Le Directeur général de la FAO rencontre le Premier ministre tchadien, M. Albert Pahimi Padacké

Le Directeur général de la FAO rencontre le Premier ministre tchadien, M. Albert Pahimi Padacké

07/04/2017

M. José Graziano da Silva,  Directeur général de la FAO a effectué sa première visite officielle au Tchad dans le cadre des efforts visant à attirer l'attention de la communauté internationale sur la crise alimentaire qui menace actuellement la région du Lac Tchad.

M. José Graziano da Silva a rencontré ce jeudi M. Albert Pahimi Padacké, Premier ministre tchadien et lui a présenté la Stratégie d'intervention de la FAO pour le bassin du Lac Tchad, une région qui englobe plusieurs zones du Cameroun, du Tchad, du Niger et du nord-est du Nigéria.

«A ce jour, cette région n'a fait l'objet que de très peu d'attention par rapport à d'autres zones de conflit tels que le Yémen, la Syrie ou encore le Soudan du Sud. Si nous n'agissons pas maintenant, avant que ne commence la campagne de semis le mois prochain, le risque de famine persistera. Il s'agit de la dernière opportunité qui se présente à nous pour prendre des mesures préventives dans cette région d'Afrique qui connait un stress important. Le conflit en cours dans cette zone aggrave la situation mais si nous agissons maintenant, nous pouvons éviter un désastre humanitaire»,  a indiqué le Directeur général.

Le Premier ministre a exprimé sa reconnaissance envers le Directeur général de la FAO pour sa visite et a salué la Stratégie d'intervention de la FAO pour le bassin du Lac Tchad. Il a remercié la FAO pour son aide continue et sa contribution au secteur agricole et au développement rural. Les discussions entre les deux hommes ont également porté sur les infrastructures hydrauliques au Tchad. Le Directeur général de la FAO s'est également entretenu avec M. Asseid Gamar Sileck, Ministre de la production, de l'irrigation et des équipements agricoles, M. Abderahim Younous Ali, Ministre de l'élevage et de la production animale et M. Brah Mahamat, Ministre de l'environnement et de la pêche.

«Actuellement, dans le cadre de la programmation par pays (CPP), il est plus difficile d'apporter notre aide car les problèmes et les demandes sont plus nombreux que les ressources disponibles. Jusqu'à  présent, nous avons été en mesure de mobiliser seulement cinq millions de dollars sur les 73 millions nécessaires. Je m'engage à sensibiliser mes partenaires financiers à l'importance cruciale de soutenir l'agriculture, car 80 pour cent des personnes affectées par la crise dépendent de ce secteur pour leurs moyens d'existence», a-t-il déclaré aux ministres.

M. Graziano da Silva a offert son aide pour la préparation de la Table ronde PDDAA-Compact des donateurs, qui aura lieu en septembre prochain, à Paris.

«La FAO et son Centre d'investissements peuvent offrir leur expertise technique dans la formulation et la conception de projets  susceptibles d'être financés par des banques de développement, nous attendrons le feu vert du gouvernement pour nous engager dans cette direction», a conclu M. Graziano da Silva.

Vendredi, le Directeur général de la FAO est attendu à Maiduguri, dans le nord-est du Nigéria, où vivent certaines des populations les plus affectées par la crise sévissant dans le bassin du Lac Tchad. Il sera notamment question de faire un état des lieux de la situation et de se rendre compte des activités de la FAO en situations d'urgence et des efforts visant à renforcer la résilience dans les fermes.