprescriptible : dire la vérité et prendre des initiatives concrètes.

Ainsi, j'ai lancé dernièrement un appel pour que soient augmentées dès maintenant les contributions à la Réserve alimentaire internationale d'urgence qui n'est actuellement pas suffisante pour répondre aux demandes jusqu'à la fin de 1984. J'ai demandé l'inscription à l'ordre du jour de la prochaine session du CPA d'un point concernant les mesures à prendre pour assurer la livraison rapide de l'aide alimentaire d'urgence. Bien entendu, cette question a déjà été souvent examinée dans le passé et ne saurait manquer de l'être encore à l'avenir. Toutefois, étant donné la gravité de la situation actuelle, étant donné que tout porte à croire qu'elle persistera, j'estime qu'il est impossible d'attendre plus longtemps. Il faut tout de suite étudier les moyens de répondre rapidement aux demandes d'aide d'urgence : emprunts du PAM auprès des pays en développement qui disposent d'excédents, achats de produits dans les pays mêmes ou dans la région, mise en place anticipée de nouveaux stocks, augmentation des ressources en espéces, mesures à prendre dans les pays bénéficiaires, notamment pour mieux évaluer les besoins d'aide d'urgence et pour remédier aux problèmes de gestion et de logistique, y compris les problèmes de transit, participation des ONG, coordination de l'aide d'urgence, etc. Bien entendu, je vous tiendrai au courant des progrès.

Contrairement à mon habitude, je ne vous citerai pas de chiffres sur la production vivrière région par région, sur les stocks de céréales, etc. J'ai déjà eu l'occasion, tout au long de l'année, d'attirer l’attention sur ces différents aspects de la situation alimentaire mondiale, aspects qui vous seront présentés dans le détail au point 4 de l'ordre du jour - Situation mondiale de l'alimentation et de l’agriculture.

Il me suffira de dire que la misère continue à régner au sein de l’opulence. Notre juste préoccupation pour l'Afrique ne doit pas faire oublier que la situation alimentaire d'autres régions est précaire; pour ce qui est de l'Afrique, il nous faut reconnaître que la tragédie dont nous sommes témoins n'est pas un phénomène éphémère.

L'accroissement de la production vivrière dans toutes les régions en développement et l’instauration d'une véritable sécurité alimentaire sont des impératifs catégoriques sur le plan politique, économique et social et le resteront au moins aussi longtemps que nous vivrons.

Permettez-moi maintenant de passer en revue certains des principaux événements qui se sont produits à la FAO ou dans des conférences internationales depuis notre dernière session.

La FAO a reçu la visite de cinq chefs d'Etat - ceux du Costa Rica, de l'Espagne, de Panama, de l'ltalie et du Sénégal. Nous avons été tout particulièrement honorés de la participation du Roi et de la Reine d'Espagne à la Conférence mondiale sur l’aménagement et le développement des pêches, et de celle du Président Pertini et du Président Diouf à la Journée mondiale de l’alimentation. Nous nous préparons maintenant à recevoir le 27 novembre la visite du Président du Niger qui est également le président en exercice du CILSS.

Nous avons été heureux aussi d'accueillir à la FAO les Premiers Ministres de la Nouvelle-Zélande, de la Jamaíque et du Cap-Vert. et nous attendons la visite du Président du Conseil italien, M. Craxi, le 27 novembre.

Outre les ministres qui ont participé à la Conférence des pêches, une trentaine d'autres ministres sont venus à la FAO dans le courant de l'année. Enfin, nous avons reçu plusieurs délégations parlementaires, notamment les membres du Comité du budget du Bundestag.

Ces visites sont pour nous un honneur, mais surtout elles montrent dans quelle estime on tient la FAO et nous aident à mieux servir les Etats Membres.

Très utiles aussi ont été les visites de plusieurs chefs de secrétariat d'organisations intemationales : CILSS, OMM, FISE, ADRAO, CEA, CEE.

Il y a eu beaucoup d'autres réunions intemationales importantes cette année, mais elles n'ont guère contribué à débloquer les négociations Nord-Sud qui n'ont d'ailleurs jamais commencé.

L'échec le plus amer concerne la reconstitution des ressources du FIDA. Puisque nous parlons du FIDA, je saisis l'occasion pour dire au revoir à M. Al-Sudeary à qui je voudrais rendre hommage pour avoir joué un rôle prépondérant dans la création et le développement du FIDA. Que nos meilleurs voeux l'accompagnent. Je voudrais saluer la nomination de son successeur M. Jazairy, que je connais bien et avec lequel je compte coopérer étroitement.

