La FAO et ses partenaires distribuent semences de cultures vivrières et outils manuels à 75 700 familles vulnérables

Distribution de semences et dʹoutils aux agriculteurs victimes de la crise en République centrafricaine

16/05/2014

Une opération de grande envergure de distribution de semences et d'outils a été lancée en République centrafricaine pour venir en aide aux familles agricoles touchées par la crise. 

Il s'agit de la plus vaste intervention jamais entreprise dans le pays par la FAO et ses partenaires humanitaires.

Quelque 16 organisations internationales et ONG nationales collaborent avec la FAO pour surmonter les problèmes des routes inaccessibles et de la détérioration de la situation de sécurité, afin de garantir que les agriculteurs reçoivent les kits agricoles à temps pour la prochaine campagne de semis.

Galerie photos

Au total, 1 800 tonnes de semences de cultures de base et des outils manuels seront fournis d'ici fin mai à 75 700 familles vulnérables - soit 378 500 personnes - dans 15 préfectures de tout le pays victime des conflits.

La distribution a démarré fin avril, et en l'espace de quelques jours, 11 600 ménages agricoles avaient déjà reçu leurs kits.

Chaque famille reçoit 25 kg de semences et deux binettes pour pouvoir produire au moins 500 kg d'arachides, de maïs et de riz qui leur permettront de survivre pendant environ 4 mois.

Le secteur agricole du pays a été gravement perturbé par les combats qui durent depuis décembre 2012 et qui ont entraîné une malnutrition chronique, une pauvreté extrême et un manque d'hygiène. Quelque 1,6 million de personnes ont un besoin pressant de nourriture, tandis qu'un habitant sur cinq a abandonné son logement face aux violences.

"La livraison des kits agricoles est fondamentale car elle permettra de conjurer une crise alimentaire et nutritionnelle à grande échelle dans tout le pays", a déclaré le Représentant de la FAO par intérim, Alexis Bonte.

"L'instabilité de la situation de sécurité complique considérablement les opérations, et des convois d'aide ont été attaqués ces dernières semaines. Toutefois, la FAO travaille avec le Cluster logistique et ses partenaires sur le terrain pour maîtriser ces problèmes et atteindre les familles d'agriculteurs vulnérables, et nous avons bon espoir de parvenir à distribuer toutes les semences d'ici la fin du mois de mai".

Au 15 mai, près de 90 pour cent des semences et des outils ont déjà été prépositionnés par la FAO dans des centres locaux, d'où les ONG les acheminent aux sites de distribution dans les zones rurales. Les 10 pour cent restants devraient arriver d'ici la semaine prochaine.

L'Organisation coordonne les expéditions avec le Programme alimentaire mondial (PAM) pour veiller à ce que les kits soient livrés avec des rations alimentaires d'urgence, afin d'éviter que les familles en détresse consomment les semences au lieu de les semer.

"Cette collaboration est d'autant plus importante, compte tenu de l'arrivée précoce cette année (dès février au lieu de juillet) de la 'saison de la faim', lorsque les réserves de nourriture de la récolte précédente s'épuisent", a précisé M. Bonte.

Rebâtir les moyens d'existence

Outre l'aide d'urgence, la FAO s'emploie à revitaliser le secteur agricole et à renforcer la capacité des agriculteurs de résister à la crise dans le cadre d'un programme d'aide à plus long terme.

Suite à la mission conjointe que la FAO et le PAM ont menée en avril, les deux organisations ont averti que la République centrafricaine avait besoin d'une aide humanitaire de grande envergure pendant au moins 18 mois pour rebâtir les moyens d'existence et accroître la résilience de la population.

"Il reste des besoins encore colossaux", a souligné M. Bonte. "Les communautés victimes de la crise ont besoin d'une aide technique, sociale et financière pour développer des opportunités économiques locales destinées à renforcer la résilience et à mieux absorber les chocs".

Parmi les activités cruciales que la FAO envisage d'entreprendre d'ici la fin de l'année figurent le soutien aux populations et aux groupes de femmes pour générer des revenus et restaurer la sécurité alimentaire par le biais d'opérations argent-contre-travail, ainsi que d'élevage de petits animaux et de production légumière à cycle court.

Pour relancer les marchés, la FAO favorisera également la production de semences dont elle achètera et vendra une partie sur les marchés locaux dans le cadre des foires aux semences organisées par les ONG.

Par ailleurs, l'Organisation contribuera à intégrer les mécanismes d'épargne et de prêts pour les associations de femmes et à améliorer la gestion des activités à petite échelle d'agroalimentaire, de production et de manutention après récolte.

A ce jour, la FAO a reçu plus de 30 millions de dollars pour ses opérations en République centrafricaine, dont 14 millions sont alloués à la fourniture de kits agricoles aux ménages vulnérables.

Néanmoins, il faut encore 17,5 millions de dollars pour reconstruire les moyens d'existence, ce qui permettra aux familles de se procurer des revenus d'ici la récolte, d'acheter de la nourriture au marché et de diversifier leurs activités pour avoir des recettes tout au long de l'année.