Previous PageTable Of ContentsNext Page


Recommandations et conclusions


Recommandations et conclusions

Proposer des recommandations et des conclusions à des orientations opérationnelles semble quelque peu redondant. Les orientations sont en elles-mêmes des conclusions et des recommandations qui font suite à l'analyse de situation.

En revanche, la lecture de ce document peut, sans aucun doute, conduire à une réflexion sur la pratique professionnelle, les expériences vécues et les situations quotidiennement rencontrées. Les uns et les autres, décideurs, responsables, cadres de terrain d'institutions nationales ou internationales, seront certainement interpellés sur leurs options, leurs démarches, leurs oublis. L'idée serait que ce document ne soit pas une fin mais, tout au contraire, le démarrage ou la poursuite d'un travail favorisant la prise en compte des femmes dans les politiques et stratégies de développement.

Les efforts et l'investissement des pays, qui ont sollicité la FAO depuis plusieurs années pour trouver des solutions et développer des stratégies pour une meilleure intégration des femmes au développement, ont permis la rédaction de ce document. C'est grâce à leur implication et leur volonté qu'il a été possible de réunir toutes ces informations et proposer, à la lumière de leurs actions, des orientations méthodologiques et opérationnelles. Il serait regrettable que ce travail d'approfondissement s'en arrête là et soit seulement un document de plus.

La collaboration entre les pays et la FAO a eu lieu à un moment précis dans le temps et dans un cadre donné. Le temps a passé et les situations ont évolué. Les pays ont continué, jour après jour, d'agir pour que les femmes rurales soient partenaires et agents du développement. Les obstacles ont certainement été nombreux et la créativité pour les détourner a été nécessaire. Il serait profitable à tous que chacun puisse réagir, d'une part, sur les propositions faites dans ce document et, d'autre part et surtout, sur leur faisabilité et leur pertinence par rapport aux dynamiques individuelles existantes dans chaque pays.

C'est dans cette optique que les conclusions et les recommandations veulent avant tout soutenir l'action. Une première partie se présente sous forme de bloc-notes personnel permettant à chacun d'inscrire ses réflexions, ses conclusions et ses propres recommandations. Une deuxième partie, plus interactive, vise l'échange entre les pays eux-mêmes et avec la FAO.

Faire, ne pas faire

Tout au long des pages précédentes, ce qu'il est pertinent et judicieux de faire ou de ne pas faire est avancé, suggéré, proposé. En faire une liste à vocation exhaustive reviendrait à se répéter ou à faire des omissions. Pour dynamiser la réflexion et la poursuivre, se donner des axes à examiner régulièrement et compléter en fonction de la réalité, est certainement plus porteur de résultats.

Il est proposé, dans les pages suivantes, des thèmes importants pour la préparation et l'application d'une politique et d'une stratégie pour les femmes rurales. Pour chaque sujet, sont déjà enregistrés cinq points clefs à respecter, sans aucun classement de valeur ni d'importance dans leur présentation. Ils sont tous à prendre en compte en accordant à chacun la même attention.

Ces points sont le résultat de ce qui s'observe régulièrement dans la pratique et dans les modes de fonctionnement de l'ensemble des acteurs qui interviennent à un niveau ou à un autre dans la mise en oeuvre de politiques pour les femmes. La connaissance possédée, l'expérience vécue, les solutions trouvées pour résoudre les difficultés ou, encore, les hypothèses de résolution en cours d'examen pourront s'y ajouter pour les compléter valablement.

Les thèmes de réflexion proposés sont les suivants:

Suivant les pays, les contextes, les réalités, d'autres sujets peuvent être adjoints. Il pourra s'agir des ressources, des réseaux, des actions, de la participation, etc.

1. INSTITUIONS

FAIRE NE

PAS FAIRE

Déterminer les contraintes et potentialités propres à chaque institution pour développer et appliquer une politique et une stratégie de développement pour les femmes rurales.

Ne pas accepter que toutes les institutions justifient, sans argument, de travailler en faveur des femmes, sur tous les sujets sans en avoir les moyens ni les possibilités.

Clarifier le mandat et préciser le champ de compétence de chaque institution nationale quant à l'intégration des femmes rurales au développement. institution.

Ne pas penser que la problématique de l'intégration des femmes au développement est l'apanage d'une seule

Accorder à chaque institution sa véritable compétence pour résoudre les problèmes spécifiques aux femmes rurales.

Ne pas mésestimer les apports et les contributions que chacun peut apporter.

Etablir des mécanismes intra et interinstitutionnels dynamisant la recherche de l'intégration des femmes au développement.

Ne pas oublier qu'il existe une institut an chargées de la promotion des femmes.

Admettre et reconnaître que l'institution promotion des femmes dans le développement a un droit de regard et d'orientation sur les programmes et les projets de développement.

Ne pas solliciter l'institution chargée de la chargée de la promotion des femmes seulement quand les enjeux techniques et financiers deviennent trop forts et que les impasses se présentent.