Les résultats des discussions prolongées sur la reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement - 9 milliards de dollars au lieu de 12 milliards - ont eux aussi déçu beaucoup d'espoirs.

Comme vous le savez, il y a eu bien d'autres réunions auxquelles la FAO a été représentée, souvent par moi-même; je pense notamment à l’ECOSOC, à la deuxième Conférence Internationale sur l’assistance aux réfugiés en Afrique, à la quatrième Conférence générale de l’ONUDI et à la Conférence internationale sur la population. Du point de vue de la FAO, certaines d'entre elles ont été plus importantes ou plus fécondes que d'autres, mais, sans m'attarder sur ces réunions, j'en viens maintenant à nos propres conférences régionales.

Ces conférences ont toutes été importantes. Aucune autre manifestation régionale ne réunit autant de ministres et de hauts responsables pour étudier les politiques, les faits nouveaux, les possibilités de coopération régionale et les orientations futures dans le secteur alimentaire et agricole.

Les Conférences régionales ont su parfaitement éviter la démagogie, les résolutions trop ambitieuses et l’esprit de critique systématique. Elles ont été constructives, pragmatiques·, réalistes. Je parlerai surtout des déclarations d'Harare et de Buenos Aires adoptées respectivement par les Conférences régionales pour l’Afrique et pour l'Amérique latine et les Caraïbes, mais cela n'enlève rien à l’importance et à l'intérêt des autres conférences qui ont eu lieu cette année au Pakistan, en République démocratique populaire du Yémen et en Islande.

C'est uniquement le manque de temps qui m'empêche de parler plus en détail de ces trois dernières conférences, qui ont elles aussi été très intéressantes et constructives. Vous trouverez un résumé de leurs recommandations dans le document CL/86/INF/14.

Les deux déclarations que j'ai mentionnées présentent toutefois un intérêt particulier, car elles ont une portée politique et stratégique exceptionnelle. Elles ont été préparées par les ministres eux-mêmes, en dehors des seances plénières, ce qui a permis des échanges de vues plus libres et plus approfondis. Les déclarations abordent les problèmes de manière claire, pragmatique et concrète, et témoignent d'une nouvelle orientation et d'une nouvelle détermination. Elles valent pour toutes les régions.

Dans son discours d'ouverture de la treizième Conférence régionale pour l’Afrique, qui s'est tenue à Harare, en juillet dernier, M. Robert Mugabe, Premier Ministre du Zimbabwe, s'est félicité du rôle de la FAO en Afrique et des multiples activités qu'elle y déploie à l'appui des efforts faits par les pays africains eux-mêmes pour sortir de leurs difficultés actuelles.

La Conférence a examiné différents points dont certains sont communs à toutes les régions tandis que d'autres sont propres à l'Afrique, par exemple le développement de l'irrigation ou l’éradication de la peste bovine. Au terme de la Conférence, le projet de déclaration élaboré par les ministres eux-mêmes a été adopté à l'unanimité.

L'autosuffisance est le mot clé de la déclaration d'Harare. Dans ce texte, les ministres réaffirment que leurs pays sont résolus à prendre en main leur propre destin. Ils rendent hommage à tous ceux qui luttent avec eux - gouvernements, organisations internationales (et notamment la FAO), organisations non gouvemementales ou particuliers - mais ils n'en reconnaissent pas moins que la charge de développer l'agriculture et le secteur rural et d'améliorer l'état nutritionnel des populations incombe avant tout aux gouvernements et aux peuples africains eux-mêmes.

Ils s’engagent à continuer de donner la plus haute priorité au développement de l’agriculture et du secteur rural, à adopter des politiques plus efficaces et à veiller à une meilleure utilisation des ressources par les pouvoirs publics.

Dans cette déclaration, les ministres aþpuient en outre la stratégie d’aménagement et de développement des pêches, la nouvelle définition de la sécurité alimentaire mondiale, l’établissement par la FAO d’un programme d’action pour la sécurité alimentaire relative à l’instauration d'un pacte mondial pour la sécurité alimentaire.

Je tiens à remercier les pays africáins qui, dans la déclaration d'Harare, ont réaffirmé leur confiance dans la FAO, dans ses priorités et programmes, et aussi dans son Directeur général, et se sont engagés à rèdoubler d’efforts pour aider la FAO à atteindre ses objectifs.

