Sur les traces de la grippe aviaire

Sur les traces de la grippe aviaire

23/03/2010

Un groupe international d'experts met en garde: malgré l'état actuel des connaissances sans précédent sur le rôle des oiseaux sauvages dans la propagation du virus hautement pathogène H5N1 de la grippe aviaire, il reste à combler d'importantes lacunes d'information afin d'éviter que l'attention des gouvernements et du public se détourne du problème.

"La baisse d'attention portée au virus hautement pathogène H5N1 réduit les opportunités de surveillance et de recherche, compromettant le renforcement des capacités et la coordination entre les administrations environnementales et agricoles, et les efforts visant à mieux comprendre l'épidémiologie et l'écologie du virus", a déclaré le Groupe scientifique de travail sur la grippe aviaire et les oiseaux sauvages dans un communiqué d'une réunion d'évaluation qui s'est tenue au siège de la FAO à Rome.

Créé en 2005 sous la direction conjointe de la FAO et de la Convention du PNUE sur la conservation des espèces migratrices, le Groupe de travail est un partenariat de collaboration entre 15 organisations internationales, dont des organismes des Nations Unies, d'autres organisations intergouvernementales et des ONG spécialisées.