Previous Page Table of Contents Next Page


15. Report of the Fifty-Seventh Session of the Programme Committee, including a Progress Report on the Review of FAO (continued)
15. Rapport de la cinquante-septième session du Comité du Programme, y compris un rapport sur l'état d'avancement de l'Examen de la FAO (suite)
15. Informe del 57 periodo de sesiones del Comité del Programa, incluido un informe parcial sobre el Examen de la FAO (continuación)

Hannu HALINEN (Finland): Mr Chairman, I have the pleasure of speaking on behalf of the Nordic countries.

At the last session of the Council we expressed our hope for a substantive and comprehensive discussion on the review of FAO to be held at this Council meeting. We did that with the firm belief that by doing so our search for a consensus decision in the matter in the autumn would be greatly facilitated. Looking at the document before us, CL 95/8, we are obliged to note to our regret that the work has not progressed to the extent which would allow the Members of the Council an in-depth exchange of views on the substantive issues.

Facing the rapidly approaching Conference, the Member Countries have to think very carefully how to proceed in the short period of time left to us to discuss the issue. We are encouraged by the increasing number of informal contacts between Members. These contacts, in which the Nordic countries have been an active partner, have very substantially increased the understanding of the concept of review, as well as various questione it covers. The intensified collaboration between Member Countries no doubt plays a decisive role in finding a consensus on this question. Nevertheless, we are concerned that the Joint Session Report on the Review probably will not be distributed until the latter part of October. This leaves the Member Countries with very limited time to reach a substantive consensus on these important issues.

In our view, it is therefore important that the informal contacts between Member Countries are continued with a view to preparing elements of the consensus for decision at the Conference in November. The Nordic countries will pursue this.

As to the next Session of the Council, there seems to be a need to extend it for a couple of days for necessary preparatory talks before the Conference.

In connection with the submission of the Report from the Special Joint Session on the Review of FAO to the 96th Session of the Council, and to the 25th Session of the FAO Conference, the Nordic countries are of the opinion that it is relevant for Member Governments to receive the reports of the two expert groups, and not only governments but also other UN organizatins where parallel discussions are undertaken at this moment. These reports are already available as FAO documente restricted to the Members of the Joint Session. We feel, however, that the result of the extensive efforts that have been going into the preparation of these reports should be widely distributed in order that all Member Countries can benefit from the analyses contained in the reports.

The Director-General in his opening statement to this Council expressed his view that additional financial resources will be necessary to implement the measures which might be agreed upon. While it is somewhat premature to discuss this question at any length, we want to point out that it needs to be looked at from a broader and more balanced perspective. Our national experiences as well as developments in other organizations, clearly indicate that changes are obtainable according to new priorities within existing budgetary constraints. This, obviously, is the platform to work on in FAO, too. In our view the best argument for increased resources is an efficient organization, and this is exactly what the review and reform process is all about. We should like to consider additional costs when justified as new investments in the organization leading to lower costs in the longer run.

The Nordic countries do not accept the view that the question of priorities and priority setting within FAO, an issue we have been working on for quite a long time, should be approached from a financial and budgetary point of view. Similarly, it seems natural to us that the decision on the Review precedes the decision on Budget at the Conference.

We note with special interest in the Summary of Work and Budget 1990-91 the appointment of a new Senior Evaluation Officer. We take it as a sign of the fact that, although the Conference will draw to an end on one important phase in the review process, the process itself continues on the one hand with the implementation of the Conference decisions, and as an interim evaluation exercise on the other.

R.G. PΕΤΤΙT (United Kingdom): Mr Chairman, I thank Prof. Mazoyer for leading us through the Report of the Programme Committee, and I was grateful to him and Ambassador Bukhari for giving us the feel of the discussion about the review and the details of the plans to complete this phase of the review process.

I will comment only on a few points in CL 95/8 in Parts I, II, and IV as these are the few points that do not better fall into other Agenda items, and which we did not adequately deal with in the discussion of the Programme of Work and Budget. To make my remarks slightly easier to follow, I will make them in the order of the paragraphs in the Report that provoked them.

In paragraph 2.7 there is a discussion on whether the process by which we have a short overview of the budget in January could lead to our doing without the Summary of Work and Budget. In the view of my delegation this is not the case. We value the input of the Council into the Budget process and this requires a Summary Programme of Work and Budget of the sort we have now. We have commented favourably on the way it has been carried out.

I assume that we are expected to make comments on the question of immunity of the Organization if we wish to, which is covered by paragraphs 1.11 to 1.19 under the later item of Constitutional and Legal Matters.

In paragraph 2.21 I notice that the Programme Committee debated whether FAO should make special efforts to muster extra budgetary contributions to accommodate new priority concerns. Some Members said yes and others said that there were limitations, as the basic role of the Regular Programme is to cover areas of activity of universal interest. It was appropriate that no view was taken on this as there is some validity in each opinion. From time to time it may be appropriate that new activities be financed on a collective basis outside of the Regular Budget. However, for most purposes the activities are best carried out by an international basis and should be on the regular budget.

Changing priorities means changing allocations, and indeed this is a point we need to bear in mind in considering changing emphases which emerge from the Review and its implementation. One would normally expect ideas which involve new expenditure to compete with other priorities. Of course, many of the ideas which may emerge may lead to economy through greater efficiency or greater confidence in dropping programmes whose useful life has come to an end.

I notice from paragraphs 2.139 to 2.141 and the introductory note on page V that the various JIU reports are mentioned for information of the Council. It is of course appropriate that views expressed in JIU reports of interest to FAO are brought to the attention of the Council and given appropriate consideration by it-for instance, in an agenda item such as matters of interest arising from activities of the rest of the UN. I have not personally read all the JIU reports, and I would be grateful for an assurance from the Committee that all lessons that are to be learnt from them have been Identified and action taken, if appropriate, by the Secretariat.

Next I come to the Progress Report on the Review of FAO, in Part IV.

My delegation is disappointed that it will not be possible for the reports of the experts to be accessible to the membership just now, so that we can begin to acquaint ourselves with the thoughts of these distinguished and hardworking people. However my disappointment is a result of our enthusiasm and impatience. We can understand and respect the wish of members of the Committee not to be subject to excessive backseat driving. We are content that the reports come forward with the final Report of the Committees, which is of course a substantive contribution to the Review and the Annex to them, so that we can share in our languages the thoughts that have gone into the Report.

One of the reasons why we were impatient for the Report and to learn the trend of Committee's thinking is that we know that many of the ideas being discussed by the experts-we know this through our contacts with them at times-are very relevant to the major studies which we as a Member State are participating in in the rest of the UN system. One example is the key discussion currently going on in the UNDP Governing Council on the future role of UNDP. Another is the triennial review of operational activities next month in ECOSOC. A third is the study of successful arrangements for support costs for the next cycle of UNDP. Some of the ideas which must surely have been debated by the experts are most relevant to these three key discussions, which have considerable potential implications for the field programmes of the agencies and for FAO. It is important that we do not miss the opportunity to influence these key negotiations by being unready to reveal our hand. I give some examples. Many of us have at various times expressed the view that the priorities of the governing body should be reflected in the field programmes. This means that FAO may need to be selective in choosing to execute even projects financed by UNDP from country-indicative planning figures. If this becomes our view, it would mean a different relationship, and a different relationship between UNDP, or between the agencies and the funding body, and governments in their capacity of participants in UNDP need to know this.

There are implications for us in participation in the country programming process-by us, of course, I mean FAO and in the various coordinating activities such as the UNDP-led NATCAPS, or the UNDP-run "round tables"-or consultative groups for that matter. There are implications here for the UNDP future studies and the triennial review.

Secondly, as Mr Shah said this morning, one of the points that we have talked about is the importance of the provision by FAO of countries' specific advice. Of course, this morning we were looking at it just from the point of view of the budget but it has significance also for the Support Cost Study. If much of our work is to be in generalized advice and less in executing projects, then we shall need to bid for a different type of recompense from UNDP than simply a support cost for so-much; and, as the UNDP representative said yesterday the support cost team reports in October and the Governing Council takes a decision next year-actually, I think he was wrong to say "in the summer". I think the hope now is that it will take it in February. So we have to feed our ideas in early.

