Riz et Canards: Facteurs prépondérants de la propagation du H5N1

Riz et Canards: Facteurs prépondérants de la propagation du H5N1

26/03/2008

Nouvelles découvertes scientifiques - Plutôt que les poulets, les canards, les hommes et les rizières seraient les principaux facteurs à l’origine des foyers du virus H5N1 hautement pathogène de la grippe aviaire en Thaïlande et au Viet Nam, et expliqueraient la persistance des foyers dans d’autres pays de la région comme le Cambodge et la RPD du Laos.

Dans l’article "Mapping H5N1 highly pathogenic avian influenza risk in Southeast Asia: ducks, rice and people", qui vient d’être publié dans le dernier numéro des Actes de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis (PNAS), un groupe d’experts de la FAO et de centres de recherche associés a examiné une série de vagues d’influenza aviaire H5N1 hautement pathogène en Thaïlande et au Viet Nam de début 2004 à fin 2005.

Sous la direction de Jan Slingenbergh, vétérinaire en chef à la FAO, les chercheurs ont appliqué une technique de modélisation afin d’établir comment la conjugaison de différents facteurs - à savoir les nombres de canards, d’oies et de poulets, la taille des peuplements humains, les cultures de riz et la géographie locale - a contribué à la propagation du virus. Les effectifs de canards et d’êtres humains et l’étendue de la riziculture sont apparus comme les facteurs les plus significatifs, même si les deux pays avaient utilisé deux méthodes de lutte différentes contre les foyers.