Les pluies abondantes apportent un peu d'espoir aux syriens

Les pluies abondantes apportent un peu d'espoir aux syriens

18/07/2017

La sécurité alimentaire dans plusieurs régions de la Syrie s'est légèrement améliorée par rapport à la même période l'année dernière en raison d'une amélioration de la situation sécuritaire et d'un meilleur accès des organisations humanitaires aux zones isolées, mais la situation dans son ensemble demeure bien pire que celle précédant le conflit, ont averti aujourd'hui deux agences onusiennes.

La dernière Mission d'évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire (CFSAM), menée par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), estime que la production totale de blé s'élève à 1,8 million, soit 12 pour cent de plus que l'année dernière lorsqu'une baisse record avait été enregistrée, mais moins de la moitié par rapport à la moyenne d'avant conflit.

Publié aujourd'hui, le rapport de la mission indique que près de 6,9 millions de syriens sont toujours en situation d'insécurité alimentaire tandis que 5,6 millions de personnes devraient vraisemblablement se retrouver en situation d'insécurité alimentaire si elles ne bénéficient pas d'une aide alimentaire régulière chaque mois.

«Pour certaines familles syriennes, il existe une lueur d'espoir dans un océan de noirceur», a déclaré M. Adam Yao, Représentant par intérim de la FAO en Syrie. «Malgré les immenses défis, l'agriculture continue de produire de la nourriture pour le pays. Avec la situation sécuritaire qui s'améliore, de plus en plus d'agriculteurs devraient pouvoir accéder à leurs terres et cultiver de nouveau. Il est maintenant temps d'intensifier notre aide car l'agriculture n'a jamais été aussi importante pour les moyens d'existence de nombreuses personnes»a-t-il ajouté.

« Les quelques améliorations enregistrées au niveau de la disponibilité de nourriture pour la population syrienne sont encourageantes mais les besoins demeurent élevés. Davantage doit être fait pour fournir de la nourriture aux familles affectées par la crise. Le PAM et la FAO travaillent ensemble afin de faire de la sécurité alimentaire une réalité pour la population syrienne » a indiqué M. Jakob Kern, Directeur pays et Représentant du PAM en Syrie.

L'accès des organisations humanitaires à certaines zones assiégées s'est amélioré par rapport à l'année dernière. Il est cependant toujours lourdement limité, à Deir-ez-Zor, où les parachutages de nourriture et d'autres fournitures essentielles se poursuivent, et à Ar-Raqqa, où la situation est devenue critique en raison des combats en continu. A Ar-Raqqa, les magasins ont été détruits et le coût du panier alimentaire standard a augmenté de 42 pour cent entre mai et juin cette année.

La pluie contribue à la production agricole

Des précipitations plus abondantes tombées au sein du bassin versant du fleuve de l'Euphrate ont contribué à augmenter les débits et les niveaux d'eau de nombreux barrages à travers le pays. En 2017, la production de blé et d'orge s'est légèrement améliorée par rapport à l'année dernière en raison de pluies plus abondantes et d'un meilleur accès aux terres agricoles dans certaines régions.

Les principaux obstacles sont toujours les prix élevés ou l'indisponibilité des intrants tels que les semences et l'engrais et la destruction des infrastructures telles que les systèmes d'irrigation et les lieux de stockage.

La situation des pâturages s'est également améliorée en raison des pluies plus abondantes et cela devrait partiellement contribuer à faire baisser les prix du fourrage. Les tailles de troupeaux se sont stabilisées, bien que restant relativement petites. Les principaux obstacles sont toujours le prix élevé du fourrage, la couverture insuffisante des services vétérinaires et les problèmes de sécurité limitant l'accès aux aires de pâturage dans certaines régions du pays. 

Des améliorations progressives en matière de sécurité et d'ouverture des voies d'approvisionnement ont permis au commerce de se relancer tout doucement et aux marchés urbains de fonctionner dans certaines régions du pays. Dans certaines régions à l'est d'Alep, où des infrastructures entières et des marchés ont été détruits, on assiste à une reprise timide des activités. A travers le pays, les prix des produits alimentaires continuent d'être particulièrement élevés, s'approchant des records, à l'exception des gouvernorats de Deir-ez-Zor, Al-Hasakeh et de Damas campagne.

La méthodologie

L'équipe de mission s'est rendue dans le pays en mai dernier. Les informations émanant de sources officielles sur la production agricole et la sécurité alimentaire ont été recoupées et vérifiées avec des observations directes faites sur le terrain et les informations recueillies suite aux entretiens effectués avec les agriculteurs, les meuniers, les commerçants, les éleveurs de bétail, les familles de déplacés, les rapatriés et d'autres personnes vivant en zone urbaine et rurale. L'imagerie satellitaire et les précipitations record enregistrées ont également été utilisées, ainsi que des données collectées dans le cadre d'études réalisées grâce à l'outil du PAM spécialisé dans l'analyse et la cartographie de la vulnérabilité (mVAM).

Il s'agit de la quatrième mission CFSAM en Syrie depuis le début de la crise et chaque mission livre une évaluation impartiale et équilibrée de la situation de l'agriculture et de la sécurité alimentaire dans le pays.