Analyse et mesure de la résilience des populations au Sahel et en Afrique de l’Ouest

Analyse et mesure de la résilience des populations au Sahel et en Afrique de l’Ouest

28/09/2016

Dans le cadre des activités de la Plateforme Technique d’analyse et de mesure de la résilience (PT-AMR), plus de trente experts incluant des délégués du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Sénégal, du Tchad, du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), de la FAO, des institutions internationales ainsi que des organisations non gouvernementales se sont accordés sur le Cadre Analytique de Mesure de la Résilience (AMR) au Sahel et en Afrique de l’Ouest. Cette concertation, organisée du 23 au 25 Août à Niamey au Niger dans les locaux du Centre régional AGRHYMET du CILSS, marque une nouvelle étape vers la définition de l’outil consensuel d’analyse de la résilience au Sahel. La journée du 23 Août a rassemblé essentiellement les membres du Comité Technique de la Plateforme dont s’était la première réunion, avant que la concertation ne soit ouverte aux autres experts des institutions et délégués des pays, les 24 et 25 Août.

Pr. Guy Marcel Bouafou Kouamé, Directeur Général du Centre Régional AGRHYMET, qui a accueilli les différents experts, a rappelé ‘la pertinence de cet outil dans un contexte sahélien marqué par des perturbations climatiques importantes ayant des incidences néfastes sur la production agricole, les ressources animales et forestières, et qui contribuent ainsi à l’aggravation de la pauvreté des populations sahéliennes et ouest africaines’.

Suite à la revue des initiatives existantes relatives à l’analyse de la résilience, telle que la méthodologie RIMA développée par la FAO, un consensus a été trouvé concernant l’outil à développer  qui permettra d’assurer le suivi et l’évaluation des stratégies et programmes de résilience, de même que leur planification. Il mesurera «la capacité des ménages, des familles, des communautés et des systèmes vulnérables, à faire à face à l’incertitude et au risque de choc, à résister au choc, à répondre efficacement, à récupérer et à s’adapter de manière durable».

Cet outil, en ligne avec la définition de la résilience de l’Alliance Globale pour la Résilience au Sahel et en Afrique de l’Ouest (AGIR), sera évalué en prenant en compte à la fois les chocs affectant la disponibilité alimentaire tels que les sécheresses ou les inondations, et ceux qui ont un impact sur l’accessibilité alimentaire, comme les hausses de prix.

Les différents organes régissant la Plateforme technique AMR, ainsi que son plan de travail quinquennal 2016-2020 ont également été présentés lors de cette rencontre régionale. A cette occasion, Dr. Mahalmoudou Hamadoun, Coordonnateur du Programme Régional d'Appui Sécurité Alimentaire, Lutte contre la Désertification, Population et Développement (PRA/SA-LCD-Pop Dev) du CILSS, au nom du Secrétaire Exécutif, a invité tous les acteurs concernés ‘à s’investir pleinement dans la dynamique actuelle qui est décisive pour renforcer durablement les politiques destinées à combattre l’insécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l’Ouest’.

A cet effet, les avancées dans la définition de cet outil seront présentées lors de la prochaine réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) en décembre 2016, dans le but d’informer toutes les parties concernées et de mobiliser les ressources nécessaires à sa mise en œuvre.

La FAO a apporté un soutien technique et financier à l’organisation de cette concertation dans le cadre du financement de l’Union européenne accordé à la FAO intitulé « Information pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle et Résilience pour la prise de décision (INFORMED) ».