La FAO aide les agriculteurs kenyans à sauver leurs récoltes face à la chenille légionnaire d’automne

La FAO aide les agriculteurs kenyans à sauver leurs récoltes face à la chenille légionnaire d’automne

22/06/2018

«Après une bonne récolte, nous avons normalement assez de maïs pour nous et aussi pour en vendre, mais à présent nous devons acheter du maïs pour pouvoir nourrir la famille», a déclaré Agnès Waithira Muli, une petite exploitante agricole vivant dans le comté d'Embu, dans le centre du Kenya. Elle et son mari ont perdu la plupart de leurs dernières récoltes à cause de la chenille légionnaire d'automne (FAW), un ravageur potentiellement dévastateur qui s'est propagé à travers une bonne partie de l'Afrique.

Grâce à la formation de la FAO sur la chenille légionnaire d'automne, ils sont maintenant en mesure de protéger leurs récoltes actuelles. «Maintenant que nous savons comment faire face à l'invasion, nos pertes seront moins importantes», a déclaré Agnès. La chenille légionnaire d'automne est originaire des régions tropicales et subtropicales des Amériques et, depuis 2016, s'est propagée à travers le continent africain, provoquant de sérieux dégâts en particulier sur les cultures de maïs.

Dans le comté d'Embu, le ravageur est d'abord apparu il y a deux saisons. Comme dans beaucoup d'autres endroits, les agriculteurs ont rapidement constaté que les pesticides n'étaient pas véritablement efficaces pour lutter contre la chenille légionnaire.

Un contrôle mécanique

Lors de la «petite» saison des pluies de 2017, la FAO a lancé un projet pilote qui consistait à déployer des «surveillants formés spécialement au terrain» deux fois par semaine, pendant six semaines, chez les petits exploitants agricoles afin de les aider à lutter manuellement contre la FAW. La méthode utilisée était le contrôle mécanique, soit identifier et détruire les œufs et les larves manuellement. Agnès et son mari, Robert Nurithi Nthiga, ont pris part à cette initiative et ont finalement réussi à faire mieux que nombre de leurs voisins. Ceux qui n'ont pas adopté la technique du contrôle mécanique ont souvent perdu une grande partie de leur récolte, en raison de la chenille légionnaire d'automne.

Le couple possède une acre de terre divisée en plusieurs parcelles. «On a seulement pu contrôler un quart du terrain, où on a pu récolter quatre sacs de maïs de 90 kg chacun. Sans la chenille légionnaire d'automne, nous aurions pu récolter sur toute la zone et obtenir au moins 15 sacs», a déclaré Agnès. Ces derniers jours, sans l'aide d'un surveillant, elle et son mari, ont inspecté les parcelles à raison de deux fois par jour à la recherche de l'insecte. «Il y a beaucoup plus de travail qu'avant, mais vérifier les cultures est une tâche qui revient aux agriculteurs», a-t-elle ajouté. Cette mère de trois enfants, dont le plus jeune a moins d'un an, est encore plus occupée qu'avant.

«Une grande différence»

Petronila Wanjira Njeru est une surveillante formée par la FAO qui a travaillé avec Agnès et son mari sur la technique du contrôle mécanique. Selon elle, au début, les fermiers étaient sceptiques sur cette méthode. «Avec le temps, ils sont devenus plus positifs car ils ont constaté que les pesticides ne fonctionnaient pas; éliminer manuellement les œufs des vers était la seule solution», a-t-elle expliqué.

Elle-même agricultrice, la saison dernière, Petronila a indiqué avoir perdu les trois quarts de sa récolte en raison de la chenille légionnaire d'automne. Elle espère que la prochaine récolte sera meilleure. «Cette fois-ci, on perdra peut-être un huitième de la récolte. Le contrôle technique fait donc une grosse différence», a-t-elle précisé. Pendant ce temps, Petronila bénéficie également du salaire de surveillante de terrain. Ce salaire lui a permis d'acheter 27 poulets et, avec les recettes accumulées, elle a pu s'acheter une vache laitière.

«A présent, nous avons du lait pour toute la famille. Plus tard dans l'année, on accueillera un veau et nous pourrons également produire du lait pour le vendre. De plus, les vaches et les poulets produisent du fumier que nous pouvons utiliser pour la ferme, donc on a plus besoin d'engrais», a-t-elle témoigné.

Efficace pour les petits exploitants agricoles

Salesio Mugo Nyaga est un autre petit agriculteur du comté d'Embu qui a appris le contrôle mécanique auprès d'un surveillant de terrain de la FAO. Il possède une petite parcelle de terre, un quart d'acre, sur laquelle il a pu récolter deux sacs de maïs de 90 kg chacun la saison dernière. «Nous avons commencé le contrôle mécanique un peu tard et j'ai perdu un peu de ma récolte. Sans la chenille légionnaire d'automne, j'aurais pu récolter trois sacs de maïs», a indiqué Salesio.

Une fois rodé à la méthode, Salesio a pu utiliser la technique du contrôle mécanique, dès le début de la saison, pour le compte de sa récolte en cours. Trois fois par semaine, il va observer les champs pour récupérer et ensuite détruire les chenilles. Pour d'autres agriculteurs, la tâche n'est pas si facile. «C'est un défi pour ceux qui ne vivent pas près de leurs fermes. Il y a aussi le travail qui va avec. Mes voisins qui ne connaissaient pas le contrôle mécanique, ont tout perdu», a déclaré Salesio.