Page précédente Table des matières Page suivante


II. Introduction

Le présent projet constitue la deuxième phase du projet d'"Appui au programme national de foresterie rurale" ou PDFR (GCP/SEN/042/NET). Il a démarré ses activités en février 1995 et devrait s'achever fin décembre 1998. Exécuté avec l'appui de la FAO (agence d'exécution), son budget global s'élève à 2.612.220 $EU au titre de la contribution du Gouvernement des Pays-Bas, auxquels il faut ajouter la contrepartie du Gouvernement du Sénégal estimée à 401.379 $EU (contribution en nature).

Les objectifs immédiats du projet visent l'élaboration du Programme national de foresterie rurale (PNFR) et des outils méthodologiques et techniques nécessaires à sa mise en oeuvre; le renforcement des capacités techniques nationales et régionales d'intervention et la mise en place d'un système de suivi/évaluation opérationnel et décentralisé des activités forestières; la capitalisation de l'expérience sénégalaise en matière de développement forestier sur base participative et la dynamisation des échanges au niveau sous-régional. Tel que conçu, ce projet d'appui institutionnel devrait au terme de cette phase permettre de doter la DEFCCS des outils nécessaires à la mise en oeuvre des orientations politiques du PAFS, par la mise à disposition d'instruments opérationnels (PNFR, manuel de foresterie rurale), d'outils de planification et de suivi/évaluation de l'ensemble des activités.

La présente mission d'évaluation tripartite à "mi-parcours" a pour objet d'établir le bilan des résultats obtenus par le projet après 32 mois d'exécution. Elle était composée de:

- un Représentant du Gouvernement des Pays-Bas: M. Henk LETTE;

- un Représentant du Gouvernement du Sénégal: M. Abdourharmane BA, du Ministère de l'Economie, des Finances et du Plan, Direction de la Coopération économique et financière;

- un Représentant de la FAO: Mme Micheline DETRAUX, Chef de mission.

La mission était chargée entre autres d'évaluer - outre le bilan des résultats -, la pertinence/adéquation des objectifs poursuivis, la mise en oeuvre et la gestion du projet et en particulier la qualité de la formulation et de la mise en oeuvre des PTA; d'identifier les principaux facteurs ayant favorisé ou freiné les activités en cours; d'apprécier le soutien du Gouvernement pour l'intégration des acquis du projet à travers les services compétents; et de formuler toutes les recommandations utiles quant à l'amélioration de l'efficacité dans la mise en oeuvre du projet.

La mission s'est déroulée au Sénégal du 17 au 31 octobre 1996, soit 15 jours, ce qui est largement insuffisant compte tenu de la complexité de ce type de projet d'appui institutionnel. Du 19 au 22 (2), elle a pu visiter les IREF de Saint-Louis, Louga, Thiès, Diourbel, Kaolack et Fatick et avoir des entretiens avec les Inspecteurs et les agents sur place. Dans les limites des possibilités, elle a rencontré divers partenaires du projet, dont les responsables des projets PROWALO, PREVINOBA, PRECOBA, Centre FoReT, ainsi que le Gouverneur et un Vice-président du Conseil régional de Saint-Louis. Elle n'a pas eu l'opportunité de rencontrer d'autres représentants de Conseils régionaux ou ruraux, ce qui a été partiellement compensé par la connaissance des membres de la mission des réalités de terrain. A Dakar, elle a eu de nombreux entretiens individuels ou collectifs avec l'ensemble de l'équipe du projet et cadres/agents du service forestier concernés. Elle a pu consulter l'ensemble des documents élaborés jusqu'à présent par le projet, mais déplore de ne pas avoir eu à sa disposition un document reprenant de manière exhaustive les diverses activités menées avec l'appui du projet. En effet, les documents préparés à l'intention de la mission étaient souvent insuffisamment précis. Ils montrent dans tous les cas l'imbrication des activités du projet et celles de la DSEFS/DEFCCS.

(2) La mission a été accompagnée sur le terrain par un agent du BSE, M. Ibrahima N'Diaye et par le Coordonnateur du projet, M. Serigne M'Bodji.

Le mandat de la mission, son déroulement, les personnes rencontrées, ainsi que la carte des zones éco-géographiques (ZEG) sont repris en annexe.


Page précédente Début de page Page suivante