L'Allemagne contribue à hauteur de 17 millions d'euros à la lutte contre les effets de la recrudescence du criquet pèlerin en Afrique de l'Est

L'Allemagne contribue à hauteur de 17 millions d'euros à la lutte contre les effets de la recrudescence du criquet pèlerin en Afrique de l'Est

28/02/2020

Le Directeur général de la FAO, M. QU Dongyu, s'est félicité de la contribution de l'Allemagne, à hauteur de 17 millions d'euros. Cette somme permettra de fournir une aide aux personnes directement touchées par la résurgence du criquet pèlerin en Afrique de l'Est. Le Représentant permanent de la FAO auprès de l'Allemagne, M. Ulrich Seidenberger, en a fait l'annonce au siège de la FAO à Rome. Ce don vient s'ajouter à une contribution de 3 millions d'euros que l'Allemagne a faite précédemment.

«Je souhaite remercier l'Allemagne pour sa généreuse contribution et pour avoir reconnu le besoin urgent d'atténuer les effets alarmants de la résurgence du criquet pèlerin. Nous travaillons à endiguer la propagation du criquet pèlerin mais il nous faut aussi protéger les moyens d'existence et encourager une relance rapide», a déclaré M. QU.

Le Service d'information sur le criquet pèlerin de la FAO indique qu'il s'agit de la pire résurgence en Éthiopie et en Somalie de ces 25 dernières années et la pire infestation au Kenya depuis 70 ans. Djibouti et l'Érythrée ont aussi été touchés, et des rapports ont fait état de la présence d'acridiens au Soudan du Sud, en Ouganda et dans la République-Unie de Tanzanie, bien que la situation y soit moins désastreuse. Cette semaine, de nouveaux essaims ont été signalé à Bahreïn, au Koweït, en Arabie saoudite, au Qatar et même en Iran.

Le Directeur général de la FAO a souligné que la situation est extrêmement grave en Afrique de l'Est, une région où 20 millions de personnes sont déjà en état d'insécurité alimentaire. Les essaims de criquets ont pondu leurs œufs et ces derniers devraient éclore dans les prochaines semaines. Ces nouveaux criquets commenceront alors à manger les récoltes, juste au moment où commence la principale saison agricole de la région. « La lutte contre les acridiens représente la moitié du combat. L'autre moitié consiste à aider les populations touchées », a indiqué M. QU, ajoutant que «L'aide de l'Allemagne va permettre à la FAO de fournir une grande partie de l'aide nécessaire aux agriculteurs et à leurs familles.»

Le criquet pèlerin est considéré comme l'insecte migratoire le plus ravageur au monde. Un essaim d'un kilomètre carré peut contenir jusqu'à 40 millions de criquets pèlerins qui, en un jour, peuvent manger autant que 35 000 personnes. Les pâturages et les terres cultivées ont déjà fortement endommagés à Djibouti, en Érythrée, en Éthiopie, au Kenya et en Somalie, et les conséquences peuvent être graves pour cette région dans laquelle la survie de milliers de personnes repose sur l'agriculture et l'élevage du bétail.

La FAO a lancé un appel urgent de 138 millions de dollars pour financer l'aide aux pays touchés. Avec la contribution de l'Allemagne, le total des dons promis s'élève désormais à 69 millions de dollars. La FAO a porté à 15 le nombre d'experts en lutte antiacridienne et a augmenté le personnel qui devra fournir une assistance aux gouvernements afin de surveiller et de coordonner les activités de lutte contre le criquet pèlerin. La FAO fournira également des conseils techniques et apportera une aide afin d'acheter du matériel indispensable aux interventions terrestres et aériennes. Sur ces 138 millions de dollars, la FAO prévoit de consacrer plus de 60 millions de dollars à la lutte contre l'invasion, plus de 67 millions de dollars à la protection des moyens d'existence et à la promotion d'une relance rapide, et environ 10 millions de dollars pour soutenir la coordination régionale et la formation.

Surveiller, prévoir et contrôler sont des activités qui se trouvent au cœur du mandat de la FAO. Le Service d'information sur le criquet pèlerin de la FAO est actif depuis environ 50 ans. La présence bien établie sur le terrain de l'organisation, sa capacité à mettre en relation les autorités des différents pays et son expertise dans la gestion du criquet pèlerin fait d'elle un acteur clé pour répondre à des invasions comme celles qui touchent actuellement l'Afrique de l'Est et la région de la mer Rouge.