La FAO et ses partenaires préconisent une réponse mondiale à la fusariose de la banane

La FAO et ses partenaires préconisent une réponse mondiale à la fusariose de la banane

26/12/2014

La FAO et ses partenaires sont d'avis qu'un effort mondial est nécessaire pour prévenir la propagation rapide de la fusariose, une maladie mortelle pour les bananeraies et qui représente une menace grave pour le bien-être économique et la sécurité alimentaire dans les pays en développement. 

Les spécialistes en végétaux tirent la sonnette d'alarme depuis plusieurs années: la variété de banane la plus populaire au monde, la Cavendish, est victime d'une nouvelle forme de la fusariose, un champignon qui provoque flétrissement et  mortalité massive dans les bananeraies.

La FAO et un groupe d'experts internationaux sont d'accord pour lancer contre la fusariose un programme de lutte qui s'articule sur trois axes: prévention des épidémies futures, gestion des cas existants, et renforcement de la collaboration et de la coordination au plan international entre les institutions, les chercheurs, les gouvernements et les producteurs.

Le soutien à la recherche, l'éducation des producteurs et l'aide aux gouvernements pour élaborer des politiques et des réglementations ad hoc nationales pour la prévention de la maladie sont les aspects clés de ce programme.

La FAO estime à quelque 47 millions de dollars les besoins de financement du programme. Une partie de ce montant permettrait d'apporter une assistance rapide sur le terrain aux pays confrontés à de nouvelles flambées de fusariose.

La nouvelle forme tropicale 4 (TR4) du champignon est considérée comme une menace grave à la production mondiale de bananes. Celle-ci représente en valeur 36 milliards de dollars. La filière banane procure en outre des revenus et de la nourriture à quelque 400 millions de personnes.

"Historiquement, la fusariose a toujours posé un défi majeur à la production de bananes", a déclaré M. Clayton Campanhola, responsable de la protection des végétaux à la FAO, au cours d'une réunion d'experts la semaine dernière au siège de l'Organisation. "Après la dévastation récemment causée aux bananeraies par T4 dans certaines parties de l'Asie, nous redoutons sa propagation en Afrique, au Moyen-Orient et également en Amérique latine. Aussi la considérons-nous comme une menace pour la production à l'échelle mondiale."

"Les bananes sont le fruit le plus consommé et exporté dans le monde", a indiqué M. Fazil Dusunceli, expert en maladies des plantes à la Division de la protection des végétaux de la FAO. "Quand on sait que 85 pour cent de la production sont destinées à la consommation domestique, on imagine l'impact de cette maladie sur la sécurité alimentaire et les moyens d'existence dans les pays en développement", a-t-il ajouté.