Novembre 1998 COFI/99/Inf.10

Retour à la liste de documents


FAO

COMITÉ DES PÊCHES
Vingt-troisième session
Rome (Italie), 15-19 février 1999
SYNTHÈSE DU RAPPORT DE LA PREMIÈRE SESSION DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA RECHERCHE HALIEUTIQUE (ROME, 25 28 NOVEMBRE 1997)



INTRODUCTION

1. Le Comité consultatif de la recherche halieutique (ACFR), créé à la recommandation du Comité des pêches à sa vingtième session, approuvée par le Conseil de la FAO à sa cent quatrième session en 1993, a tenu sa première session au Siège de la FAO, à Rome, du 25 au 28 novembre 1997.1

2. Les huit membres du Comité ont été sélectionnés par le Directeur général du fait de leurs connaissances spécialisées en matière de recherche halieutique et aquacole, et de manière à assurer la plus large représentation possible des diverses disciplines et régions géographiques.2

3. On se souviendra qu'il incombe au Comité: a) d'étudier et donner des avis au Directeur général sur tous les aspects de la formulation et de l'exécution du Programme de travail de la FAO pour ce qui concerne la recherche halieutique, à savoir la conservation et l'aménagement des ressources des eaux marines et des eaux intérieures, l'accroissement de la productivité grâce à la valorisation des ressources naturelles de poisson et à l 'aquaculture, l'amélioration des méthodes utilisées pour convertir les ressources des pêcheries en produits destinés à l'alimentation humaine, et l'étude de la dynamique des communautés de pêcheurs et des aspects économiques des politiques adoptées par les gouvernements dans le domaine des pêches. Une attention spéciale sera portée aux aspects de la recherche océanographique ayant trait aux pêcheries, ainsi qu'aux conséquences des modifications de l'environnement pour la durabilité des pêcheries; et b) par l'accord entre le Directeur général et la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO, et conformément à la Résolution 15 adoptée par la COI à sa deuxième session, remplir également les fonctions d'organe consultatif de cette dernière en ce qui concerne les aspects halieutiques de l'océanographie.

4. Le Comité est entré en fonction à une époque où une grande partie des activités du Département des pêches sont axées sur la mise en application du Code de conduite pour une pêche responsable et où l'on élabore un Cadre stratégique à l'horizon 2010. Par ailleurs, le Département des pêches, aidé par les principaux pays producteurs, n'a que récemment fini d'identifier les priorités en matière de recherche aquacole en Afrique subsaharienne, en Asie et en Amérique latine, tandis que des activités analogues sont entreprises pour la région méditerranéenne.

5. Le Comité a souligné que la FAO joue le rôle du "courtier intègre", particulièrement pour les questions techniques sensibles, ainsi que pour organiser des consultations techniques dans les domaines suivants: crevetticulture durable, indicateurs de durabilité, gestion de la capacité de pêche, conservation et aménagement des requins, captures accessoires d'oiseaux de mer dans les pêcheries exploitées à la palangre et sélectivité des engins.

6. Le Comité a noté qu'il existe aussi à l'échelle mondiale de nombreux programmes et problèmes intéressant les pêches qui doivent être pris en considération lorsqu'on examine les besoins en matière de recherche. Citons notamment: le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) de la COI; les listes internationales des espèces menacées ou en danger entrant dans la constitution des ressources halieutiques (UICN et CITES); les programmes de type commercial, par exemple le GATT; la Convention internationale sur la diversité biologique; les initiatives prises par l'Organisation maritime internationale dans le domaine des pêches (par exemple eau de ballast, formation); l'approche en faveur des grands Systèmes marins (Fonds pour la protection de l'environnement); et les initiatives du personnel employé dans le secteur des pêches (par exemple World Forum of Fish Harvesters and Fish Workers).

BESOINS ESSENTIELS EN MATIÈRE DE RECHERCHE

7. Le Comité a identifié huit aspects essentiels des recherches à entreprendre à l'échelle interdisciplinaire: en premier lieu, systèmes naturels comprenant des ressources halieutiques; puis, aspects concernant essentiellement la dimension humaine des systèmes halieutiques; puis, aspects concernant les systèmes d'élevage pour les ressources/espèces exploitées; enfin, aspects relatifs aux informations scientifiques. Les objectifs ainsi définis font nettement apparaître la nécessité de recentrer un programme de recherche, surtout consacré dans le passé aux ressources halieutiques, sur un programme futur donnant nettement la priorité à la dimension humaine des pêcheries, à savoir:

Pêcheries et écosystèmes. Il faudra accorder plus d'attention au rôle des pêcheries dans les écosystèmes, à la manière dont les pêcheries sont affectées par les écosystèmes et leur dégradation, et aux relations existant (par exemple complémentaires ou concurrentes) entre divers modes d'utilisation et valeurs des écosystèmes.

