Le Directeur général José Graziano da Silva s’adresse à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient

La sécurité alimentaire au cœur de la proposition d’un Fonds fiduciaire pour le Proche-Orient

17/05/2012

L'objectif est de promouvoir la sécurité alimentaire de la région - Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva a proposé aujourd'hui la création d'un Fonds fiduciaire pour le Proche-Orient au profit de la sécurité alimentaire de la région.

S'adressant à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient, M. Graziano da Silva a indiqué qu'à la demande des États membres africains, la FAO contribuait à l'élaboration d'un Fonds fiduciaire pour la la sécurité alimentaire de l'Afrique, où seront amenés également à participer la société civile et le secteur privé. "Une initiative analogue devrait aussi exister au Proche-Orient", a-t-il affirmé.

L'OCDE a récemment signalé un recul du développement international dû à la récession mondiale. Il est par conséquent essentiel que les pays, en particulier les pays en développement à plus haut revenu, "engagent des fonds supplémentaires et mettent en commun leurs expériences de développement  agricole et rural", a-t-il ajouté.

Enjeux

Sur les 19 pays couverts par le Bureau régional de la FAO pour le Proche-Orient, trois  sont des nations à faible revenu (la Mauritanie, le Soudan et le Yémen), les autres bénéficiant de revenus soit moyens, soit élevés. En dehors des pays moins avancés, moins de 5 pour cent de la population de la région est sous-alimentée, mais un certain nombre de défis restent à relever, a poursuivi le Directeur général.

Citons notamment le changement climatique et les pénuries croissantes d'eau, le renforcement de la résilience des petits agriculteurs pauvres et la nécessité de se tourner vers des régimes de production et de consommation plus durables pour protéger l'environnement.

Des systèmes résilients

Afin d'affronter ces enjeux "la FAO dans la région met l'accent sur l'aide aux États membres pour mettre en place des systèmes agricoles, pastoraux et alimentaires résilients. Pour ce faire, nous devons accroître les investissements dans l'agriculture intelligente face au climat et dans les méthodes de production durables; nous devons relier le soutien productif aux filets de sécurité pour stimuler les marchés locaux, et améliorer la gestion de l'eau et des autres ressources naturelles",  a déclaré M. Graziano da Silva.