© FAO/Alessandra Benedetti © FAO/ Alessandra Benedetti
 

Glossaire

 

Biodiversité agricole:

La Biodiversité agricole est un sous-ensemble de la biodiversité générale qui comprend toutes les variétés  cultivées. Celles-ci peuvent être grossièrement classées en “variétés  modernes” et en “variétés  traditionnelles” ou “de ferme”. Les variétés  modernes sont le résultat d'un élevage scientifique et sont caractérisées par de hauts rendements et un fort degré d'uniformité génétique. Par contraste, les variétés de ferme (également connues sous le nom de races locales) sont le produit d'un élevage et d'une sélection faite par les fermiers. Elles détiennent  de plus hauts degrés de diversité génétique et sont par conséquent le centre d'attention de la plupart des efforts de conservation. La biodiversité agricole contribue à la sécurité alimentaire et à la sécurité des revenus, soutient le développement de la production de nourriture. C'est le premier chaînon, dans la chaîne alimentaire, développée et sauvegardée par les fermiers, les éleveurs, les forestiers, les pêcheurs et les indigènes de tous pays.

L'Ecole paysanne de terrain:

L'Ecole paysanne de terrain (FFS en anglais) est un processus d'apprentissage fondé sur le groupe qui a été utilisé par de nombreux gouvernements, ONG et agences internationales pour promouvoir la gestion intégrée des nuisibles (IPM). La  première FFS fut conçue et gérée par la FAO en Indonésie en 1989. Depuis plus de deux millions de paysans à travers l'Asie ont pris part à ce mode de formation. L'Ecole paysanne de terrain combine les concepts et méthodes provenant de l'agro écologie, l'éducation expérimentale et du développement communautaire. Il en a résulté que des centaines de milliers de  riziculteurs dans des pays tels que la Chine, l'Indonésie, les Philippines et le Viet Nam ont pu réduire l'utilisation de pesticides et améliorer la durabilité du rendements des cultures. La FFS a produit des bénéfices dérivés qui sont grossièrement décrits comme “appropriation” (empowerment): Les anciens de la FFS, dans de nombreux pays, sont impliqués dans un grand éventail d'actions autodirigées qui incluent la recherche, la formation, la commercialisation et le soutien d'une cause.

Le secteur formel des semences:

est un contrôle par l'état ou privé des semences tout au long des processus d'élevage, multiplication, transformation et stockage qui conduisent au produit final: des semences certifiées.

Insécurité alimentaire:

Situation rencontrée lorsque les gens manquent d'un accès sûr à des quantités suffisantes de nourriture saine et nutritive pour une croissance et un développement normal et une vie active et en bonne santé. Elle peut être causée par l'indisponibilité de nourriture, un pouvoir d'achat insuffisant, une distribution inappropriée, ou l'utilisation inadéquate de la nourriture au foyer. Insécurité alimentaire, mauvaises conditions de santé et sanitaires et des pratiques inappropriées de soins et d’alimentation sont les causes majeures d'un mauvais statut nutritionnel. L'insécurité alimentaire peut être chronique, saisonnière ou transitoire.

Sécurité alimentaire:

Situation qui existe quand tous les gens, à tout moment, ont un accès physique et économique à une nourriture saine et nutritive qui couvre leurs besoins diététiques et leurs préférences alimentaires pour une vie saine et active.

L'érosion génétique:

en biodiversité agricole et animale est la perte de diversité génétique, comprenant la perte de gènes individuels et la perte de combinaisons de gènes particulières (ou complexes de gènes) telles que celles manifestées dans les races locales bien adaptées à leur milieu. Le terme érosion génétique est parfois employé dans un sens étroit, tel que pour signifier la perte d'allèles ou de gènes aussi bien que dans un sens plus large, se référant à la perte de variétés  ou même d'espèces. Les forces motrices qui entrainent l'érosion génétique des plantes sont: le remplacement de variétés, le déboisage, la surexploitation d'espèces, la pression démographique, la dégradation environnementale, le surpâturage, la politique et les changements de systèmes culturaux. Le facteur principal, cependant, est le remplacement de variétés locales par des variétés ou espèces exotiques à haut rendement. Un grand nombre de variétés peut aussi, souvent, être dramatiquement réduit quand des variétés commerciales (y compris les OGM) sont introduites dans les systèmes de cultures traditionnels. Beaucoup de chercheurs pensent que le problème principal de la gestion des agro-écosystèmes est la tendance générale à une uniformisation génétique et écologique imposée par le développement de l'agriculture moderne. 

Le secteur informel des semences:

est constitué par les fermiers eux-mêmes qui conservent une partie de leur récolte de l’année précédente comme semences. Ils en conservent une partie et échangent le reste. Ces semences peuvent être nettoyées manuellement, mais sont par ailleurs non-traitées et ainsi être porteuses potentielles de maladies.

Les races locales:

se réfèrent aux plantes et animaux domestiques adaptés a l'environnement naturel et culturel dans lequel ils vivent (ou dont ils sont originaires) et, dans certains cas, travaillent. Elles se développent souvent avec une assistance ou direction minimale de la part des hommes qui utilisent des méthodes traditionnelles d'élevage. Les races locales diffèrent quelque peu de ce que l'on appelle communément ”race” et habituellement,  possèdent plus de phénotypes et génotypes divers. Elles forment souvent la base de races formalisées, élevées de manière plus intensive. Parfois une race formalisée conserve le nom de “race locale”, bien qu'elle ne soit plus une race locale véritable.

MDG Les Objectifs de développement du Millénaire:

sont au nombre de huit. Ils ont fait l'objet d'un accord entre les 189 états membres des Nations Unies en vue de tenter d'atteindre ces objectifs en l'an 2015. Les Objectifs de Développement du Millénaire  proviennent des ”objectifs internationaux de développement” qui les ont précédés et furent officiellement adoptés au sommet du Millénaire en 2000 quand les 189 chefs d'état adoptèrent la Déclaration du Millénaire des Nations Unies. De là, le plan d'action des huit objectifs, les “Objectifs de Développement du Millénaire”, fut particulièrement l’objet de promotion.

Les coûts de transaction:

sont les coûts encourus lorsqu'on procède à un échange commercial. Ils sont souvent subdivisés en ex-ante et ex-post. Les coûts ex-ante comprennent les coûts de recherche ou d'information (coûts de l'obtention de l'information sur le produit, ses caractères, son prix, ainsi que sur le partenaire commercial) et coûts de négociation (coûts de négociation et d'exécution de la transaction). Les coûts ex-post correspondent aux coûts de contrôle ou d'application (coûts pour s'assurer que les termes d'accord ex-ante ont été respectés) (Hobbs, 1997).

La Woreda:

La Woreda (aussi épelé wereda) est une division administrative en Ethiopie (gérée par un gouvernement local), équivalente à un district. Les Woredas sont composées d'un certain nombre de Kebele, ou associations de voisinage, qui sont la plus petite unité d’administration locale en Ethiopie. Les Woredas sont rassemblées en zones, qui forment à leur tour un kilil (administration régionale). Certaines woredas ne font pas partie d'une zone. Elles sont appelées Woredas spéciales et fonctionnent en tant qu’entités autonomes (Wikipedia,2008)

 

 

Les définitions de ce glossaire proviennet des FAO-FIVIMS (SICIAV: Systèmes d'information et de cartographie sur l'insécurité alimentaire et la vulnérabilité) et de Wikipedia, ou sont directement tiréés de nos documents de project.