©FAO/ UNMISS

Soudan du sud: une flambée de violence fait planer la menace d’une faim extrême

16/07/2016

Des millions de personnes souffrant de la faim au Soudan du Sud seront au bord de la catastrophe si de nouveaux actes de violence font échouer le processus de paix déjà fragile, a indiqué aujourd'hui la FAO. L'Organisation a appelé au calme et à la stabilité, avertissant que si la paix ne dure pas, en plus des récents combats qui ont causé la mort de nombreuses personnes à Juba, il sera bientôt question d'une aggravation des problèmes liés à la faim dans l'ensemble du pays.

Publiée le mois dernier (lien to IPC), l'évaluation la plus récente a démontré que le Soudan du Sud était déjà confronté à une situation précaire, avec plus de 4, 8 millions de personnes en situation de grave insécurité alimentaire et avec des taux de malnutrition très élevés.

L'évaluation prévoyait de graves pénuries alimentaires au cours des mois à venir et a averti du risque de crise alimentaire dans certaines régions du pays.

«A Juba, une ville qui n'avait pas connu un tel niveau de violence depuis plusieurs années, une trêve fragile est à présent en place, mais l'incertitude règne dans la ville et l'approvisionnement vers les marchés alimentaires a été suspendu», a déclaré Serge Tissot, Représentant de la FAO au Soudan du Sud

«Alors que nous espérons que la situation perdure, des actes de violence pourraient refaire surface. Si le processus de paix s'écroule, les conséquences se feront sentir à grande échelle et cette situation déjà désastreuse, avec plus de la moitié de la population du pays en situation d'insécurité alimentaire, pourrait empirer», a- t-il ajouté.

«Un retour à la stabilité et la poursuite du processus de paix sont essentiels afin de permettre le maintien  de la production agricole et la réouverture des marchés», a fait valoir le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva.

« La population du plus jeune pays au monde ne peut se permettre davantage d'instabilité » a-t-il précisé, ajoutant que « Nous devons nous souvenir que la paix et la sécurité alimentaire sont les deux facettes d'une seule et même pièce, il s'agit d'un moteur de développement et de prospérité. Le futur du pays dépend de la population du Soudan du Sud, de son engagement ferme et définitif, dès maintenant, en faveur de la paix. »

Remplacer les intrants agricoles pillés

Lors des actes de violences qui ont éclaté la semaine dernière, l'entrepôt de la FAO à Juba a été saccagé et les stocks de fournitures essentielles, telles que les semences et les outils destinés à aider les personnes en situation d'insécurité alimentaire dans le pays à préserver leurs moyens d'existence, ont été pillés. L'Organisation évalue actuellement l'ampleur réelle des dégâts.

«Si les bureaux de la FAO au Soudan du Sud restent opérationnels, pour continuer à apporter notre aide à ceux qui en ont le plus besoin, il est nécessaire que des ressources supplémentaires soient urgemment mises à disposition afin de remplacer =celles qui ont été pillées», a indiqué M. Tissot.

«Dans des conditions normales, la récolte du maïs et du sorgho débuterait d'ici quelques semaines et la deuxième campagne se déroulerait au cours de la même période. Le bon déroulement de ces activités aura un impact considérable sur la sécurité alimentaire à court et à long terme», a-t-il ajouté.

Les récents affrontements à Juba entre l'opposition et les forces gouvernementales étaient les plus violents depuis la fin de la guerre civile, qui a duré deux ans, en août 2015.