Un certain nombre de pays sont toujours confrontés à des flambées sporadiques de grippe aviaire

Aide américaine accrue pour lutter contre l’influenza et la menace de maladies émergentes

29/10/2012

La poursuite du partenariat USAID-FAO renforce la préparation, la surveillance et la réponse des pays - L'engagement de la FAO à lutter contre la menace des maladies émergentes dans les «points chauds» de la planète vient de bénéficier d'un nouveau financement de l'Agence américaine pour le développement international (USAID), annonce aujourd'hui l'agence de l'ONU spécialisée en alimentation et agriculture.

Cette contribution, totalisant plus de 20 millions de dollars, stimule le partenariat en cours Etats-Unis-FAO contre le virus H5N1 de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) et élargit le champ d'intervention aux potentielles menaces pandémiques émergentes.

La grippe aviaire : une menace persistante

L'aide américaine permettra de renforcer la préparation et la réponse à la grippe aviaire hautement pathogène en Asie du Sud-Est tout en renforçant la surveillance et la capacité des laboratoires dans les zones «chaudes». La majorité des fonds servira à appuyer des activités au Bangladesh, en Chine, en Indonésie et au Viet Nam, des pays qui continuent de faire face à des foyers de grippe aviaire hautement pathogène (H5N1) chez les volailles ainsi que des cas chez l'homme, dont certains mortels.

Les fonds serviront également à la coordination régionale de la lutte contre la grippe aviaire et à soutenir la surveillance et la prévention au Cambodge, au Laos, au Népal et au Myanmar, qui sont menacés par la persistance de la maladie dans les pays voisins. Ces pays continuent d'être le théâtre de flambées sporadiques, ce qui indique que le virus H5N1 continue de circuler chez les volailles et reste une menace pour la production de volailles, la santé humaine et les moyens d'existence de millions d'agriculteurs vulnérables et qui dépendent de l'élevage des volailles pour leurs besoins alimentaires de base et comme gagne-pain.

«Le gouvernement américain a joué un rôle clé dans la mobilisation du soutien international pour lutter contre la grippe aviaire et réduire les risques d'une pandémie humaine en aidant la FAO et d'autres à contrer la menace qui pesait sur les animaux et empêcher qu'elle ne se transmette à l'homme. Ce soutien aux mesures de prévention de base est rare, mais éminemment utile et rentable », a indiqué M. Juan Lubroth, vétérinaire en chef à la FAO.