La FAO presse les pays d’intensifier la lutte contre une maladie qui ravage les bananeraies

La FAO presse les pays d’intensifier la lutte contre une maladie qui ravage les bananeraies

17/04/2014

La FAO exhorte les pays à intensifier la surveillance, la notification et la prévention de la jaunisse fusarienne, une des maladies les plus destructrices de la planète pour les bananiers, qui s'est récemment propagée de l'Asie à l'Afrique et au Moyen-Orient et menace de s'étendre aux pays d'Amérique latine.

Selon une note d'information de la FAO, la souche Tropical Race 4 (TR4) de la maladie, également connue sous le nom de maladie de Panama, constitue une sérieuse menace pour la production et l'exportation de ce fruit très apprécié et pourrait avoir de graves répercussions sur la filière et les moyens d'existence. La banane est considérée comme la huitième culture alimentaire mondiale, et comme la quatrième dans les pays les moins avancés, selon FAOSTAT, le principal service de collecte et d'analyse de données de l'institution des Nations Unies.

 

«Toute maladie ou contrainte qui touche les bananes frappe une importante source de nourriture, de moyens d'existence, d'emploi et de recettes publiques», a déclaré le secrétaire du Forum mondial de la banane, Gianluca Gondolini. Le Forum, qui a son secrétariat au siège de la FAO, a pour mission de promouvoir une production et un commerce durables de la banane.

Selon un phytopathologiste de la FAO, Fazil Dusunceli, «la diffusion de la jaunisse fusarienne du bananier pourrait avoir de sérieuses conséquences pour les planteurs, les négociants et les familles qui tirent leurs moyens d'existence de cette filière». «Les pays doivent à présent agir comme si nous devions éviter le pire des scénarios, qui serait de voir partir en fumée une grande partie de la récolte mondiale de bananes», a-t-il ajouté.