Haïti: des distributions de semences d’urgence aident les agriculteurs à cultiver en vue de la récolte hivernale

Haïti: des distributions de semences d’urgence aident les agriculteurs à cultiver en vue de la récolte hivernale

06/12/2016

Avec très peu de temps pour sécuriser une récolte hivernale fragilisée par le passage de l'ouragan Matthew en Haïti, la FAO a commencé des distributions de semences et d'outils afin d'aider les familles affectées par la catastrophe à produire de la nourriture et à rétablir leurs moyens d'existence, face à la plus importante crise humanitaire que le pays ait jamais connu depuis le tremblement de terre de 2010.

L'ouragan Matthew s'est abattu sur Haïti en octobre dernier lors de la deuxième plus importante période de récolte de l'année, causant des pertes estimées à 580 millions de dollars dans le secteur agricole et portant un sérieux coup à la sécurité alimentaire nationale. L'agriculture familiale, une source alimentaire de premier ordre pour la plupart des haïtiens, a été particulièrement affectée après le passage de l'ouragan, qui a détruit 90 pour cent des récoltes du pays.

La dernière évaluation sur la sécurité alimentaire, menée juste après l'ouragan, a montré que près d'1,4 million de personnes ont besoin d'une assistance alimentaire. Parmi eux, plus de 800 000 ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence et près de 600 000 autres dépendent exclusivement de l'agriculture pour leurs moyens d'existence.

Dans les zones les plus lourdement touchées, dont Grand'Anse, certaines régions de Nippes et des départements du sud, plus de 75 pour cent de la population peine à faire face aux impacts de l'ouragan car les moyens d'existence, basés sur l'agriculture, l'élevage et la pêche, ont été presque complètement anéantis.

«L'ouragan Matthew n'a pas seulement détruit la dernière récolte, il a également compromis la prochaine campagne de semis et la capacité du pays à se nourrir par lui-même. C'est pourquoi, il est très important d'agir maintenant et de manière énergique», a déclaré M. Nathanael Hishamunda, Représentant de la FAO en Haïti. «Ces communautés ont besoin d'une aide d'urgence pour les empêcher d'adopter des stratégies de survie qui les entraîneront dans des cercles vicieux de dépendance, dont celui de manger des semences destinées à la production de nourriture pour les futures récoltes», a-t-il ajouté.

Afin de satisfaire les besoins alimentaires immédiats et ceux à long-terme, la FAO collabore avec le Programme alimentaire mondial (PAM), qui apporte une aide alimentaire aux familles également bénéficiaires des semences de la FAO, des semences qui leur serviront notamment à planter. Il s'agit de garantir aux familles d'exploitants agricoles l'utilisation de ces semences pour cultiver des légumes, et ainsi de retrouver leurs moyens d'existence pour nourrir leurs communautés dans les mois à venir.

La semaine dernière, en présence de M. Pierre Guito Laurore, Ministre haïtien de l'agriculture, la FAO a commencé à distribuer des fournitures d'urgence à près de 22 500 personnes à Marfranc, l'une des régions les plus durement touchées du département de Grand'Anse. Ces communautés ont reçu 15 tonnes de semences, qui produiront environ 75 tonnes de haricots verts et 90 tonnes de haricots de Lima pour les familles affectées par l'ouragan. Ces cultures à cycle court sont idéales en situations d'urgence car elles produisent de la nourriture rapidement. Dans le cadre des efforts visant à relancer la production de patates douces, les communautés d'agriculteurs recevront plus de 2,2 millions de boutures de patates douces qui seront plantées lors de la saison des cultures hivernale.

En tout, l'intervention d'urgence de la FAO pour la principale campagne agricole d'hiver et pour les cultures horticoles de cycle court aura, d'ici la mi-décembre, atteint 25 050 ménages, soit 125 250 personnes, dans les départements les plus affectés d'Haïti. Parmi eux figurent 5400 ménages à Grand'Anse, 15 150 dans le sud, 2000 dans le nord-ouest, 1500 dans l'Artibonite et 1000 autres à travers le sud-est et l'ouest. La FAO fournit également une assistance immédiate à 1500 familles de pêcheurs et à 2000 familles d'éleveurs.

Un plan d'aide à long terme

En Haïti, la campagne agricole printanière qui débutera en avril 2017 sera cruciale. Cette campagne printanière est généralement à l'origine de 60 pour cent de la production annuelle de l'île et représente la principale source de nourriture des ménages ruraux tout au long de l'année. Pour mener cela à bien, la FAO fournira des semences et des outils, procèdera à des transferts d'argent, organisera des formations techniques et proposera des services de vulgarisation. D'autres activités viendront soutenir la réouverture des marchés et le renforcement des chaînes de valeur des marchés locaux. La démarche concernera également les propriétaires de bétail et les pêcheurs ayant perdu leurs avoirs et leur capacité de production afin de s'assurer de retombées égales pour les hommes mais aussi pour les femmes affectées par l'ouragan.

De nombreux éleveurs de bétail ont perdu des animaux précieux dans l'ouragan et par conséquent des sources importantes de lait, de viande et de revenus. La destruction des pâturages, pendant ce temps, limite la disponibilité de fourrage pour le bétail restant. Face à cela, la FAO envisage de vacciner et de traiter le bétail, de repeupler les troupeaux à présent réduits et d'aider les éleveurs à produire du fourrage afin de garder leurs animaux en bonne santé et productifs.

La FAO fournira également des équipements aux pêcheurs ayant perdu leurs moyens d'existence dans l'ouragan, tels que des lignes de pêche et des hameçons ou encore des moteurs et des engins.

Des besoins de financement

Alors que la FAO a besoin de 9 millions de dollars pour fournir une assistance immédiate à près de 300 000 personnes affectées par l'ouragan, il manque toujours 5,6 millions de dollars afin d'apporter une aide immédiate au niveau des cultures, du bétail et des pêches. En vue de soutenir le rétablissement sur le long terme des communautés agricoles haïtiennes et de renforcer leur résilience, la FAO a développé un plan d'intervention sur 12 mois qui cible 600 000 personnes en situation de grave insécurité alimentaire. Alors que 30 millions de dollars sont nécessaires pour la réalisation de ce plan, seulement 1,5 million ont été reçus jusqu'à présent.

«Il y a un slogan en créole au Département de l'agriculture - Agrikilti-a kapab fè goud la gen plis vale. Cela signifie que l'agriculture détient le potentiel pour stimuler l'économie haïtienne et sa monnaie. La communauté internationale doit s'unir davantage afin d'aider les agriculteurs à réaliser leur potentiel», a ajouté M. Hishamunda.