Cette déclaration sobre, digne et pragmatique a été bien accueillie par les représentants des donateurs et a largement été diffusée par les médias. Elle est maintenant citée à l’Assemblée générale. Pour moi, elle est symptomatique de la détermination et de la volonté d'aller vite qui animent désormais l'Afrique.

Cette déclaration doit maintenant se traduire par une action concréte des ministres du plan et des finances. En même temps, il ne faut pas oublier que l’Afrique a, et aura encore, besoin d’une aide de plus en plus importante, notamment pour faire face aux crises.

Une autre declaration mérite de retenir l’attention du Conseil: c'est celle de Buenos Aires, qui a été adoptée par la Conférence régionale pour l’Amérique latine et les Caraïbes, tenue en Argentine en août dernier.

Cette déclaration reconnaît elle aussi que c'est aux gouvernements eux-mêmes qu’il incombe au premier chef de "combattre méthodiquement le phénomène socio-économique que constitue la pauvreté extrême dont pâtissent des dizaines de millions de foyers dans la région”.

Mais ce texte vaut aussi pour d’autres régions; ainsi, il rapporte les problèmes des pays à "l’injustice de l’ordre économique international actuel": taux d'intérêt élevés, endettement, réduction des possibilités d'accès aux financements publics et privés, termes de l'échange, protectionnisme, absence d’accords sur les produits de base, dépenses d'armement, etc.

Là encore, je tiens à remercier les pays de la région de l'appui qu’ils expriment dans la déclaration au Directeur général et de l'hommage qu’ils rendent aux programmes et activités de l’organisation dans la région, et notamment à ses efforts pour formuler un pacte mondial de sécurité alimentaire.

Bien entendu, la Conférence mondiale sur l’aménagement et le développement des pêches, qui s’est tenue à Rome du 27 juin au 6 juillet 1984, revêt à nos yeux une importance exceptionnelle. Elle a été ouverte par Sa Majesté le Roi d’Espagne, Juan Carlos ler. L’intérêt qu'il nous a ainsi manifesté nous honore profondément et son discours demeure pour nous une source d’inspiration et d'encouragement.

Nous remercions également Son Excellence Pedro Ojeda Paullada, Ministre des pêches du Mexique, qui a présidé la conférence avec brio et qui en présentera bientôt le rapport à l’Assemblée générale des Nations Unies; enfin, nous remercions les 147 Etats, à qui nous devons le succès de la Conférence.

Manifestement, cette conférence venait à point nommé, et elle a été bien prêparée. La preuve en est qu'après un démarrage un peu hésitant on est parvenu en quelques jours à un accord unanime sur une stratégie et sur cinq programmes d’action pour l’aménagement et le développement des pêches.

Ces textes constituent la base sur laquelle la FAO continuera à assumer ses responsabilités dans le secteur des pêches et dêfinira ses objectifs. Un document sur le suivi de la conférence vous a été distribué.

Vous êtes également saisis des rapports de la septième session du Comité des forêts et de la neuvième session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

Comme vous le savez sans doute, la foresterie et notamment la question de la protection des forêts ont fait l·objet d’un débat animé à la Conférence régionale pour l’Europe, qui s'est tenue en septembre dernier à Reykjavik, en Islande.

Le Comité des forêts et la Conférence de Reykjavik ont tenu à souligner que l’importance des forêts devait être reconnue sur le plan mondial, notamment par la proclamation d'une année internationale de la forêt en 1985. Vous êtes saisis d'un document à ce sujet.

La dernière session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale s'est tenue il y a un certain temps déjà et la prochaine session n'est plus guère éloignée. Je me contenterai done de dire que les événements de ces derniers mois ne font que confirmer à mes yeux l’importance capitale de la sécurité alimentaire mondiale et qu'ils ont renforcé ma résolution de poursuivre mes efforts dans ce domaine.

Je vous confirme que je présenterai à la prochaine session un projet de pacte mondial de sécurité alimentaire. Il ne contiendra aucun engagement nouveau ou contraignant pour personne, ni pour les pays, ni pour les particuliers, ni pour les ONG, mais, j'en suis convaincu, il mobilisera un puissant élan moral au service de cette cause d'importance capitale pour le monde, il aidera les gouvernements, les organisations internationales, les ONG et les particuliers à orienter leur action.

Je manquerais à tous mes devoirs si je ne vous disais pas un mot de la dernière session du CPA qui a pris fin il y a quelques jours.