Pêcheries des eaux intérieures et petites pêches côtières. Ces importantes pêcheries qui sont particulièrement vulnérables aux modifications de l'environnement et à la surexploitation, et qui contiennent certains groupes d'organismes pour lesquels un aménagement du milieu et des pêcheries apparaît nécessaire, exigent une approche plus holistique et interdisciplinaire, prenant en considération les écosystèmes et les perspectives socio-économiques.

Mondialisation. Des aspects importants de la mondialisation du secteur des pêches, y compris les échanges internationaux et la commercialisation, le transfert de technologies, les investissements à l'échelle internationale, l'établissement de normes internationales, l'étude des influences sur les valeurs et cultures traditionnelles, et la redistribution des richesses, sont encore à introduire dans le modèle d'aménagement des pêcheries.

Aspects économiques du commerce des produits de la pêche et distribution des bénéfices. Beaucoup de facteurs responsables des problèmes actuels dans le secteur des pêches ne pourront être compris et étudiés que si l'on comprend mieux la nature et l'ampleur des obstacles au commerce, et les processus qui contrôlent la distribution des bénéfices. Des processus importants sont à prendre en considération sur une échelle qui va de mondiale à strictement locale.

Base scientifique à mettre en place pour les politiques d'aménagement, instruments et institutions existant dans le secteur des pêches. La recherche halieutique traditionnelle orientée sur les ressources halieutiques n'a pas été suffisante pour guider l'aménagement des pêcheries en ce qui concerne l'élaboration de politiques scientifiquement justifiées (par exemple la fixation de buts compte tenu des limites existantes), la mise au point d'instruments (par exemple méthodes d'aménagement) et les institutions (par exemple arrangements en vue de la prise de décisions). Des recherches s'imposent sur les diverses formes possibles de droits et obligations en vue de promouvoir des incitations à la conservation et à l'utilisation efficaces des ressources, ainsi que pour permettre la prise en considération des divers points de vue aux fins de la prise de décisions.

Aquaculture et valorisation des stocks dans un contexte écologiquement valable. A mesure que la production aquacole a augmenté, il en a été de même des préoccupations inspirées par ses effets sociaux et économiques sur les communautés locales, la dégradation des habitats côtiers ainsi utilisés, la propagation des maladies, la pollution génétique, et l'utilisation inefficace de la production de poisson provenant des eaux libres pour l'alimentation des espèces élevées. Des recherches dans ce domaine s'imposent avant que les effets nocifs de certains types d'aquaculture ne deviennent trop graves, ou ne soient plus qu'à peine réversibles ou pas du tout.

Situation actuelle et tendances. La FAO joue un rôle unique dans la collecte d'informations statistiques sur les pêches et sur l'aménagement des pêcheries, ainsi que dans la récapitulation des informations sur la situation mondiale et les tendances des pêcheries et de leurs ressources. Le système statistique actuel est principalement limité à des données sur les quantités débarquées et sur les produits. Il est urgent de rassembler des données intéressant la capacité des flottilles, la participation aux pêcheries, les résultats et la répartition des retombées économiques, ainsi que l'intégration de l'ensemble du système statistique sur les pêches. Il importe également d'examiner la circulation et la qualité des données, ainsi que la fiabilité des estimations que la FAO met à la disposition des pays membres en vue d'optimiser le système. En effet, les données de la FAO sont largement utilisées et citées, et il y a lieu de contrôler et améliorer leur précision.

Nouvelles méthodes de recherche. Les problèmes auxquels se heurtent tous les responsables politiques et les administrateurs des pêches, ainsi que les préoccupations des écologistes et du public, deviennent de plus en plus complexes. Si les résultats de la recherche halieutique sont le principal instrument utilisé pour guider les décisions en matière d'aménagement des ressources, les ressources et le temps disponibles pour recueillir des renseignements par la conduite effective de recherches sont extrêmement limités, spécialement mais non seulement dans les pays en développement. En outre, certaines méthodes de recherche actuellement employées peuvent, de par leur nature et par leur origine, laisser de côté des dimensions importantes des problèmes étudiés. De nouvelles méthodes s'imposent donc, qui soient à la fois interdisciplinaires, plus efficaces dans des situations où les données sont limitées et l'infrastructure médiocre, utilisables aux fins de l'analyse comparative, convenables pour la mise au point d'indicateurs et propres à permettre l'utilisation de connaissances traditionnelles, et participatives.

