La nueva app

Descargue ya!

Búsqueda de proyectos

País Donante
País Receptor
Dispatch date

Síguenos en

Renforcement de la résilience et contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire de 4 500 ménages affectés par la malnutrition dans les zones de santé de Kisanji et de Kimbao, province de l’ex Bandundu

Renforcement de la résilience et contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire de 4 500 ménages affectés par la malnutrition dans les zones de santé de Kisanji et de Kimbao, province de l’ex Bandundu

Full title of the project:

Renforcement de la résilience et contribution à l’amélioration de la sécurité alimentaire de 4 500 ménages affectés par la malnutrition dans les zones de santé de Kisanji et de Kimbao, province de l’ex Bandundu

Target areas:

Les zones de santé (ZS) de Kisanji et de Kimbao

Donor:
Contribution:
USD 2 040 000
22/05/2015-30/04/2017
Project code:
OSRO/DRC/503/UNJ
Objective:

Renforcer la résilience et de contribuer à la réduction de la malnutrition aiguë dans les zones de santé de Kisanji et de Kimbao affectées par la crise nutritionnelle.

Key partners:

L’Inspection territoriale de l’agriculture, pêche et élevage (ITAPEL), le Ministère de l’agriculture et les organisations non-gouvernementales.

Beneficiaries reached:

6 000 ménages.

