Somalie | Les virements par téléphone portable donnent aux agriculteurs somaliens un temps d’avance sur le climat

Somalie | Les virements par téléphone portable donnent aux agriculteurs somaliens un temps d’avance sur le climat

22/10/2020

L’année 2019 a commencé en Somalie par une vague de sécheresse qui s’est traduite par la plus mauvaise récolte de céréales depuis 1995 dans le sud du pays. Pour Madino, 21 ans, qui vit avec ses trois enfants, son mari et sa grand-mère dans un village de la région du cours inférieur du fleuve Chébéli, les conséquences ont été désastreuses. En août, les réserves de nourriture que la famille de Madino s’était constituées pour sa consommation étaient épuisées, de même que son stock de semences.

Comme nombre d’agriculteurs de cette région, la famille de Madino n’est pas propriétaire des terres qu’elle travaille. Elle loue son exploitation, située en bordure du Chébéli et souvent à la merci des aléas du climat, et utilise l’eau du fleuve pour irriguer ses terres. 

La nouvelle saison de plantation de la période du dayr (octobre à décembre) approchait à grands pas et leurs difficultés financières ne faisaient qu’empirer. N’ayant pas d’autre choix, la famille envisageait de vendre deux des quatre chèvres et moutons qu’elle possédait, en dernière extrémité, ce qui n’aurait fait qu’aggraver leur état de pauvreté. 

Assistance intégrée par octroi d’espèces et soutien des moyens de subsistance (Cash+)

C’est à ce moment que Madino a appris l’existence du programme Cash+ de la FAO, financé par l’Union européenne, qui apporte une assistance intégrée consistant en versements d’espèces et en un soutien des moyens de subsistance.

Les programmes de la FAO faisant appel au versement d’espèces apportent une aide immédiate aux agriculteurs lorsque ceux-ci ne peuvent plus acheter la nourriture ou les intrants agricoles dont ils ont besoin. Les virements d’argent par téléphone portable et les bons électroniques permettent aux familles d’agriculteurs d’acheter les biens et les services dont elles ont le plus besoin sur les marchés villageois, et ainsi de soutenir les économies locales. Le programme renforce aussi la résilience des moyens de subsistance des populations en prévision de crises futures, puisqu’il propose des formations aux pratiques agricoles climato-intelligentes, lesquelles permettent, à plus long terme, d’accroître la production agricole et d’améliorer la sécurité alimentaire et les conditions de nutrition.