Accueil  > La FAO en action > Alerte et intervention précoces

L’app de la FAO in situations d’urgence

Téléchargez immédiatement!

Connectez-vous

Alerte et Intervention Précoces

Alerte et intervention précoces

Une nouveau focus sur l'action précoce

Les catastrophes naturelles et les conflits sont devenus à la fois plus fréquents et plus intenses. De nos jours, les catastrophes naturelles se produisent près de cinq fois plus souvent qu’il y’a 40 ans, avec une hausse de leurs conséquences économiques sur les économies locales ainsi que sur les moyens de subsistance et les vies de plusieurs vulnérables. Afin de faire face aux besoins en expansions, à la priorisation et aux ressources financières limitées, il est nécessaire de développer de nouveaux outils et méthodologies qui permettent la mise en place d’investissements intelligents et efficaces pour atténuer l’impact des catastrophes avant qu’elles ne se produisent.

Le système d’Alerte et Interventions Précoces (AIP) de la FAO traduit des avertissements en actions d'anticipation afin de réduire l'impact de catastrophes spécifiques. Il se concentre sur la consolidation des informations de prévision disponibles et la mise en place de plans pour s'assurer que la FAO réagit lorsqu'un avertissement est déclenché.

Agir avant qu'une catastrophe ne survienne ou n'ait atteint son apogée est essentiel; cela peut sauver des vies et protéger les moyens de subsistance contre les chocs immédiats ainsi que maintenir les gains de développement à plus long terme en augmentant la résilience des communautés locales.

Lors du Sommet Humanitaire Mondial (WHS), la communauté internationale s'est formellement engagée à progresser vers une approche plus «anticipatrice» dans l'assistance humanitaire. Dans le cadre du WHS, le secrétaire général des Nations Unis et le Groupe de haut niveau sur le financement humanitaire ont souligné l'importance cruciale de passer de la réponse à la prévention et à l'atténuation et calibrer les modalités de financement en conséquence.

Comment ça marche

AIP à l’échelle mondiale

Analyse globale. Au niveau mondial, l'équipe AIP de la FAO utilise à la fois les sources d’information internes et externes disponibles pour surveiller les principaux risques pour l'agriculture et la sécurité alimentaire, et publie les résultats de cette analyse dans son rapport trimestriel (Global EWEA report). Ce rapport prospectif complète l'analyse d'alerte précoce avec des recommandations tangibles d'actions précoces qui pourraient être prise pour atténuer ou prévenir l'impact. Les risques sont divisés en “élevé” et “Sous surveillance”, en fonction du niveau de probabilité et de l'impact potentiel.

Plaidoyer et partenariats. Plusieurs partenariats stratégiques ont été conclus avec des organisations pionnières du secteur AIP, qui travaillent également sur les liens entre les premiers avertissements, les actions et le financement. La FAO travaille en étroite collaboration avec la Fédération internationale de la Croix-Rouge, le Centre Climatique de la Croix-Rouge, le Programme alimentaire mondial et la Croix-Rouge allemande.

La FAO est un partisan de l’approche AIP au niveau inter-agences. Avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), la FAO codirige une initiative visant à élaborer des procédures opérationnelles standard (SOP) inter-agences concernant les événements El Niño/La Niña.

Plus d’informations sur les rapports trimestriels

AIP à l’échelle nationale

Au niveau national, l'équipe AIP travaille en étroite collaboration avec les bureaux de pays pour développer des systèmes AIP adaptés à leur contexte spécifique. Le système permet à la FAO de surveiller les risques majeurs et d'agir tôt pour atténuer leurs effets sur le secteur agricole et les moyens de subsistance, grâce à un outil opérationnel, le plan AIP.

Les plans AIP sont adaptés à chaque pays et sont basés sur les systèmes d'alerte déjà existants. Leurs but est l’identification des indicateurs et des déclencheurs, sur la base de preuves analytiques, pour des actions anticipées. Les premières actions sont identifiées entre le déclenchement d'alerte précoce et l’impact d'une catastrophe: elles diffèrent de la «réponse précoce» car elles se produisent avant la catastrophe et, par conséquent, suffisamment tôt pour contrecarrer une partie ou la totalité de son impact. Des exemples peuvent inclure des interventions pour protéger les biens et les moyens de subsistance contre les chocs imminents (comme la reconstruction des rives ou la réparation des systèmes d'irrigation) ainsi que la préposition pour assurer une assistance humanitaire opportune aux plus démunis (comme la préposition de graines ou d’outils).