Then there are different forms of relationship which we would probably expect to have over the execution of projects. Ve may wish to promote more government execution and be more involved in more professional guidanced projects and more project formulations. We may need for these purposes to be recompensed differently.

From this, I read the following lessons. It is probably too late to influence the UNDP exercise on its future. Fortunately, there were excellent discussions between the membership and the agencies in New York leading to the preparation of the paper which eventually formed the basis for the debate. The FAO representative made very helpful interventions, leading to changes in the paper, which reflect a more realistic presentation of the relationships between the FAO and the Central Funding Body, or indeed the agencies generally and the Central Funding Body. Whether or not he took account of the experts' report I of course do not know, but I rather hoped he had done.

For the Triennial Review, I would hope that the Director-General's input into the papers being prepared by the Director-General for Development and International Economic Cooperation on various important matters like central funding, coordination, and so on reflect the better ideas which were discussed by members in the process of thinking about the Review.

As to the Support Cost Study, I hope that FAO staff members, as well as Member States, will take advantage of the offer mentioned by Mr Bonev yesterday of consultations which continue this month-consultations between specialist agencies and the expert group, and between Member States and the expert group. I hope too that the Secretariat will not hesitate to put forward better ideas emerging in the report of the experts or in the other thinking about this. It is important that we do not lose out through running a little late on these things.

Finally, I would ask that the wealth of useful material and ideas in the Report of the experts-or which I would suspect are in the Report of the experts-should be made available as early as makes good sense, so as to be used by the Secretariat and membership alike, to ensure that an appropriate input into these important exercises, which are now on-going, can be made.

Also, I would associate myself with the remarks made by the distinguished delegate of Finland about the need for adequate time at the November Council to discuss the Report, especially in view of the fact that it has not been possible for this Council to make its input earlier.

Ilja HULINSKY (Czechoslovakia): The Czechoslovak delegation takes note of the Progress Report on the Review of FAO contained in the document CL 95/8 Part IV. We would also like to express our thanks for the oral explanations presented to this Council's session by Professor Mazoyer and Ambassador Bukhari on behalf of the Programme and Finance Committees.

Let me state at least briefly the position of my country on the Review of certain aspects of FAO's goals and operations currently being undertaken in accordance with General Conference Resolution 6/87.

Firstly, on the Review process: my country, Czechoslovakia, welcomed the consensus which had emerged within the Programme and Financial Committees as well as within the last session of the Council on how to carry out the Review. As a new Council member, Czechoslovakia is prepared to do its best so that this consensus would be maintained through all the successive stages of the Review process, till the Twenty-fifth General Conference. We are surely interested in the positive results.

My delegation respects the spirit and letter of the resolution 6/87 of the Twenty-fourth Session of the FAO Conference. That is why we are waiting for the outcome of the Special Joint Session of the Programme and Finance Committees, which will have to formulate their recommendations to the Council and to the Conference. We shall take our position on substantive questions of the Review after having studied this joint official report of the Programme and Finance Committees as well as the final report of the Director-General to the Conference.

That does not mean that we would like to remain just passive outsiders. We do have our problems and difficulties within the present structure and functioning of FAO, issues to which we would like to seek a satisfactory reaction. We sincerely share the notion that the central objective of the review process is to strengthen the FAO so as to increase its capacity and effectiveness.

That is why we will assist all efforts to consolidate mutual cooperation and understanding in approaching the essential problems within the framework of the whole organization, within the Basic Texts of FAO, to the benefit of solving the global problem-that of eradication of hunger, malnutrition and poverty. There can really be no complacency about the world food problem. As a matter of fact we consider it to be desirable that FAO activities be further oriented toward the objectives of the New International Economic Order in the FAO's field of competence. We strongly believe that FAO can and should play an enhanced role in this respect.

Secondly, on the Progress Report on the Review of FAO as contained in doc CL/95/8.

My delegation takes note of the position expressed in paragraph 4.4 of the Progress Report on the formal release of the experts' reports to the membership of the organization.

Both the Programme and Finance Committees generally agreed that it would be premature to consider this until after their report had been finalized in September 1989. My delegation understands that such a position corresponds to the mandate given to the Programme and Finance Committees in the review of FAO activities which they were carrying out in accordance with Conference Resolution 6/87.

The Special Joint Session of the Programme and Finance Committees is expected to play a key role in considering the recommendation of the experts and presenting their own report thereon. We do not question that. At the same time, my delegation has doubts whether it was really necessary to stick to such a strict interpretation of Resolution 6/87 in this respect, that of the formal release of the experts' reports, and the Director-General's preliminary conclusions on them, at this particular moment·

The two expert groups on FAO Objectives, Role, Priorities and Strategies and the FAO's field operations have completed their work and discharged their responsibilities already. Nobody can question the natural interest of all the membership of FAO in the work of these two groups. In this Organization of the U.N. System there are no secrets. Such things could not exist. Everybody in FAO who was interested received copies of both reports, and everybody knows that. The only real result of the particular decision was that it was more difficult for those countries not represented in the Programme and Finance Committees to get hold of copies. As you know, Mr Chairman, unfortunately that happened in the case of the countries of the East European group. Consequently, they were the last ones to get the reports, though I doubt that was the intention. I am not criticizing anyone. I am just mentioning the facts. I am also underlining our deep and sincere belief that if there is a way to avoid emotions, or at least not to add to them, that would be the best approach in handling the present review process.

My last remark relates to the principal attitude of the Czechoslovak delegation in the review proceedings which take place between now and the 25th Conference. From what I have said earlier, it follows that my delegation is willing to take part in a constructive dialogue. We are ready to assist in seeking a collective solution of all the problems relating to the present review exercise in accordance with Resolution 6/87 on the basis of consensus. We are looking for close, friendly and useful cooperation with all Member Nations of FAO in that direction.

Amin ABDEL MALEK (Liban) (langue originale arabe): Je voudrais tout d'abord remercier M. Bukhari, Président du Comité financier, et M. Mazoyer, Président du Comité du Programme, pour nous avoir fort bien présenté ce matin le rapport de la session conjointe.

Certains disent que, s'ils ne recevaient le rapport des experts sur l'examen des activités de l'Organisation qu'en octobre prochain, ils ne disposeraient pas de temps suffisant pour l'étudier. Ceci est à mon avis incorrect. Car le rapport principal a fait l'objet d'une étude de la part du Comité du Programme et du Comité Financier en mal 1989. En outre, la majorité des membres ont également eu ce rapport et l'ont même bien étudié. C'est pourquoi, je pense que ce qu'en décidera le groupe d'experts fin août, et ce qu'en décideront les Comités Financier et du Programme en septembre, ne changera rien quant au fond. Je pense donc que tout le monde disposera du tempe suffisant pour étudier ce rapport même s'il n'est distribué que vers la mi-octobre.

Monsieur le Président, au nom de la délégation libanaise, et non en mon nom personnel en tant que membre du Comité du Programme, je ne peux qu'appuyer en général le contenu de ce rapport, de ce document·

Joseph ΤCHICAYA (Congo): Je prends la parole au nom du Groupe des 77 pour voue donner la position de notre groupe sur ce sujet important.

Le Groupe des 77, comme vous le savez, a été partie prenante de la résolution 6/87 et à cet égard souhaite son application intégrale. Nous avions déjà, au cours des six premiers mois de l'année, publié une déclaration qui souhaitait que nous puissions nous conformer à la résolution 6/87 telle qu'elle avait été décidée lors de la Conférence de la FAO. Ce faisant, nous ne voulions pas esquiver le débat que nous appelons de tous nos voeux, mais au contraire noue pensions qu'il fallait rendre ce débat beaucoup plue discipliné. Effectivement, une fièvre s'est emparée de chacun des membres de la FAO pour entamer les discussions sur ces questions le plus tôt possible. Nous pensions pour notre part que la question avait été confiée au Comité du Programme et au Comité financier et que nous devrions attendre dans la sérénité le rapport de ces deux Comités. Certes, les deux Comités avaient été autorisés à désigner une équipe d'experte qui devaient leur donner un certain nombre de conseils. Mais noue pensions que les Comités chargés d'un rapport qui devait être soumis à la Conférence étaient bien le Comité du Programme et le Comité financier.