CRÉATION DE GROUPES DE TRAVAIL

8. Le Comité a décidé de constituer des groupes de travail chargés d'établir des programmes de recherche sur un certain nombre d'aspects identifiés par lui, en vue d'étayer le travail de la FAO pour accroître la contribution des pêches et de l'aquaculture à la sécurité alimentaire, domaines où la FAO est particulièrement bien qualifiée. Sur cinq aspects identifiés, trois ont été jugés hautement prioritaires, le Comité suggère que la FAO s'y intéresse pendant l'exercice 1998-99, en particulier durant sa propre intersession.

i. Conséquences de la mondialisation pour le commerce du poisson et la distribution des bénéfices. C'est là un vaste domaine auquel la FAO et autres organisations s'occupant de pêche ne se sont pas encore beaucoup consacrées. Un programme de recherche axé sur des objectifs précis s'impose pour s'attaquer à des questions telles que les obstacles au commerce, la distribution des bénéfices des nouveaux accords et règlements commerciaux et les effets du commerce sur la sécurité alimentaire.

ii. Besoins de méthodes et de données pour l'information sur l'état des stocks et des pêcheries. Etant donné l'importance que revêtent les informations sur l'état des pêcheries et étant donné l'amélioration rapide des techniques de communication, la FAO et autres grands intéressés devraient se consulter dans le cadre de ce groupe de travail pour ce qui concerne la mise à jour, l'amélioration et l'intégration des bases de données statistiques, ainsi que les mécanismes de contrôle de qualité de l'information, en vue d'améliorer la surveillance continue et l'analyse stratégique des pêcheries dans l'ensemble du monde, ainsi que l'accessibilité des renseignements aux utilisateurs non desservis par la FAO.

iii. Nouvelles méthodes de recherche, connaissances traditionnelles et approches possibles. La recherche halieutique est en retard sur d'autres secteurs, par exemple l'agriculture et les forêts, pour ce qui concerne la mise au point et l'adaptation de tout un éventail de nouvelles méthodes, en particulier pour l'entreprise en participation d'études sociales et économiques. Ce groupe de travail devrait s'efforcer avant tout de définir les domaines dans lesquels de nouvelles méthodes de recherche sont nécessaires, identifier des approches potentielles, passer en revue toutes les applications qui ont donné de bons résultats dans le domaine des pêches, et recommander des méthodes existantes ou potentielles utiles pour faire face à divers besoins de recherche.

9. Les six types de recherche restants qui ont été identifiés pourraient être entrepris par la FAO si la possibilité s'en trouve, et/ou par des organismes régionaux des pêches de la FAO ou d'autres organisations, selon le cas:




1 Le rapport complet de la première session de l'ACFR a été publié sous la rubrique "FAO Fisheries Report No. 571, Report of The First Session of the ACFR, Rome, 25-28 november 1997", 36 p. (en anglais seulement).
2 Les huit membres du Comité sont: MM. J. Williams (premier Vice-Président et Rapporteur), Director General, International Centre for Living Aquatic Resources Management, Makati City, Philippines; J. Kurien (deuxième Vice-Président), Associate Professor, Centre for Development Studies, Ulloor, Kerala, Inde; A. Espinach Ross, Investigador y Director de Proyectos, Instituto Nacional de Investigación y Desarrollo Pesquero Subsede, Buenos Aires, Argentine; Ashraf Sabet, Head of Fisheries Department, Arab Academy for Science and Technology, Alexandrie, Egypte; Rognvaldur Hannesson, Professor, Centre for Fisheries Economics, Norwegian School of Economics and Business Administration, Helleveien, Bergen-Sandviken, Norvège; Ian Bryceson, Researcher, Centre for International Environment and Development Studies, Agriculture University of Norway, Aas, Norvège; Hassanai Kongkeo, Director/Coordinator, Network of Aquaculture Centres in Asia and the Pacific, Bangkok, Thaïlande. Secretariat: B.P. Satia, Chef du Service des institutions internationales et de la liaison, Département des pêches de la FAO.