2. PLANIFICATION

FAIRE NE

PAS FAIRE

Utiliser la connaissance de la situation vécue par les femmes pour argumenter, décider et négocier leur intégration dans les programmes

Ne pas s'appuyer sur des généralisiez ni des a priori pour justifier la prise en compte des femmes. et projets de développement.

Appliquer des méthodes reconnues et pertinentes pour cerner et analyser le statut, le rôle et les fonctions des femmes rurales.

Ne pas confondre les besoins qui concernent autant les hommes que les femmes avec les intérêts spécifiques aux uns et aux autres,

Examiner la destination des ressources des programmes et projets de développement pour éviter les discriminations et les iniquités.

Ne pas croire que tout programme et tout projet s'adresse et concerne autant les hommes que les femmes sous prétexte qu'ils annoncent viser la population dans son ensemble.

Faire pression pour que l'engagement dans la préparation et l'application d'une politique en faveur des femmes soit effectué à haut niveau, Insister pour que tous les exercices de planification inscrivent sur leur agenda l'intégration des femmes au développement.

Ne pas croire que seules les déclarations d'intention et de politique favoriseront l'intégration des femmes au développement. Ne pas planifier une politique en faveur des femmes en dehors des exercices réguliers et organisés au niveau national et sectoriel, de leurs mécanismes et de leurs procédures,

3. PARTENARIAT

FAIRE NE

PAS FAIRE

Identifier les collaborateurs et les collaborations possibles au niveau national dans le secteur public, parapublic et privé.

Ne pas négliger la société civile qui est le véritable tenant d'une participation active.

S'appuyer sur les personnes ressources locales ayant une connaissance et une expérience dans le domaine des femmes et du développement.

Ne pas survaloriser les expertises au détriment du pragmatisme et du concret.

Développer, entretenir et soutenir les relations avec les organisations professionnelles féminines.

Ne pas déconsidérer les organisations qui n'ont pas eu besoin de l'appui de l'Etat pour se structurer, s'organiser et fonctionner.

Chercher à établir des contacts avec les pays voisins engagés dans le même processus de mise en oeuvre de politiques en faveur des femmes..

Ne pas croire que l'intégration des femmes au développement est un problème qui se résidu sans s'inspirer de ce qui a pu être conduit

Solliciter et mobiliser les appuis et les ressources extérieures après avoir mûrement réfléchi sur l'attente et les apports escomptés.

Ne pas répondre à toutes les offres d'appui et ne pas modifier ses objectifs en fonction des opportunités sous le seul prétexte de multiplier les apports.

4. INFORMATION ET FORMATION

FAIRE NE

PAS FAIRE

Prendre en compte les informations et les analyses existantes sur la problématique des femmes pour poursuivre son approfondissement.

Ne pas recommencer systématiquement ce gui a déjà été fait pour éviter de se poser les questions fondamentales.

Produire une information actualisée et établir des modes de communication actifs entre les différents partenaires sur l'évolution des politiques, stratégies et actions en faveur des femmes rurales.

Ne pas omettre d'informer l'ensemble des personnes concernées par ce sujet sur les évolutions positives obtenues: le maintien de la motivation et de l'intérêt en dépendent.

Vérifier que les femmes et les hommes soient destinataires des informations sur la mise en oeuvre de la politique en faveur des femmes et des actions conduites.

Ne pas imaginer que la population rurale porte peu d'intérêt à ce qui se passe, se décide, se planifie au niveau central et que leur degré de compréhension est faible.

Evaluer le niveau de conviction, de compréhension et d'adhésion à la problématique des femmes dans le développement des personnes qui y travaillent (responsables et décideurs) ou qui devraient s'en occuper.

Ne pas partir du principe que l'intégration des femmes au développement est simple, facile et évidente et ne pas se cacher derrière un langages qui évite d'expliquer les véritables enjeux et risques pour respecter les normes établies.

Utiliser pleinement les médias existants pour diffuser et mettre à disposition le maximum d'informations pertinentes pour une reconnaissance de la véritable place occupée par les femmes et les enjeux de leur intégration.

Ne pas utiliser les médias comme des supports passifs: ils se prêtent tous à une communication interactive où les hommes et les femmes des villages peuvent être les: premiers acteurs.

5. LEGISLATION

FAIRE NE

PAS FAIRE

Insister pour que l'ensemble des textes et réglementations concernant le foncier prennent

Ne pas omettre d'inscrire les préoccupations des femmes productrices dans toute réforme foncière en cours ou future

en compte les contraintes des femmes

 

productrices agricoles.

 

Faire pression pour obtenir des changements dans la législation défavorisant les femmes dans l'accès aux facteurs de production et à leur bénéfice.

Ne pas admettre la tradition, la coutume, l'habitude comme seules références acceptables qui justifient la perpétuation de lois discriminantes.

S'attacher le concours de femmes juristes pour faire évoluer les réflexions sur les législations et le soutien des différentes ligues défendant les droits de tous.

Ne pas oublier qu'il existe dans tous les pays des associations de femmes juristes à audience locale, régionale et même internationale.

Associer les femmes rurales qui vivent au quotidien tout un ensemble de contraintes pour proposer des axes de changement dans les réglementations.