C'est pour cette raison que notre groupe n'a jamais manifesté un enthousiasme quelconque à vouloir que nous entrions en possession des rapports des experts qui étalent, somme toute, destinée au Comité du Programme et au Comité financier.

Nous venons de voir que le Comité du Programme et le Comité financier font des progrès. Nous aussi nous aurions souhaité que le rapport des deux Comités fût prêt pour cette session pour que nous puissions entamer le débat. Mais tel n'est pas le cas, et pour notre part, noue sommes patiente. Noue attendrons que ce rapport soit prêt pour engager les débats nécessaires avec nos partenaires.

Vollà pourquoi noue voudrions encourager les deux Comités à poursuivre le travail qu'ils ont entamé et nous sommes certains que nous arriverons en septembre prochain à adopter un rapport qui pourra être examiné par la Conférence. Pour ces raisons nous pensons qu'il est prématuré d'engager un débat sur cette question au cours de cette session, parce que nous n'avons aucun élément. Certains ont étudié les documents des experts qui ont été parfois distribués sans qu'on puisse les demander et dans une langue que parfois certains ne parlent pas. C'est pour cette raison que nous considérons, pour notre part, que le Groupe des 77 ignore tout de ce qui se fait au niveau du Comité du Programme et du Comité Financier et nous attendons le rapport. Ce faisant nous ne sommes pas contre ceux qui ont proposé ici que le prochain Conseil puisse avoir un ou deux jours de plus pour nous permettre de débattre de la question, car comme je l'ai dit, le Groupe des 77 ne fuit pas le débat, au contraire, nous voulons engager un débat franc et constructif avec nos partenaires.

Voilà pourquoi il convient de ne pas faire mentionner tout ce que nous avons pu dire ici et attendre le rapport de notre Conseil. Nous devons dire tout simplement qu'il y a des opinions préliminaires qui ont été exprimées au cours de cette session, mais que le débat est renvoyé à la session prochaine et pour ce qui concerne cette session nous sommes d'accord. Je crois que tous nos collègues au niveau du Groupe des 77 partageront notre opinion, afin que nous puissions obtenir le temps nécessaire pour pouvoir débattre, au cours de cette session, de cette question importante qui nous tient à coeur.

Voilà pourquoi nous pensons qu'il est trop tôt pour dire si oui ou non le consensus auquel nous pourrons parvenir au cours de la prochaine Conférence entraînera des dépenses supplémentaires ou pas. Je crois qu'il est trop tôt pour pouvoir le dire et je ne suis pas d'accord pour affirmer qu'il n'y aura pas de dépenses, que tout cela devra être contenu dans le programme actuel que noue sommes en train d'examiner. Je croie que ces possibilités, nous l'avons toujours dit, existent et "qui veut la fin veut les moyens".

Nous avions demandé que l'examen soit fait. Nous sommes prêts à payer et c'est cela qu'il faut dire. Je suppose que tous les membres du Groupe des 77 qui voudront intervenir interviendront dans ce sens. Mieux, nous avons pensé qu'il était inutile de consacrer beaucoup de temps au cours de cette session à cette question, étant donné que nous sommes prêts à la discuter à la prochaine session.

Mohammad Saleem KHAN (Pakistan): My delegation wishes to thank Mr Mazoyer and Mr Bukhari for their presentations on the progress report and review of FAO. We welcome the progress report with great satisfaction, and are awaiting the outcome of the September meeting of Special Joint Session.

We have heard the views expressed by the delegations of Finland, the United Kingdom and some others. We respect all these views but, as explained by the Chairman of the Group of 77, Mr Tchicaya, Resolution 6/87 is a resolution adopted by the members of this Organization which should be respected. We fully agree with this view. In fact, the Chairman of the Group of 77 spoke on behalf of the Group of 77, of which Pakistan is a member, so we fully associate ourselves with the statement of Mr Tchicaya.

Gian Luigi VALENZA (Italie): Je voudrais, moi aussi, ne féliciter avec le Président Mazoyer et l'Ambassateur Bukhari pour leurs exposés très clairs et très "matter of fact" sur les derniers travaux des deux Comités, du Comité du Programme et du comité financier en sessions conjointes, et plus particulièrement pour ce qui est du rapport intérimaire sur l'Examen de la FAO.

Je voudrais ajouter ici que nous ne comprenons pas très bien l'impatience évoquée par certaines délégations d'examiner maintenant les rapporte des experts qui comme, tout le monde le sait, et comme 11 avait été du reste décidé lors de la précédente session, ont été essentiellement établis à l'intention exclusive des membres des deux Comités comme base de leurs travaux et de leurs écrits.

Comme représentant du pays de résidence permettez-moi d'attirer l'attention de ce Conseil sur les paragraphes relatifs aux locaux du Siège (du paragraphe 3.84 au para 3.88). Je voudrais ajouter ici que les travaux relatifs à l'agrandissement des locaux du Siège de la FAO sont maintenant commencés et que nous ferons tout ce qu'il est possible pour qu'ils puissent continuer sans relâche et s'achever en temps voulu et selon le calendrier prévu.

Rudolf de POURTALES (Suisse): Je m'en voudrais de prolonger par trop ces débats, mais j'aimerais faire quelques remarques sur ce sujet important de l'Examen de la FAO.

Ma délégation se félicite, avec les deux Présidents des Comités, de l'esprit très constructif qui anime les travaux consernant l'Examen de notre Organisation et les efforts faits pour identifier ses pointe forts ainsi que ses faiblesses. Notre objectif est d'obtenir une FAO mieux à même de faire face aux grands défis de cette fin de siècle et mieux s'intégrer dans un contexte institutionnel international qui s'est fortement modifié depuis la création de cette Organisation.

Comme le délégué de la Finlande qui a exprimé l'avis des pays nordiques, ma délégation pense que des consultations intensives entre les pays membres dans le temps qui nous sépare de la Conférence sont essentielles pour préparer un consensus sur cette question importante.

Ma délégation continuera à être active à cette fin et je constate avec plaisir que toutes les délégations qui se sont exprimées ont également fait mention de leur préparation à ces consultations.

Nous partageons également l'avis que tous les pays membres devraient pouvoir bénéficier de l'analyse en profondeur faite par les experts, afin de pouvoir prendre leurs décisions lors de la Conférence en connaissant le dossier complet. Je pense notamment aux pays qui ne sont pas representés en permanence à Rome et qui n'ont pas eu le bénéfice des "fuites" des documents qui ont été mentionnés.

Ma délégation estime également que les réformes n'entraînent pas automatiquement des coûts supplémentaires. Une rationalisation génère normalement aussi des économies dans certains secteurs économiques, qui doivent être utilisées pour renforcer les secteurs prioritaires.

Une Organisation dont les membres sont persuadés qu'elle fonctionne rationnellement n'a en général pas de problèmes de ressources pour financer ses activités dans les secteurs reconnus prioritaires par ses membres.

Nous exprimons également le souhait d'avoir suffisamment le temps pour un débat de substance lors du prochain Conseil et nous proposons qu'une période de trois jours soit consacrée à ces débats et ce ne sera pas de trop.

Gonzalo BULA HOTOS (Colombia): Durante la discusión del Tema 14, nos había preocupado la excepcional ausencia de la voz del Presidente del Comité del Programa, profesor Mazoyer. Esta mañana nos tranquilizamos cuando pudimos observar que, después de la afanosa búsqueda del Secretario Auxiliar, el profesor Mazoyer apareció en el podium, para leernos con mucho cuidado los doce párrafos de esta parte del informe relativos a las actividades de la FAO. Perdón, dije "leernos", quise decir presentarnos·

Colombia es miembro orgulloso, pero a la vez muy obediente del Grupo de loe 77, y por ello vamos a seguir las orientaciones trazadas por nuestro vecino y amigo de la derecha, el Embajador Tchicaya, quien preside nuestro Grupo. No vamos a referirnos al fondo del examen, pero si a aprovechar el tiempo que resta de esta tarde, por lo menos unos pocos minutos, para hacer referencia a algunos aspectos de procedimiento, de calendarlo y a ciertas curiosidades que hemos encontrado en este informe.

