La Belgique et la FAO appuient le Gouvernement d’Haïti dans l’amélioration des moyens d’existence des ménages affectés par la sécheresse dans le Nord-Est

La Belgique et la FAO appuient le Gouvernement d’Haïti dans l’amélioration des moyens d’existence des ménages affectés par la sécheresse dans le Nord-Est

18/02/2020

Entre 2018 et le premier semestre de l’année 2019, Haïti a fait face à une longue période de sécheresse à cause du phénomène El Niño. Celle-ci a provoqué une diminution de près de 12 pour cent de la production agricole par rapport à l’année précédente, dont les résultats étaient déjà inférieurs à la moyenne générale.

La disponibilité et l’accès limités à la nourriture, la baisse des revenus, la hausse des prix des denrées alimentaires, une inflation annuelle d’environ 19,5 pour cent, la dépréciation de la gourde haïtienne, combinées aux tensions sociopolitiques et à l’insécurité accrue, ont considérablement exacerbé la vulnérabilité des haïtiens, surtout de ceux qui vivent dans les zones rurales, dont les moyens d’existence sont uniquement basés sur l’agriculture. Selon la dernière analyse du Cadre intégré de classification de la sécurité  alimentaire (IPC), 3,7 millions de personnes sont actuellement en insécurité alimentaire aiguë sévère (Phases 3 et 4 de l’IPC). Si aucune action n’est prise pour renforcer les moyens d’existence de ces personnes, ce chiffre pourrait passer à 4,1 millions de personnes (40 pour cent de la population haïtienne) à partir de mars 2020.

Afin de soutenir les communautés vulnérables d’Haïti, le Gouvernement du Royaume de Belgique a accordé un financement de 500 000 d’USD à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour fournir une assistance agricole à 7 500 ménages (37 500 personnes) dans trois communes du département du Nord-Est, à travers les activités suivantes: la distribution de semences et matériel de plantation pour la production de cultures résilientes au changement climatique à 4 500 ménages (22 500 personnes), dont au moins 40 pour cent de femmes cheffes de ménages, pendant la saison agricole de printemps (mars–juillet 2020); la fourniture de semences maraîchères et l’appui technique à 2 500 ménages vulnérables (12 500 personnes), dont au moins 60 pour cent de femmes cheffes de ménages, afin de diversifier leur alimentation et leurs sources de revenu; le renforcement des capacités de 500 ménages agropasteurs (2 500 personnes) en production et conservation fourragère sous forme de foin et/ou d’ensilage.

Le projet vise à atténuer les effets de la crise socio-économique et de la sécheresse grâce à la protection et la restauration des moyens d’existence des populations vulnérables, afin de renforcer leur résilience et leur autonomie. Il contribue également à améliorer la cohésion sociale et à éviter le recrutement de personnes vulnérables par des groupes armés qui sont à l’origine de l’aggravation de l’insécurité en Haïti, y compris en milieu rural.