Ne pas penser que seuls les législateurs savent ce qu'il est possible de faire évoluer: consulter les citoyens a toujours ouvert la voie de la créativité et du changement; le législateur peut ensuite formaliser et légiférer.

Insister pour le respect des textes internationaux visant l'élimination des discriminations que les gouvernements auraient ratifiés.

Ne pas oublier que la signature d'une convention par un pays n'est pas un simple geste mais un engagement.

Et ensuite

Les proverbes africains sont là pour rappeler que rien ne peut aboutir de façon isolée. La section suivante, une fois remplie, adressée à la FAO et compilée, pourrait être le support à un échange d'expériences, à la confrontation des démarches et à la valorisation des résultats obtenus autour d'une table de travail. Un premier réseau de responsables et de décideurs directement concernés et impliqués dans la préparation et l'application de politiques et de stratégies de développement pour les femmes rurales pourrait ainsi être initié.

Le questionnaire ci-après est facile à compléter. Il est basé sur la pratique professionnelle et les différentes étapes qui ont pu être conduites pour développer une politique et des actions en faveur des femmes rurales. Si les espaces réservés aux réponses se révèlent insuffisants, il est possible d'ajouter des feuilles séparées. Après y avoir répondu, le questionnaire sera retourné au Chef du service ESHW (Promotion des femmes dans la production agricole et le développement rural) de la Division ESH (Ressources Humaines, Institutions et Réforme agraire), FAO, Via delle Terme di Caracalla, 00100, Rome (Italie).

POLITIQUES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT POUR LES FEMMES RURALES

1. Pays: ---------

2. Structure responsable de l'intégration des femmes rurales dans les programmes et projets de développement:

Ministère: ---------

Direction: ---------

Service:

3. Existe-t-il une politique de développement en faveur des femmes rurales?:

OUI

NON

Si non, pourquoi? ---------

Si oui, est-elle?:

sous forme provisoire:

approuvée:

diffusée:

appliquée:

Y-a-t-il eu des amendements et des modifications?

OUI

NON

Si oui, lesquels et pourquoi? ---------

4. Est-ce que cette politique s'intègre dans le plan national de développement?

OUI

NON

et dans le plan de développement sectoriel?

OUI

NON

Comment, concrètement, est marquée cette intégration? ---------

5. Par rapport au plan de développement du pays, à quel moment a-t-elle été élaborée? --

6. Par rapport au plan de développement du secteur rural et agricole, à quel moment a-t-elle été élaborée? ---------

7. Quelles structures se sont engagées dans sa préparation? ---------

Quels ont-été leurs apports? ---------

Quelles sont aujourd'hui leurs actions pour assurer l'application de cette politique? -----

8. Quels sont les principes de la politique en faveur des femmes rurales? ---------

9. Quels en sont les objectifs prioritaires? ---------

10. Quelles en sont les actions prioritaires? ---------

11. Quelles sont les actions les plus pertinentes et les plus significatives quant aux résultats qui ont permis l'amorce d'un développement équitable?:

Au niveau juridique et législatif: ---------

Au niveau économique: ---------

Au niveau social: ---------

Au niveau des prises de décision et de la modification du rapport hommes-femmes: ----

12. Comment se fait l'intégration de cette politique dans les programmes et projets de développement du secteur agricole et rural? ---------

Existe-t-il des projets spécifiques pour les femmes, lesquels? ---------

Comment se fait le lien institutionnel et opérationnel avec les programmes et projets de développement du secteur agricole et rural? ---------

Ou, au contraire, la politique, les stratégies et les actions en faveur des femmes sont inscrits explicitement dans les programmes et projets du secteur agricole et rural; de quelle façon? -

13. Quelles sont les plus grandes difficultés pour qu'une politique en faveur des femmes rurales soit inscrite dans le processus de planification? ---------

14. Quelles sont les plus grandes difficultés pour la préparation d'une politique de développement en faveur des femmes rurales? ---------

15. Quelles sont les plus grandes difficultés pour qu'une politique en faveur des femmes rurales soit appliquée, respectée et prise en compte dans les programmes et projets de développement? ---------

16. Quels sont les conseils prioritaires à donner à un pays ou à une structure pour mener à bien une politique de développement en faveur des femmes rurales, de la préparation à l'action? -

17. Si la FAO a apporté un appui et une assistance pour la formulation d'une politique de développement en faveur des femmes rurales, quel en a été le suivi?: par le gouvernement:

par le Ministère chargé du secteur agricole et rural: ---------

par d'autres ministères: ---------

par la FAO: ------------

18. Si aucune politique en faveur des femmes rurales n'existait dans le pays, que faire ou ne pas faire pour préparer et mettre en oeuvre une politique cohérente, pertinente et a priori porteuse de résultats? ---------

19. Autres suggestions, commentaires, propositions sur la problématique de l'intégration des femmes dans le développement: ---------

Nom de la personne qui a rempli le questionnaire: ---------

Date: ---------

Previous PageTop Of PageTable Of ContentsNext Page