En primer lugar, los Representantes de Colombia pensamos que es util para todos que la Secretaría nos diga cuánto ha costado este Ejercicio; cuanto ha costado en términos tangibles, en gastos físicos. Y también seria conveniente conocer una apreciación sobre los otros costos, más difíciles de cuantificar, como el tiempo de los funcionarlos en las sedes y los países, las oficinas regionales, los servicios y todo lo que debió ofrecerse a los eminentes y competentes miembros de los dos grupos de expertos.

Desearíamos también preguntar al profesor Mazoyer si los Comités emplearon mucho tiempo en discutir lo que aparece en el párrafo 4.4, respecto a la posible distribución oficial de los informes de los expertos y del informe preliminar del Director General. Y preguntamos esto, porque, como lo dijo el distinguido colega de Checoslovaquia, sería conveniente también saber si los miembros de esos Comités estaban enterados de que ya todos esos informes estaban en las manos de la casi totalidad de los representantes de Gobiernos en Roma. En la Representación de Colombia tenemos el volumen que contiene los informes de los dos grupos de expertos y también los comentarios preliminares del Director General; y tuvimos suerte nosotros, porque los tenemos en español, ¡en español!, mientras que en el párrafo 4.5 los Comités dicen que apenas pudieron obtener los resúmenes operativos y los comentarios preliminares del Director General en inglés; "en inglés", dice el párrafo 4.5. Pensamos que los dos órganos asesores màs importantes del Consejo nunca debieron registrar en un informe escrito una violación a los principios fundamentales según los cuales todos los idiomas oficiales de esta Organización merecen igual respeto y atención.

Los párrafos 4.9 y 4.10 indican que hubo una larga discusión sobre la constitución de un posible grupo de "Amigos del Presidente", y al fin se decidieron por crear un Grupo de Apoyo de Redacción. Queremos preguntar al profesor Mazoyer: Los Comités ¿qué diferencia encontraron entre uno y otro término? Y la denominación final adoptada ¿acaso incide en el objetivo, en el propósito que se buscaba? Es decir, ¿con un nombre los seleccionados podían hacer una cosa y con el otro su función sería la misma, o diferente? De todos modos, el resultado híbrido obtenido para asesorar a los dos Presidentes en la presentación de los informes finales esperamos que, ojalé, produzcan loe mejores resultados.

Colombia, como país de América Latina y el Caribe, se siente muy bien representada en ese Grupo de Apoyo de Redacción; parece que no hubo muchos amigos de los Presidentes. Nos sentimos muy bien representados en el Embajador Médicis, del Brasil, competente miembro del Comité de Finanzas.

Espero, Sr. Presidente, que estos comentarlos marginales no incomoden el profesor Mazoyer ni a mi distinguido colega y amigo el Embajador Bukhari, sino que, por el contrario, les confirmen el interés y la gran atención con que los representantes de Colombia seguimos las labores de esos importantes Comités. El hecho es que loe Comités han hecho muy bien al haber analizado con serenidad y amplitud los informes-son todo un volumen de magnitud respetable-y apoyamos la decisión de que ahora no hayan presentado su informe definitivo. Toda velocidad puede ser contraproducente, la prisa es mala consejera. Como lo dijo un orador anterior, hay que tener un poco de paciencia, y una divinidad religiosa hindú ha dicho que paciencia es toda la fuerza que el hombre necesita.

Como lo ha dicho el Embajador Tchicaya, estamos de acuerdo en que el Consejo de noviembre deberé disponer de tiempo suficiente para ocuparse de este examen antes de pasar a la Conferencia, y compartimos plenamente la opinión del colega Halimen, de Finlandia, y del colega De Pourtales, de Suiza, en la conveniencia de que esos documentos deben ser distribuidos con toda anticipación a los Gobiernos. El 960 período de sesiones del Consejo està previsto-y esto lo vamos a ver luego, en el tema 18-del martes 7 al jueves 9 de noviembre, 61 mi modesto calendarlo no me equivoca. Es evidente, y la experiencia lo enseña, que la reunión del Consejo antee de la Conferencia debe concluir, por lo menos, un día antee de la Conferencia misma, para que el Comité de Candidaturas tenga tiempo de reunirse y preparar la elección de la Mesa directiva de la Conferencia. En esas condiciones, no sé si seré necesario que nos reunamos en la semana anterior a la del 6 de noviembre o si bastaría que el Consejo se reúna del lunes 6 al viernes 10 de noviembre; que en uno de sus primeros días elija el Comité de Candidaturas, que podría reunirse simultáneamente con el Consejo, y que así este organismo dispusiera, por lo menos, de 5 días hábiles. Pero, como dije, lo podremos ver en el tema 18·

Hay una cosa fundamental, y son los recursos, sobre los cuales no podemos permanecer en silencio, y lamento si estoy, un poco, contraviniendo las instrucciones de mi Presidente Tchicaya. Nosotros pensábamos que quienes han propugnado y deseado este examen no vacilarían ahora en ofrecer los recursos indispensables para que se lleven a cabo las reformas que tanto ellos han querido. Lo contrario sería aumentar aún más la ya pesada carga del burro maltratado, sin darle el alimento que necesita para vivir y trabajar. Después de que conozcamos la respuesta a los costos que ha tenido este examen y a todo este proceso, ¿acaso será conveniente que nos limitemos simplemente, como se ha tratado de insinuar, a cambios cosméticos? Si es que en realidad todos queremos que el resultado de este examen produzca beneficios verdaderamente prácticos, es necesario dotar a la Organización de recursos suficientes.

Finalmente, los representantes de Colombia queremos compartir plenamente con el colega Halimen, de Finlandia, y también con el colega Pourtales, de Suiza, la necesidad de que la conclusión de este proceso debe estar enmarcada en un verdadero consenso que confirme plenamente la voluntad común, sin distingos, entre países desarrollados y países en desarrollo, y que la FAO refuerce sus cuadros, mejore sus métodos de trabajo, revise sus prioridades y pueda así estar en condiciones de ofrecer mejores y màs eficaces servicios a los países en desarrollo.

Los representantes de Colombia invocamos el espíritu de la ceremonia de esta mañana, cuando celebramos el 25° aniversario de la fundación del Grupo de los 77; ceremonia durante la cual nos sentimos complacidos y honrados por la presencia de numerosos e importantes representantes de Gobiernos de países industrializados. Queremos aprovechar esta circunstancia coyuntural de hoy para invitar a todos los miembros de la FAO a que, una vez más, confirmemos que realmente pertenecemos a un club fraternal, donde todos emulamos, y aun discutimos-tenemos ciertas controversias; es la dialéctica de la democracia-, pero en el fondo todos coincidimos en el anhelo común de que la FAO se fortalezca, supere sus dificultades y recupere el ritmo de trabajo y eficiencia que han consagrado el prestigio y el buen nombre de que goza nuestra Organización en el Sistema de las Naciones Unidas.

Seria muy lamentable que en medio de las dificultades a que se ha sometido a la Organización, sobre los resultados de este examen fueran a suscitarse grandes y enconados debates, pugnas y enfrentamientos que no corresponden al principio de entendimiento y compromiso, que debe ser base fundamental de la cooperación internacional.

Como ya han dicho algunos oradores anteriores, los representantes de Colombia opinamos que para lograr acuerdos previos que faciliten soluciones de aceptación general, la creación de pequeños grupos, formales o informales, todo contacto entre representantes de gobiernos, sobre todo en numero limitado, podré ser un factor esencial del entendimiento.

Los representantes de Colombia, muy humilde y modestamente, nos ofrecemos para participar en todo cuanto pueda conducir a ese bueno y sano propósito. Creemos que este Consejo, ya desde ahora, sin esperar nuestra sesión de noviembre, debe concluir en que este examen tiene que terminar en la Conferencia de este año. Este proceso no puede prolongarse.

I. C. FERGUSON (Canada): Thank you Mr Chairman. We thank the co-Chairmen of the Special Joint Session for their helpful introduction and will speak only briefly since, as a Member of the Programme Committee, ve are still fully engaged in a process which is not yet complete.

