Plus de 20 millions de dollars sont requis d’urgence pour aider les agriculteurs népalais après le séisme

Plus de 20 millions de dollars sont requis d’urgence pour aider les agriculteurs népalais après le séisme

19/06/2015

Après le terrible séisme qui a frappé le Népal, quelque 20 millions de dollars sont requis d'urgence pour aider les agriculteurs népalais à reprendre leurs activités et écarter la menace d'une crise alimentaire prolongée qui toucherait, selon les estimations, un million de personnes, met en garde aujourd'hui la FAO.

Jusqu'à présent, 13 pour cent seulement de cette aide ont été reçus sur les 23,4 millions de dollars nécessaires d'urgence pour l'agriculture, selon les estimations de la FAO consignées dans l'appel éclair révisé des Nations Unies en faveur du Népal.

Deux très fortes secousses telluriques suivies de plusieurs répliques ont frappé le Népal en avril et mai, faisant plus de 8 000 morts et des dévastations sur une grande échelle.

La catastrophe, comme on sait, a également interrompu ou perturbé les activités agricoles, faisant ainsi planer une grave menace sur les moyens d'existence des familles rurales. 

Conduite par la FAO, une mission d'évaluation de l'impact sur les moyens d'existence a relevé que, dans les six districts les plus touchés, la moitié des ménages agricoles ont perdu près de la totalité de leurs stocks de riz, maïs, blé et millet. 

En outre, le séisme a détruit les outils agricoles, les potagers, les réserves de fertilisants et causé des dégâts considérables à la petite irrigation

Environ 16 pour cent du bétail et 36 pour cent des volailles ont été décimés, nuisant énormément aux ménages ruraux au double plan de la consommation et des revenus. 

"L'agriculture est une priorité absolue, car les deux tiers des Népalais en tirent leurs moyens d'existence", a déclaré le Représentant de la FAO au Népal Somsak Pipoppinyo. 

A son niveau actuel, l'aide internationale en faveur des agriculteurs ne représente qu'"une fraction seulement" de ce qui est requis, a déploré le Représentant de la FAO. 

"Notre marge de manœuvre est limitée", a-t-il ajouté en notant que les distributions de semences de riz doivent commencer tout de suite avant les violentes pluies de mousson attendues dans les prochains jours. 

Beaucoup de survivants au séisme vivent toujours dans des conditions dramatiques: abris précaires en tôles ondulées, bâches de plastique ou même dans des tunnels habituellement utilisés pour y planter des légumes et qui sont parfois envahis par des coulées de boue. Et les animaux que ces survivants possèdent encore sont sans abris. 

L'aide à l'agriculture, condition du relèvement

Pour sauver la saison agricole en cours, les besoins les plus pressants sont les semences et les engrais, suivis par l'irrigation, les outils agricoles et l'assistance technique. La remise en état des systèmes d'irrigation sera cruciale pour la saison des semis d'hiver, notamment pour le blé et l'orge. 

L'élevage et la production animale nécessitent des abris pour les animaux, du fourrage, de l'eau non polluée, des produits pharmaceutiques et des vaccins, selon l'évaluation de la FAO.

Celle-ci a déjà distribué 40 000 sacs de semences de riz (des sacs de cinq kilos chacun) dans les six districts les plus touchés, à savoir Dhading, Dolakha, Gorkha, Nuwakot, Rasuwa et Sindhupalchowk. Une distribution à point nommé puisqu'elle permettra aux paysans de planter avant les pluies de mousson.

La FAO  a également distribué des sacs de stockage de céréales hermétiques, des suppléments alimentaires pour animaux et des semences de légumes. Dans les prochaines semaines, elle compte distribuer des intrants agricoles supplémentaires, notamment davantage de semences de légumes, des semences de blé pour la saison d'hiver, des matériaux minéraux et de la tôle ondulée pour confectionner des abris pour le bétail.

Les moyens d'accroître la résilience des agriculteurs les plus vulnérables du Népal aux crises futures sont, par ailleurs, examinés par la FAO. Et afin d'éviter autant que possible des pertes en vies humaines et des dégâts aux propriétés et aux terres arables en raison de glissements de terrain, la FAO envisagerait la plantation d'arbres et d'arbustes à racines profondes et l'installation de cages remplies de pierres - connues sous le nom de gabions - pour empêcher les sols très instables de glisser lorsqu'ils sont gorgés d'eau durant les pluies de mousson.

En outre, la FAO se penchera sur la cartographie des fissures importantes causées par le séisme dans les districts les plus touchés, assurera le suivi des modifications et établira des systèmes d'alerte précoce pour avertir les agriculteurs sur les risques de glissement de terrain.

Jusqu'à ce jour, la FAO a reçu environ 3 millions de dollars pour l'aide d'urgence au Népal grâce aux contributions de la Belgique, de l'Italie et de la Norvège.