Renforcer les bonnes pratiques pour relancer la production agricole

Renforcer les bonnes pratiques pour relancer la production agricole

15/03/2019

Dans le village de Kasheke, situé au bord du Lac Kivu dans la province du Sud Kivu en République démocratique du Congo, Rachel Akonkwa se rend dans le champ communautaire de son organisation paysanne pour y récolter les semences d’arachides et d’haricots. Désormais, chaque membre de l’organisation peut s’y procurer des semences de qualité de variétés améliorées.
«Avant, nous n’avions aucune connaissance sur la qualité des semences», explique Rachel. «Nous utilisions ce qui était disponible sur le marché, sans nous préoccuper de la qualité. Afin d’avoir une bonne récolte, nous étions obligés de semer en grande quantité sur une petite superficie. Les pertes étaient vraiment énormes».

Rachel fait partie des 15 000 ménages de petits producteurs ruraux qui ont bénéficié d’une formation dispensée par le Service national des semences (SENASEM) dans le cadre du programme conjoint de résilience entre la FAO et le PAM, financé par le Gouvernement de l’Allemagne. La formation les aide à semer en ligne, à respecter les écartements, à choisir le bon terrain, à améliorer l’entretien et à reconnaitre les semences de bonne qualité. Cela contribue à éviter les pertes le long de la chaîne de valeur alimentaire.

Produire plus avec moins

Son champ de moins d’1 ha ne permettait pas à Rachel de maximiser son rendement. Près de l’intégralité de sa production était destinée à la consommation familiale. La vente du petit surplus lui offrait à peine assez de revenus pour payer la scolarité de ses enfants.

Depuis qu’elle utilise les bonnes pratiques agricoles, elle constate une grande différence dans sa production. «J’ai appris à sarcler mon champ sans abimer d’autres plantules. Et plus important encore, j’utilise moins de semences pour semer», ajoute-t-elle.
Le programme d’appui aux chaînes de valeur des petits producteurs agricoles vise à contribuer à la paix et à la stabilisation dans les provinces du Nord et Sud Kivu. Depuis plus de deux décennies, la République démocratique du Congo connaît une crise prolongée en raison de la persistance des conflits armés entre les groupes armés et les forces armées congolaises, touchant considérablement les communautés.

Bien qu’une accalmie dans certaines zones ait favorisé une diminution de nouveaux déplacements et une augmentation des retours, les défis humanitaires perdurent. Environ 13,1 millions de personnes se trouvent en situation d’insécurité alimentaire grave.

Renforcer la résilience communautaire

La FAO et le PAM travaillent ensemble afin de soutenir les membres des communautés agricoles rurales qui retournent progressivement dans leurs villages après avoir été contraints à fuir. L'initiative vise non seulement à renforcer les capacités agricoles et financières des petits agriculteurs pour promouvoir l’agriculture durable, mais également à soutenir les organisations communautaires à travers des activités qui favorisent la cohésion sociale.

«Grâce à l’application des bonnes pratique agricoles, la récolte de notre champ communautaire a été particulièrement bonne», explique Rachel. «Comme membre de l’organisation paysanne, cela va avoir un impact sur mes revenus. Maintenant que je suis en mesure d’augmenter la production de mon champ, je pourrais offrir plusieurs repas à ma famille et payer les soins de santé de mes enfants», ajoute-t-elle en souriant.

La formation en multiplication des semences permet non seulement de renforcer la disponibilité en semences de qualité, mais aussi de créer des conditions favorables à une réponse rapide aux besoins importants en approvisionnement, notamment dans les situations d’urgence agricoles. En renforçant la résilience des organisations paysannes à travers la production et la commercialisation de semences de qualité, les communautés peuvent améliorer leurs revenus et relancer la production agricole.