At this stage Mr Chairman I would simply like to underline three themes related to the review process. These are comprehensiveness, transparency and participation. By comprehensiveness, Mr Chairman, we mean that the review process should address all of the clauses of Resolution 6/87. Members of the SJS should be vigilant in this respect. Conference would expect nothing less.

Some of the Articles of Resolution 6/87 deal with effectiveness, and for this reason we believe that the management studies will be a pertinent contribution to the overall review. We noted with appreciation in Ambassador Bukhari's introduction that the views of the SJS on the consultant studies will be considered in the same way as those expressed on the experts' reports.

On the issue of transparency Mr Chairman, we wish to speak to the question of the release and distribution of the experts' reports and management studies once the Committees have completed their work. We have noted the comments of some Members of the Council, including Finland and the United Kingdom, who have expressed interest in these reports. Having read them and having concurred with the satisfaction expressed in the SJS with the general overall quality of the experts' work we believe that the reports do indeed merit a wider readership in the FAO. Such eventual distribution will, of course, also be helpful for Members' understanding the logic behind the recommendations which the SJS will send to Council and Conference. These reports should, in our view, help to enrich our collective discussion in November.

This brings me Mr Chairman, to my third theme, that of participation. Canada has had a full opportunity to express its views on the substance in the Special Joint Sessions, but we believe that those who are not represented also have a lively interest and a contribution. We would therefore support the idea of setting aside adequate time for a full debate in both the Council and the Conference. This will allow a wider participation of Member States in the decision-making of the governing bodies which, in itself, is one of the recurring ideas in the review.

Before closing 1 would like to say a word about the eventual cost entailed in implementing the recommendations. In his opening statement of the Ninety-fifth session the Director-General suggested, without anticipating the conclusions of the Committees, that the Conference might envisage an additional allocation. We believe Mr Chairman, that it will be necessary to await the outcome of the next SJS and the precise costing which has been requested already, before the overall

net balance can be concluded. Some recommendations may need funding but there could be several possible sources. Others could lead to savings. Still others could result in no net increment. We should not assume that doing things more effectively always requires additional funds. Sometimes improvements can be made through a new approach with the same healthy result. Thank you Mr Chairman.

John G. COOK (United States of America): Thank you Mr Chairman. Mr Chairman the United States fully supports an objective and comprehensive review of FAO, with all parts of the review being fully integrated. We viewed the review as a means for the Organization to consolidate its strengths, resolve its weaknesses, and go forward into the future an improved Organization.

As a member of the Finance Committee the United States participates in the Special Joint Sessions of the Programme and Finance Committees which are conducting the review. Therefore we will be brief.

We have found the experts' reports both on FAO's role, priorities, objectives and strategies, on FAO field operations, and also the reports of the management consultants all to be informative documents providing many significant recommendations for consideration by FAO Members. The Programme and Finance Committees have not yet written their own report on the review which would draw on these various reports. The Programme and Finance Committees will present their report to the November Council. In order for the Council and Conference to debate that report it will be essential for Members to be familiar with the reports of the experts and the executive summaries of the management consultants. It has already been mentioned during this discussion that it would be helpful for Members to receive these extensive reports as early as possible in order to be fully prepared to discuss the Programme and Finance Committee's report on the review at the November Council and Conference. It is entirely understandable that FAO members who are not on the Programme and Finance Committees would desire to receive these important reports as soon as possible. The experts' reports and the executive summaries of the management consultants should be made Council and Conference documents so that all FAO Members will have an opportunity to comment on them and thus to participate fully in the review process.

One final point Mr Chairman. The review process will lead to important decisions by the Conference on implementation during the next biennium of recommendations arising from the review. We should be prepared to make any necessary changes in the Programme of Work and Budget for 1990-91 at the November Conference in order to accommodate recommendations from the review adopted by the Conference. Thank you Mr Chairman.

Sumiji NAKAZAWA (Japan): Thank you Mr Chairman. First of all I would like to extend tribute to Professor Mazoyer and Ambassador Bukhari for their lucid introduction to this very important agenda item, FAO Review, a hard work which is now being carried out by the two Committees based on the reports of experts' groups and the consultants' reports.

Mr Chairman we have up to now two progress reports of the two Committees presented to the Council which are, however, without any reference to the substance of the discussion or consideration which may require eventual reform or change of FAO and its activities; not the procedural issues which have been reported but these substantial matters which concern non-Member nations of those Committees. I have had many opportunities to discuss this issue with my colleagues from several countries. They are also very keen to know what is happening in the FAO Review. It may have a great impact on the regional office for example, which is of large interest for many countries. It is expected that the FAO Review will be finalized at the next Conference.

We have a very limited time to discuss this very important issue which may decide the future FAO and its activities. I believe that the future FAO should be decided in a very concerted manner, in consensus. For this purpose we should have a well arranged procedure such as we have just started in preparing PWB. In this regard the most critical problem is the lack of information. Therefore, we should like to urge the Secretariat to provide all the Member Nations with the necessary information on the basis of which we can discuss and may reach a common understanding leading to the final consensus. From this viewpoint the proposal made by Finland, the U.K., and other delegations is fully supported by the Japanese delegation.

As regards the implication of the FAO Review on the PWB, my delegation has already expressed its view on the agenda item 14· Therefore I feel no need to reiterate our view, only that the FAO Review should not result in requiring additional resources.

Jacques WARIN (France): Je ne prendrai que brièvement la parole. A la vérité, je n'avais pas l'intention de le faire mais, compte tenu du fait que le débat a révélé qu'une dizaine d'orateurs au moins voulaient parler, je ne peux pas rester silencieux. Mon intention était simplement, comme pour beaucoup d'entre vous, d'entendre les rapports des deux Présidents de comités, M. Bukhari et M. Mazoyer, et de les féliciter pour la bonne direction qu'ils ont prise dans leurs travaux. C'est ce que je fais, d'ailleurs, et je leur réitère donc mes félicitations.

Ce que j'aurais voulu simplement, c'est que nous en restions à ne parler que de procédure, sans aborder du tout la substance. Or il se trouve que quelques orateurs qui m'ont précédé ont délibérément dérivé sur la substance. Je crois devoir leur dire qu'il est trop tôt pour en parler. Il est trop tôt notamment pour aborder l'importante question de la "réforme", car je sais bien qu'il peut très bien ne pas y avoir de réforme, mais on ne sait pas si le résultat de l'examen doit se traduire ou non par des dépenses supplémentaires pour l'Organisation. Nous ne pouvons pas du tout prendre position à l'heure actuelle. Nous ne savons pas s'il peut y avoir une réforme sans frais, si je puis m'exprimer ainsi, ou si, au contraire, l'examen en cours se traduira par des ressources supplémentaires à dégager par la FAO. Nous ne pourrons en parler utilement qu'après avoir pris connaissance des rapports des deux présidents.

Je voudrais qu'on s'en tienne à parler uniquement de procédure et j'ai retenu trois idées des orateurs qui m'ont précédé. Je voudrais dire que ma délégation est en accord avec deux d'entre elles et en désaccord avec la troisième: en désaccord avec l'idée que les rapports d'experts puissent avoir le moins du monde un statut officiel. Ces rapports d'experts sont connus de tous, ils ont été largement distribués et vulgarisés. Ils comportent, à l'heure actuelle, plusieurs centaines de pages. L'idée de leur donner un statut officiel, avec le coût que représenteraient leur traduction et leur distribution, me paraît difficile à retenir. Chacun sait ce qu'il y a dans ces rapports et qu'effectivement les deux présidents s'en serviront pour effectuer leurs travaux. En revanche, je répète avec insistance que nous ne connaîtrons qu'un seul rapport: celui qui sera présenté au mois de septembre après que la session conjointe en aura débattu.

Par contre, les deux idées de procédure qui me paraissent intéressantes et que j'ai retenues de la première intervention, celle de mon voisin finlandais et de quelques autres pays du même groupe, c'est, en premier lieu, celle d'étendre la durée du Conseil de novembre; nous pourrions effectivement avoir besoin de deux jours supplémentaires pour débattre de la solution de procédure qui pourrait être prise à la Conférence: donc, un Conseil qui durerait non pas trois jours, mais cinq jours. La deuxième idée qui me paraît intéressante, c'est celle de créer un mécanisme informel de coordination pendant les mois de septembre et octobre, ou peut-être seulement d'octobre, qui permettrait à toutes les parties en cause, c'est-à-dire pas seulement aux pays représentés dans les deux comités, de se réunir pour discuter de l'éventuelle solution de procédure qui pourrait avoir cours afin de donner un résultat concret à cet examen.