Agir de manière opportune peut atténuer les effets des catastrophes sur les communautés, non seulement en sauvant des vies, mais aussi des biens et des moyens de subsistance. Dans les pays en développement, une partie importante de la population vit sous le seuil de pauvreté, et ceux qui vivent juste au-dessus peuvent rapidement basculer dans la pauvreté lorsqu’ils font face à des chocs. La protection des biens des communautés vulnérables garantit que ces groupes ne tombent pas plus loin dans le piège de la pauvreté et peuvent résister aux chocs futurs. Par conséquent, cela se traduit par des communautés plus résilientes et, en fin de compte, moins de personnes dépendant de l’aide d’urgence. Ainsi, agir de manière opportune est donc rentable tant pour les communautés, mais aussi au niveau du temps de réponse humanitaire et des ressources économisés.

En Afrique, en Asie, dans les îles du Pacifique et en Amérique latine, la FAO a mis en œuvre avec succès une série de projets d’ Alerte et Interventions Précoces (AIP) visant à atténuer les effets de la sécheresse, des vagues de froid, des maladies animales et ceux des migrations forcées. Cet appui opportun de la FAO a permis de protéger et de responsabiliser les communautés assistées, tout en leur donnant la confiance nécessaire pour poursuivre ou reprendre leurs activités agricoles. Pour étayer ses conclusions, la FAO a entrepris des études et analyses empiriques pour démontrer la rentabilité de ses interventions précoces. Les résultats de ses études montrent que pour chaque dollar investi, entre 3.5 dollar (Kenya) et 7.1 dollar (Mongolie) de bénéfices ont été généré par les ménages bénéficiaires des projets.

Fonds pour les interventions précoces

La FAO a mis en place un fonds spécial pour les interventions précoces dans le cadre du mécanisme SFERA, pour accélérer le financement des interventions précoces afin d’atténuer rapidement et efficacement les effets des catastrophes au niveau des pays.

Le Fonds pour les interventions précoces permet aux bureaux de pays de la FAO d'accéder rapidement aux fonds une fois que les déclencheurs d'alerte précoce ont été atteints, indiquant une catastrophe imminente. Le Fonds est activé selon un ensemble de critères précis, y compris la probabilité et la gravité du risque, l'avantage comparatif et la capacité de la FAO, le type et le moment des interventions précoce proposé entre autres.

Rubriques connexes

 - The Early Warning Early Action (EWEA) report on food security and agriculture is developed by the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). It ...en lire plus
18/10/2019
 - “That was an unusual drought that lasted for the longest time ever”, said Ms H’Vui who is one of the project beneficiaries, remembering the drought that ...en lire plus
16/10/2019
 - Sixth day, Guayabal, municipality of Uribia (La Guajira, Colombia) We all woke up at dawn, having slept outdoors. Each of us heard a lot of weird noises ...en lire plus
24/07/2019
 - Fifth day, Guayabal, municipality of Uribia (La Guajira, Colombia) Today we leave a little later... 7 in the morning. It’s the last two days in the field ...en lire plus
20/07/2019
 - The Early Warning Early Action (EWEA) report on food security and agriculture is developed by the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). It ...en lire plus
18/07/2019
 - Fourth day, San José, municipality of Albania (La Guajira, Colombia) We no longer have jetlag, we are perfectly acclimated, and we almost feel Colombian. Today, the community ...en lire plus
14/07/2019
 - Third day, Montelara, municipality of Maicao (La Guajira, Colombia) Today we leave even earlier from Riohacha, it is 6.30 and like every morning, we meet at our ...en lire plus
05/07/2019
 - Second day, Juan y Medio, municipality of Riohacha (La Guajira, Colombia) We left the hotel at 7 in the morning, the jetlag is still giving us all ...en lire plus
27/06/2019
 - Day 2 of the FAO mission on analysing the impact of early action to mitigate the effects of forced migration and drought in La Guajira, one ...en lire plus
27/06/2019
 - FAO mission on analysing the impact of early action to mitigate the effects of forced migration and drought in La Guajira, one of the most vulnerable ...en lire plus
07/06/2019
1 2 3 4 5 6