Vous n'ignorez pas que le Programme alimentaire mondial est né de la FAO à laquelle cette parenté, qu'elle partage avec l’ONU, confère d'importantes responsabilités, spécifiées dans les documents, de base du PAM.

Cette relation unique en son genre est fondée sur la complémentarité entre les objectifs de la FAO et ceux du PAM, et sur le fait que l'appui de la FAO est essentiel pour le succès du PAM. A cet égard, une importance particulière s'attache à la fonction de législateur, d'électeur et de conseiller du PAM et du CPA qui est dévolue au Conseil de la FAO conjointement avec l'ECOSOC. Seuls le Conseil et l'ECOSOC peuvent modifier les documents de base. Le Conseil élit la moitié des membres du CPA, examine les objectifs de contribution, donne des avis à la FAO et au PAM lui-même sur les politiques et les activités, et, le cas échéant, prend des décisions.

Ce sont là des réalités que l'on ne saurait méconnaître. C'est en s'y conformant que le Programme a obtenu tant de succès depuis sa creation.

Je suis frappé par un étrange paradoxe: au moment même où l'on affirme que le Programme n'a jamais déployé autant d'efficacité opérationnelle ni obtenu de telles réussites, on soutient que les difficultés qui ont surgi sont si formidables que les operations du Programme s'en trouvent compromises.

Quoi qu'il en soit,le CPA a été informé - et j'en informe à son tour le Conseil, devant lequel je suis responsable- qu'eh vue de résoudre les difficultés actuelles sans modifier les documents de base, le Secrétaire général des Nations Unies et moi-même avons décidé de créer une équipe spéciale ONU/FAO pour examiner les divers problèmes que le Directeur exécutif pourrait soumettre, oralement ou par écrit, et présenter ses conclusions au CPA et aux autres organes intergouvernementaux concernés.

Je tiens à vous assurer que je donnerai pour instruction à mes représentants dans cette équipe spéciale de rechercher sincèrement des solutions pratiques conformes aux documents de base, et de s'efforcer d'aboutir le plus vite possible à une conclusion.

Je ferai de mon mieux pour résoudre les problèmes.

C'est dans le même esprit que j'aborderai maintenant la question épineuse de nos relations avec le Gouvernement du pays hôte.

Nous sommes reconnaissants à ce Gouvernement de la générosité dont il a fait preuve autrefois et aujourd'hui, autrefois lorsqu'il a accueilli la FAO à Rome et dont il fait preuve aujourd'hui encore dans son aide aux pays en développement. Personnellement, chacun de nous mesure tout l'agrément qu'il y a à travailler dans la Ville Eternelle parmi le peuple italien, si merveilleusement hospitalier.

Mais les organisations internationales ont besoin de certaines facilités indispensables à l'accomplissement de leur tâche. Nous n'en demandons pas plus. Nous ne réclamons pas de nouveaux privilèges, de nouvelles immunités ni de nouveaux avantages, mais seulement le maintien ou le rétablissement de ceux dont nous jouissions naguère.

Je suis reconnaissant au Représentant permanent du pays hôte, M. l’Ambassadeur Francisci, de tous les efforts qu'il a faits pour trouver des solutions constructives. Mais, pour l’instant, le Comité financier, le CQCJ et moi-même sommes une fois de plus contraints d'exprimer notre grave préocupation; nous vous avons suggéré des lignes d'action que, je l'espère, vous serez à même d'approuver.

Si je m'abstiens de réitérer ici l'expression de mon inquiétude c'est tout d'abord à cause de l'intérêt qu'a bien voulu nous témoigner Son Excellence le Président Pertini au cours de sa visite à la FAO, le 16 octobre, pour la Journée mondiale de l’alimentation; deuxièmement parce que, quand il nous a rendu visite le 7 novembre, M. Andreotti, Ministre des Affaires Etrangères,

a discuté avec moi des problèmes en suspens et a pris connaissance des plans et maquettes des bâtiments proposés; et troisièmement, parce que j'espère pouvoir en discuter avec son Excellence M. Bettino Craxi, Président du Conseil, qui a bien voulu accepter de venir à la FAO le 27 novembre honorer de sa présence une cérémonie spéciale à laquelle le Président du Niger participera également.

La Journée mondiale de l’alimentation a été marquée par la présence du Président Pertini, dont le discours a été pour nous une source d'inspiration, mais nous avons aussi été honorés, le 16 octobre, d'avoir parmi nous et d'entendre Son Excellence le President du Sénégal, ainsi que Madame le Ministre des questions féminines et sociales du Zaíre.

