Le Koweït contribue à hauteur de 2 millions USD à l'appui du programme d'urgence de la FAO au Yémen

Le Koweït contribue à hauteur de US $2 millions pour soutenir le programme d’urgence de la FAO au Yémen

25/09/2019

Le Gouvernement du Koweït a contribué à hauteur de 2 millions de dollars américains pour renforcer les interventions agricoles d’urgence de la FAO et améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition au Yémen. Le financement koweïtien à l’appui du Plan d'intervention humanitaire de la FAO pour le Yémen sera crucial pour fournir une assistance à quelques-uns des 8,6 millions de yéménites en situation de grave insécurité alimentaire.

« Ce nouvel accord renforce les relations entre l’État du Koweït et la FAO », a déclaré S.E. Jamal M. Al Ghunaim, Ambassadeur, Représentant permanent de l’État du Koweït auprès des Nations Unies à Genève. « Nous œuvrons à travailler en étroite collaboration afin d’accélérer les efforts humanitaires en faveur des populations du Yémen et d’autres pays de la région du Proche-Orient qui sont victimes de conflits. »

Le Yémen demeure la plus grande crise humanitaire du monde. Cette crise prolongée a eu des conséquences dévastatrices sur l’économie, détruisant les services essentiels et épuisant les mécanismes d’adaptation de la population, entraînant une insécurité alimentaire et une malnutrition généralisées. Cette nouvelle contribution s’appuiera sur les progrès réalisés grâce aux financements koweïtiens antérieurs.

« Le Koweït et la FAO sont en train d’établir un partenariat solide pour lutter contre la faim et la malnutrition dans la région du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord (NENA). Le don généreux du Koweït aujourd’hui, permettra de renforcer la résilience des agriculteurs et des éleveurs du Yémen. Cela s’ajoute à la récente contribution du Koweït aux agriculteurs syriens », a déclaré M. Abdessalam Ould Ahmed, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour la région NENA.

Un partenariat réussi

Le partenariat en cours entre le Koweït et la FAO prévoit déjà des interventions agricoles d’urgence et s’emploie à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition au Yémen. La réparation et la remise en état des réseaux d’eau et d’irrigation sont l’un des besoins les plus urgents pour faire face à la baisse de la production agricole du Yémen et, par conséquent, à sa crise plus générale de sécurité alimentaire.

Le projet est en cours de mise en place d’infrastructures d’eau à petite échelle, qui permettront à environ 11 000 agriculteurs de bénéficier de la disponibilité de l’eau à des fins agricoles. Les travaux comprennent la réhabilitation de puits peu profonds, le nettoyage, la réhabilitation et la construction de canaux, de terrasses, de réservoirs de collecte d’eau et de murs de protection.

Les travaux de réhabilitation et de construction sont réalisés par la communauté locale et les populations déplacées dans leur propre pays (IDP), dans les zones ciblées par le projet. Le fait de cibler à la fois les personnes déplacées dans leur propre pays et les communautés d’accueil contribue à désamorcer la tension qui ne cesse d’augmenter dans la région. En raison du conflit prolongé, des milliers de personnes ont fui leur foyer et se sont installées dans de nouvelles zones, mettant à rude épreuve des ressources naturelles déjà limitées comme l’eau. Grâce à la modalité « Argent contre travail », plus de 6 500 personnes vulnérables recevront un revenu dont elles ont grand besoin grâce à un emploi temporaire. Ce nouveau financement permettra également d’intensifier les efforts actuels afin d’inclure davantage des agriculteurs.

« Cette généreuse contribution aidera la FAO à assurer et à rétablir les moyens de subsistance agricoles. En encourageant l’autosuffisance des communautés, nous essayons de faire en sorte que les familles continuent à produire de la nourriture pour elles-mêmes, même en temps de crise », a déclaré M. Hussein Gadain, Représentant de la FAO au Yémen.

Conflits et insécurité nuisent aux efforts de sécurité alimentaire

Selon le rapport Perspectives de récoltes et situation alimentaire récemment publié par la FAO, le Yémen figure toujours en tête de la liste des 41 pays nécessitant une aide alimentaire extérieure. Les conflits et l’insécurité demeurent les principaux moteurs de l’insécurité alimentaire dans le pays.

Le conflit a dévasté les moyens de subsistance des populations, limité leurs possibilités de revenus et réduit leur capacité d’acheter de la nourriture. Cette détérioration dramatique a détruit la capacité des ménages à faire face à la situation. Tout changement dans leur situation ou toute nouvelle perturbation de l’accès à la nourriture risque de pousser les communautés au bord de la famine.

L’agriculture n'est pas seulement la principale source de subsistance et de revenus pour des millions de yéménites, elle représente également l’une des rares lignes de vie restantes, surtout dans les zones rurales difficiles d’accès. L’aide alimentaire humanitaire ne peut à elle seule répondre aux besoins du pays. Les interventions de soutien aux moyens d’existence jouent donc un rôle crucial dans la réponse humanitaire - en sauvegardant et en augmentant rapidement la production alimentaire et, par conséquent, en augmentant la disponibilité alimentaire parmi les plus vulnérables.

Le nouveau don du Koweït contribuera dans une large mesure à aider des milliers d’agriculteurs et d’éleveurs vulnérables, en particulier les ménages dirigés par des femmes, grâce à un mélange de semences de cultures et de légumes, du matériel de pêche, de kits de production avicole, de soutien financier, de campagnes de santé animale, de repeuplement et d’alimentation animale.