En visite à la FAO, le Prince Charles se dit admiratif des efforts déployés afin de lutter contre les crises alimentaires

En visite à la FAO, le Prince Charles se dit admiratif des efforts déployés afin de lutter contre les crises alimentaires

05/04/2017

Le Prince Charles du Pays de Galles s'est rendu aujourd'hui au siège de la FAO, où il a été informé de l'évolution de la situation au Nord-est du Nigéria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, pays confrontés à des crises alimentaires majeures, par plusieurs fonctionnaires des trois agences alimentaires de l'ONU basées à Rome. L'héritier au trône britannique a rencontré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, ainsi que des hauts représentants du Fonds international de développement agricole (FIDA) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

Au cours de sa visite, le Prince Charles a examiné les photos et cartes rendant compte de la situation dans les quatre pays où au total, 30 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire grave. Il s'agit de la plus importante crise alimentaire depuis 1945. En février, l'ONU a déclaré l'état de famine au Soudan du Sud (au moins 100 000 personnes sont en situation de famine) et le risque de famine pour les trois autres pays. En vidéo-conférence depuis Mogadiscio, M. Richard Trenchard, Représentant de la FAO en Somalie, est revenu sur les derniers efforts déployés par la FAO et ses partenaires en vue de lutter contre la famine en Somalie, un pays dans lequel les impacts des conflits prolongés sont exacerbés par les sécheresses à répétition, elles-mêmes provoquées par le changement climatique.

Le Prince Charles a souligné «qu'il était immensément fier de la réaction et de la contribution britannique» en faveur du travail des agences onusiennes. «Merci de transmettre à l'ensemble de vos collègues et au personnel qui travaille dans des conditions si difficiles et éprouvantes mes vœux les plus sincères et de leur faire part de mon admiration», a indiqué le Prince de Galles.

Selon M. Richard Trenchard, en raison des activités de secours et d'aide d'urgence actuellement en cours, il était peu probable que la Somalie connaisse une famine généralisée cette année.«La situation demeure pourtant désastreuse. Les risques de souffrances liées à la faim, de famine, de destruction des moyens d'existence et de décès sont vraiment réels», a-t-il ajouté, notant que la sécurité restait un problème de fond dans le pays de la Corne de l'Afrique.

Plus de 6 millions de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire aiguë en Somalie et la plupart d'entre elles vivent dans des zones rurales où les souffrances liées à la faim ont atteint des sommets, en raison des pertes liées aux récoltes, à la production animale et aux autres sources de nourriture et de revenus.

En Somalie, la FAO, les autres agences onusiennes et leurs partenaires, notamment le Royaume-Uni, ont mis en œuvre une série de mesures visant à fournir de l'argent (programmes de rémunération contre travail et transferts d'argent sans conditions), à satisfaire les besoins immédiats en matière de nourriture et d'eau, à soutenir les moyens d'existence liés à l'agriculture et à la pêche et à protéger le bétail. Le Royaume-Uni est le principal pays donateur individuel en matière de secours aux victimes de la famine en Somalie et a alloué la somme de 110 millions de livres sterling au plan d'assistance britannique en réponse à la sécheresse. Cela sauvera les vies de centaines de milliers de personnes et leur fournira de la nourriture, de l'eau potable et une aide médicale d'urgence.

Lors de sa visite au siège de la FAO, le Prince Charles a également participé à une table ronde à laquelle ont pris part de hauts représentants de l'Organisation des Nations Unies. Le Programme de développement durable à l'horizon 2030, l'Accord de Paris sur le climat et la manière dont ces programmes affectent le secteur agricole (foresterie, pêche, cultures et élevage) ont fait partie des thèmes abordés, tout comme le travail de la FAO auprès des Etats membres afin de lutter contre la faim et la pauvreté.