Le 19 octobre, la Journée mondiale de l’alimentation a aussi été célébrée à l'Assemblée générale des Nations Unies. A cette occasion, le Secrétaire général, les Présidents de l'Assemblée générale et de l’ECOSOC et les représentants des divers groupes ont prononcé des allocutions, et j'ai moi aussi pris la parole.

La Journée mondiale de l’alimentation est devenue une extraordinaire manifestation mondiale de solidarité et de détermination dans la lutte contre la faim. A cet égard, la décision de la Conférence d’instituer cette manifestation, qui avait à l'époque été accueillie par certains avec scepticisme, s'est révélée depuis une des initiatives les plus clairvoyantes et les plus efficaces que la FAO ait jamais prises. Les faits lui donnent pleinement raison.

L'an prochain, la Journée mondiale de l’alimentation sera pour la FAO une date d'autant plus importante qu'elle coïncidera avec le quarantième anniversaire de l’Organisation. Nous devons célébrer cet anniversaire avec éclat. J'étudie plusieurs idées sur lesquelles je ne manquerai pas de consulter le Conseil en temps voulu.

Enfin, je voudrais consacrer la dernière partie de mon exposé à certaines questions particulièrement importantes qui nous occuperont au cours des prochains mois.

Vous n’ignorez pas que nous publierons l'an prochain notre grande étude sur les politiques de prix. Toutes les activités visant à accroître la production alimentaire devront en effet continuer à faire une large place aux politiques de prix, aux stimulants et aux facteurs de production.

Nous vous avons déjà communiqué nos premières idées sur le suivi de la Conférence mondiale des pêches. Sans aucun doute, le Congrès forestier mondial de 1985 signalera aussi certaines nouvelles orientations auxquelles nous devrons faire plus de place dans nos programmes forestiers.

La coopération économique et technique entre pays en développement reste un domaine hautement prioritaire. A juste titre, les pays en développement tiennent à conserver autant que possible la res-ponsabilité et l’initiative des nouveaux efforts dans ce domaine. Mais ils n'en auront pas moins besoin de notre assistance. C’est pourquoi, dans le cadre de nos programmes économiques et sociaux, j'ai entrepris une grande étude sur la coopération économique entre pays en développement dans le domaine du commerce des produits agricoles.

Nous ne relâcherons pas nos efforts pour promouvoir concrètement le développement rural, notamment en ce qui concerne le role des femmes et des jeunes. L'accent qui a été mis en 1984 sur le rôle des femmes dans l’agriculture n'était pas destiné simplement à leur rendre un hommage sans lendemain, mais à affirmer une importante priorité économique et sociale pour l'avenir. On ne saurait négliger les besoins des jeunes, qui constituent une part de plus en plus grande de la population totale, car l'énergie et les aspirations de la jeunesse dans une situation de chômage et de frustration constituent un véritable mélange détonant.

Mais avant tout, c'est à l'Afrique que nous continuerons de consacrer en priorité nos efforts. C'est déjà le cas aujourd'hui, mais nous essaierons de faire encore plus, tout en évitant que cela ne porte préjudice aux autres régions. Nous ne devons pas nous contenter d'intervenir directement, dans la mesure où le permet notre modeste budget ordinaire mais aussi catalyser l’assistance des autres institutions et des gouvernements.

Comme je l'ai déjà dit, j'étudie les moyens d'améliorer nos services à la communauté internationale en prévoyant les situations d'urgence et en fournissant la base d'informations et d'avis nécessaires pour mobiliser l'aide de façon plus rapide et plus efficace.

Par ailleurs, comme l'a demandé la Conférence régionale pour l'Afrique, j'élabore le cadre et les elements d'une nouvelle grande etude sur l'Afrique dans laquelle on se concentrera, en évitant tout double emploi avec les autres travaux de la FAO, de la Banque mondiale et d'autres, sur les mesures pratiques qui peuvent et doivent être prises pour accroître la production alimentaire. Je tiens à éviter que cette etude ne soit simplement un nouvel ensemble de prescriptions de politiques macroéconomiques ou une nouvelle évaluation des besoins financiers d'investissement et d'assistance technique ou encore un catalogue d'activités techniques englobant toutes les disciplines imaginables.