Joseph TCHICAYA (Congo): Je ne sais pas si les idées que j'ai exprimées ont toutes été entendues. A mon avis, il y en a une qui ne l'a pas été sur le paragraphe 4.4. Sur ce paragraphe, le groupe des 77 a été clair. L'ensemble de notre groupe pense que c'est le Comité du Programme et le Comité financier qui ont été chargés par la Conférence de conduire l'étude. Par conséquent, 11 leur revient et à eux seuls de désigner les experte-et c'est ce qui a été fait-qui leur ont fait rapport. Il appartient au Comité du Programme et au Comité financier de décider, au moment où ils le jugent nécessaire, de nous communiquer les rapports des experts, s'ils le jugent nécessaire. Nous pensons qu'il n'est pas possible de demander à présent que l'on communique le rapport des experte. Noue croyons qu'il faut laisser les membres du Comité du Programme et du Comité financier libres de délibérer. Ensuite, lorsqu'ils auront fait leur rapport, ils pourront décider s'ils doivent joindre ou non le rapport des experts pour en donner connaissance aux pays membres de la FAO.

Je ne sais pas si j'ai été suffisamment clair, mais telle est la position du Groupe des 77.

M. MAZOYER (Président du Comité du Programme): Eh bien, oui, Monsieur Bula-Hoyos a raison une fois de plus. J'ai bien lu mon discours mot à mot. J'ai changé quelques mots, quelques morceaux de phrase, mais je n'ai pas fait comme d'habitude: lire la première ligne et ensuite abandonner mon texte.

En effet, j'ai remarqué depuis que je fréquente cette noble institution que la plupart des Représentante lisent des discours ou des communications qu'ils ont soigneusement préparés. Je me suis dit qu'il devait y avoir une raison à cela. J'ai essayé de le faire souvent et je n'avais jamais réussi jusqu'à aujourd'hui. Je vois que voue êtes un excellent observateur, Monsieur l'Ambassadeur, puisque vous avez remarqué que, cette fois-ci, j'ai réussi ce tour de force; tout au moins c'en est un pour moi.

Le Représentant de la Colombie a également posé une question sur la distribution des rapports d'experts aux membres des Comités.

J'ai moi-même reçu en français le rapport des experte, le rapport du Directeur général par la poste ou par DHL, je ne me souviens plus. Mais je ne l'avais pas avant. J'avale vu une version anglaise, mais je ne l'avais pas lue. Par conséquent, ce n'est pas forcément les pays membres qui ont un représentant au Comité qui ont les premiers reçu ces rapporte par des voies que j'ignore. En tout cas, ce n'est pas le cas pour la représentation française. Cela étant dit, j'ai reçu des commentaires sur les rapporte des experte, alors que je n'avale pas les rapporte des experts.

Une question a aussi été posée sur la manière dont va s'élaborer notre Projet de rapport.

D'abord, ce qui est bien clair, c'est que le rapport des deux Comités sera finalisé et adopté par les deux Comités à la session de septembre, à leur quatrième session conjointe. Il n'y a pas d'ambiguïté là-dessus.

Nous avons, comme je l'ai dit, examiné les rapports des experts, le rapport du Directeur général et toutes les questions se rapportant à l'examen que nous avons jugées utiles au cours de notre troisième session conjointe de mal. Quand nous avons discuté de la manière dont nous allions préparer nos conclusions et recommandations, il a été proposé d'emblée par la majorité des membres des deux Comités que ce soit les Présidents des deux Comités qui élaborent un projet chacun pour la partie qu'il avait présidée ou qui le concernait plus particulièrement. Cela a failli passer tel quel, et on a reporté la discussion finale de quelques jours. Lorsqu'on est arrivé à la discussion finale sur ce sujet, on a rappelé qu'il avait été proposé, lors de la première discussion, de créer un Comité de Rédaction. Bien évidemment, puisque la majorité s'était déjà prononcée pour un rapport des Présidents, le Comité de Rédaction n'a pas reçu l'approbation de la plus grande partie des membres du Comité. Pour trouver un compromis, U a été proposé de constituer un groupe d'"Amis des Présidents" qui devait les entourer. C'est du moins ce que j'ai compris, parce que je ne savais pas ce qu'était un groupe des "Amis des Présidents" dans les termes où cela avait été présenté. J'ai pensé que cela signifiait des gens qui entoureraient les Présidente pendant leur rédaction. Je voue avoue que j'ai commencé à frémir. J'ai dit: si j'ai cinq ou six personnes autour de mol au moment où je rédige, je ne sais pas si je pourrai rédiger dans de telles conditions. J'aurais fait ce que l'on aurait décidé dans la mesure où je pouvais le faire, mais c'était quand même un peu lourd. De toute façon, ce n'est pas cela qui a été accepté.

La majorité a alors proposé une solution, que vous avez dans notre rapport, qui était de faire un avant-projet de rapport établi par les Présidents et que cet avant-projet de rapport soit soumis à un groupe d'appui rédactionnel-c'est le mot qui a été trouvé-qui aurait dit: sur tel paragraphe, 11 n'y a pas de discussion sur le fond mais 11 peut y avoir des questions de forme et chacun les réglera dans sa propre langue; ou alors: 11 y a des choses sur lesquelles tout le monde n'est pas d'accord, mais on peut peut-être trouver un compromis, ou enfin: on n'est pas d'accord, on propose simplement un amendement.

Mais ce sont les deux Comités conjointe souverains, pleinement responsables jusqu'à la dernière minute qui ont le pouvoir de décider finalement de ce qu'il y aura dans les conclusions finales. Le pouvoir d'amendement des autres membres des Comités est évidemment imprescriptible jusqu'à l'adoption du dernier paragraphe. Le Groupe d'appui de rédaction ne se substitue pas au pouvoir de décision des deux Comités pas plus que les Présidents.

Voilà la procédure. J'espère que je vous al éclairés sur la manière dont on en est arrivé à adopter cette méthode.

J'en arrive maintenant à la question du Rapport et de sa distribution. C'est surtout à cette question que j'ai envie de répondre.

On nous dit: on aurait aimé avoir plus tôt le rapport des deux Comités. Si vous ne l'avez pas eu plus tôt, il faut savoir que c'est parce que nous avons fait la part belle aux experts. Ils ont eu beaucoup plus de temps que nous. D'autre part, nous avons hésité: fallait-il leur donner un mois et demi ou deux mois, ou fallait-il leur donner quatre ou cinq mois? En fin de compte, on a jugé qu'il valait mieux une étude de fond sérieuse et complète qu'une étude superficielle. Je vous l'ai déjà expliqué au dernier Conseil. Seulement, cela nous met maintenant dans la situation que nous connaissons.

Pour ce qui nous concerne, noue devions étudier ces rapporte en Session conjointe avant d'élaborer notre rapport. Il n'y avait pas d'autre solution que celle-là.

Parlons maintenant du contenu de ces rapports. D'abord, les rapports d'experts. Je crois qu'ils nous sont très utiles, parce qu'ils ont fait des enquêtes, parce qu'ils ont étudié des dossiers, parce qu'ils se sont livrés à des auditions approfondies que nous n'avons peut-être pas toujours le temps ou la possibilité de faire. Ce faisant, ils éclairent une série de questions. Ce que nous constatons, c'est que, lorsqu'on dispose de ces informations, 11 y a des malentendus entre les membres des Comités-je parle de ce que j'ai vu-qui s'estompent. Il y a des raisons de soupçon qui disparaissent. Il y a des raisons d'en savoir plus sur tel point, etc. C'est un progrès considérable. Les experts ont également discuté entre eux, ils ont eu le temps de faire des analyses qui sont une contribution à notre réflexion collective.

Est-ce qu'il y a des idées absolument différentes de celles que les Etats Membres ont exposé maintes fois? Peut-être pas tellement, mais il y a des moyens de s'entendre, de se comprendre, de trouver des solutions communes qui augmentent. En tout cas, c'est ce que je peux conclure des débats qui ont eu lieu à ce sujet.

