Nombre record de personnes en situation critique de manque de nourriture au Soudan du Sud

Nombre record de personnes en situation critique de manque de nourriture au Soudan du Sud

14/06/2019

Le nombre de personnes qui connaît un manque critique de nourriture au Soudan du Sud est le plus élevé à ce jour, ont annoncé aujourd'hui trois agences des Nations Unies. Les résultats d'analyse selon le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) rendus publics aujourd'hui par le Gouvernement du Soudan du Sud en collaboration avec l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), quelque 6,96 millions de Soudanais du Sud connaîtront un niveau aigu d'insécurité alimentaire voir pire (Phases IPC 3, 4 et 5) d'ici la fin du mois de juillet.

On estime à 21 000 le nombre de personnes qui feront face à un niveau d'insécurité alimentaire correspondant à la Famine (Phase IPC 5, le niveau le plus élevé des cinq du cadre), tandis qu'1,82 million feront face à une Urgence (Phase IPC 4) et 5,12 millions à une Crise (Phase IPC 3). À comparer aux prévisions de janvier dernier pour la période mai-juillet 2019, 81 000 personnes de plus que le nombre prévu au départ sont confrontées à la Phase IPC 3 ou pire, en particulier dans les États de Jonglei, des Lacs et de Bahr el Gazal du Nord.

Le retard des pluies et la hausse des prix des aliments réduisent l'accès à la nourriture

La saison de soudure actuelle a commencé avec un niveau négatif record d'approvisionnement dû à la mauvaise récolte de 2018 et s'est ultérieurement aggravée à cause de l'arrivée tardive des pluies saisonnières de 2019. Ces faits, auxquels s'ajoutent une instabilité économique persistante, les effets des années passées de conflits avec la diminution des disponibilités et les déplacements de population qui se sont ensuivis, ont contribué à dérégler les moyens d'existence et ont signifié pour la population une réduction de la capacité d'accès à la nourriture. La hausse des prix de la nourriture causée par les mauvaises récoltes de l'année dernière, les perturbations des marchés causées par l'insécurité, la hausse des prix des transports et la dévaluation de la monnaie ont aussi contribué à ces niveaux élevés d'insécurité alimentaire aigüe.

La mise en œuvre effective de l'accord de paix et l'obtention d'une stabilité politique sont des impératifs si l'on veut permettre une aide humanitaire urgente et étendue pour protéger les moyens d'existence et relancer la production agricole dans tout le pays afin de sauver des vies. « Ces résultats d'analyse selon l'IPC indiquent que beaucoup de travail doit encore être fait. Le rétablissement de la production alimentaire et l'augmentation du rendement au Soudan du Sud dépendent du maintien de la paix et doivent être tentés », a dit M. Meshack Malo, représentant de la FAO au Soudan du Sud. « La FAO travaille avec les agriculteurs de retour pour les aider à se réinstaller, à construire les moyens de production et à s'adapter aux changements des conditions des précipitations » a-t-il ajouté. « Mais il y a encore beaucoup à faire pour améliorer leur capacité à faire face de manière durable à de tels chocs ».

« Une plus grande stabilité du pays a permis un meilleur accès à ces besoins, et grâce à cela nous avons pu prendre soin de plus de 100 000 enfants en situation de malnutrition grave durant les cinq premiers mois de l'année, dont plus de 90 pour cent ont guéri », a affirmé M. Mohamed Ag Ayoya, représentant de l'UNICEF au Soudan du Sud. « Mais les niveaux de malnutrition restent critiques dans beaucoup de régions et nous craignons que la situation ne se dégrade encore dans les prochains mois ».

« La saison de la famine coïncide avec la saison des pluies et cela représente un réel coup de tonnerre pour le Sud Soudan », a dit M. Ronald Sibanda, directeur de pays du PAM au Soudan du Sud. « Pendant que nous améliorons notre réponse, la course est désormais contre le temps et contre la nature - nous devons agir immédiatement pour sauver la vie et les moyens d'existence des millions de personnes qui sont au bord de la famine ».

Répondre à la crise

La FAO fournit de nouvelles variétés de semences adaptées aux conditions locales et des formations à des techniques permettant de réduire les pertes dues à la sécheresse et aux inondations. En plus d'aider 800 000 ménages vulnérables d'agriculteurs, de pêcheurs et d'agropasteurs, la FAO mène des campagnes de vaccination et fournit des services vétérinaires de soutien aux éleveurs pour protéger leurs moyens d'existence.

L'UNICEF et ses partenaires amélioreront encore les services durant la saison de soudure afin d'atteindre plus d'enfants atteints par un niveau grave de malnutrition aigüe, en amplifiant les activités à travers deux méthodes clés. Dans les régions où l'accès humanitaire est bon, une présence à long terme sur le terrain permettra à l'UNICEF et à ses partenaires de rester et de fournir leurs services. Des missions de réponse rapide et intégrée seront effectuées pour atteindre les personnes dans des zones insécures et inaccessibles. Plus de 100 000 enfants touchés par un niveau grave de malnutrition aigüe devraient ainsi être atteints durant la saison clou de soudure.

Une partie de la réponse du PAM consistera à fournir à 5,1 millions de personnes toute une série d'aides comprenant des distributions d'aliments de première nécessité et d'argent dans des zones pourvues de marchés actifs, de la nourriture en échange d'un travail servant à construire et à rétablir les moyens de production de la communauté, de la nourriture pour les repas scolaires, et certains produits pour la prévention et le traitement de la malnutrition chez les enfants, les femmes enceintes ou ayant des enfants en bas âge.

Le PAM a prépositionné 173 000 tonnes de nourriture dans plus de 60 zones avant l'arrivée de la saison des pluies, 66 000 tonnes de plus qu'à la même période en 2018. Un tel prépositionnement aide non seulement à sauver des vies mais réduit aussi les coûts de livraison.