Dans mon idée, cette étude doit porter principalement sur les grandes cultures africaines -maïs, sorgho, mil, manioc et autres racines et tubercules-, sur les besoins essentiels en eau, semences et autres facteurs indispensables pour accroître les rendements et améliorer la qualité nutritionnelle de la production, sur ce que doivent faire les gouvernements et la communauté des donateurs pour marquer un progrès réel dans ces domaines. La tâche seralongue, compliquée et difficile, mais, à mon avis, la FAO est exceptionnellement bien placee pour la réaliser; nous n'en ferons pas moins appel à toutes les compétences techniques existant dans les autres organisations et institutions, comme dans les pays eux-mêmes.

De plus amples détails seront fournis en temps opportun mais il est urgent de se mettre au travail.

Evidemment, la crise actuelle de l'Afrique déborde largement le cadre agricole et alimentaire qui est du ressort de la FAO. Elle touche à une série de questions économiques et societies que seules les Nations Unies peuvent couvrir dans leur globalité. C'est pourquoi, dès le mois d'avril dernier, j'avais proposé devant le Comité administratif de Coordination des Nations Unies qui regroupe tous les chefs d'agences du système des Nations Unies, sous la présidence du Secrétaire général des Nations Unies, que les Nations Unies convoquent une conférence spéciale ou une session spéciale de l'Assemblée générale, consacrée à la situation économique et sociale en Afrique. Cette idée que j'ai répétée devant le Conseil économique et social en juillet dernier à Genève, semble faire du chemin puisqu’elle a été reprise par la Conférence des Ministres de la Commission économique pour l'Afrique en mai 1984, la session ministérielle du Conseil mondial de l’alimentation en juin 1984 et dans la déclaration de Harare adoptée à l’issue de la Conférence régionale pour l’Afrique, toujours en juillet 1984. Il appartient maintenant au Secrétaire général des Nations Unies de se déterminer à l'égard de cette proposition.

Je viens de citer certaines des graves priorités du Programme ordinaire. Bien évidemment, les Etats Membres feront de nombreuses autres demandes, auxquelles il faudra répondre dans la limite de nos ressources. Les besoins des pays ne diminuent pas: bien au contraire. La pression démographique est implacable. La faim et la malnutrition persistent et sévissent dans bien des cas plus violemment que jamais. Il faut non seulement accroître l’assistance mais l’adapter aux demandes spécifiques adressées à la FAO par les Etats Membres.

Notre prochain Programme de travail et budget pour 1986-87 devra tenir compte de ces demandes considérables. En le préparant, je garderai présents à l’esprit non seulement le climat d'austérité qui continue à régner dans les pays développés mais aussi les crises économiques et financières dönt souffrent les pays en développement eux-mêmes.

Comme l'indique l'état des contributions, ceux-ci ont de plus en plus de mal à régler ponctuellement leurs quotes-parts, si petites qu’elles paraissent en valeur absolue. Je me bornerai aujourd'hui à vous dire que je serai très prudent dans mes propositions.

D’un autre côté, la FAO a un rôle important à jouer pour promouvoir les investissements dans le développement alimentaire et agricole et administrer l’assistance technique financée par des fonds extérieurs, qui ont permis d'acheminer en 1983 quelque 3 milliards de dollars vers les pays en développement.

Jusqu'à présent, la part de l’agriculture dans les ressources multilatérales est plus élevée que dans l’assistance bilatérale, où elle reste malheureusement très faible. Raison de plus pour les institutions multilatérales de maintenir et même d’améliorer leur performance. La FAO s’y emploiera en collaboration étroite avec la Banque mondiale, les banques régionales de développement, le PNUD, les donateurs de fonds fiduciaires et d’autres institutions encore.

Toutefois, nous devons à tout prix éviter de gaspiller de l’argent dans des projets de type "éléphant blanc" et veiller à ce que les ressources soient dans toute la mesure possible dirigées en priorité sur les petits exploitants et utilisées avec un maximum d'efficacité.

Si nous envisageons l'avenir, l'ampleur de la tâche qui nous incombe à nous tous ne peut manquer de nous impressionner. La perspective d’une aggravation de la famine et des souffrances en Afrique est insoutenable. Nous devons continuer à nous préoccuper du sort des masses urbaines et des paysans pauvres dans les autres régions du monde, d’autant plus qu’une ou deux récoltes désastreuses pourraient entraîner une calamité bien plus énorme encore que celle à laquelle nous assistons en Afrique.

On aurait assisté à des catastrophes encore bienpiressi les gouvernements, notamment en Asie, n’avaient pas déployé avec succès autant d’efforts pour répondre aux besoins de populations toujours plus nombreuses. Que n’auraient-ils pu réaliser si le système économique et financier international n'avait pas été aussi biaisé!

