Soudan du Sud : le manque de soutien menace le bon déroulement d’une campagne urgente de vaccination du bétail

Soudan du Sud : le manque de soutien menace le bon déroulement d’une campagne urgente de vaccination du bétail

23/01/2018

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a besoin de 7,5 millions de dollars en vue de mener à bien une campagne urgente de vaccination du bétail au Soudan du Sud. La FAO a pour objectif de protéger 9 millions d'animaux (soit 30 pour cent du bétail du pays) - 6 millions en 2017 - des fréquentes épidémies de maladies animales. A ce jour, la FAO a été uniquement en mesure de mobiliser un quart des fonds nécessaires (soit 2,5 millions de dollars sur 10 millions).

Garder les animaux en vie est primordial dans un pays où la majorité de la population dépend du bétail pour sa survie et où la moitié de la population est confrontée à une situation de faim aiguë. «Dans la plupart des régions du pays, la FAO et ses partenaires sont les principaux fournisseurs de vaccins. Nous essayons de vacciner autant d'animaux que possible. Si nous attendons deux mois supplémentaires, les pluies commenceront et la moitié du pays sera complètement coupée du reste du territoire ou extrêmement difficile à atteindre, tandis qu'un grand nombre d'animaux risquent de se retrouver piégés dans une situation impossible», a expliqué M. Serge Tissot, Représentant de la FAO au Soudan du Sud.

«Jusqu'à ce jour, nous avons réussi à vacciner 300 000 animaux et à les protéger de maladies courantes telles que le charbon symptomatique, la septicémie hémorragique et l'anthrax, dans l'Etat d'Aweil, dans le nord-ouest du pays. Les agriculteurs de cette région nous ont dit que leur bétail avait été malade pendant plusieurs mois et nous avons réussi à parvenir jusqu'à eux à temps pour évaluer la situation, apporter les soins de santé nécessaires et démarrer les vaccinations qui permettront de protéger le bétail des principales maladies. Néanmoins, si des fonds supplémentaires ne sont pas injectés, nous ne serons pas en mesure d'atteindre d'autres agriculteurs confrontés aux mêmes problèmes et qui risquent de perdre leurs moyens d'existence», a ajouté M. Tissot.

«Lorsque ma bête tombait malade, j'utilisais des herbes trouvées dans les buissons car on n'a pas de médicaments dans la région. Mais cela n'a pas aidé. La bête a perdu du poids et son pelage n'avait pas bonne mine. A présent, elle a cessé de s'alimenter. J'ai peur qu'elle ne meure bientôt», déplore Kiir Mawein, propriétaire de bovins à Aweil.

Les populations vivant en zone rurale n'ont pas d'autre choix que de nourrir leurs animaux malades avec des herbes ou de se rendre dans les villes les plus proches - un voyage qui peut souvent durer plusieurs jours à pied - pour finalement se rendre compte qu'il n'y a pas de médicaments vétérinaires ou qu'ils sont trop chers.

Les 7,5 millions de dollars dont la FAO a encore besoin couvriront les frais de vaccination et permettront de construire trois nouvelles plateformes qui serviront à respecter la chaîne du froid dans les régions éloignées. Cela permettra également de pallier à certains problèmes majeurs, notamment lorsqu'il s'agit de fournir des soins de santé animale et de livrer des médicaments au Soudan du Sud: la distance, la chaleur du climat (la température moyenne est de 30°C et peut monter jusqu'à 45°C au cours des mois les plus chauds), le manque d'infrastructures et les soins de santé. «Pour les populations sud-soudanaises, le bétail signifie la vie. «Il les éloigne de la faim» comme le disent les agriculteurs. Il fournit non seulement une source importante de nourriture mais représente aussi un filet de sécurité. En cas d'urgence, les agriculteurs peuvent vendre une de leurs bêtes pour couvrir d'autres besoins plus urgents», a ajouté M. Tissot.

Pour renforcer la résilience et assurer un meilleur fonctionnement des services de santé animale, la FAO a mis sur pied un réseau de travailleurs communautaires spécialisés en santé animale. Jusqu'à présent, 1000 travailleurs communautaires spécialisés en santé animale ont été formés à mener des examens de santé de routine et à vacciner le bétail dans le cadre du Programme d'urgence de la FAO pour le bétail.

Aider à mettre en place un système de travailleurs communautaires spécialisés en santé animale a grandement contribué à fournir des soins de santé animale adéquats et à mettre en œuvre des campagnes de vaccination d'urgence et préventives. En 2018, la FAO souhaite former 1000 autres travailleurs communautaires spécialisés en santé animale afin de développer les services vétérinaires à travers le pays. La FAO poursuit également son action auprès des groupes de femmes en vue de renforcer les petites entreprises, en les aidant à vendre leurs produits d'origine animale comme le lait et d'autres produits laitiers.

Le travail de la FAO au Soudan du Sud est rendu possible grâce au soutien des Etats-Unis, de l'Union européenne, du Danemark, du Canada, du Japon, de la Norvège, de la Banque mondiale, du Royaume-Uni, de la Suisse, des Pays-Bas, du Fonds humanitaire pour le Soudan du Sud et du Koweït.