Activities implemented:
  • Identification et renforcement de 26 structures sanitaires pour abriter les unités nutritionnelles thérapeutiques intensives (UNTI), les unités nutritionnelles thérapeutiques ambulatoires (UNTA) et les unités nutritionnelles de supplémentation (UNS).
  • Ouverture de 55 unités nutritionnelles (trois UNTI, 23 UNTA, 25 UNS et quatre foyers nutritionnels) qui ont été équipées en matériels anthropométriques, médicaments essentiels, autres matériels (ustensiles de cuisine, etc.) et intrants nutritionnels thérapeutiques pour une meilleure prise en charge des cas de malnutrition aiguë sévère (MAS) et modérée (MAM).
  • Traitement d’un total de 6 337 cas de MAS (3 380 filles/femmes et 2 957 garçons).
  • Réalisation de 28 supervisions conjointes pour l’ensemble de deux ZS.
  • Réalisation de cinq évaluations (quatre enquêtes anthropométriques et une enquête Semi-quantitative Evaluation of Access and Coverage).
  • Formation de 132 agents (93 hommes et 39 femmes) des unités nutritionnelles sur la prise en charge intégrée de la malnutrition aigüe (PCIMA), l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant (ANJE), l’eau, l’hygiène et l’assainissement (WASH) et sur la gestion des foyers nutritionnels.
  • Formation de 221 relais communautaires (ReCos) et agents communautaires sur le counseling nutritionnel, les mesures anthropométriques, ANJE, WASH, la méthodologie de dépistage et la gestion des foyers nutritionnels.
  • Organisation de 409 séances de démonstrations culinaires.
  • Pesée et suivi de 76 pour cent des enfants admis dans les foyers nutritionnels dans les deux ZS.
  • Organisation de 1 567 séances d’éducation nutritionnelle dans les centres de santé (CS) et de 668 séances d’éducation nutritionnelle sur l’ANJE dans la communauté.
  • Sensibilisation de 20 586 personnes (14 303 femmes et 6 283 hommes) sur l’ANJE dans les CS et 30 074 (19 802 femmes et 10 272 hommes) dans la communauté.
  • Création de 17 groupes de soutien.
  • Organisation d’un total de 193 réunions sur la promotion de l’allaitement maternel exclusif, l’alimentation de complément pour les enfants et les moments critiques de lavage des mains.
  • Diffusion de 21 émissions et 211 spots publicitaires, touchant 9 809 personnes (6 573 femmes et 3 132 hommes) par des messages WASH et le lien entre la non-utilisation de la latrine par le ménage et les risques de malnutrition.
  • Fourniture à 2 300 familles de 6 900 outils et 45 tonnes de semences de maïs et d’arachide, et distribution à 2 200 familles de 2 200 outils et 115 kg de semences maraîchères.
  • Réalisation de deux études «comportement, attitude et pratique» (initiale et finale) dans les deux ZS.
  • Formation de quatre techniciens de l’ITAPEL et quatre techniciens de structures partenaires de terrain en qualité des formateurs de formateurs, et de 4 500 ménages sur les itinéraires techniques améliorées de production des cultures vivrières et maraîchères.
  • Aménagement/construction d’un total de 18 sources d’approvisionnement en eau de qualité pour une population d’environ 15 000 personnes.
  • Sensibilisation de 34 197 personnes en WASH.
  • Construction de neuf latrines collectives avec six lavages des mains collectifs ainsi que 12 incinérateurs.
  • Formation de 23 artisans qui ont été équipés d’outils d’entretien des ouvrages.
  • Mise en place de la dynamique communautaire à travers les 90 organisations paysannes (OP) et de 10 groupes de soutien à raison d’un groupe par aire de santé pour soutenir l’ANJE.
  • Formation de 39 personnes provenant des structures sanitaires de la communauté en qualité de formateurs en appui à la redynamisation du système de surveillance nutritionnelle, sécurité alimentaire et alerte précoce ; de 80 pour cent de 4 500 ménages bénéficiaires sur les bonnes techniques alimentaires et nutritionnelles à base de recettes ; de 28 ITAPEL ayant acquis les compétences pour assurer le suivi de proximité des activités de mise en place et conduite des jardins de démonstration ; et de 221 ReCos dans la conduite des sessions de formation sur les thèmes relatifs au PCIMA, ANJE et WASH.
  • Composition de huit recettes modèles à base d’aliments locaux et/ou exotiques mis à la disposition des communautés dont quatre dans la ZS de Kimbao et quatre dans la ZS de Kisanji.
  • Réalisation de huit séances de démonstrations culinaires.
  • Recrutement de 80 techniciens ayant acquis les compétences d’animateurs nutritionnels communautaires.
  • Élaboration et distribution de 80 cartes conseils ou boites à images sur les recettes locales.
  • Installation d’un total de 28 jardins maraîchers de démonstration au niveau des aires de santé.
  • Identification de : 20 OP pour la production semencière ; 12 OP pour assurer la transformation et la commercialisation ; 46 OP pour la mise en place et la conduite des activités génératrices de revenu (AGR) communautaires ; et deux structures dans la construction des entrepôts de stockage des produits locaux destinés à la commercialisation.
  • Formation de : 40 personnes (28 femmes et 12 hommes) sur les itinéraires techniques de production semencière ; 24 personnes (23 hommes et une femme) sur le montage, le fonctionnement, l’entretien, la maintenance et la gestion des unités de transformation, la transformation des produits, les outils de gestion des unités de transformation ; et 92 personnes (48 femmes et 44 hommes) sur la mise en place d’une AGR communautaire, le stockage des productions et la commercialisation, etc.
  • Distribution de 600 kg de semences de base de maïs et de 30 000 ml des boutures saines de manioc ainsi que 500 outils agricoles à 20 OP.
  • Construction de 12 abris pour unité de transformation, à raison d’un abri par unité de transformation.
  • Fourniture de 12 unités de transformation comptant deux décortiqueuses à arachide et 10 moulins mixtes maïs-manioc aux OP.
  • Construction de deux entrepôts de stockage des produits agricoles de 300 m3 chacun dans la zone d’intervention du projet.
  • Mise en place d’un total de 78 comités de gestion (COG), composés de 390 membres (156 femmes et 234 hommes) dont 12 comités pour les unités de transformation, deux pour les entrepôts et 64 pour la gestion des différents parcs à bois de multiplication boutures de plantation de manioc et des champs de multiplication des semences de maïs mis en place dans 64 sites. Chaque comité était constitué de cinq membres.
  • Organisation de suivis (post-distribution monitoring) de proximité mensuels auprès des COG autour de chaque unité de transformation et de chaque entrepôt de stockage pour vérifier l’application des prescrits des conventions signées entre le projet et l’OP bénéficiaire.
  • Fourniture de 1 500 USD à chacune des 46 OP additionnelles aux 34 OP préalablement formées sur la mise en place d’une AGR (portant sur l’élevage du petit bétail, la pisciculture, etc.).
Impact:
  • Réduction de la morbidité et la mortalité dues à la malnutrition.
  • Génération d’un revenu total de près de 5 millions d’USD (800 USD/famille) qui équivaut à plus de 10 millions de repas pour six mois.
  • Production de 2 250 tonnes de maïs et d’arachide, et d’1 tonne de légumes.
  • Renforcement des capacités techniques des ménages bénéficiaires et des techniciens sur les pratiques de production améliorées des cultures (volets vivrier et maraîcher).
  • Renforcement des capacités techniques de 68 OP pour la production semencière, la transformation, la gestion et la commercialisation des produits agricoles, etc.
  • Emblavement par les 20 OP identifiées de 30 ha de maïs et 12 ha de manioc qui ont produit environ 30 000 kg de semences de maïs et 240 000 ml de boutures saines de variétés de manioc améliorées.
  • Production de 3 000 tonnes de maïs et de manioc par les 1 080 ménages ayant bénéficié d’une partie des semences et boutures produits par les 20 OP.
  • Les unités de transformation fournies ont allégé la pénibilité et la durée des travaux de transformation des femmes, et ont également permis d’améliorer la qualité des produits favorisant la valeur ajoutée sur la vente des produits de transformation.
  • Les suivis ont permis d’évaluer le fonctionnement des prescrits dans la gestion des unités de transformation.