Il ne faut pourtant pas désespérer, mais bien perséverer. Tel est le devoir des gouvernements, des organisations Internationales et des individus. Ce devoir est sacré. Dans toutes les religions, le repas est précedé d'une prière de reconnaissance pour le pain quotidien qui célèbre

l'union mystique entre la nature et l'homme. Dans la plupart des patrimonies culturels figure le thème d'un âge d'or où la nature avait une générosité sans limite. Peut-être ne s'agit-il que d'un mythe universel mais en tout cas c'est un bel idéal qui doit rester le nôtre: nous devons chercher à créer un âge d'or où la famine sera inconnue et où la faim sera l'exception au lieu d'être la règie pour la moitié de l'humanité.

Notre travail doit être pratique, au ras du sol, efficace, mais nous n'en devons pas moins garder présente à l'esprit cette vision, seule capable de ressourcer et de galvaniser nos énergies, toutes nos énergies.


CHAIRMAN: Thank you very much, Mr Director-General, for the very lucid, comprehensive, candid and, as always, constructive analysis of both the global food and agriculture situation and FAO's part in it. We want to thank you very much. As you have seen, this applause by the members of the Council is an indication of our gratitude for the trouble you have taken.

Distinguished Members of the Council, normally we do not have any discussion following the Director-General's report. Many of these items will come subsequently, particularly the State of Food and Agriculture, but is there anyone now wanting to say anything immediately? If not, I want to again thank the Director-General for his report.

According to the Order of the Day, we should have started our discussion on the State of Food and Agriculture CL 86/2 and CL 86/2 Sup. 1 in the afternoon, but if you agree, I would suggest that we request Professor Islam to introduce it now.


4. State of Food and Agriculture, 1984
4. Situation de l'alimentation et de l’agriculture en 1984
4. El estado mundial de la agricultura y la alimentación, 1984

N. ISLAM (Assistant Director-General, Economic and Social Policy Department): Mr Chairman, Distinguished Delegates and Observers, the documents before you on this item are CL 86/2 and CL/86/2 Supp.l which updates the latest information available on the State of Food and Agriculture this year. The most disturbing aspect of the current situation and outlook for 1985 is the critical food situation in many African countries. This is an item for discussion under 4.1. The overall world economic situation which provides the setting in which the food and agricultural section evolves has improved somewhat during this year. The world economic recovery has gained momentum, and as a result, world trade has expanded with overall favourable effects on export and growth in developing countries as a whole.

Despite these positive developments, serious problems remain. Economic recovery has been uneven and in some countries slow and hesitant. Some developing countries, particularly in Southeast Asia, have experienced impressive growth, but others are troubled in preventing further declines. The situation is especially difficult in Africa, which is in the midst of an economic crisis that compounds a serious food supply problem. Balance of payment difficulties, high levels of budgetary deficits, high interest rates and the unusual strength of the dollar continue to characterize the world's economy. The economic adjustment undertaken in many developing countries in response to deterioration of their external balance of payments has resulted in curtailment of imports, including essential inputs for agricultural development as well as in the reduction of development expenditures.

The current account deficit of non-oil developing countries has been reduced to half of what it was in 1981, but this was, it should be remarked, mainly because of a reduction in imports and only recently through some expanison in exports. The world economic and financial environment, difficult and uncertain as it is, has continued to be a dominating factor affecting agricultural development food security, rural income and poverty. World food and agriculture production increased significantly in 1984, about 5 percent rate of growth, while the overall increase in developed countries was in excess of 6 percent. In developing countries, however, it was between 3 and 3.5 percent. Increased production in developed countries was mainly due to a very sharp recovery in North America and continued growth in Western Europe. The performance in different regions of the developing world however, has varied widely. Food production, as distinguished from total agricultural production increased only at the rate of 3 percent in developing countries, roughly the same as last year.

Except in the centrally planned economies, food production in Asia decelerated following their exceptional performance in 1983.

The situation in Africa is more complex. Recovery in coastal West Africa has been upset by a critical situation in parts of Eastern Africa, very limited recovery in Southern Africa and a worsening situation in the Sahel Region.

Global cereal stocks will rise this season as a result of production exceeding demand from 17 percent of world consumption in 1983/84 to 18 percent in 1984/85.

For food products such as cereals, wheat, dairy and edible oils, an abundant supply confronting a rather weak demand will keep stocks high and prices low. Sugar prices have been of special concern, with market prices well below even the cost of production of the most efficient producers. High prices, particularly for tropical beverages, such as coffee and cocoa, and fibres such as cotton and jute, have been mainly due to tight supplies.