Maintenant, pour ce qui est de la distribution de ces rapports, je veux bien vous donner mon sentiment qui est dans une certaine mesure celui des Comités, c'est qu'effectivement nous avions fait la part belle aux experts. D'abord, dans la résolution 11 n'y a pas de rapport d'experts. Noue avons constitué des groupes importants, nous leur avons donné du temps, des mandate solides et noue leur avons demandé de faire des rapporte. La résolution n'en dit pas tant, elle dit que noue ne pouvons noue faire assister par des experts. Ces rapporte existent. Est-ce qu'il peut y avoir un statut officiel? C'est une autre question, mais noue ne pouvons pas, comprenons-le bien, leur donner la priorité par rapport à notre rapport à noue. Noue ne pouvons pas les substituer à notre rapport à nous, ou alors noue avons trahi la résolution et abdiqué nos responsabilités.

Il y avait deux manières de faire. Ou bien on présentant les rapports des experts avec cinq pages de commentaires des Comités (et nous aurions été très coupables) ou 11 y aurait une autre manière qui consisterait à faire un rapport aussi élaboré que ceux des experts. Les Comités auront fait leur travail s'ils font un rapport satisfaisant. Et qu'est-ce qu'un rapport satisfaisant? Meilleur que celui des experts? Je crois que la question ne se pose pas comme cela. Ce sont des conclusions et des recommandations, en plus des enquêtes, des analyses. Mais 11 faut que le rapport soit satisfaisant, et cela veut dire qu'il doit satisfaire le plus possible un maximum de membres.

Je vais vous lire une phrase de mon rapport. C'est une première. Ce ne sera pas forcément dans le rapport final. Mais on pourrait dire la chose suivante:

Nous avons abouti à un ensemble de propositions utiles aussi larges que possible permettant à la FAO de progresser significativement· Mais reconnaissons que les avancées souhaitées par les uns ne peuvent pas aller au-delà des limites acceptées par les autres. C'est la raison pour laquelle tout dépend de votre compréhension mutuelle.

LE PRESIDENT: Je remercie le Président du Comité du Programme.

Je donne la parole au Directeur général qui va contribuer à nous donner une réponse.

LE DIRECTEUR GENERAL: Monsieur le Président, la Conférence, dans sa résolution 6/87, a également chargé le Directeur général comme les deux Comités de préparer un rapport pour le Conseil et pour la Conférence.

Ce rapport, d'après la résolution de la Conférence, devrait permettre de présenter mes commentaires, mes avis et d'autres propositions si c'était le cas, concernant l'examen de la FAO au présent, mais surtout au futur.

C'est pour cette raison d'abord que je suis partie prenante, non seulement dans la formulation des avis, mais surtout après, dans la mise en oeuvre de ce que la Conférence aura décidé. Il est toujours facile de décider de grandes choses, mais il est toujours difficile de savoir et de pouvoir mettre en oeuvre.

A propos du débat de cet après-midi, je pense qu'il est de mon devoir d'émettre quelques commentaires pour le bénéfice des pays membres.

Je me suis proposé de parler sur les points suivants: rapport d'experts, rapport du Directeur général, coût de l'opération (si on peut l'appeler opération), session du Conseil de novembre prochain, discussions à propos de l'avenir de notre Organisation tel qu'un délégué l'avait évoqué et l'impact de ces discussions sur l'examen qui a lieu maintenant, consultations intensives entre délégués, consensus, examen de la "gérance" (je ne sais pas comment on dit en français "management review"), changements éventuels dans le Programme de travail et budget 1990-91.

Voilà donc les sujets sur lesquels je pense qu'il est de mon devoir d'exprimer mon avis au Conseil.

Je ne vais évidemment pas maintenant aborder le fond. L'Ambassadeur de France a bien raison quand 11 parle de procédure, mais la distinction entre le fond et la procédure n'est pas toujours aisée.

Sur le rapport des experts, je n'ai rien à ajouter. On a bien dit que c'est un rapport qui appartient aux membres du Comité du programme et du Comité financier. C'est à eux d'en discuter. S'il faut le distribuer à tous les membres du Conseil, les Comités en décideront lors de leur prochaine réunion de septembre. Quant à donner un caractère officiel à ce document, c'est à eux de dire si ce rapport doit être ou non en annexe de leur propre rapport. Mais je crois qu'il faut s'entendre sur les mots "caractère officiel". La Conférence reconnaît deux rapports, celui des deux Comités et celui du Directeur général. Je crois, Monsieur le Président, qu'il faut s'en tenir là. On a dit que le rapport des experts était entre toutes les mains. C'est peut-être vrai. En tout cas, nous ne l'avons distribué qu'aux vingt membres du Comité financier et aux treize experts.

On a parlé uniquement du rapport des experts, mais 11 y a aussi le rapport du Directeur général. Je connais cette Organisation mieux que quiconque, et c'est mol qui serai responsable de la mise en oeuvre des décisions. J'ai exprimé mon point de vue, j'ai fait des commentaires; et quand on dit "rapport des experts", "le rapport du Directeur général" qui l'accompagne est sous-entendu.

Parlons immédiatement du coût. En tant que Directeur général je suis mieux placé que d'autres pour en parler... Dire a priori que cela ne doit rien coûter ne semble pas très sérieux. J'ai déjà fait une estimation et elle se trouvera dans un document du Comité financier et du Comité du programme. On n'a rien sans rien. Evidemment, comme je l'ai dit en particulier à certains délégués, les propositions n'ont pas toutes un coût mais je préfère être clair. Je le dis dès maintenant: "Attention cela va coûter, cela peut coûter". De même, pour les allocations supplémentaires, je dis: "La Conférence voudra, éventuellement, souhaitera peut-être..." J'indique seulement une voie légale et j'ai indiqué à ce propos les précédents de 1975.

Nous alione examiner tout cela sérieusement et nous aurons l’occasion d'en reparler à la prochaine session du Conseil. Vous pouvez prendre au moins deux jours, comme cela a été indiqué par au moins deux délégués-la France et la Colombie-peut-être plus. Evidemment je compte aussi beaucoup sur des réunions entre délégués, sur ces consultations intensives, sur ces nombreux déjeuners et dîners pour créer un état de confraternité, un état d'esprit, un état d'âme qui permette un consensus... De quoi allons-nous discuter? aujourd'hui ou prochainement? puisqu'il n'y a pas encore de proposition claire et nette des Comités; déclarons que nous sommes disposés à coopérer ensemble et arriver à un consensus. Nous sommes prêts à organiser pour octobre tout ce dont vous avez besoin, salles de réunions, etc. Nous sommes prêts à le faire. Si les délégués peuvent se mettre d'accord entre eux avant l'échéance tant mieux. Je crois que c'est nécessaire.

Discussions des problèmes concernant le futur de la FAO dans d'autres enceintes: Oui. Il y a cette discussion sur le futur du PNUD et cela nous concerne car nous sommes la première institution dans l'exécution des projets PNUD, puisque la FAO exécute 21 pour cent de ces projets. Comme l'a dit le délégué de la Grande-Bretagne, il y a eu des discussions informelles à New York, entre les gouvernements et les représentants des institutions spécialisées, et je crois qu'il a apprécié l'intervention que Monsieur Rinville a faite au Conseil d'administration du PNUD. La discussion continue. Nous allons au mois de septembre informer le Comité du programme et le Comité financier à ce sujet et recevoir encore leur avis. Certains me disent: "Cette discussion peut ne mener à rien". Une importante délégation qui se trouve ici aurait même dit: "Est-il bien nécessaire de poursuivre une réflexion qui n'est peut-être pas opportune?" Une autre délégation très importante a dit: "On verra plus tard ce que doit être le rôle du PNUD". Beaucoup ont dit que le futur du PNUD s'inscrit dans des réflexions plus larges au sein de l’ECOSOC. Il n'y a donc pas de raison d'en traiter indépendamment du reste. Au fait, le débat au sein du PNUD devrait se terminer dans les jours qui viennent (le débat général) avec un rapport du Conseil qui rappellera le consensus qui existe déjà entre le PNUD et les institutions spécialisées des Nations Unies depuis près de 20 ans, et la nécessité de faire mieux sans moyens supplémentaires. C'est du moins notre impression. Donc je

croie qu'il ne faut pas s'inquiéter; c'est cela le message de ce qui se discute au PNUD. Dans les rapports d'experts ces questions seront aussi évoquées. Nous ferons un rapport sur ces discussions au Comité du programme, au Comité financier et ensuite au Conseil, surtout en ce qui concerne la discussion qui a eu lieu au PNUD sur l'étude que fait le PNUD avec les institutions spécialisées sur le coût d'exécution... Nous avons déjà inscrit ce sujet à l'ordre du jour du Comité financier en septembre. C'est très important. En fait, ils nous paient 13 pour cent; tous nous demandons plus, toute la question est là. Nous ferons rapport au Conseil sur l'évolution de la question et nous demanderons au Comité financier et ensuite au Conseil de se pencher là-dessus.

