© FAO/Alessandra Benedetti © FAO/ Alessandra Benedetti
 

Mexique

 

La coexistence de semences produites par les fermiers et de semences commerciales faisait du Mexique, et de la région de La Frailesca en particulier,  un excellent candidat pour l'étude de l'impact des variétés  modernes sur l'intégrité génétique et la diversité du système de semences informel. De plus le CIMMYT, en collaboration avec la FAO, avait précédemment mené une recherche dans cette région du Mexique et avait acquis une connaissance  détaillée de la gestion des fermes de maïs et des stratégies de moyens d’existence. Jusqu'à 2007 le marché  formel florissant des semences de maïs était largement soutenu par une combinaison de subventions des états et du gouvernement fédéral. Les semences distribuées par le programme de subvention étaient exclusivement des variétés  hybrides et à fécondation ouverte. Cependant, de nombreux fermiers continuaient à planter des variétés  locales prélevées sur leur propre récolte ou acquise dans leur communauté, rendant ce site prometteur pour comprendre le flux des ressources génétiques entre les systèmes formels et informels d'élevage du maïs.

Le projet fut réalisé par International Maize and Wheat Improvement Center (CIMMYT)

Choix des cultures

Le Mexique est le lieu de l'origine et de la diversité du maïs, une culture d'importance mondiale. Dans ce pays le maïs est la source de base d'amidon, et constitue un élément central du régime des consommateurs urbains comme ruraux. De plus la plante a une valeur culturelle, représentant l'origine de la vie dans la cosmologie de nombreux groupes indigènes du Mexique et de l'Amérique Centrale. Le maïs a aussi de l'importance au-delà du Mexique : c'est une culture de base cultivée par les fermiers pauvres d'Afrique et d'Asie. Il est également commercialisé sur les marchés mondiaux de denrées essentielles, formant la  base des chaînes agro-industrielles produisant de l'amidon et des protéines. Dans le contexte de l'intérêt récent pour les biocarburants, le maïs a été considéré comme pouvant contribuer à l'approvisionnement énergétique du monde. La diversité du maïs mexicain a sous tendu les programmes d'élevage en permettant de créer des cultivars de grande valeur, ou localement adaptés, qui sont cultivés dans le monde entier. C'est pourquoi comprendre comment la diversité du maïs est entretenue et mise en circulation au Mexique est important pour l'agriculture dans le monde entier.

Emplacement du projet

La Frailesca se trouve dans l'état du Chiapas, dans le sud du Mexique et occupe une surface de 2.631 km2 . La région est située dans une vallée à une altitude d'environ 600m, entourée de montagnes atteignant 2.000m. Les cultures à La Frailesca sont destinées à la fois à la subsistance et au marché, avec 95,4% des foyers ruraux déclarant qu'ils produisent du maïs pour la consommation familiale et pour la vente au marché, tandis que seulement 2,9% déclarent ne produire du maïs que pour leur consommation. La composition ethnique est d'abord métisse (mestizio), avec 94,4% des foyers parlant seulement l'espagnol plutôt qu'une langue indigène.  La taille moyenne des fermes dans les communautés étudiées est d'environ 5,3 ha. Les fertilisants chimiques sont utilises par 99,4% des fermiers et quelques 60,5% déclarent louer de la main d'œuvre pour le travail agricole. En 2001, approximativement 14% des foyers déclaraient se livrer à une migration temporaire et 13,6% recevaient de l'argent de membres exilés.


A La Frailesca, nous avons choisi de travailler dans quatre communautés comprenant entre 1.000 et 2.500 habitants. La limite supérieure de 2.500 habitants est utilisée au Mexique pour définir les populations rurales. La limite inférieure a été choisie pour assurer suffisamment de variété dans les conditions socio-économiques spécifiques de l'emplacement. Les quatre communautés avaient été incluses dans la recherche précédente du CIMMYT en 2001, 2004 et 2005. Le maïs, les haricots et les cucurbitacées sont les cultures dominantes dans les communautés sélectionnées. L'élevage extensif est une activité complémentaire et les résidus des plantes de maïs sont une importante source de fourrage.


Les communautés où furent conduites les recherches sont représentatives d'une région en cours de transition, une région qui est en train de subir de profonds changements tandis qu'elle s'adapte à une économie plus orientée vers le marché. Il en découle que, dans le contexte de l'Accord de libre-échange nord-américain (NAFTA) et d'autres changements économiques en cours au Mexique, ces communautés peuvent être un exemple de ce qui pourrait arriver aux changements variétaux du maïs dans d'autres régions du Mexique alors qu'elles se rapprochent de la ligne politique de libéralisation économique du pays.

Actions

Les actions du projet ont commencé par l'analyse des chaînes d'approvisionnement des semences formelles et informelles, avec un accent particulier sur les changements dans la chaîne d’approvisionnement formelle qui a montré que les fermiers sont mieux à même de demander des variétés de maïs spécifiques aux fournisseurs de semences du secteur formel. En ce qui concerne l’analyse de la filière des marchés de maïs, on a étudié les circuits par lesquels le grain produit par les petits propriétaires gagne les consommateurs finaux. On a ajouté à cela une étude documentaire de l'histoire des politiques qui ont affecté l'approvisionnement en semences et quelques recherches quantitatives sur les fermiers sujets de l'enquête, afin de déterminer l'impact dans le temps des politique des états et du gouvernement fédéral. Une enquête documentaire portant sur un ensemble de 120 foyers ruraux déjà sujets de l'enquête précédente menée par l'équipe conjointe FAO-CIMMYT est venue compléter l'étude. Cette enquête a consisté à mettre en évidence les changements de schémas dans l'utilisation des semences et du patrimoine génétique des plantes et à sonder les motivations de décision des fermiers quant au choix des sources. Une analyse de l'impact génétique de l'introduction de variétés  de maïs amélioré sur les variétés  locales par les écoulements de pollen et la “créolisation” (adaptation du matériel génétique amélioré aux pratiques culturales traditionnelles) ont complété le tableau d'ensemble.

Outputs