L’UE continuera à renforcer la résilience des populations pauvres

L’UE continuera à renforcer la résilience des populations pauvres

15/06/2013

L'Union européenne (UE) continuera à renforcer la résilience à long terme des plus vulnérables, à s'attaquer aux causes de la faim et de la pauvreté, et à améliorer la nutrition, a annoncé José Manuel Barroso lors de la Conférence de la FAO. Le président de la Commission européenne a accepté un prix pour l'initiative de l'UE, qui a consacré 1 milliard d'euros à la lutte contre la faim. Cette initiative a été mise en œuvre avec le concours de la FAO pour faire face à la hausse des prix des denrées alimentaires dans les pays pauvres.

En présentant cette distinction, le Directeur général de la FAO M. José Graziano da Silva a félicité l'UE pour avoir utilisé l'agriculture comme solution face à la crise: «Suite à ces efforts, parmi d'autres, l'agriculture et la sécurité alimentaire apparaissent une fois de plus comme des points d'entrée de stratégies de croissance et de développement dans de nombreux pays, et sont de plus en plus désignées comme des priorités de l'aide internationale au développement.»

La cérémonie a eu lieu le premier jour de 38e Conférence de la FAO. M. Barroso a accepté le prix Jacques Diouf pour la «Facilité alimentaire de l'UE», lancée pour faire face à la crise des prix alimentaires en 2008-2011. Cette action a aidé 59 millions de personnes dans 50 pays.

«Les programmes financés au titre de la Facilité alimentaire ont permis aux petits exploitants d'augmenter et de diversifier leurs sources de revenus, par une meilleure gestion des terres, du bétail et de l'eau», a expliqué M. José Manuel Barroso. «Les bénéficiaires ont vu leur production agricole progresser de 50 %, et les revenus annuels de leur ménage ont augmenté en moyenne de 290 euros. Ils ont aidé à sauver les vies des personnes les plus vulnérables à la hausse des prix, surtout les femmes et les enfants.»

«La semaine prochaine, j'assisterai au Sommet du G8 à Lough Erne où j'insisterai une fois de plus sur la nécessité de faire de la malnutrition de l'histoire ancienne. Ce doit être l'une des priorités de l'agenda international du développement.»

Le président de la Commission européenne a souligné que l'UE continuera à agir face aux crises alimentaires dans les régions vulnérables telles le Sahel et la corne de l'Afrique, qui sont touchées par la pauvreté, les problèmes climatiques, l'augmentation et la volatilité des prix alimentaires, la pression exercée sur les ressources naturelles, une croissance démographique rapide, une gouvernance fragile, et l'instabilité politique.