Pour indiquer le rapport existant entre l'examen de la FAO et ce qui se discute ailleurs, je suis invité à aller à Genève le 13 juillet, (je n'irai pas), avec les chefs des autres institutions et des membres de l'ECOSOC, de manière informelle, pour discuter de "la revitalisation de l'ECOSOC". Je m'y suis déjà rendu plusieurs fois. Je ne pourrai pas m'y rendre, malheureusement, mais j'envole M. Dutia. Le sujet est "situation économique, ajustements structurels, problèmes de la dette", toute une liste de sujets à traiter en très peu de temps. M. Dutia se rendra à Genève et leur fera part, entres autres, de ce que le Comité de sécurité alimentaire a dit sur les ajustements structurels et le rôle de la FAO. Mais je pense à ceux qui connaissent bien l'ECOSOC et qui restent sceptiques sur le résultat de ces discussions qui reviennent d'année en année. Mais s'il s'avère nécessaire et utile, évidemment, on prendra l'avis du Conseil.

On a demandé le coût de l'examen de la FAO. Le coût prévu est de 2,4 millions de dollars E-U. On a déjà dépensé 2 millions sans compter le coût de la session conjointe en septembre, ni celui de la session d'août du Comité,... comment l’appelez-vous,... "d'appui rédactionnel". On n'a pas compté dans tout cela le temps passé par chacun de nous... Mais notre temps est à la disposition des Etats Membres.

Il y a encore un point important, et je l'ai indiqué, c'est le consensus. Evidemment cela va de soi. Si je parle d'une façon très crue, un petit nombre de pays, importants, exigent des changements et un grand nombre de pays regardent, prudents, en pensant "de quoi s'agit-t-il?". Ce petit nombre de pays, qui constituent une majorité financière mais pas une majorité démocratique, doivent s'entendre avec les autres pour arriver à un consensus. Ces deux groupes doivent être aussi raisonnables pour arriver tous les deux ensemble au but. Voilà comment je vois le consensus dans l'intérêt de tout le monde. On ne peut pas réorganiser une maison comme la FAO par des votes et en créant des camps de vainqueurs et de vaincus. Nous sommes prêts à apporter notre contribution si nécessaire.

Changements dans le Programme de travail et budget: Le Programme de travail et budget doit être approuvé et ce serait très dangereux de lier son adoption à l'examen. Déjà nous avons payé dans cette affaire 2 millions et demi de dollars et peut-être encore plus... Nous ne devons pas nous retrouver à la fin de cette année sans avoir un programme de travail approuvé. Il ne faut pas, pendant les quelques jours dont nous disposons pendant le mois de novembre à la Commission, essayer de mutiler et de couper 1 million ici et là dans le programme... Ce n'est pas possible. Je crois qu'il faut d'abord l'approuver et je souhaite que vous l'approuverez comme je l'ai proposé. Mais c'est à vous de décider. Pour ce qui concerne les coûts et les changements, nous pourrons, une fois que le PTB sera approuvé, le revoir ensemble. Il ne faut pas partir du point de vue que le programme de travail est déjà hypothéqué et lié à l'approbation des décisions sur le futur de la FAO.

Je ne vous conseille pas du tout ce chemin. Vous êtes souverains pour le faire. Mais ce sera comme on dit en anglais un "mess" et jouer avec cela serait jouer avec le feu. Certains voudront couper ici, d'autres voudront couper là. C'est un tout. Mais je comprends l'esprit de ceux qui croient qu'on ne peut pas garder le même programme et le même budget, s'il y a des propositions et des décisions qui ne s'adaptent pas et ne s'accordent pas. Nous, le Secrétariat, nous ferons notre travail pour déjà détecter dans le Programme de travail et budget ce qu'il est possible d'identifier dans ce sens. Mais 11 ne faut pas laisser de côté le Programme de travail jusqu'à ce que l'on finisse l'autre exercice. Je crois que ce n'est pas conseillable.

Je suis confiant, je suis optimiste, je crois qu'il y a un bon esprit. Tout le monde veut aboutir à un consensus et ce pour renforcer la FAO. Il y a toujours moyen d'améliorer les choses et nous sommes tous prêts à y contribuer.

Gonzalo BULA BOYOS (Colombia): Los representantes de Colombia compartimos plenamente los pertinentes y acertados comentarios que acaba de hacer el Director General. Queremos asegurarle al Director General que también hemos leído en nuestra linda lengua castellana sus comentarios preliminares, que nos han parecido excelentes; como siempre, pragmáticos y realmente eficaces, dirigidos al mejor funcionamiento de la Organización. Como dije antes, tenemos también el volumen que contiene los informes de los dos grupos de expertos, volumen que esta un poco desencuadernado ya, por la manera tan insistente como lo hemos le& 2mdo, en busca de novedades.

Queremos reaccionar sobre el costo. No sé si los miembros del Consejo se dan cuenta de que ese costo-hemos hecho cálculos, así muy a la carrera-representaría más de tres millones de dólares, cerca de 399 proyectos de cooperación técnica, para distribuir entre 133 países: tres PCT por cada país.

Pero habíamos solicitado la palabra porque queremos agradecer muy sinceramente a nuestro dilecto amigo el profesor Mazoyer, competente Presidente del Comité del Programa, sus declaraciones. Las explicaciones que nos ha dado el profesor Mazoyer son completamente satisfactorias para los representantes de Colombia. Queremos reiterarle nuestro reconocimiento por la manera inteligente y dinamica como él preside ese Comité. Los Comités del Programa y de Finanzas son importantes; les toca afrontar esta tarea difícil y compleja, que, como lo ha dicho el profesor Mazoyer, da lugar a malentendidos y suscita comentarios que ojalé no sean interpretados con sentido crítico, sino como voz del aliento para que esos dos importantes órganos continúen su valiosa e importante tarea. Y finalmente deseamos reiterar al profesor Mazoyer nuestros màs vivos sentimientos de admiración, amistad y simpatía.

LE PRESIDENT: Je remercie le délégué de la Colombie de ses aimables paroles, que nous partageons, adressées à M. Mazoyer.

Je crois pouvoir dire que le Conseil a pris note avec beaucoup d'intérêt du Rapport intérimaire sur l'Examen de la FAO qui a été confié au Comité du Programme et au Comité financier par la Conférence et qui nous a été présenté, au nom des deux comités, par le Président du Comité du Programme. Le Conseil attend avec beaucoup d'impatience ce document.

Une analyse approfondie du rapport définitif des deux comités et du rapport du Directeur général aura donc lieu à la session de novembre, qui devra se prolonger de deux jours ou plus. Mais nous en discuterons au titre du point 21 de l'ordre du jour.

J'ai cru comprendre également que plusieurs membres du Conseil souhaitaient que ce rapport soit publié le plus rapidement possible après la fin des travaux des deux comités afin de permettre aux Etats Membres d'avoir des contacts informels avant la session du Conseil de novembre pour que les travaux de cette session soient efficaces et que le Conseil puisse faire part à la Conférence de ses commentaires sur ce rapport.

L'examen du point 15 de l'ordre du jour est donc achevé.

The meeting rose at 16.30 h.
La séance est levée à 16 h 30.
Se levanta la sesión a las 16.30 horas.

Previous Page Top of Page Next Page