A helicopter spraying pesticides. ©FAO/Jean-Marie Legrand

Midterm debriefing and review meeting of the locust control campaign in Madagascar (in FRENCH)

05/03/2014

Une réunion de restitution concernant les activités réalisées au cours de la première partie de la 1ère campagne de lutte antiacridienne (septembre 2013 -septembre 2014) du Programme triennal de réponse à l’invasion acridienne aura lieu le 06 mars 2014, dans les bureaux de la Représentation FAO à Madagascar. La restitution sera effectuée par le Coordonnateur de campagne, Said LAGNAOUI, en présence des acteurs nationaux et des partenaires techniques et financiers, dont SEM Le Ministre de l’Agriculture, Roland RAVATOMANGA, et le Représentant de la FAO, Patrice TALLA TAKOUKAM.

La mise en œuvre du Programme triennal de réponse à l’invasion acridienne (2013-2016) réalisée par la FAO en étroite collaboration avec le Gouvernement malgache, notamment avec le Poste de Coordination Nationale (PCN), le Centre national de lutte antiacridienne (CNA) et la Direction de la protection des végétaux (DPV), se poursuit dans l’ouest et le sud-ouest de la Grande-Île.

Du 20 septembre, date du lancement officiel du Programme, au 5 novembre 2013, les activités ont essentiellement concerné des prospections aériennes extensives (après la mobilisation d’un premier hélicoptère), l’acquisition et la livraison de matériel et de pesticides ainsi que la formation et la mise en place des équipes de terrain, auxquelles le Gouvernement malgache a affecté 75 agents. En attendant la construction d’un magasin de pesticides répondant aux normes internationales, le CNA et la DPV ont mis à disposition du Programme des magasins de stockage temporaire pour les pesticides déjà reçus.

En octobre 2013, dans le cadre du renforcement des capacités nationales, 26 personnes ont été formées ou recyclées sur l’organisation et la sécurité d’une base aérienne, les prospections acridiennes ainsi que sur la collecte, la transmission et l’analyse des données pluviométriques, écologiques et acridiennes. Une formation a également concerné l’utilisation des appareils de traitement autoportés ; une autre sur le suivi sanitaire et environnemental est actuellement en cours et, prochainement, une formation aura lieu sur l’utilisation des biopesticides.

Du début de l’actuelle campagne antiacridienne et jusqu’au 28 février 2014, les trois hélicoptères déployés ont volé plus de 650 heures. Cela a permis de réaliser les prospections essentielles au suivi de la dynamique des populations acridiennes et à l’identification des zones prioritaires de lutte et de traiter une superficie totale de plus de 235 000 hectares. Par ailleurs, un peu plus de 1 000 ha ont été traités par voie terrestre. Pour ce faire, le volume de pesticide utilisé fut de 130 179 litres de Chlorpyrifos et de 21 428 litres de Teflubenzuron.

La première campagne, qui se terminera en août 2014, devrait permettre de mettre un coup d’arrêt à l’invasion acridienne. La seconde campagne, de septembre 2014 à août 2015, vise à accompagner le déclin escompté. A l’issue de la troisième campagne, réalisée d’octobre 2015 à juin 2016, une situation de rémission devrait prévaloir et le CNA être durablement renforcé. Ce n’est cependant que grâce à une stratégie de lutte préventive effective et efficace qu’une telle situation de rémission pourra être maintenue, à moindre coût financier et environnemental.

Outre le Gouvernement malgache, les bailleurs de fonds qui financent le Programme triennal sont : l’Autriche, la Belgique, le fonds CERF des Nations Unies, les Etats-Unis d’Amérique, la France, l’Italie, la Norvège et l’Union Européenne. La FAO continue son appel à contribution pour rassembler le financement des 2 prochaines campagnes qui présente encore un gap de 17,7 millions d’USD.

Rappelons que l’objectif du Programme triennal de réponse à l’invasion acridienne est de contribuer à la préservation de la sécurité alimentaire des populations rurales les plus vulnérables de Madagascar. Le Programme bénéficie directement aux populations rurales vivant dans les zones infestées par les criquets et dont ni les récoltes ni l’outil de travail ne seront détruits à cause de l’invasion qui sévit.