Photo/Japie van der Westhuizen (SA Stud Book & Animal Improvement Association)

Déclaration de Pretoria: pour l'amélioration de la traçabilité et le développement de l'élevage en Afrique sub-saharienne

23/04/2015

Les pays d'Afrique subsaharienne ont adopté une déclaration relative à l'identification et à l'enregistrement des animaux, initiative qui devrait améliorer la sécurité alimentaire, la génétique du bétail et une meilleure gestion des cheptels, de la santé animale et de la lutte contre les maladies du bétail.   

“En adoptant la Déclaration de Pretoria relative aux systèmes d'identification et d'enregistrement des animaux en vue de la traçabilité et du développement de l’élevage, les pays ont affirmé leur engagement à l’identification des animaux, à l’enregistrement de leurs mouvements et des données liées à leur santé et à la mise en place de mesures telles que la surveillance, la détection précoce et la notification des flambées épidémiques, la réponse rapide, le contrôle des mouvements d'animaux et le zonage ou la compartimentation”, a déclaré le Représentant de la FAO en Afrique du Sud, Tobias Takavarasha.

L'élevage est l'un des sous-secteurs agricoles les plus importants et les plus dynamiques dans les pays en développement tel que confirmé par la demande croissante de produits d'origine animale. L’élevage représente 37 pour cent du produit intérieur brut agricole et ce chiffre continue de croître. Malgré sa croissance rapide à l'échelle mondiale, la production animale (viande, lait et œufs) en Afrique sub-saharienne connaît une croissance à un rythme plus lent.

Une augmentation substantielle et soutenue de la production et de la productivité animale est donc nécessaire et l'identification des animaux, l'enregistrement de leurs performances et la traçabilité peuvent contribuer de manière significative à réaliser la croissance attendue. En ce qui concerne le secteur de l'élevage, le Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture Africaine vise un taux de croissance annuel de 4,2 pour cent par le renforcement du rôle de l'élevage dans l'intensification de l’agriculture et la promotion du développement d’un élevage reposant sur les mécanismes du marché.

Améliorer les ressources génétiques animales

Les systèmes d’identification et d'enregistrement des performances des animaux se veulent également essentiels à l'amélioration génétique et à une meilleure gestion du cheptel, ce qui, par conséquent, permet d’enregistrer des gains substantiels en matière de productivité.

Cela s’est largement démonté dans de nombreux pays où des décennies d'enregistrement et de sélection des performances des animaux ont abouti à des améliorations remarquables en matière de productivité animale, en particulier dans le secteur commercial.

“L'Afrique a besoin d'investir dans l'identification des animaux et dans l'enregistrement de leur  performance afin de se rendre compétitive aussi bien sur les marchés de sélection animale que sur ceux de l’élevage destiné à la consommation”, a indiqué Irène Hoffmann, Responsable du Programme des ressources zoogénétiques de la FAO.

Des présentations et discussions de groupe lors du Symposium ont largement servi d’exemples d'approche intégrée et de multiplicité des avantages liés à l'identification et à l’enregistrement des animaux. “Cette approche holistique est bien illustrée dans les directives de la FAO aux fins de l’élaboration de systèmes intégrés et polyvalents d'enregistrement d’animaux conçus pour aider les pays dans la mise en place de ces systèmes”, a déclaré Badi Besbes de la Division de la production et de la santé animales. 

À propos du symposium 

Le Symposium international sur les systèmes d’identification et d’enregistrement des animaux pour la traçabilité et le développement de l'élevage en Afrique subsaharienne est une première en Afrique ; il s’est tenu à un moment opportun et a été pour tous les partenaires et parties prenantes, une occasion exceptionnelle d’échange d’expérience et de discussions ouvertes sur les programmes passés et en cours portant sur l’identification et l’enregistrement d’animaux.   

Le Symposium a été officiellement ouvert par le Ministre Sud-Africain de l'agriculture, des forêts et des ressources halieutiques, M. Senzeni Zokwana, qui a souligné le rôle crucial de l’identification et de l’enregistrement des animaux dans la réalisation de la sécurité et de la sureté alimentaires en Afrique subsaharienne.     

L’événement, qui a connu la participation de délégués de 30 pays, était conjointement organisé par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), le Comité International pour le Contrôle des Performances en Élevage (ICAR), le Ministère Sud-Africain de l'Agriculture, des Forêts et des Ressources halieutiques, l’Association Stud Book and Animal Improvement, le Conseil Sud-Africain de Recherche Agronomique, le Bureau Interafricain pour les Ressources Animales de l'Union Africaine (BIRA-UA) et leurs partenaires des secteurs public et privé et au-delà.