The value of world trade in agricultural products in 1983 failed to recover from the downturn of the previous year. The value of agriculture, fishery and forestry products exports declined by almost 1 percent this year. The prices of fertilizer, a significant input in agricultural production, have been rising sharply, mostly because of increased use in developed countries, especially North America. High prices place a very heavy burden on developing country importers. The fertilizer market continues to be characterized by considerable fluctuation from year to year, a matter of major concern to fertilizer manufacturers as well as to importing countries.

The world economic recession and large government deficits in developed countries adversely affected the flow of external assistance to agriculture. Commitments of multilateral concessional assistance to agriculture declined by some 20 percent between 1982 and 1983. The impact of this decline has been particularly severe for the low-income countries in Asia and Africa. The importance of increasing external assistance to low-income countries thus cannot be over-emphasized, since they are unlikely to be able to attract adequate external private investment, nor are they likely to mobilize adequate resources on their own.

Fish catch is an important source of food, particularly the protein, which barely increased in 1983 compared to 1982. The world recession has affected both the domestic and export demand for fish, and marine fish supply capabilities are having to adjust to the new regime of the sea. Fisheries continue to be subject to considerable variations from year to year. Such variations and uncertainties carry important consequences not only for food supply but also for the rural poor. In forestry the latest complete information on the supply of fuel wood and charcoal output indicates an increase of 2 percent. All the time the proportion of energy derived from fuel wood is declining in developing countries, even though it continues to be a convenient and important source of energy.

The main document on the state of food and agriculture before you also reviews the development and policy changes in world food and agriculture since the World Food Conference. The analysis confirms that overall there has been an important change in food availability since the food crisis in the early 1970s. However, in 27 countries there was a decline in per capita calorie supplies between 1969 and 1971, and 1979 and 1981. Most of these are low-income countries and 15 of them are in Africa. They have experienced a very small rate of overall growth of per capita income and many have experienced a decline in per capita food production. The majority of developing countries fail to achieve the 4 percent per annum rate of growth set by the World Food Council. An important feature of development during this period was a change in the position of developing countries from that of a net exporter to one of a net importer of crop and livestock products by early 1981. The decline in the relative position of the developing countries in world agricultural exports reflected to a large extent the poor performance of Africa with a decline of 2 percent per annum in their exports. At the same time, import demand, especially for food and livestock products, expanded rapidly in high and middle income in developing countries. In 60 developing countries the ratio of food imports to total exports increased, and in 21 countries expenditure on food imports represented half or more of total export earnings, while for some of them increased food imports were less of a burden because either they had heavy reliance on non merchandise connections and remedies, or because of their heavy dependence on food aid. For many others, especially in Africa, increases in food imports were at the expense of crucial developmental imports.

This year the main document before you draws attention to a significant democratic phenomenon -urbanization, particularly rural/urban migration which has profound implications for agricultural systems, food marketing distribution and rural development strategies. Nearly one third of the population in developing countries are already in urban areas. With the year 2000 the percentage will be 44 percent, with the rapid growth in the number of primate cities which may have a population of 20 million or more. Rapid urbanization has taken place in many countries in the context of large urban under or un-employment, a stagnant or declining share of labour force in the industrial sector, limited infrastructure such as transportation and health facilities. Several countries are faced with a depleted level force of agriculture. Even women, the very young and the very old are left behind. Rural/urban migration is a result of the push and the pull factors. In some cases they do not have access to land, there is not enough or they are driven from it. In other cases the expectation of better incomes and improved living conditions are sufficient to draw people to the cities. In all cases it points to a failure in agriculture and development policies to make farming a sufficiently attractive means of livelihood. As a consequence in some places the expanding food

needs of the cities cannot be met unless large changes in agricultural activity take place. Additionally, marketing arrangements will no longer suffice. New systems to transport, process and store food will be needed. In agriculture the areas near the expanding cities, difficult policy and planning issues about how best to use the scarce land, water and forestry resources will arise, how to modify the trend and pattern of migration and how to help food production and marketing structures to adjust to changing conditions will constitute one of the challenges confronting the developing countries in the coming years.

CHAIRMAN: We will now adjourn and reconvene promptly at half past two.

The meeting rose at 11.45 hours
La séance est levĕe à 11 h 45
Se levanta ìa sesión a las 11.45 horas

Previous Page Top of Page Next Page